La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

Conditions de circulation: Les panneaux de signalisation. Les panneaux de signalisation sont des moyens de communication entre lenvironnement et les.

Présentations similaires


Présentation au sujet: "Conditions de circulation: Les panneaux de signalisation. Les panneaux de signalisation sont des moyens de communication entre lenvironnement et les."— Transcription de la présentation:

1

2

3 Conditions de circulation:

4 Les panneaux de signalisation. Les panneaux de signalisation sont des moyens de communication entre lenvironnement et les conducteurs. Ils ont trois objectifs. Ils doivent avertir dun danger. Ils doivent imposer une règle dinterdiction ou dobligation. Ils doivent informer ou guider en donnant des indications ou des directions. FORME, +COULEUR, +DESSIN, +LETTRE, =MESSAGE.

5 Les panneaux de DANGER. Un panneau en forme de TRIANGLE, à bord ROUGE,annonce la proximité dun DANGER. Situé environ à 150 mètres en rase campagne, à 50 mètres en agglomération. Il faut RALENTIR. Un panonceau placé sous le signal peut donner des indications de distance ou détendue relative au danger. 200 m Panonceau de distance. 200 m Panonceau de détendue. La zone dangereuse commence 200 mètres après le panneau. La zone dangereuse sétend sur une distance de 500 mètres

6 200 m IDENTIFIER: DECODER: PREVOIR, DECIDER: AGIR: Les panneaux de danger informent lusager. À leur vue le conducteur doit adapter son comportement et sa conduite en fonction du message transmis. Le message transmis peut être lié au tracé de la route. Le message transmis peut être lié à létat de la route. Le message transmis peut être lié à des voies de communication.. Le message transmis peut être lié à des dangers lies à dautres usagers...Le message transmis peut être lié au profil de la route. Le message transmis peut être lié à un danger particulier....

7 Les panneaux DINTERDICTION. Un panneau en forme de ROND, à tour ROUGE,annonce une INTERDICTION LINTERDICTION commence au PANNEAU. Un symbole ou une inscription placé à lintérieur du panneau précise: la catégorie dusagers concernés, laction interdite. Un panonceau peut compléter linterdiction. Ex: accès interdit aux piétons Ex: accès interdit aux véhicules de transport de marchandises dont le PTAC ou PTRA est supérieur à 11 t. 11 t Panonceau de tonnage.

8 IDENTIFIER: DECODER: PREVOIR, DECIDER: AGIR: Les panneaux dinterdiction informent lusager. Ils lui rappellent des règles de circulation en fonction de lenvironnement. Le conducteur adapte son comportement en fonction du message transmis. 50 Le message transmis peut être une interdiction de passer selon la nature du chargement. Le message transmis peut être une manœuvre interdite..Le message transmis peut être lié à une vitesse à ne pas dépasserLe message transmis peut être une interdiction diverse Le message transmis peut être un accès interdit à certains véhicules (poids dimensions).

9 Les panneaux DOBLIGATION. Un panneau en forme de ROND, à FOND BLEU,annonce une OBLIGATION. Un symbole ou une inscription placé à lintérieur du panneau précise: la catégorie dusagers concernés, le comportement obligatoire. Ex: chemin obligatoire pour piétons. Ex: obligation de rouler à plus de 50 Km/H

10 IDENTIFIER: DECODER: PREVOIR, DECIDER: AGIR: Le message transmis peut être un contournement obligatoire: Le message transmis peut être une direction obligatoire avant le panneau: Le message transmis peut être une annonce de direction obligatoire à la prochaine intersection: Le message transmis peut être une obligation diverse: Le message transmis peut être une obligation demprunter une voie réservée: Les panneaux dobligation imposent une direction, une trajectoire, lusage de voies spécialisées, lutilisation déquipements, une vitesse minimale, en fonction de lenvironnement: le conducteur adapte son comportement en fonction du message transmis..

11 Les panneaux DINDICATION. Un panneau en forme de CARRE, à FOND BLEU,donne une information pour la conduite. Un panneau CARRE à FOND BLANC donne une information sur la position dinstallations ou daménagement. Un symbole ou une inscription placé à lintérieur du panneau précise linformation pour le conducteur: un panonceau peut compléter le message. Ex: poste de distribution de carburant. Ex: route pour automobiles (vitesse maxi 110 Km/H) 200 m Panonceau de distance.

12 IDENTIFIER: DECODER: PREVOIR, DECIDER: AGIR: Les panneaux dindication sont implantés en position ou à proximité de ce quils signalent. Sils sont placés en signalisation avancée des panonceaux de distance ou de catégorie peuvent le compléter. Le message transmis peut être un emplacement réservé à larrêt ou au stationnement. Le message transmis peut être un créneau de dépassement. Le message transmis peut être linstallation dune station de gonflage. Le message transmis peut être une installation accessibles aux handicapés.

13 Les panneaux DE DIRECTION. Un panneau en forme de rectangle, à FOND BLEU, à FOND VERT, à FOND BLANC, à FOND JAUNE permettent aux usagers de se repérer et de suivre un itinéraire. Ils annoncent les intersections et les villes desservies. Ils précisent le type et le N° de route. Itinéraire empruntant une autoroute.Itinéraire principal reliant des villes importantes. Itinéraire secondaire ou reliant des localités proches Itinéraire temporaire.

14 IDENTIFIER: DECODER: PREVOIR, DECIDER: AGIR: Signalisation davertissement. Avertissement de sortie sans affectation de voie avec N° de léchangeur. Signalisation avancée de carrefour avec affectation des voies et indication du N° de la route desservie. Signalisation de position. Direction vers des villes importantes avec indication de kilométrage. Une partie de litinéraire se fera sur autoroute. Signalisation de confirmation. Confirmation de la prochaine bifurcation sur autoroute.

