La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

AXE THÉMATIQUE PRIORITAIRE «  Transmettre, apprendre, savoir » LPCP Équipe 2 Cliniques de l’extrême : incidence sur les processus de pensée et d’apprentissage.

Présentations similaires


Présentation au sujet: "AXE THÉMATIQUE PRIORITAIRE «  Transmettre, apprendre, savoir » LPCP Équipe 2 Cliniques de l’extrême : incidence sur les processus de pensée et d’apprentissage."— Transcription de la présentation:

1 AXE THÉMATIQUE PRIORITAIRE «  Transmettre, apprendre, savoir » LPCP Équipe 2 Cliniques de l’extrême : incidence sur les processus de pensée et d’apprentissage

2 BILAN 2005-2008 – Histoire d’une jeune équipe
Equipe 2 – Violence, Traumatisme, Sexualités Responsable : Pr. François MARTY Adjoint : Jean-Yves CHAGNON BILAN – Histoire d’une jeune équipe 12 membres Titulaires : 2 Professeurs 2 Maîtres de Conférences HDR 4 Maîtres de Conférences Associés : 1 Professeur 1 HDR 1 PAST 1 Allocataire de recherche

3 Majorité de jeunes chercheurs (nouvellement recrutés) engagés dans une clinique actuelle
Prises de risque : Thématiques liées à l’urgence, l’extrême, problématiques sociétales et de santé publique Populations « aux limites » : greffés, traumatisés, intersexes, dépendants, suicidaires, survivants Méthodologies cliniques diversifiées (clinique « tous terrains ») Impacts Cliniques (sur les pratiques médicales, judiciaires et sociales), Pédagogiques, choix innovants (enseignements sur les fonctionnements limites, la latence, la violence, le trauma, l’expertise, conduites de l’agir, etc.), Scientifiques (conférences de consensus) Sur les politiques de santé publique (implications ministères)

4 Participation à des projets communs avec d’autres structures de recherche
- Projet BQR avec l’équipe 3 du LPCP et les Sciences de l’éducation (Paris Descartes) - Projet ANR avec l’équipe 3 du LPCP en collaboration avec l’Unité INSERM U669 Insertion et liens - Dans le domaine de la santé et de la médecine (services hospitaliers), de la justice (expertise), de l’éducation (psychologie scolaire, formation des maîtres), du travail (CNAM) - Relations étroites avec le Collège International de l’Adolescence (CILA) -Réseaux internationaux

5 Projet 2010-2013 ==) Restructuration de l’équipe (Intégration du GERPA)
16 membres Membres internes : 7 2 Professeurs 2 Maîtres de Conférences HDR 3 Maîtres de Conférences Membres associés : 9 2 Professeurs 2 Maîtres de Conférences HDR 1 HDR 2 Maîtres de Conférences 1 PAST 1 Post-Doctorant

6 Projet 2010 – 2013 Fédération autour d’une thématique : Cliniques de l’extrême
DU LIEN SOCIAL Violences Exclusion, Ruptures Traumatismes Travail Cliniques de l’extrême (Paradigme des limites) DU CORPS ET DU PSYCHISME Psychosomatique, Vieillissement DES SEXUALITES ET DES GENRES Intersexes, Dépendances et prises de risques sexuels

7 Agir, mentaliser, exprimer, communiquer
Après la visite de l’AERES 3ème restructuration par intégration d’une partie de l’équipe 3 (E. Lecourt) Clinique et psychopathologie du lien inter et trans-subjectif - CORPS ET MEDIATIONS en psychothérapie COUPLES ET FAMILLES Approches analytique et systémique INSTITUTIONS : AMBIANCES ET CONFLITS DEDANS-DEHORS Agir, mentaliser, exprimer, communiquer ARTS THERAPIES PROCESSUS GROUPAUX SUR iNTERNET CLINIQUES INTRA,INTER ET TRANSCULTURELLE

8 Nouvelle appellation : Cliniques de l’extrême :
âges de la vie, processus groupaux Paradigme des limites -lien social inter et transubjectif -limites de l’identité -limites du corps Références : -métapsychologie freudienne et post-freudienne -théories socio-cliniques -appliquées à l’individu, aux groupes et aux institutions

