La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

De la formation ISA (integrated system approach) au réseau WaB (Wallonie – Bruxelles) Travailler en réseau!

Présentations similaires


Présentation au sujet: "De la formation ISA (integrated system approach) au réseau WaB (Wallonie – Bruxelles) Travailler en réseau!"— Transcription de la présentation:

1 De la formation ISA (integrated system approach) au réseau WaB (Wallonie – Bruxelles) Travailler en réseau!

2 Réseau Pilote Supra-local Wallonie – Bruxelles (WaB) Pour la mise au point de bonnes pratiques de Pour la mise au point de bonnes pratiques de coopération entre services daide aux usagers de drogues de drogues 165, Avenue Bourgmestre Jean Materne, 5100 Jambes, Belgique 0032(0)81/ (0)497/

3 Réseau Pilote Supra-local Wallonie – Bruxelles (WaB) Avec le soutien de la Ministre de la Santé, de lAction sociale et de lEgalité des chances de la Région wallonne. Avec le soutien de la Ministre de la Santé, de lAction sociale et de lEgalité des chances de la Région wallonne.

4 Quest-ce quun réseau? Le "réseau daide et de soins en assuétudes" est l'association de personnes morales et physiques impliquées dans laccueil, laide psychosociale, le traitement et le suivi ambulatoire et/ou résidentiel des personnes concernées directement ou indirectement par les problèmes d'assuétudes, et ceci dans une approche multidisciplinaire. Le "réseau daide et de soins en assuétudes" est l'association de personnes morales et physiques impliquées dans laccueil, laide psychosociale, le traitement et le suivi ambulatoire et/ou résidentiel des personnes concernées directement ou indirectement par les problèmes d'assuétudes, et ceci dans une approche multidisciplinaire. Les missions de ce réseau sont détaillées dans l'Art.3. §1er du décret relatif à lagrément et au subventionnement des réseaux daide et de soins et des services spécialisés en assuétudes. Les missions de ce réseau sont détaillées dans l'Art.3. §1er du décret relatif à lagrément et au subventionnement des réseaux daide et de soins et des services spécialisés en assuétudes. Date : 26/11/2008 Sources :Décret du 27 novembre 2003 relatif à lagrément et au subventionnement des réseaux daide et de soins et des services spécialisés en assuétudes, Art.2. 1°et 4°(M.B. du 29/12/2003, p )

5 Les premiers pas… Quand des intervenants de terrain se rencontrent…

6 Mars 2003 : Formations de base pour intervenants en toxicomanie (10 jours) Les critères de Georges De Leon : les différents stades, la motivation et les besoins des personnes dépendantes. Les cadres légaux du travail en réseau. Circuits de soins: le réseau gantois. Exploration des différents réseaux et des pratiques qui fonctionnent. Aspects cliniques et médicaux. Secret professionnel et secret partagé. Élaboration dun réseau virtuel.

7 1er cycle de supervisions Avril 2004 à juin 2005 (8 jours) Objectifs Objectifs Concrétiser la formation 2003 avec un soutien extérieur dans une perspective de collaboration supra-locale (supervisions assurées par M. Sven Cole, case manager gantois). Concrétiser la formation 2003 avec un soutien extérieur dans une perspective de collaboration supra-locale (supervisions assurées par M. Sven Cole, case manager gantois). Expérimenter les concepts développés lors de la formation. Expérimenter les concepts développés lors de la formation. Se situer et situer les autres dans une cartographie des structures daide. Se situer et situer les autres dans une cartographie des structures daide. Augmenter la confiance entre les différents services. Augmenter la confiance entre les différents services. Favoriser les échanges de savoirs (« savoir-faire » et « savoir être »). Favoriser les échanges de savoirs (« savoir-faire » et « savoir être »).

8 Les outils utilisés durant les supervisions Larbre décisionnel. Larbre décisionnel. Nomenclature et cadastre des institutions. Nomenclature et cadastre des institutions. La charte éthique et le règlement dordre intérieur. La charte éthique et le règlement dordre intérieur. Le secret partagé. Le secret partagé. LEurop ASI. LEurop ASI. Études de cas. Études de cas. La concertation clinique : début dun travail sur le terrain avec le client. La concertation clinique : début dun travail sur le terrain avec le client.