15 Oui. Non.. Oui. Non. 100 mSTOP 100 m Le panneau est-il de forme triangulaire? Cest un panneau de danger. Le triangle est-il pointé vers le haut? Cest une perte de priorité. Sa forme est-elle ronde? Suite diapo 2 Oui. Suite diapo 3

16 Sa forme est-elle un losange? Ils jalonnent les routes prioritaires. Oui. Sa forme est-elle octogonale ? Cest un STOP. Sa forme est-elle rectangulaire? Cest une direction Cest une indication. Non. Oui. Non. Suite diapo 1

17 Son fond est-il bleu? Cest une obligation. Son fond est-il Crème avec un liseré rouge? Cest une Interdiction. Cest une fin dinterdiction. Oui. Non. Oui. Non. 11 t Suite diapo 1

18 ACTIVITÉ. Conduire un véhicule demande de sapproprier: Des savoirs. Des savoirs- faire. Des savoirs- être. DIE:

19 Des savoirs. Cest lapprentissage du code de la route qui gère les règles de circulation, la signalisation verticale, horizontale, lumineuse. Comment mesurer ses savoirs? En fixant des objectifs opérationnels pour chaque séance. En évaluant ces objectifs en fin de séance. Par une évaluation diplômante en fin dapprentissage. Épreuve ETG Des savoirs-faire. Cest lapprentissage gestuel pour déplacer un véhicule, cest la mise en relation des savoirs et lhabileté motrice de lélève. Comment mesurer ces savoirs-faire? En fixant des objectifs opérationnels pour chaque séances. En évaluant ces objectifs en fin de séance. Par une évaluation diplômante en fin dapprentissage. Epreuve de permis B Des savoirs-être. Cest la mise en relation des savoirs et savoirs-faire dans les conditions de circulation pour respecter les autres usagers. Comment progresser? En évaluant le comportement à chaque séance.

20 APPRENDRE CEST: Vouloir. Comprendre. Mémoriser. Recréer.

21 ENSEIGNER CEST: Fixer lobjectif pédagogique. Guider lélève. Observer lélève. Évaluer lélève. Réussite à lexamen

22 LES OBJECTIFS PÉDAGOGIQUES Une action de formation cest: FIXER UNE DESTINATION. DÉFINIR DES MOYENS POUR Y ARRIVER. VÉRIFIER SI ON EST BIEN ARRIVÉ. Définir des objectifs. Stratégie pédagogique. Évaluation. Il est impossible dévaluer avec efficacité la valeur dune action de formation lorsquil ny a pas dobjectifs clairement définis. Le professeur, tant quil na pas mis lélève en situation de MONTRER quil a « appris », quil « sait » ou quil « connaît » ne peut se porter garant des compétences réelles de lélève.

23 LES OBJECTIFS PÉDAGOGIQUES: DÉFINITION. Un objectif est issu de la démultiplication dun objectif général en autant dénoncés nécessaires pour que quatre exigences soient satisfaites: Lactivité de lapprenant est décrite de façon UNIVOQUE. Lactivité de lapprenant est identifiable par un COMPORTEMENT OBSERVABLE. Lactivité mentionne les CONDITIONS dans lesquelles le comportement doit se manifester. Indiquer à quel niveau doit se situer lactivité et quels CRITÈRES serviront à évaluer le résultat.

24 LES OBJECTIFS: OBJECTIF GÉNÉRAL en conduite étape N°4 permis C. Être capable de circuler dans les conditions normales sur route et en agglomération. aÉvaluer les distances et les vitesses. bÉvaluer les distances darrêt. cSarrêter, stationner. dDépasser, croiser un véhicule. eNégocier un virage. fSe comporter avec les autres catégories dusagers gSuivre un itinéraire. OBJECTIFS SPÉCIFIQUES:

25 LES OBJECTIFS: OBJECTIF GÉNÉRAL être capable dentretenir un véhicule. aPrendre en charge un véhicule. bIdentifier un bruit ou un comportement anormal du véhicule. cDéposer et reposer une roue. dPréparer un véhicule pour la DRIRE. eIdentifier les témoins de tableau de bord de décoder le message transmis. fDécoder et analyser un schéma de freinage. gTransmettre des informations……. h i j OBJECTIFS SPÉCIFIQUES:

26 Les 3 phases dune leçon type.Questions de lenseignant. 1: définition de la leçon: Elle se définie en se référant au livret dapprentissage. (Cinq minutes environ): rappel de la séance précédente Choix et définition du ou des objectifs. Moyens utilisés pour atteindre le ou les objectifs. 2: conduite effective: Elle est basée sur le ou les objectifs fixés et leur évaluation. (Cinquante minutes). Bilan et commentaires pédagogiques: Environ cinq minutes) Annotation sur le livret Validation des objectifs fixés en début de leçon. Est-ce que jexpose lobjectif de la leçon avec précision et clarté? Est-ce que je ne lexpose pas trop tardivement? Lobjectif que jai choisi est-il bien adapté au niveau de lélève? Est-ce que je suis bien compris? Suis-je resté dans le cadre de lobjectif que jai présenté? Ai-je changé dobjectif? Pourquoi? Le contenu de lobjectif correspond-il bien à lobjectif fixé? La progression est-elle bien adaptée à la réalisation des exercices? Faut-il que jai recours à des démonstration? Mon vocabulaire est-il bien adapté? Est-ce que je parle clairement? Lentement? Les aspects positifs et négatifs de la leçon sont-ils mis en évidences? Dois-je proposer de nouveaux objectifs pour la prochaine séance? Ma conclusion est-elle motivante pour lélève?

27 Date: Parcours.Ville Rase campagne Mixte Situation dévaluation: Vérifier prendre en compte le véhicule. Freiner. Souplesse, efficacité Embrayer, débrayer. RPM Moteur..sous-régime, sur-régime. Boite de vitesses. Choix du rapport,souplesse. Maîtriser le véhicule. Utiliser les accessoires. Tenir le volant. Positionnement des mains. Avertir. Communication. Respecter les autres usagers: piétons, deux roues.. Gérer son déplacement espace de sécurité AV, AR,latéral. Diriger. Trajectoire. Percevoir. Prise dinformations. Ralentir. Accélérer. Départ.Insertion Allure. Arrêt. Prévoir Décider. Mettre en œuvre les règles de circulation. Choisir sa voie. Utilisation.Position. Nom: Prénom: Observations: Souplesse. Utilisation.Conduite.Contrôles. SAVOIR FAIRE (manipulation)SAVOIRS,SAVOIR-ÊTRE:

28 Léducation à la sécurité est le meilleur vaccin contre le risque. La prévention est une attitude active, responsable, et vigilante. Conduire ce nest pas lancer un défi, cest facilité et sécuriser sa tâche. De conducteur solitaire, soyons conducteur solidaire.

