La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

APPLICATION ET IMPACT DUN OUTIL DE SUIVI DES PERTURBATIONS MÉTABOLIQUES ASSOCIÉES AUX ANTIPSYCHOTIQUES ATYPIQUES DANS UNE CLINIQUE DE PREMIER ÉPISODE PSYCHOTIQUE.

Présentations similaires


Présentation au sujet: "APPLICATION ET IMPACT DUN OUTIL DE SUIVI DES PERTURBATIONS MÉTABOLIQUES ASSOCIÉES AUX ANTIPSYCHOTIQUES ATYPIQUES DANS UNE CLINIQUE DE PREMIER ÉPISODE PSYCHOTIQUE."— Transcription de la présentation:

1 APPLICATION ET IMPACT DUN OUTIL DE SUIVI DES PERTURBATIONS MÉTABOLIQUES ASSOCIÉES AUX ANTIPSYCHOTIQUES ATYPIQUES DANS UNE CLINIQUE DE PREMIER ÉPISODE PSYCHOTIQUE Présenté par Dominique Boudreau, Inf.M.Sc – Clinique JAP du CHUM Nathalie Desjardins, Inf.B.Sc – Clinique JAP du CHUM Caroline Larue, Inf.Ph.D, Professeure à la FSI de U de M, Chercheuse associée CRFS, Chercheuse régulière CIFI

2 P LAN DE PRÉSENTATION Personnes impliquées Identification de la problématique Données probantes/Syndrome métabolique/Facteurs de risque Lignes directrices en lien avec le SM Responsabilités des infirmières Contexte dimplantation du projet But et objectifs du projet Création des outils nécessaires au suivi de la condition métabolique Rôle de linfirmière dans le suivi de la condition métabolique Implantation du suivi métabolique à la Clinique JAP/Impacts Obstacles à limplantation et facteurs facilitants Le futur Questions/Discussion

3 P ERSONNES IMPLIQUÉES Dominique Boudreau, M.Sc.Inf - CHUM/Clinique JAP Nathalie Desjardins, Inf.B.Sc.- CHUM/Clinique JAP Caroline Larue, Inf. Ph.D - Professeure associée à la FSI de lU de M, Chercheuse CRFS et Chercheuse CIFI Céline Corbeil, Directrice adjointe S.I du CHUM Amal Abdel – Baki, Md psychiatre Clinique JAP, chef du programme des troubles psychotiques Sandra DAuteuil, Infirmière-chef des unités psychiatriques – CHUM David Gaulin, Cogestionnaire clinico administratif du programme clientèle santé mentale – CHUM Renée Massé, Conseillère en formation/santé mentale – CHUM Nicole Daigle, Conseillère en soins spécialisés/santé mentale – CHUM Équipe de la Clinique JAP.

4 I DENTIFICATION DE LA PROBLÉMATIQUE Observation des changements métaboliques, par les infirmières, les médecins et les intervenants de la Clinique JAP = préoccupations Conscientisation provenant du milieu psychiatrique concernant le syndrome métabolique de plus en plus présente Diffusion des données probantes sur le sujet = accès à des informations pertinentes et alarmantes dans la littérature Le tout a mené une infirmière de la clinique JAP vers le développement dun projet de maîtrise

5 D ONNÉES PROBANTES Les troubles psychotiques touchent environ 3 % de la population tous diagnostics confondus Les ADG sont de plus en plus utilisés, car ils atténuent les symptômes positifs et négatifs de la maladie et occasionnent moins deffets extrapyramidaux Conséquences court terme : pds (2 à 10 kg en moins 1 an, changement post 6 sem), glucose sanguin, lipides sanguins, T/A etc. Conséquences long terme : Syndrome métabolique, diabète, maladies cardiovasculaires, diminution de lespérance de vie/décès. Newcomer (2007), Newcomer et Haupt (2006), Kinon et al (2005), Curtis et al (2008), Hennekens (2007), Tschoner et al (2007 )

6 D ONNÉES PROBANTES o Chez les schizophrènes ont sait que : - Lespérance de vie est réduite de 20 % - Mortalité dorigine somatique x - 38 à 42 % ont un surplus de poids (27%) - Diabète = 13% (3%) - Hypertension 27% (17%) - Prévalence du SM = 35.8 % et + (américain 22%, canadien 14%) o Chez les gens atteints de MAB ont sait que : - Mortalité dorigine somatique 2 x (peu de données r/a mab) Curtis et al (2008), Hennekens (2007)

7 L E SYNDROME MÉTABOLIQUE o « Le syndrome métabolique est un état de santé physique, caractérisé par un groupe de facteurs de risques métaboliques, survenant chez un individu pour des raisons autres quuniquement le hasard » World Health Organisation (WHO), de lInternational Diabetes Federation (IDF)et du Nationnal Cholesterol Education Panel III (NCEP III) NCEP III 3 critères sur 5 ____________________________________ à 88cm chez la femme ou à 88cm chez la femme ou à 102 cm chez lhomme à 6,1 mmol/ l à 130/ 85 ou Rx pour HTA à 1,7 mmol/ l à 1,04 mmol/ l chez à 1,04 mmol/ l chez lhomme et 1,29 mmol\ chez la femme Critères obligatoires Tour de taille > / = Glycémie > / = T / A > / = Triglycéride > / = HDL Grundy et al (2005),Garceau (2008), ADA, APA et al (2004)