9 2ème cycle de supervisions Octobre 2006 à février 2007 (4 jours) Objectifs Objectifs Renforcer le travail de collaboration sur le terrain. Renforcer le travail de collaboration sur le terrain. Développer, adapter et valider les outils avec des études de cas et élaborer des trajets de soins pour les clients. Développer, adapter et valider les outils avec des études de cas et élaborer des trajets de soins pour les clients. 2007: Constitution du groupe ISA en Réseau WaB Identité propre au réseau développé, en référence au territoire géographique couvert. ISA

10 Création du réseau : 2007

11 Une dynamique de base Volonté dexploiter la richesse des différents niveaux dinterventions présents depuis 2003 dans le cadre de la formation et des supervisions. Volonté dexploiter la richesse des différents niveaux dinterventions présents depuis 2003 dans le cadre de la formation et des supervisions. Volonté de tirer parti de la diversité géographique des intervenants. Volonté de tirer parti de la diversité géographique des intervenants. Volonté de construire un outil novateur sur base de lexpertise et du savoir faire spécifique dintervenants de terrain. Volonté de construire un outil novateur sur base de lexpertise et du savoir faire spécifique dintervenants de terrain.

12 Un constat de départ En dépit de lexistence de réseau locaux, formels ou informels, des usagers de drogues présentant des difficultés complexes ne peuvent pas toujours prétendre aux services quils nécessitent. En dépit de lexistence de réseau locaux, formels ou informels, des usagers de drogues présentant des difficultés complexes ne peuvent pas toujours prétendre aux services quils nécessitent. Ces usagers nécessitent un appui et une concertation spécifiques propres à les sortir de leurs impasses,de même que des impasses dans lesquelles se trouvent les institutions quils consultent. Ces usagers nécessitent un appui et une concertation spécifiques propres à les sortir de leurs impasses,de même que des impasses dans lesquelles se trouvent les institutions quils consultent.

13 Concertation clinique Pour apporter des éléments de réponse à ces usagers, Pour apporter des éléments de réponse à ces usagers, une concertation clinique est préconisée entre une concertation clinique est préconisée entre intervenants. Ceux-ci se réunissent durant une journée, intervenants. Ceux-ci se réunissent durant une journée, une fois par mois. une fois par mois. Dans ce cadre, ils élaborent des trajets de soins qui sont Dans ce cadre, ils élaborent des trajets de soins qui sont ensuite proposés aux usagers en crise dans leurs ensuite proposés aux usagers en crise dans leurs réseaux locaux. réseaux locaux. Lors des réunions un suivi des trajets déjà élaborés est Lors des réunions un suivi des trajets déjà élaborés est également réalisé. également réalisé. Ces rencontres constituent des outils destinés à Ces rencontres constituent des outils destinés à contribuer à des échanges de bonnes pratiques au contribuer à des échanges de bonnes pratiques au quotidien. quotidien.

14 Concertation clinique : préalables Consolider la mission et les critères de WaB. Consolider la mission et les critères de WaB. Créer la charte éthique du réseau WaB. Créer la charte éthique du réseau WaB. Élaborer le consentement informé. Élaborer le consentement informé. Créer une fiche dinclusion. Créer une fiche dinclusion. Réaliser un règlement dordre intérieur. Réaliser un règlement dordre intérieur. Assurer une publicité de loffre de services et du projet. Assurer une publicité de loffre de services et du projet. Renforcer le travail sur le terrain. Renforcer le travail sur le terrain.

15 Une concertation clinique sur quelles bases théoriques ? Pré réflexion : le patient na aucune intention de cesser de consommer. Réflexion : le patient a lintention de cesser de consommer. Décision : le patient a lintention de cesser de consommer. Il a tenté de le faire, ou a modifié quelque peu son comportement. Action : le patient ne consomme plus. Stabilisation : Le patient tente de maintenir ses nouveaux comportements et de ne pas retourner à la consommation. Rechute : le patient retourne vers la consommation. Modèle de Prochaska- Di Clemente