29 EXPLORATION PERCEPTIVE. VOIR. REGARDER. OBSERVER. ÉCOUTER. DÉCODER. IDENTIFIER.

30 TRAITEMENT DE INFORMATION. Prévoir ce que lon veut faire.. Ce que vont faire les autres.. Ce qui peut arriver..

31 Choisir ce quon va faire daprès: Ce que lon veut… Ce que lon prévoit.. Ce que lon sait.. Ce que lon veut faire.. TRAITEMENT DE INFORMATION.

32 RESTITUTION PSYCHOMOTRICE. Agir cest: Accélérer. Freiner. Ralentir. Communiquer. Avertir.

33 LE CONDUCTEUR: il est défini par: Son caractère. Son intelligence. Sa responsabilité. Sa sociabilité. Sa tolérance. Son adaptation.

34 ENVIRONNEMENT: O n définit lenvironnement routier comme constitué par la route ou ses abords, les obstacles mobiles ou immobiles, les éléments dinformation. Il est possible danalyser lenvironnement selon les 3 critères suivants: Lespace: Le temps: Le comportement.

35 LE COMPORTEMENT: Comment je me comporte. Comment sont les autres. De quelles sortes dautres sagit-il? Lambiance (trafic calme, nerveux).. Fluidité de la circulation. Influence des textes de lois.

36 LESPACE. Lemplacement géographique (route de montagne, ville, autoroute)… La constitution et la qualité (route goudronnée, terre battue)… La signalisation, les indices….

37 LE TEMPS: Lheure peut déterminer un trafic particulier. Léclairage (jour ou nuit).. Le climat (hiver été).. Les conditions météorologiques.

38 Le véhicule: la sécurité active. Dans la sécurité active on peut distinguer: Lergonomie (adaptation de la machine à lhomme. La géométrie (amélioration des formes, des proportions, des couleurs, de la ligne. La technique (puissance du moteur, colonne de direction, freinage, pneumatiques, boite de vitesses….

39 Le véhicule: la sécurité passive. La sécurité passive du véhicule se compose: Des dispositifs qui permettent de diminuer ou dannuler les effets de lénergie cinétique du véhicule. Des dispositifs anti feu (emplacement du réservoir de carburant)... Des installations de protection en cas de choc..

40 Charge mentale dun conducteur. Position des mains sur le volant. Profil de la route. Rétroviseurs. Conditions atmosphériques Conditions de circulation. Vitesse du véhicule. Savoir-être. Action sur les commandes. Charge transportée.

41 1: Observation et perception dune situation donnée. Lobservation est facilité grâce à « lexploration perceptive ». Celle-ci doit permettre de détecter le plus grand nombre possible dindices critiques sur la route. 1.Regarder le plus loin possible. 2.Percevoir lensemble de la situation. 3.Explorer systématiquement (y compris les rétroviseurs). 4.Chercher léchappatoire possible en cas de situation durgence. 2: Décodage par comparaison avec le stock de connaissances accumulées. Lidentification consiste à classer les différents indices perçus en différentes catégories. Cette classification sopère en relation avec les informations existantes qui se trouvent en mémoire. Avec lexpérience le conducteur parvient à reconnaître les indices plus « pertinents ». Les informations disponibles en mémoire saccroissent en nombre. La classification devient plus fine. Analyse du comportement.

42 4: Action. Laction sera exécutée correctement grâce aux habiletés motrices du conducteur et à la maîtrise du véhicule quil conduit. Pendant exécution, le contrôle de la trajectoire et de la vitesse doivent être assurées. Un bon apprentissage des gestes et de leurs conséquences est donc indispensable. 3: Jugement et décision. Le jugement saccompagne très souvent dune prévision. Celle-ci consiste à transformer un indice en un événement possible et ceci en fonction déléments connus tel que: 1.Les règles du code de la route. 2.Les lois humaines. 3.Les lois dynamiques du véhicule et de la route. Le conducteur sappuie à ce moment là sur des estimations: 1.De La vitesse des véhicules en présence. 2.Des distances entre les usagers. 3.De la trajectoire des autres. La décision est le résultat de lensemble du processus dinformation, de prévision, de jugement.

43 Lorsque la vitesse dun véhicule augmente: * Le conducteur dispose de moins de temps pour observer, prévoir et réagir: le risque augmente. * La distance nécessaire pour ralentir et sarrêter devient plus longue. Elle varie à peu prés comme le carré de la vitesse. La conduite impose donc un effort de prévision et danticipation beaucoup plus grand. * Le véhicule devient moins maniable, il est plus difficile de changer de direction. * Ladhérence des pneumatique sur le sol diminue. * Dans les virage la force centrifuge augmente comme le carré de la vitesse. * En cas de collision, limportance des dégâts matériel et corporels eux aussi augmente comme le carré de la vitesse. * Le conducteur se fatigue davantage quand il roule vite. * Lusure et la consommation de carburant augmente plus rapidement que la vitesse.

44 Pour choisir ou modifier sa vitesse le conducteur teint compte: De létat du revêtement de la chaussée, déforme ou mouillé De limpossibilité de voir loin à cause du brouillard, de la pluie ou de la faible portée de léclairage des feux de croisement ou de route. De la présence des autres usagers, leur nombre et leur diversité. A lapproche dun sommet de côte ou dun virage masqué. A lapproche dune intersection sans visibilité prioritaire ou non. A lapproche dun autre usager, piéton deux roues. A lapproche dun virage où il craint les effet de la force centrifuge. Sil est fatigué, ou sil nest pas dans son état de santé habituel.

