La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

Crise de 1929. La crise de 1929 marque une rupture dans la dynamique du capitalisme en raison dune part de labsence de reprise spontanée (la dépression.

Présentations similaires


Présentation au sujet: "Crise de 1929. La crise de 1929 marque une rupture dans la dynamique du capitalisme en raison dune part de labsence de reprise spontanée (la dépression."— Transcription de la présentation:

1 Crise de 1929

2 La crise de 1929 marque une rupture dans la dynamique du capitalisme en raison dune part de labsence de reprise spontanée (la dépression a duré une décennie) dautre part, de leffondrement de la production et des prix et du chômage massif, qui lui donnent une ampleur jusque là inégalée. Lexplication et la résolution de ces phénomènes, véritable infirmation empirique de la croyance à lautomaticité de léconomie de marché à engendrer le plein emploi, constituent alors un défi théorique. Dans ce cadre, un économiste britannique, J. M. KEYNES montrera quil nexiste pas de mécanismes dans une économie concurrentielle qui garantisse le plein emploi et que dans ce cadre lintervention de lEtat est parfois nécessaire pour remédier à la dépression et au chômage. Cet apport théorique marque la fin de la doctrine du laisser-faire au profit dune nouvelle donne (New Deal).

3 La crise de 1929 découle en grande partie de la singularité de la décennie 1920 troublée notamment par un problème structurel : lextension du machinisme qui permet un essor industriel sans précédent mais qui ne va pas permettre dassurer le plein emploi Les années 1920 sont en effet marquées par une période dessor industriel selon un rythme élevé. Ainsi, aux Etats-Unis entre 1921 et 1929 le PIB saccroît de 45,4% soit un rythme annuel de +4,8%. Cet essor est impulsé par lindustrie automobile, dont la production américaine augmente de 55% de 1927 à 1929 et repose conjointement sur une - Demande nationale très forte (nouveau mode de consommation du fait de lextension du salariat et de lurbanisation). Demande étrangère très forte (car reconstruction des économies européennes). Toute offre crée sa propre demande (notamment grâce à limportance de la demande extérieure) Toute offre crée sa propre demande (notamment grâce à limportance de la demande extérieure)

4 Néanmoins, un premier problème apparaît, cet essor économique important ne permet plus dassurer le plein emploi (apparition dun phénomène nouveau, le chômage. Le taux moyen de chômage est pour les EUA sur la période de 4,9%) Plus précisément cette dissociation entre croissance économique dune part et accroissement du chômage dautre part sexplique par : Les gains de productivité massifs qui entraînent une forte hausse de loffre. Tandis que la répartition inéquitable des fruits de la croissance (hausse modérée des salaires) entraîne une augmentation plus modérée de la demande ; alors même quune partie de lépargne nest pas réinvestie. ce phénomène nouveau quest le chômage va progressivement entraîner la constitution dencaisses de précaution (thésaurisation). En effet, face à lincertitude sur leur devenir les ménages cherchent à conserver une partie de leur épargne sous la forme de monnaie (dans la mesure où la monnaie est la liquidité par excellence cest-à-dire quelle peut être utilisée immédiatemment - sans coût et sans transformation - ). Par ailleurs ce phénomène entraîne une perte dinfluence syndicale et le maintien des salaires à un niveau relativement faibles (les salariés ne profitent pas des fruits de la croissance). Toute offre ne crée plus sa propre demande, Dautant plus que la demande extérieure saffaiblit. Toute offre ne crée plus sa propre demande, Dautant plus que la demande extérieure saffaiblit.

5 Par ailleurs, au niveau domestique lessor industriel est financé par une forte émission dactions qui passe dun montant de 1460 à millions de $ de 1927 à 1929 et le développement des crédits à la consommation (en 1929, 70% du total des ventes de voitures se fait à crédit). On assiste alors à une « orgie boursière » et la constitution dencaisses de spéculation massives. (La moyenne Dow-Jones des valeurs industrielles passe de 191 à 300 durant lannée 1928 et jusquà un maximum de 381 en septembre 1929) La montée des encaisses de précaution dune part (à laquelle sajoute une relative rigueur salariale) et la montée des encaisses de spéculation dautre part entraînent la remise en cause de « la loi des débouchés » dans la mesure où loffre ne semble plus créer sa propre demande. Il en résulte un ralentissement de lactivité économique (baisse des profits, par exemple baisse de 28% dans lindustrie automobile entre le 2 ème et le 3 ème trimestre 1929). Un tel ralentissement se répercute sur Wall-Street, cest le krach boursier. Ce krach conduit à une baisse de la valeur du patrimoine, qui déprime encore davantage la demande solvable globale, et à un tarissement dune des sources de financement des firmes. Il initie alors des spirales déflationnistes qui contribuent à lampleur de la dépression. Les mécanismes du marché ne permettent plus la régulation du système économique. Toute offre ne crée plus sa propre demande

6 Etats-UnisRoyaume-UniFranceAllemagneItalie Etats-UnisRoyaume-UniFranceAllemagneItalie Etats-UnisRoyaume-UniFranceAllemagneItalie Une baisse générale des prix à la consommation (1914 = 100) Une contraction de la production industrielle (1929 = 100) Une hausse importante du taux de chômage (en % de la population active) - 36% - 17% - 35% - 26% - 12% - 33% - 19% - 30% - 38% - 16% + 150% + 220% + 93% + 561% Données :Ph. GILLES, Crises et cycles économiques, Paris, Masson & A. Colin éditeurs, coll. « Cursus », 1996

7 Forte croissance économique Gains de productivité massifs Hausse très forte des profits Hausse modérée des salaires Hausse plus modérée de la demande Surproduction Développement du chômage Développement des encaisses de spéculation Développement des encaisses de spéculation Développement des encaisses de précaution Développement des encaisses de précaution Faillites dentreprises Hausse du chômage Baisse des prix Baisse des ventes Krach boursier Difficultés ou faillites des banques Ruine des épargnants Perte de pouvoir dachat Baisse des octrois de crédits Baisse des prix Faillites dentreprises Hausse du chômage Baisse des ventes Perte de pouvoir dachat Difficultés ou faillites des banques Baisse des octrois de crédits Baisse des ventes Difficultés ou faillites des banques Baisse des octrois de crédits Baisse des ventes Baisse des prix Faillites dentreprises Hausse du chômage Difficultés ou faillites des banques Baisse des octrois de crédits Perte de pouvoir dachat Baisse des ventes Perte de pouvoir dachat Baisse des prix Faillites dentreprises Hausse du chômage Baisse des ventes Baisse des prix Faillites dentreprises Hausse du chômage


Télécharger ppt "Crise de 1929. La crise de 1929 marque une rupture dans la dynamique du capitalisme en raison dune part de labsence de reprise spontanée (la dépression."

Présentations similaires


Annonces Google