8 F ACTEURS DE RISQUE Antipsychotiques atypiques Mode de vie : Sédentarité, alimentation déficiente, stress et tabagisme (75 %) Newcomer et Haupt (2006), Kinon et al (2005), Nwecomer (2007), ADA, APA et al (2004

9 L IGNES DIRECTRICES EN LIEN AVEC LE SM Assurer un suivi systématique des clientèles sous tx ADG Collecter des données de base (en début de tx) Suivre lévolution des paramètres métaboliques : (pds, tour de taille, IMC, T\A, glucose et lipides à jeun, ATCD base, 4 sem, 8 sem, 12 sem, puis aux 3 mois, annuellement + aux 5 ans) « Monitorer » en début de traitement et lors dun changement pharmacologique Considérer les autres facteurs (alimentation, activités, atcd médicaux et familiaux, Rx autre, etc) ADA 2004, Sernyak 2007, Neu et al 2007, Curtis et al 2008, Clavet 2007, Hennekens 2007, Kinon et al 2005, Usher et al 2006, Newcomer et Haupt 2006)

10 R ESPONSABILITÉS DE L INFIRMIÈRE La loi modifiant le Code des professions et dautres dispositions législatives dans le domaine de la santé (projet de Loi 9) nous dit quil revient à linfirmière : - Dévaluer la condition physique et mentale dune personne symptomatique - Dexercer une surveillance clinique de la condition des personnes dont létat de santé présente des risques, incluant le monitorage et les ajustements au plan thérapeutique infirmier - Deffectuer le suivi des personnes présentant des problèmes de santé complexes (PTI)

11 C ONTEXTE DE L IMPLANTATION DU PROJET Clinique des Jeunes Adultes présentant un premier épisode Psychotique (JAP) du CHUM – Hôpital Notre Dame Jeunes adultes ans Atteints dune psychose affective ou non affective comme dx principal Premier épisode psychotique Territoire CHUM – Hôpital Jean Talon

12 C LINIQUE JAP MISSION : Offrir un accès facile et rapide à une évaluation + Tx Offrir un traitement basé sur la collaboration (équipe + patient + famille + réseau + ressources) Viser la rémission des symptômes Faciliter la réintégration dans le milieu et dans des rôles sociaux significatifs Offrir une gamme de services à la fine pointe des connaissances actuelles Promouvoir limportance de la prise en charge précoce et intensive des JAP Participer à des activités de recherche/développement afin de créer des données probantes/services de pointe

13 C LINIQUE JAP OBJECTIFS : Détection et intervention précoce de la psychose Travail et collaboration auprès des familles et des ressources communautaires Intervention intensive et continuité des soins Organisation de conférences visant la sensibilisation des professionnels de la santé et des organismes qui travaillent auprès des jeunes (signes et symptômes, réalité, besoins spécifiques, etc.) Formation de professionnels en santé mentale

14 B UT DU PROJET Améliorer la qualité du suivi infirmier relativement à la condition métabolique des patients en traitement aux antipsychotiques atypiques, afin de dépister précocement le syndrome métabolique

15 O BJECTIFS DU PROJET Sensibiliser les différents professionnels (md, ergo, t.s) de léquipe au rôle quils ont à jouer dans le suivi de la condition métabolique de la clientèle Instaurer et implanter le programme de suivi de la condition métabolique à la Clinique JAP, afin de dépister et dintervenir précocement chez la clientèle à risque de développer des perturbations en lien avec le SM Évaluer et assurer un suivi de la condition de santé de la clientèle traitée avec ADG Sensibiliser, enseigner et accompagner la clientèle face à un mode de vie sain et préventif

16 D ÉMARCHES ENTREPRISES POUR LA CRÉATION DES OUTILS Revue de littérature (plus de 50 articles ) Contact avec des infirmières en santé mentale de différents centres hospitaliers du Québec dont le CHUM ainsi quavec un service en cardiologie et une clinique externe de diabète du CHUM Rencontres avec différents professionnels de la santé (infirmières, psychiatres, ergothérapeutes, T.S une pharmacienne et une nutritionniste) Développement et approbation (au CHUM + U de M) dun programme de soins et dun outil de suivi en lien avec les perturbations métaboliques associées à la prise dADG * Diffusion intra et extra-muros des outils développés

17 RÔLE DE LINFIRMIÈRE DANS LE SUIVI DE LA CONDITION MÉTABOLIQUE Sassurer que les Rx concernant les bilans pré et per antipsychotique atypique soient complétées et signées Insérer au dossier loutil de suivi infirmier des perturbations métaboliques et en aviser/sensibiliser léquipe Sassurer de faire lévaluation complète de la condition métabolique actuelle (bilan de base) et demeurer responsable du suivi en tout temps Faire lenseignement au patient/famille Ajuster le PTI en fonction de la nouvelle situation