45 La vitesse: Les effets physiques: Les effets physiologiques: lénergie cinétique. La force centrifuge. Diminution du champ visuel, fatigue.

46 Correspondances Km/h et m/s 50 Km/h…………………………………..14 m/s 60 Km/h…………………………………..17 m/s 90 Km/h…………………………………..25 m/s 100 Km/h………………………………….28 m/s 130 Km/h………………………………...36 m/s Petite astuce: En multipliant par 3 le nombre des dizaines de la vitesse à lheure on obtient approximativement la vitesse en mètres par seconde.

47 Distances de sécurité à maintenir: 50 Km/h…………………………………..30 m 60 Km/h…………………………………..35 m 90 Km/h…………………………………..50 m 100 Km/h………………………………….60 m 130 Km/h………………………………...70 m Petite astuce: En divisant par deux la vitesse en Kilomètres par heure, on obtient une évaluation approximative de la distance de sécurité.

48 La vitesse: Point A Point B Distance entre A et B 180 Km Départ point A 8 heures. arrivée point B 10 heures. Définition de la vitesse: cest une distance divisée par le temps. Donc ici 180 Km / par 2 = 90 Km par heure. Durée du parcours 2 h

49 La force centrifuge. Fc = m x v² r Fc = force centrifuge. M = masse du véhicule. V² = vitesse au carré en m / s-² R = rayon de la courbe en mètres.

50 La force centrifuge. La force centrifuge augmente avec la masse du véhicule, le rayon de la courbe et surtout avec la vitesse. Les pneus opposent une résistance. Si je roule trop vite, sous leffet de la force centrifuge le véhicule se déporte et se renverse. La force centrifuge à le même point dapplication que le centre de gravité.

51 Lénergie cinétique: Ec = 1 m x v² 2 Lénergie cinétique (E) augmente avec la masse du véhicule et avec la carré de la vitesse(v). Si v est multiplié par 2 alors E est multiplié par 4. Si v est multiplié par 3 alors E est multiplié par 9.

52 Lénergie cinétique: Elle détermine en grande partie la distance de freinage…ou la violence du choc. Je pousse de tout mon poids = 70 N En prenant de lélan jaugmente mon énergie.

53 Distances de freinage: Incompressible, elle dépend des conditions dadhérence mais surtout de la vitesse.. Cest une loi physique incontournable.. Si je roule à 25 Km / h X 2 50 Km / h X Km / h Ma distance de freinage est: 4 mètres X 4 16 mètres X 4 64 mètres X 4X 16

54 Le freinage: Principe de base: créer une force qui soppose à lavancement du véhicule, en tenant compte de 3 facteurs. Le facteur physiologique. Le facteur mécanique. Le facteur physique.

55 Le facteur psycho- physiologique. Cest le temps qui sécoule entre la prise dinformation, et linstant où le conducteur intervient efficacement sur la pédale de frein. Le temps de réaction cest le temps de traitement de linformation.

56 Le facteur mécanique: Le ralentissement des roues est obtenu par frottement dun élément fixe du châssis sur un élément solidaire de la roue en rotation. Il y a donc dégagement de chaleur. (plus le coefficient dadhérence est important, plus la distance de freinage sera optimale)..

57 Le facteur physique: Cest ladhérence. Ladhérence varie avec la masse du véhicule. Les caractéristiques et létat du pneu. La nature de la route.

58 Notion de décélération. Lorsque lon freine un véhicule, sa vitesse diminue. Cette diminution de vitesse peut être plus ou moins rapide et peut tomber à zéro en un temps plus ou moins long et ce, par suite de lefficacité plus ou moins forte du freinage. On appelle décélération, le nombre de mètres /seconde dont la vitesse a diminué pendant chaque seconde. Si la vitesse avant freinage était de 15 m/s et que, au bout de 3 secondes on obtient larrêt du véhicule, la décélération sera alors de: V 15 D = = 5 m/seconde/seconde. t 3

59 Distance de freinage. La décélération sexprime en mètre par seconde pour chaque seconde écoulées m/s². Décélération sur sol sec: Voiture: 8m/s² Poids lourd: 6 m/s² Formule 1: 12m/s² iiiiiiiiiii

60 Ce qui augmente la distance de freinage. iiiiiiiiii Chaussée mouillée ou verglacée. Amortisseurs défectueux. Blocage des roues. Charge importante. Pneus usés. Freinage par pompage. Mauvais dosage de frein. Attention lABS ne réduit pas les distances de freinage, mais nous permet de conserver la direction.

61 Temps de réaction: Une seconde. 50% cerveau.50% muscles. Je perçois. Je déplace. Voir. Entendre. Ressentir. Jagis JidentifieJanalyseJe décide. La fatigue. Les soucis. La maladie. Lalcool. La drogue. Les facteurs perturbateurs du temps de réaction.

62 Distances darrêt: véhicules légers. Prélèvement de linformation. Action du conducteur. Arrêt du véhicule. D1 D2 D1: distance parcourue pendant le temps de réaction. D2: distance parcourue pendant le freinage. Distance darrêt = D1 + D2 Elle dépend donc de létat du conducteur, des performances du véhicule, de létat de la chaussée et surtout de la vitesse…

63 Distance darrêt, distance de freinage. Véhicules lourds seconde: Temps de réaction. 0,6 seconde: Temps de réponse. Distance de freinage. Distance darrêt. 1: le conducteur prélève linformation. 2: le conducteur appuie sur la pédale, mise en pression du circuit de frein. 3: action efficace du système de freinage. 4: arrêt du véhicule. D1D2 D3 D1: distance parcourue pendant le temps de réaction. D2: distance parcourue pendant le temps de réponse. D3: distance parcourue pendant le temps de freinage.