16 Les étapes vers le changement : Georges De LEON 10. Intégration + nouvelle identité 9. Continuation 8. Expérience dabstinence 7. Sevrage 6. Prêt pour le traitement 5. Prêt pour le changement 4. Motivation intrinsèque 3. Motivation extrinsèque 2. Ambiguïté 1. Déni Psychologue Réinsertion professionnelle Centre de jourRéduction des risques Réinsertion sociale Communauté thérapeutique 10. Intégration + nouvelle identité 9. Continuation 8. Expérience dabstinence 7. Sevrage 6. Prêt pour le traitement 5. Prêt pour le changement 4. Motivation intrinsèque 3. Motivation extrinsèque 2. Ambiguïté 1. Déni Psychologue Réinsertion professionnelle Centre de jourRéduction des risques Réinsertion sociale Communauté thérapeutique 10. Intégration + nouvelle identité 9. Continuation 8. Expérience dabstinence 7. Sevrage 6. Prêt pour le traitement 5. Prêt pour le changement 4. Motivation intrinsèque 3. Motivation extrinsèque 2. Ambiguïté 1. Déni Psychologue Réinsertion professionnelle Centre de jour Réduction des risques Réinsertion sociale Communauté thérapeutique

17 Dynamique WaB ANALYSE DE LA SITUATION ANALYSE DE LA SITUATION CONSTAT DABSENCE DE RESSOURCES ADAPTEES ET CONSTAT DABSENCE DE RESSOURCES ADAPTEES ET DISPONIBLES AU NIVEAU LOCAL DISPONIBLES AU NIVEAU LOCAL CONSENTEMENT DU CLIENT CONSENTEMENT DU CLIENT ACTIVATION DU RESEAU ACTIVATION DU RESEAU CONTACT ENTRE PERSONNES DE REFERENCE CONTACT ENTRE PERSONNES DE REFERENCE ELABORATION DUNE STRATEGIE DINTERVENTION ELABORATION DUNE STRATEGIE DINTERVENTION SUIVI ET EVALUATION SUIVI ET EVALUATION

18 Particularités du Réseau WaB 1. Chaque partenaire est issu dune institution ou dun service implanté dans une zone géographique particulière. 2. Chaque membre du groupe représente un niveau dintervention et une expertise spécifiques. > Cohérence avec les références théoriques communes. 3. Chaque membre du groupe est un intervenant de terrain. Constitution dun projet inédit qui permet délaborer des trajets de soins inédits. Constitution dun projet inédit qui permet délaborer des trajets de soins inédits.

19 Instaurer une collaboration optimale entre les membres du réseau. Instaurer une collaboration optimale entre les membres du réseau. Développer des concertations cliniques mensuelles. Développer des concertations cliniques mensuelles. Instaurer un lien entre les différents réseaux locaux, de manière à utiliser à leur juste mesure des services ou institutions. Instaurer un lien entre les différents réseaux locaux, de manière à utiliser à leur juste mesure des services ou institutions. Élaborer des trajets de soins adaptés à la situation singulière de la personne et assurer un suivi. Élaborer des trajets de soins adaptés à la situation singulière de la personne et assurer un suivi. Partager et diffuser les outils élaborés aux fins de bon fonctionnement du réseau (WaB = réseau pilote). Partager et diffuser les outils élaborés aux fins de bon fonctionnement du réseau (WaB = réseau pilote). Les objectifs du réseau WaB

20 WaB: deux types de bénéficiaires 1. Les usagers de drogues majeurs, qui nécessitent et souhaitent une prise en charge plus globale par des structures complémentaires et diversifiées dans loffre de soins. 1. Les usagers de drogues majeurs, qui nécessitent et souhaitent une prise en charge plus globale par des structures complémentaires et diversifiées dans loffre de soins. 2. Les partenaires (services et institutions) qui ne peuvent plus travailler seuls pour assurer une prise en charge optimale de ces personnes. 2. Les partenaires (services et institutions) qui ne peuvent plus travailler seuls pour assurer une prise en charge optimale de ces personnes.

21 Les partenaires Des professionnels de terrain actifs en matière d assuétudes et problèmes associés (éducateurs, psychologues, infirmiers, assistants sociaux,…). Chacun représente une institution ou un service disposant dune expertise spécifique, de manière à éviter les répétitions de solutions ou le cloisonnement; le but ultime étant de servir les intérêts des bénéficiaires. Plus que son propre service ou sa propre institution, chaque intervenant représente aussi son ou ses réseau(x) local(aux).