18 IMPLANTATION DU SUIVI MÉTABOLIQUE À LA CLINIQUE JAP 1. Présentation et discussion du projet en réunion déquipe 2. Début dun suivi avec laccord/consentement éclairé verbal de quelques patients (10 pt nouvellement intégrés à la clinique JAP depuis 3 mois et -) 3. Validation régulière de la pertinence de loutil et de la réponse aux besoins 4. Rappels réguliers aux md et intervenants pivots sur limportance du suivi et de la cohérence intra équipe envers le suivi

19 IMPLANTATION DU SUIVI MÉTABOLIQUE À LA CLINIQUE JAP 5. Relances constantes auprès des patients (assiduité/ponctualité au suivi) 6. Intégration du SM dans la feuille de suivi systématique développé à la clinique JAP 7. Malgré certaines difficultés rencontrées au niveau des effectifs, leffort demeure constant dans lutilisation de loutil Nous travaillons fort, mais la partie nest pas gagnée… il nous faut redoubler deffort afin de changer les façons de faire et les routines bien campées…

20 I MPACTS Réactions positives de la part des patients, des familles et de lensemble du personnel de la Clinique JAP Intérêt de plusieurs infirmières et autres professionnels (ex : ergo, kinésio, md) de différents services psychiatriques du CHUM pour le projet/suivi Questionnements et critiques multiples/réticences face à limplantation de façon générale dun tel suivi Achats de balances pour les bureaux des md (les intervenants utilisent celles des infirmières)

21 I MPACTS Observation et objectivation de la prise de poids chez les patients pour qui lon introduit un ADG (2 à 4 kg en 6 sem pour environ 40 % des patients) Stabilisation du poids post 2 mois environ, pour la plupart Satisfaction professionnelle de la part des infirmières de la Clinique JAP, accompagnée dun sentiment daccomplir un travail rigoureux et respectant les responsabilités infirmières.

22 O BSTACLES RENCONTRÉS Sensibiliser et re - sensibiliser léquipe (taper sur le même clou régulièrement) r\a surcharge de travail, nouveaux résidents, difficulté dintégration dans la routine, etc. Logistique lourde à mettre en place (organisation) Personnel infirmier réduit temporairement (1 inf à 4 jr sem et 1 inf en retrait préventif/maternité)

23 O BSTACLES RENCONTRÉS Déséquilibre entre la taille de la cohorte de patients versus le nombre dintervenants/infirmières (200 pt\3 ergo 2 ts 2 inf) Absence dune ordonnance collective ou pré – imprimée pour débuter le suivi (bilan sanguin de base et de suivi) Nouvelle politique des laboratoires de devoir fournir des requêtes authentifiées par les médecins (signature et # permis)

24 O BSTACLES RENCONTRÉS Comportements spécifiques aux JAP Difficulté avec lassiduité aux rendez-vous Difficulté avec la ponctualité Non-respect des consignes (pas à jeun, boit du café pré RV, etc.) Temps consacré pour le 1 er rendez-vous (45 minutes)

25 F ACTEURS FACILITANTS Sensibilisation et collaboration accrue pour le suivi métabolique de la part des médecins et des intervenants Achats de balances pour les bureaux des md (les intervenants utilisent celles des infirmières), ceux – ci pèsent donc les patients et nous en avisent Les intervenants et les médecins vérifient avec les infirmières, lorsquils ont des RV avec un pt, son prochain RV pour son suivi métabolique (comportement fluctuant) La présence de deux infirmières à faire des rappels et de la sensibilisation auprès de léquipe (en individuel ou lors des réunions hebdomadaires)

26 F ACTEURS FACILITANTS La réaction positive de la majorité des patients qui expriment une satisfaction au fait quun intérêt est porté à leur santé physique également et non seulement orienté vers leur santé mentale La satisfaction exprimée par les parents concernant le suivi global offert à leur enfant, en santé mentale et santé physique Appui des gestionnaires (chef médicale du programme psychotique, chef de service)

27 L A SUITE Rx pré imprimées pour les ADG, les stabilisateurs de lhumeur et les anticonvulsivants… à venir (*1) Intégration des différents suivis Rx, dans un seul outil (phase1)(*2) Utilisation du programme informatisé « Oacis » avec profils de tendance (lipides, glucides) ( *3) Phase 2 (effets secondaires, perception et motivation à venir) Formation en lien avec les outils développés, des infirmières en santé mentale du CHUM

28 Ordonnance pré – imprimée (*1)

29 O UTILS INFIRMIERS DÉVELOPPÉS (*2) Voir documents Microsoft Word

30 (*3) O UTIL DE SUIVI OACIS (*3)

31

32

33 QUESTIONS / DISCUSSION


Télécharger ppt "APPLICATION ET IMPACT DUN OUTIL DE SUIVI DES PERTURBATIONS MÉTABOLIQUES ASSOCIÉES AUX ANTIPSYCHOTIQUES ATYPIQUES DANS UNE CLINIQUE DE PREMIER ÉPISODE PSYCHOTIQUE."

Présentations similaires


Annonces Google