64 Imaginons une file de véhicules roulant à 90 Km/h au lieu de 25 mètres ils conservent une distance de 15 mètres. Dans un fort ralentissement, il va manquer 10m à B qui va heurter A Carambolage: 15 m au lieu de 25 mètres. 20m à C qui va heurter B Véhicule A Véhicule BVéhicule C Véhicule AVéhicule DVéhicule CVéhicule B

65 Véhicule D Véhicule CVéhicule BVéhicule A Véhicule E Véhicule AVéhicule BVéhicule C Véhicule D Véhicule E 30 m à D qui va heurter C 40 m à E qui na même pas le temps de réagir ou de freiner Cumul des distances non respectées.

66 SECURITE TERTIAIRE Efficacité de secours apportés aux victimes. Mesures facilitant lextraction des occupants. Organisation des secours. CONSTRUCTEURS Aménagement des véhicules: freinage, visibilité, tenue de route, confort Amélioration des véhicules au niveau des structures et des moyens de retenue pour une meilleure protection en cas de chocs. POUVOIRS PUBLICS Signalisation. Infrastructure routière. Programme déducation. Prévention. Répression. Suppression des arbres et autres obstacles analogues. Implantation de poteaux déformables. Glissières pour limiter la violence des chocs. SECURITE PRIMAIRE Ensemble de mesures visant à éviter les accidents SECURITE SECONDAIRE Ensemble de mesures visant à éviter les accidents Différents aspects de la sécurité des usagers de la route.

67 Le traitement de linformation. Le traitement de linformation cest rechercher, identifier les informations. Cest les comparer et faire appel à sa mémoire pour déduire, prévoir, planifier et décider. Ce traitement efficace et adapté de linformation dépends des paramètres suivants: Des informations recueillies. Des moyens dont on dispose et les contraintes. Des savoirs et savoir-faire mémorisés. Des objectifs poursuivis.. Le conducteur organise, adapte, prévoit ses actions pour atteindre son objectif.. Il prend des décisions. Il sagit de la construction de modes opératoires Tâche à effectuer. Prélever les informations. Traiter les informations. Agir. Contrôler. Quand la situation est perturbée, le travail de construction du mode opératoire est plus difficile, plus long.

68 Les particularités de lenvironnement urbain. Les trois principaux facteurs. Cest en premier lieu, la densité de circulation surtout aux heures de pointe. Cest la variété dusagers qui se partagent lespace, piétons, cyclistes,véhicules de transport en commun, automobilistes, véhicules de transports de marchandises. La ville est un lieu de rencontre. Ces le rythme de circulation caractérisé par des changement dallure et de direction.

69 Les particularités de lenvironnement autoroutier. Des chassées séparées par un terre plein central, ou des glissières permettant une circulation à sens unique sur au moins deux voies.. Plus de carrefours mais des bretelles daccès ou de sortie Une signalisation spéciale lisible de loin. Des bandes darrêt durgence quon ne peut utiliser quen cas de pannes Un revêtement de grande qualité. Des postes dappel placés à intervalles réguliers.

70 Les particularités de lenvironnement routier. La circulation sur route est fluide cest-à-dire: Que la densité des véhicules rencontrés est plus faible quen ville sauf en cas de bouchons. Que lespacement entre les usagers est plus grand. Que le champ de vision est plus vaste. Une plus grande variété des situations de conduite en fonction: Du relief. Des conditions météorologiques. De létat de la chaussée. De la modulation de vitesse annoncées par les panneaux.. Des usagers que lon ne rencontre que sur les routes (tracteurs agricoles, convois exceptionnels)..

71 Approche systémique dune situation de conduite routière. Une situation de conduite routière est considérée comme un système de production. Elle peut être représentée par les quatre éléments suivants: Un individu, effectuant une tâche en utilisant différents matériels et évoluant dans un certain environnement. Exemple de description dune situation de conduite. Sur la route du col BAYARD (lenvironnement), le conducteur (lindividu), conduit (la tâche) un véhicule (le matériel) afin de se rendre à la ville voisine.

72 PERCEVOIR: Sinformer, regarder, voir, entendre, sentir, cest sélectionner linformation sur les éléments proches et lointains, fixes et mobiles. Devant. Derrière. Les éléments mobiles.Les éléments fixes Configuration des lieux Signalisation verticale Signalisation horizontale Signalisation lumineuse. Les éléments aléatoires. Conditions atmosphériques. État du sol. Latéralement.

73 Analyse physiologique dune situation. En abordant une intersection, le conducteur: Détecte lintersection. Identifie lintersection. Prend linformation. Prévoit la possibilité dun conflit. Décide de mettre en œuvre les règles. Et enfin agit.

74 Franchir une intersection. Traiter les informations. Agir. Contrôler. Exploration perceptive. Mobilité du regard. Vouloir. Organiser des informations, mémoriser. Prévoir décider Restitution psychomotrice. Habileté motrice. Communiquer. Maîtriser le véhicule. Contrôle du résultat obtenu par laction. Sinformer: Décoder, Voir, Regarder, Observer, Ecouter, Identifier. Prévoir de mettre n en œuvre les règles du code de la route en fonction: De la configuration de lintersection. De la signalisation verticale et horizontale. De la visibilité. De la vitesse des véhicules. Des conditions météorologiques. Franchir lintersection: En contrôlant En communiquant. En se positionnant. En ajustant sa vitesse. En positionnant son pieds face au frein. Contrôle de laction par vision directe et indirecte, pour sassurer quaucune erreur na été commise suite à un prélèvement des information trop tardif ou inexistant. Prélever les informations.

75 Jadopte une attitude préventive, je ralentis, je serre à droite et marrête (en douceur pour ne pas faire peur) à la limite de la chaussée. En cas de grande visibilité, il nest pas nécessaire que le devant du véhicule soit avancé si prés. (risques inutiles). Allure excessive. Positionnement mal situé. Jobserve la circulation à gauche comme à droite.Insuffisance de contrôles. Je mengage lorsque je suis sur de ne gêner personne après un dernier coup dœil à gauche. Erreur dappréciation de la vitesse et de la distance des autres usagers. Jexécute cette manœuvre franchement de façon à encombrer lintersection le moins longtemps possible. Démarrage trop lent. Suivre un véhicule qui na pas marqué larrêt sans le marquer soi même. Je franchis une intersection avec obligation de marrêter. 150 mètres en rase campagne 50 mètres en agglomération. Signalisation avancée. Signalisation de positionnement. Bande deffet au sol. Comment je dois me comporter: Ce que je ne dois pas faire.