22 Critères dinclusion des partenaires Membres structurels: Membres structurels: Institutions présentant un niveau dintervention non encore présent au sein du réseau WaB et/ou couvrant une zone géographique non encore atteinte. Implique une participation régulière (concertation clinique mensuelle). Membres adhérents: Institutions sollicitant les services du réseau WaB et participant ponctuellement à une concertation mensuelle, en cas de besoin. Implique une participation ponctuelle.

23 Pré Requis Adhésion aux modèles théoriques de De Leon, Prochaska et Di Clemente (cadre de référence commun aux partenaires). Ces modèles proposent comme objectif ultime le développement de lindividu et le rétablissement complet de la personne toxicomane. Adhésion à la charte éthique et au R.O.I. Il sagit de deux conditions préalables à toute participation au réseau WaB, en qualité de partenaire structurel ou de partenaire adhérent

24 Inclusions des usagers Via la fiche dinclusion et, après signature du consentement informé. Soit inclusion en concertation clinique mensuelle à la demande dun partenaire. Soit inclusion si orientation dune institution WaB vers une autre institution WaB. Linstitution qui « oriente » ou qui « accueille » propose linclusion au patient (si pertinent).

25 Les critères dinclusions des usagers Personnes majeures présentant une problématique dassuétude avec éventuels problème(s) associé(s), qualifiée de chronique et/ou complexe, sur base de la signature dun consentement informé, condition préalable à son inclusion. Clients nécessitant une prise en charge spécifique qui implique une collaboration interinstitutionnelle. Il sagit des personnes ne trouvant pas ou plus dalternative à leur situation complexe au niveau local ou qui souhaitent séloigner géographiquement de leur environnement immédiat. Le réseau WaB ne se substitue pas aux réseaux existants mais entend venir en complémentarité.

26 2007: Un nouveau pas important est franchi Les directions respectives des institutions « fondatrices » constituent le « groupe des directeurs ». Une réunion trimestrielle de ce groupe des directeurs est organisée. Appui des directions des institutions promotrices du projet et demande dun subside auprès de la RW dans le cadre du PST 3 (plan stratégique n°3). Juillet 2008 : accord de la Région wallonne quant à loctroi dun subside Décembre 2008 : engagement de la coordinatrice

27 Ces quelques lignes de témoignage illustrent la pratique de notre réseau. Ces quelques lignes de témoignage illustrent la pratique de notre réseau. « Après une expérience en communauté thérapeutique, longue de quatorze mois. Jai choisi de minstaller, en couple, avec une ancienne résidente de cette communauté, malgré des mises en gardes. « Après une expérience en communauté thérapeutique, longue de quatorze mois. Jai choisi de minstaller, en couple, avec une ancienne résidente de cette communauté, malgré des mises en gardes. Très vite, notre relation sest dégradée et jai surpris ma compagne à consommer de lhéroïne Très vite, notre relation sest dégradée et jai surpris ma compagne à consommer de lhéroïne Jai moi-même perdu pied. Face à cet échec, jai recommencé à consommer de lalcool et puis très vite, de la cocaïne. Javais déjà compris que jétais en « rechute ». Jai moi-même perdu pied. Face à cet échec, jai recommencé à consommer de lalcool et puis très vite, de la cocaïne. Javais déjà compris que jétais en « rechute ». Face à la dégradation de ma situation, jai contacté un professionnel de la santé que je connaissais de mon passage en communauté thérapeutique. Au vu de mon parcours passé, des nombreuses institutions que javais déjà fréquentées et des comportements violents que javais eu, peu de portes métaient encore ouvertes. Face à la dégradation de ma situation, jai contacté un professionnel de la santé que je connaissais de mon passage en communauté thérapeutique. Au vu de mon parcours passé, des nombreuses institutions que javais déjà fréquentées et des comportements violents que javais eu, peu de portes métaient encore ouvertes. Pourtant, javais besoin daide et rapidement. Je voulais aussi fuir mon environnement proche qui était devenu nocif. Pourtant, javais besoin daide et rapidement. Je voulais aussi fuir mon environnement proche qui était devenu nocif. Je sentais que tout allait de plus en plus mal. Je sentais que tout allait de plus en plus mal. Il ma proposé de discuter de ma situation avec dautres professionnels faisant partie dun réseau et jai donné mon accord ». Il ma proposé de discuter de ma situation avec dautres professionnels faisant partie dun réseau et jai donné mon accord ».