9 Equipe 2 : CLINIQUES DE L’EXTREME responsable : Pr
Equipe 2 : CLINIQUES DE L’EXTREME responsable : Pr. François Marty  ADJOINT Jean-Yves CHAGNON (30 membres : 7 Pr., 1 PU-PH, 3 MC/HDR, 10 MC, 2 HDR, 1 PAST, 1 ATER, 1 Allocataire, 4 Post-doc) Membres titulaires (12) Membres associés (13) Chagnon Jean-Yves (MC/HDR) Dejours Christophe (Pr., CNAM) Duchet Clara (MC) ESTELLON Vincent (MC) Gueniche Karine (MC) HOUSSIER Florian (MC) Jaitin Rosa (PAST) LECOURT Edith (Pr.) MARTY François (Pr.) Peruchon Marion (MC) (retraite en 2010) Robert Philippe (MC) VINSONNEAU Geneviève (MC/HDR) BITTOLO Christophe (Post-doc, Psychologue, Docteur en psychologie) BOUCHER Nicole (MC-HDR, Sciences de l’Education, Paris-5) CARTRON Annick (MC, Paris-5) (retraite en 2011) CHAUCHAT Hélène (MC, Paris-5) Ciavaldini André (HDR, Psychanalyste, CHU Saint-Egrève, Grenoble)

10 ATER, allocataires, post-doc
Membres associés ATER, allocataires, post-doc COSLIN Pierre (Pr., Paris-5) Eiguer Alberto (Psychiatre, Psychanalyste, HDR) FELDMAN Marion (MC à l’IUT, Paris-5) GIRON Céline (MC, IUFM Paris) GOVINDAMA Yolande (Pr. à Rouen) LHOMME-RIGAUD Colette (Pr. Paris-5) MORO Marie-Rose (PU-PH, Cochin, Paris-5) Pommier François (Pr. à Paris-10 Nanterre) ATER, Allocataires (2) KERNIER (de) Nathalie (ATER) POUMEYROL Stéphanie (Allocataire) Post-doc (3) HUMPHREYS Derek (Post-doc., Médecin, Psychanalyste, Chargé de cours) SURUGUE Pascale (Post-doc, gynécologue, Docteur en psychologie) TISON Brigitte (Post-doc, Psychologue, chargée de cours)

11 Problématiques, objets, concepts
Problématiques ciblées, pertinentes au niveau sociétal, prioritaires en terme de santé publique Clinique de l’extrême = clinique contemporaine, reculant les limites des réalités humaines; extrême = recherche de sensation(nel), confrontation aux limites psychiques, physiques, sociales, culturelles Questionne les limites, les seuils, l’intensité, le regard et renvoie aux modifications psychosociales et culturelles valorisant le narcissisme et l’individu au détriment du collectif; balaie du normal au pathologique Psychopathologie contemporaine changeante : atteinte de la pensée, diminution des manifestations mentales vers le registre de l’agir et de la somatisation Concerne le champ du fonctionnement psychique individuel, mais également groupal, institutionnel (école, famille, travail) à tous les âges de la vie Etudes descriptives, analytiques, explicatives et perspectives thérapeutiques nouvelles (individu, couple, groupe, famille, médiations)

12 Regroupements thématiques
1/Approche clinique et psychopathologique de la violence : - agirs (auto/hétéro) destructeurs -maltraitances physiques et psychiques -délinquance et agressions sexuelles -souffrance et violence au travail : → passage à l’acte a du sens →défense narcissique-identitaire F. Marty, J-Y Chagnon, F. Houssier, A. Ciavaldini, P. Coslin, H. Chauchat, A. Cartron, B. Tison, A. Eiguer, Y. Govindama, N. De Kernier, C. Dejours,

13 Regroupements thématiques
2/Traumatismes et limites : -réactions aux événements traumatiques et santé -effets des interventions d’urgence -fonctionnements psychiques et sexualités limites -addictions (alcool, haschich) -situations extrêmes : fin de vie, maladies léthales, grande vulnérabilité, exclusions : C. Duchet, V. Estellon, F. Pommier, F. Marty, J-Y Chagnon

14 Regroupements thématiques
3/Identité sexuée et construction identitaire -Construction identitaire et culture -L’identité sexuée et ses troubles -La latence normale et pathologique (troubles des apprentissages) -La construction génitale adolescente : P. Coslin, G. Vinsonneau, K. Guéniche, F. Marty, J-Y Chagnon

15 Regroupements thématiques
4/ Psychosomatique -Corps malade/corps érotique : métapsychologie de l’amour -Psychopathologie des malades somatiques -Entretiens familiaux, maladie, adolescence -Processus de vieillissement : C. Dejours, K. Guéniche, St. Poumeyrol, R. Jaitin, M. Perruchon

16 Regroupements thématiques
5/ Analyse du fonctionnement groupal : Les groupes crées et développés sur Internet (E. Lecourt, P. Robert, C. Bittolo)

17 Regroupements thématiques
6/Clinique de la famille et de la périnatalité -évaluation des relations intrafamiliales (F. Marty, P. Robert en coll. avec F. de Singly) -fonction paternelle (B. Lolo) -clinique anthropologique du bébé (Y. Govindama) -inhabilité parentale et adoption (D. Humphreys) -représentations sociales, genre et violences conjugales (H. Chauchat)