76 Jadopte une attitude préventive, je ralentis, je serre à droite et en fonction de la visibilité je serais prêt à marrêter. Si la visibilité me le permet et que je ne provoque aucune gêne je ne marque pas de temps darrêt. Je regarde à gauche, ensuite à droite et de nouveau à gauche. Allure excessive. Positionnement mal situé. Insuffisance de contrôles. Si la chaussée nest pas libre, jattends qu elle se dégage. Je regarde à gauche, ensuite à droite et de nouveau à gauche. Erreur dappréciation de la vitesse et de la distance des autres usagers. Jexécute cette manœuvre franchement de façon à encombrer lintersection le moine longtemps possible. Démarrage trop lent. Je franchis une intersection où je dois céder le passage. 150 mètres en rase campagne 50 mètres en agglomération. Signalisation avancée. Signalisation de positionnement. Bande deffet au sol. Comment je dois me comporter: Ce que je ne dois pas faire.

77 Jadopte une attitude préventive, Je ralentis, je serre à droite, jaborde lintersection à une allure qui est fonction de ma visibilité. Positionnement mal situé. Insuffisance de contrôles. Je lâche laccélérateur et me prépare à un éventuel freinageVitesse excessive Jarrive en douceur sur lintersection, jobserve à gauche à droite à gauche. Manque de contrôles. Allure inadaptée. Je passe en fonction de la distance et de la vitesse des autres usagers. Gêne pour un autre usager. Refus de priorité. Je franchis une intersection avec priorité à droite. 150 mètres en rase campagne 50 mètres en agglomération. Signalisation avancée. balise de positionnement. Comment je dois me comporter: Ce que je ne dois pas faire.

78 Jadopte une attitude préventive en fonction de la visibilité, en lâchant laccélérateur. Vitesse excessive. En cas de très grande visibilité je ne modifie pas ma vitesse.Contrôles insuffisants Jobserve les autres usagers et massure quils me cèdent le passage.Contrôles insuffisants ou omis. Je franchis une intersection où jai la priorité 150 mètres en rase campagne 50 mètres en agglomération. Signalisation avancée. Comment je dois me comporter: Ce que je ne dois pas faire.

79 Sinsérer dans un flux de circulation. Traiter les informations. Agir. Contrôler. Exploration perceptive. Mobilité du regard. Vouloir. Organiser des informations, mémoriser. Prévoir décider Restitution psychomotrice. Habileté motrice. Communiquer. Maîtriser le véhicule. Contrôle du résultat obtenu par laction. Sinformer: Décoder, Voir, Regarder, Observer, Ecouter, Identifier. Prévoir de mettre en œuvre les règles du code de la route en fonction: De la visibilité. De la densité de circulation. De la vitesse des autres usagers. De mon comportement et de ma vitesse. Des conditions météorologiques. Sinsérer dans la circulation: En contrôlant en vision directe En communiquant. En ajustant ma vitesse. En contrôlant indirectement. En minsérant sans gêner les usagers. Contrôle de laction par vision directe et indirecte, pour sassurer quaucune erreur na été commise suite à un prélèvement des information trop tardif ou inexistant. Prélever les informations.

80 Je pénètre sur une voie daccélération. Jadopte une attitude préventive jobserve en direct dès la chaussée abordée aussi loin que possible. Manque dobservation. Jévalue la vitesse, la distance et lespacement des véhicules qui y circulent. Erreur dévaluation. Lorsque je suis en parallèle de la chaussée je continue dobserver avec le rétroviseur. Contrôles insuffisants ou omis. Je règle ma vitesse sur les autres usagers, de ce fait jutilise cette voie dans sa majeure partie. Accélération insuffisante. Jactionne le clignotant, je minsère entre deux véhicules en apportant aucune gêne aux autres usager. Si je dois marrêter je le fais en début de la voie. Clignotant omis ou tardif. Refus de priorité. Arrêt non justifié. Comment je dois me comporter: Ce que je ne dois pas faire.

81 Jadopte une attitude préventive je me positionne dans la file qui est du côté de la voie de décélération. Manque dobservation. Jinforme les autres usagers en actionnant le clignotant.Clignotant omis Tardif ou inversé. Je rentre sur la voie dès son début.Prendre tardivement la voie, mauvais positionnement. Dans la mesure du possible je ne réduit ma vitesse quau moment où jai dégagé la voie principale, sauf si cette voie de décélération est très courte. Attention certaine voie de décélération comporte des limitations de vitesse. Ralentir trop tôt. Je sors sur une voie de décélération. Comment je dois me comporter: Ce que je ne dois pas faire.

82 Je mengage sur une aire de stationnement. Avant le ralentissement. Jadopte une attitude préventive je surveille la circulation dans les rétroviseurs. Javertis au moyen du clignotant, et donne de petits coup de feux stop si nécessaire. Clignotant omis Tardif ou inversé. Pendant le ralentissement. Je freine, Je rétrograde dune ou plusieurs vitesses selon les circonstances. Je surveille toujours dans mes rétroviseurs. Freinage trop intensif. Manque de contrôles. Sur le stationnement. Jarrête le clignotant Jimmobilise mon véhicule. Je prend toutes les précautions pour en descendre. Ouvrir la portière sans précautions. Comment je dois me comporter: Ce que je ne dois pas faire.