28 Le Réseau WaB en 2010 Un coordinateur 2008 Un groupe de terrain 2003 Un Comité dAccompagnement Scientifique 2009 Un groupe de Directeurs 2007

29 Les partenaires WaB en 2010 Le Répit, centre ambulatoire Couvin Le Répit, centre ambulatoire Couvin Transit, centre de crise et dhébergement Bruxelles Transit, centre de crise et dhébergement Bruxelles Les Hautes-Fagnes, centre de post-cure Malmédy Les Hautes-Fagnes, centre de post-cure Malmédy La Passerelle (PCS), travail de rue Châtelet La Passerelle (PCS), travail de rue Châtelet Revivo A, hôpital psychiatrique St-Martin Dave Revivo A, hôpital psychiatrique St-Martin Dave Phénix, centre de jour Jambes Phénix, centre de jour Jambes Parenthèse, M.A.S.S. Mons Parenthèse, M.A.S.S. Mons Foyer Georges Motte, maison daccueil Bruxelles Foyer Georges Motte, maison daccueil Bruxelles Trempoline, centre de post-cure Châtelet Trempoline, centre de post-cure Châtelet LUnité 6, hôpital psychiatrique La Clairière (Vivalia) Bertrix LUnité 6, hôpital psychiatrique La Clairière (Vivalia) Bertrix LObservation, hôpital psychiatrique St-Bernard Manage LObservation, hôpital psychiatrique St-Bernard Manage LEspérance, centre de post-cure Thuin LEspérance, centre de post-cure Thuin Espas (PSSP), travail de rue Arlon Espas (PSSP), travail de rue Arlon Dédale, hôpital psychiatrique (Isosl) A CONFIRMERLiège Dédale, hôpital psychiatrique (Isosl) A CONFIRMERLiège

30

31 3.Province de Liège - 1 centre de post- cure (Hautes-Fagnes) 4.Province du Luxembourg -1 hôpital psychiatrique (La Clairière) -1 service de prévention et de sécurité (Espas travail de rue) 5.Province de Namur -1centre ambulatoire (Le Répit) -1hôpital psychiatrique (Saint-Martin) - 1centre de jour (Phénix) 2.Province du Hainaut -1plan de cohésion sociale travail de rue -2 centres de post-cure (trempoline et lespérance) -1hôpital psychiatrique (Saint-bernard) -1M.A.S.S. (Parenthèse) 1.Province du Brabant Wallon ABSENCE DE PARTENAIRE REGION WALLONNE: 10 partenaires dont 1 membre adhérent 1.Province du Brabant Wallon ABSENCE DE PARTENAIRE 3.Province de Liège - 1 centre de post-cure (Hautes-Fagnes) 4.Province du Luxembourg -1 hôpital psychiatrique (La Clairière) -1 travail de proximité (PSSP Espas travail de rue) 5.Province de Namur -1centre ambulatoire (Le Répit) -1hôpital psychiatrique (Saint-Martin) - 1centre de jour (Phénix) 2.Province du Hainaut -1plan de cohésion sociale travail de rue -2 centres de post-cure (trempoline et lespérance) -1hôpital psychiatrique (Saint-bernard) -1M.A.S.S. (Parenthèse)

32 REGION BRUXELLOISE: 2 membres structurels

33 Quelques chiffres: nbre de partenaires Perspectives de développement

34 Quelques chiffres : Inclusions Nombre dinclusions par mois : décembre 2008 à octobre 2009 Inclusions: moyenne = 3.70 / mois. Suivis: moyenne = 10 / mois.