18 Regroupements thématiques
7/ Les médiations thérapeutiques : art- thérapies (dir. : E. Lecourt) -approche corporelle et émotionnelle dans l’anorexie -danse thérapie, musicothérapie -effets, évaluations

19 Regroupements thématiques
8/Processus psychiques de la culture, Inter et transcuturels Le fait religieux à l’hôpital (Y. Govindama, M-R Moro) C. Lhomme Rigaud

20 Regroupements thématiques
9/ Approches clinique et sociale du milieu scolaire -Equipes soignantes, éducatives et enseignantes et adolescents en difficulté psychique ou en situation de handicap mental –Projet BQR (B. Pechberty, P. Robert) -Stress et stratégies en milieu scolaire et professionnel (H. Chauchat) -Représentations sociales de l’adolescence chez les jeunes enseignants (C. Giron)

21 La psychologie scolaire Dir. : F. Marty
-Psychologie scolaire : lieu d’exercice des psychologues scolaires et/ou cliniciens -Fonction d’évaluation et d’orientation des enfants en difficultés d’apprentissages et de relations -Approche globale, holistique (cognitive et affective), avec resaisie des troubles dans l’histoire personnelle et familiale -Fonction d’aide aux enseignants, d’analyse des pratiques, d’animation du RASED -Interface cognition/affectivité/socialisation Groupe (classe, famille)/individu

22 Précisions épistémologiques
Métapsychologie = théorie de l’appareil psychique (ou du fonctionnement mental) individuel ou groupal conçu comme appareil à traiter l’excitation pulsionnelle Fonctionnement mental = objet de l’évaluation « La théorie de l’appareil psychique s’origine dans le concept de conflit psychique, s’étaye sur les trois principes fondamentaux de constance, de plaisir et de réalité, et se décline du triple point de vue dynamique, énergétique et topique fondant la métapsychologie. En construction dès la naissance, voire antérieurement, cet appareil produit et gère les processus mentaux comme leurs dysfonctionnements » (Sztulman, Chabrol, 2000, p. 57).

23 Précisions épistémologiques
« Le psychisme humain est sous l’influence d’un double déterminisme, naturel et culturel. Il en émerge, comme une création originale, dans sa spécificité (irrécusable) et son autonomie (relative) » (Green, 1995). Intérêt : réalité psychique irréductible prise entre réalités biologique et sociale distinctes mais perméables

24 Précisions épistémologiques
Psychopathologie : étiopathogénie relevant de la complexité (E. Morin) -polyfactorialité (génétique, biologique, psychique, inter et transubjective, sociale, etc.) -causalités en réseau, circulaires, rétroactives (phénomènes d’après coup) -refus de la psychogénèse linéaire (autisme) Le « comment » importe plus que le « pourquoi » : il fonde notre action clinique, thérapeutique et de recherche. « L’enfant fait quelque chose de ce qu’on lui a fait » (Chiland)

25 RELATIONS AVEC L’ATP Pas de travaux directs sur les processus d’apprentissage mais les processus de pensée sont au cœur de nos préoccupations : pas de cognition sans traitement pulsionnel (affects) La clinique de l’extrême pèse sur la mentalisation, le travail de symbolisation secondaire (verbale) Le traitement de l’excitation en est affecté : conséquences agies, relationnelles, identitaires, somatiques Exemples de recherches suivants : JYC

26 La période de latence JYC
Recherche internationale (MPP) sur le fonctionnement psychique aujourd’hui Hypothèse : les processus de latence (désexualisation des relations et de la pensée) sont modifiés dans les contextes culturels occidentaux Maintien d’une excitation pulsionnelle source de relations perversiformes et agies, modification de la structure de personnalité Méthodologie projective (Rorschach, TAT), entretiens semi-directifs

27 Hyperactivité et agressions sexuelles JYC
Recherche sur le fonctionnement psychique des adolescents agresseurs sexuels : expertise judiciaire ¾ présentaient des états d’agitation, troubles des apprentissages Hyperactivité (?) : symptôme de pathologies limites, « blanches », dérivation motrice de l’excitation Hyperactivité = hypo-passivité Evolution = caractère narcissique-phallique

28 Jeunes exclus : 18-25 ans JYC
CHRS de Bourges Etude clinique, psychopathologique, épidémiologique de jeunes adultes Hypothèse : les ruptures les précipitant à la rue sont le symptôme de pathologies du lien, après coup de ruptures précoces Application : pas de réinsertion sans prise en compte de la vie psychique : CPEA


Télécharger ppt "AXE THÉMATIQUE PRIORITAIRE «  Transmettre, apprendre, savoir » LPCP Équipe 2 Cliniques de l’extrême : incidence sur les processus de pensée et d’apprentissage."

Présentations similaires


Annonces Google