83 Je quitte une aire de stationnement. Avant de mengager sur la chaussée, je ne dois ni être une gêne ni un danger. Jévalue la densité du flux de circulation, la distance et la vitesse des autres usagers. Manque de contrôles. Mauvaise appréciation des vitesses et distances. Je prévois le temps de me mettre en mouvement et de minsérer dans la circulation. Refus de céder le passage. Jengage ma vitesse, et me tiens prêt à partir. Jactionne le clignotant du côté de la circulation dès que les conditions sont requises. Obliger les usagers à ralentir. Clignotant omis. Je mengage tout en continuant à observer la circulationTrop lent. Jatteins le plus rapidement possible la vitesse des autres usagers. Jéteins le clignotant lorsque je suis intégré dans la circulation. Maintenir laction du clignotant trop longtemps. Comment je dois me comporter: Ce que je ne dois pas faire.

84 Dépasser un véhicule. Traiter les informations. Agir. Contrôler. Sinformer: Décoder, Voir, Regarder, Observer, Ecouter, Identifier. Prévoir de mettre n en œuvre les règles du code de la route en fonction: De la signalisation verticale et horizontale. Du relief de la route. De la visibilité. De la vitesse du véhicule qui précède. De la réserve daccélération. Des conditions météorologiques. Dépasser en: Communiquant. En contrôlant en vision directe et indirecte. En déboîtant. En maintenant sa trajectoire. En respectant les distances latérales. En se rabattant progressivement. Contrôle de laction par vision directe et indirecte, pour sassurer quaucune erreur na été commise suite à un prélèvement des information trop tardif ou inexistant. Prélever les informations. Exploration perceptive. Mobilité du regard. Vouloir. Organiser des informations, mémoriser. Prévoir décider Restitution psychomotrice. Habileté motrice. Communiquer. Maîtriser le véhicule. Contrôle du résultat obtenu par laction.

85 Avant le dépassement: je massure de ne pas être dans un cas dinterdiction, Que la visibilité me le permet. De ne pas gêner les usagers venant en face. Au moyen des rétroviseurs, que je ne suis pas sur le point dêtre dépassé. Davoir la possibilité de me rabattre sans gêner. Davoir une réserve daccélération nettement suffisante. Que la largeur de la chaussée me le permet. Jactionne le clignotant. Je mapproche sans coller le véhicule à dépasser. Je contrôle une dernière fois dans les rétroviseurs. Je me déporte progressivement. Ne pas respecter la signalisation. Erreur dévaluation. Oubli du clignotant. Ne pas avertir en cas de nécessité. Déboîter trop top ou trop tard. Je dépasse un autre véhicule. Comment je dois me comporter: Ce que je ne dois pas faire.

86 Pendant le dépassement: Je dépasse franchement. Je reste très attentif à la route au loin. Je respecte la distance latérale entre les véhicules. Je teins compte des turbulences du vent. Je tiens fermement mon volant. Durée trop longue du dépassement. Serrer de trop près le véhicule dépassé. Volant mal tenu. Après le dépassement: Je reviens à droite par une longue ligne oblique lorsque, dans le rétroviseur, je considère que je peux le faire sans gêner en conservant lallure. Retour à droite prématuré. Ralentissement non motivé. La nuit je passe en feux de route quand je suis à la hauteur de lautre véhicule. Passage en feux de route trop tôt. Je dépasse un autre véhicule. Comment je dois me comporter: Ce que je ne dois pas faire.

87 Je dois faciliter le dépassement même si cela me paraît irrégulier.Refuser de se laisser dépasser. Je serre à droite lorsque le conducteur a manifesté son intention de me dépasser, même si cela ne semble pas indispensable. Gêner lautre véhicule. Je maintiens ma vitesse (sauf si celui qui dépasse sest engagé dangereusement). Augmenter ou réduire sa vitesse sans raison. La nuit je passe des feux de route en feux de croisement quand lautre véhicule est à ma hauteur. Maintenir les feux de route. Je suis dépassé. Comment je dois me comporter: Ce que je ne dois pas faire.

88 Je croise un autre véhicule. Jadopte une attitude préventive, je serre à droite de façon à laisser le plus despace possible entre les deux véhicules. Mauvais positionnement. Sur route étroite, jévalue la vitesse et la distance du véhicule qui arrive en face afin de prévoir lendroit du croisement. Erreur dévaluation et de la difficulté de croisement. Je ralentis en fonction de la largeur de la chaussée.Vitesse excessive. Je marrête si un obstacle placé devant moi moblige à me déporter à gauche. Gêne ou refus de priorité. Je tiens mon volant fermement à deux mains je suis vigilant aux turbulences de lair (écarts). Volant mal tenu La nuit je passe en feux de croisement.Maintien des feux de route A la fin du croisement je jette un coup dœil dans le rétroviseur pour massurer que tout sest bien passé. Manque de contrôles. Comment je dois me comporter: Ce que je ne dois pas faire.

89 Interaction véhicule, conducteur,environnement. Caractère. Intelligence. Responsabilité Sociabilité. Tolérance. Adaptation. Lespace. Le temps. Les autres usagers Mon comportement. Les textes de lois. Conception. Normes et règlements. SECURITE. Primaire ou active. Éviter laccident. Secondaire ou passive. Limiter les dégâts corporels. Tertiaire. Organisation des secours. Le conducteur.Le véhicule.Lenvironnement.

90 La violence dun choc comparé à une chute libre. Impact à 50 Km h Impact à 80 Km h Impact à 100 Km h Chute libre de 10 m (3 étages) Chute libre de 22 m (8 étages) Chute libre de 40 m (13 étages)

91 Force de retenue en cas de choc: Avec les bras……………………………….. 50 Kg Avec les jambes…………………………….. 70 Kg Avec la ceinture…………………………….. 3 tonnes

92 Hypovigilance: Long trajet (plus de 2 h de route) + Perturbation du rythme éveil sommeil + Fatigue + Paysage monotone + Route droite = HYPOVIGILANCE.

93 Laccident nest pas une fatalité!! Fait divers: Un voyageur de commerce qui circulait à vive allure sur une route départementale, à perdu le contrôle de son véhicule et a heurté violement la barrière de sécurité. Jétais pressé car jai perdu beaucoup trop de temps chez un client et jai pris cette petite départementale que je ne connaissais pas, pour raccourcir mon trajet, et il sest mis à pleuvoir. À la sortie du virage je suis partis en glissade. En plus des trois autres clients javais rendez vous ce soir chez un garagiste pour changer mes pneus….. Analyse de laccident. CONDUCTEUR.VEHICULE.ENVIRONNEMENT.ITINERAIRE. Pressé. Vitesse. Retard sur tournée. Pneus usés. Pluie. Route étroite. Chaussée glissante. Inconnu.