35 Quelques chiffres : file active, inclusions et trajets de soins File active ( oct. 09) File active ( oct. 09) 68 personnes 68 personnes Inclusions (depuis janvier 2009) Inclusions (depuis janvier 2009) 37 inclusions 37 inclusions Trajets de soins Trajets de soins 100 % élaborés 100 % élaborés et proposés et proposés

36 Quelques chiffres: Inclusions 12 inclusions par Transit ; 12 inclusions par Transit ; 9 par Trempoline ; 9 par Trempoline ; 8 par Revivo A ; 8 par Revivo A ; 3 par La Clairière ; 3 par La Clairière ; 2 par Phénix ; 2 par Phénix ; 2 par Le Répit ; 2 par Le Répit ; 1 par lEspérance ; 1 par lEspérance ; 1 par les Hautes-Fagnes ; 1 par les Hautes-Fagnes ; 1 par le PCS Châtelet. 1 par le PCS Châtelet.

37 Répartition Hommes / femmes FEMMES Hommes HOMMES

38 Quelques chiffres: Inclusions Les inclusions semblent indépendantes du niveau dintervention des structures qui les initient. Les inclusions semblent indépendantes du niveau dintervention des structures qui les initient. Bas seuil, hospitalier et centre résidentiel de post-cure sont à lorigine du plus grand nombre dinclusions. Bas seuil, hospitalier et centre résidentiel de post-cure sont à lorigine du plus grand nombre dinclusions. Des structures qui incluent peu ou pas peuvent être très fréquemment impliquées dans les trajectoires de soins suggérées. Des structures qui incluent peu ou pas peuvent être très fréquemment impliquées dans les trajectoires de soins suggérées.

39 Objectifs WaB : planifiés via le Un outil de planification, dexécution et de suivi- évaluation des projets de développement. Un outil de planification, dexécution et de suivi- évaluation des projets de développement. Aide à lélaboration des projets en ne couvrant que les éléments essentiels quil résume en un tableau ou matrice. Aide à lélaboration des projets en ne couvrant que les éléments essentiels quil résume en un tableau ou matrice. Guide et structure le développement du réseau. Guide et structure le développement du réseau. Assure la cohérence entre le groupe de terrain et le groupe des Directeurs. Assure la cohérence entre le groupe de terrain et le groupe des Directeurs. Fixe les critères et indicateurs. Fixe les critères et indicateurs. cadre logique cadre logique WaB

40 Objectifs à court et moyen terme Développer et consolider le réseau WaB. 1. Inclure de nouveaux partenaires pour : Disposer dune représentativité ainsi que dune diversité dinstitutions proposant chacune un niveau dintervention et de prise en charge spécifiques. Bénéfices attendus: Augmenter la richesse de la concertation clinique et faciliter lélaboration de trajets de soins. Augmenter le nombre de clients inclus dans le Réseau, de manière à ce quils bénéficient de ses services et de son savoir faire; compte tenu du nombre de dossiers relatifs à des personnes pour lesquelles les professionnels de trouvent dans une impasse quant à une piste de solution.

41 Objectifs à court et moyen terme 2. Mise en place dun Comité dAccompagnement Scientifique ( deux réunions annuelles) Valider les outils ( consentement informé, fiche inclusion, cadastre, charte de partenariat et R.O.I.) Garantir le respect du secret professionnel et des règles de déontologies et éthiques Proposer des outils destinés à évaluer la plus-value du réseau Apporter un regard extérieur et critique sur le travail accompli par le réseau et aboutir à des suggestions/recommandations. Soutenir le projet dans sa reconduction et sa pérennisation Effectif depuis Septembre 2009

42 Objectifs à court et moyen terme 3. Diffuser et partager les outils développés à des fins de « bonnes pratiques » Fiche dinclusion Consentement informé Charte éthique R.O.I. Cadastre des institutions

43 Objectifs à court et moyen terme 4. Création dun site Internet Soutenir et développer linteractivité entre les membres du réseau ainsi quavec lensemble des acteurs actifs en matière de toxicomanie, au niveau régional, national et international. Viser à accroître la visibilité du réseau tout en présentant avec clarté ses activités.

44 Réseau Pilote Supra-local Wallonie – Bruxelles (WaB) Siège social : 165, Avenue Bourgmestre Jean Materne, 5100 Jambes. Belgique Ronald CLAVIE Coordinateur 0032(0)2/ (0)497/ Avec le soutien de la Ministre de la Santé, de lAction sociale et de lEgalité des chances de la Région wallonne.


Télécharger ppt "De la formation ISA (integrated system approach) au réseau WaB (Wallonie – Bruxelles) Travailler en réseau!"

Présentations similaires


Annonces Google