94 GÉNÉRALITÉS Organisation Interministérielle PREMIER MINISTRE DÉLÉGUÉ INTERMINISTÉRIEL À LA SÉCURITÉ ROUTIÈRE Réunions du C.I.S.R. COMITÉ INTERMINISTÉRIEL DE LA SÉCURITÉ ROUTIÈRE Réunions du G.I.P.S.R. GROUPE INTERMINISTÉRIEL PERMANENT DE LA SÉCURITÉ ROUTIÈRE Ministre Equipement Transports Logements Ministre Intérieur Ministre Justice Ministre Défense Ministre Economie Finances Industrie Ministre Education Nationale Recherche Technologie Ministre Emploi Solidarité Ministre Jeunesse et Sports Ministre Fonction Publique Réforme Etat Décentralisation Ministre Agriculture Pêche Ministre Aménagement du Territoire Environnement Ministre Culture Communication

95 GÉNÉRALITÉS Acteurs de la Sécurité Routière LEtat Collectivités territoriales Médias Constructeurs Automobiles Assurances Experts Chercheurs Entreprises Auto-écoles … Associations CNAM CRAM Chambres Consulaires … GÉNÉRALITÉS

96 Acteurs Départementaux Services de LEtat Procureur de la République Milieu Socio-professionnel Milieu Associatif Conseil Général Maires Coordinateur IDSR Pôle danimation sécurité routière Chef de projet Sécurité Routière GÉNÉRALITÉS

97 ALCOOL Contrôles dalcoolémie et gravité des accidents Conducteurs en circulation + Alcool 2,0% Conducteurs en infraction + Alcool 4,9% Conducteurs accidentés* + Alcool 8,4% Accidents corporels + Alcool 10% Accidents mortels + Alcool 29,7% * Accidents matériels ou corporels Source : ONISR - bilan 2002

98 ALCOOL Equivalence des verres 10 g d alcool pur dans chaque verre 10 cl de vin à 12,5% 25 cl de bière à 5% 3 cl de whisky à 40% 8 cl dapéritif à 16%

99 ALCOOL Taux dalcoolémie à jeun Taux (g/l) = quantité de liquide (ml) x % d alcool x 0,8 (densité alcool) Poids (kg) x 0,7 (homme) x 100 0,6 (femme) Pour un homme de 70 kg 0,20 g/l Pour une femme de 50 kg 0,33 g/l Un verre

100 0,10 g/h 0,15 g/h 1,5 g/l 4h00 Elimination de lalcool 1,05 g/l0,8 g/l 8h30 14h000,5 g/l0 g/l 19h00 0 g/l 0,5 g/l0,85 g/l 10h30 ALCOOL

101 Repas entre amis 20h00 Apéritif = 10g dalcool 20h20 Apéritif = 10g dalcool 21h00 Verre de blanc = 10g dalcool 21h20Verre de rouge = 10g dalcool 21h40 Verre de rouge = 10g dalcool 22h40 Digestif 4cl = 14g dalcool Monsieur : 35 ans, 1,70m, 70 kg Madame : 35 ans, 1,65m, 55 kg

102 ALCOOL Soirée entre jeunes 21h00 Casse-croûte et une bière = 10g dalcool 21h40 Bière = 10g dalcool 22h00 Bière = 10g dalcool 22h20 Bière = 10g dalcool 22h40 Bière = 10g dalcool 23h20 Whisky = 10g dalcool 00h30 Bière sur parking = 10g dalcool 01h30 Whisky coca = 10g dalcool Lui : 20 ans, 1,80m, 70 kg Elle : 20 ans, 1,70m, 55 kg

103 ALCOOL Alcool et risque daccident courbe de FREUDENBERG

104 ALCOOL Contrôles dalcoolémie Dépistage positif mesure taux dalcoolémie ballon éthylotest g/l de sang éthylomètre mg/l dair

105 ALCOOL Sanctions encourues Taux entre 0,5 et 0,79 g/l sang 0,25 et 0,39 mg/l air Contravention Retrait de 6points Taux à partir de 0,8 g/l sang 0,40 mg/l air Délit Retrait de 6 points Amende forfaitaire de 135 euros Sanctions aggravées en cas daccident provocant des blessures graves Peine de prison jusquà deux ans après jugement par le tribunal correctionnel Amende jusquà euros Suspension du permis jusquà cinq ans

106 Une violation consternante des règles élémentaires. 318 morts pour cause de comportement aberrant. Avec 2166 blessés graves, 318 décès, le refus de priorité a entraîné à lui seul accidents. 313 morts pour cause dimpatience criminelle. Avec 1281 blessés graves, 313 décès le non respect du stop est des feux rouges ont entraînés à eux seul 4064 accidents. 109 morts pour cause dirresponsabilité notoire. Avec 532 blessés graves, 109 décès, le chevauchement ou le franchissement de la ligne blanche ont entraînés à eux seul 1107 accidents.

107 Un enchevêtrement de facteur…humains. INATTENTIONINEXPERIENCEALCOOL 10% des accidents sont dus à une baisse de vigilance. 21,7% des victimes ont moins de 25 ans. 40% des accidents sont imputés à une consommation excessive.

108 Les petits trajets quotidiens sont les plus risqués. Départementale.Agglomération.Autoroute. 20 morts 270 blessés par milliard de kilomètres parcourus 18 morts 775 blessés par milliard de kilomètres parcourus 5 morts 100 blessés par milliard de kilomètres parcourus

109 Il navait pas sa ceinture….


Télécharger ppt "Conditions de circulation: Les panneaux de signalisation. Les panneaux de signalisation sont des moyens de communication entre lenvironnement et les."

Présentations similaires


Annonces Google