La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

Sommaire. Le juriste et la comptabilité: comment interpréter les comptes des sociétés.

Présentations similaires


Présentation au sujet: "Sommaire. Le juriste et la comptabilité: comment interpréter les comptes des sociétés."— Transcription de la présentation:

1 Le juriste et la comptabilité: comment interpréter les comptes des sociétés

2 Sommaire

3 Rappel : Les documents de synthèse
Mesure des performances par le biais : du bilan qui présente la situation patrimoniale de l’entreprise, du compte de résultat qui retrace l’augmentation ou la diminution des richesses de l’entreprise.

4 Rappel : Les documents de synthèse

5 Les documents de Synthèse : Le bilan

6 Les documents de Synthèse : Le bilan
L’actif du bilan décrit la composition du patrimoine (biens nécessaires à l’activité de l’entreprise) Le passif du bilan retrace l’origine de ce même patrimoine (comment a-t-on financé le patrimoine ?)

7 Les documents de Synthèse : Le bilan
Capitaux propres = situation nette = actif – passif « externe » Les capitaux propres correspondent aux fonds apportés par les actionnaires (capital) augmentés des profits non distribués depuis l’origine de la société, Les capitaux propres sont une représentation de la valeur liquidative de l’entreprise (ce qui reviendrait à l’actionnaire si tous les actifs étaient liquidés et les passifs remboursés)

8 Les documents de Synthèse : Le bilan
Attention, les capitaux propres ne reflètent pas la valeur patrimoniale réelle de l’entreprise compte tenu notamment : de l’évaluation des actifs et passifs au coût historique (valeur d’origine et non valeur de marché), du principe de prudence (on comptabilise les moins values mais pas les plus values potentielles), de la non comptabilisation de certains actifs incorporels (marques, fonds de commerce créés,…) de l’existence des éléments hors bilan.

9 Les documents de Synthèse : le bilan Les immobilisations

10 Les documents de Synthèse : le bilan Les immobilisations incorporelles
« Une immobilisation incorporelle est un actif non monétaire sans substance physique » Exemples : Frais de recherche et de développement Concessions et droits similaires, brevets, licences, marques, procédés,… Droit au bail Fonds de commerce Attention : les fonds de commerce ou les marques développés en interne ne sont pas inscrits au bilan

11 Les documents de Synthèse : le bilan Les immobilisations corporelles
«Une immobilisation corporelle est un actif physique détenu, soit pour être utilisé dans la production ou la fourniture de biens ou de services, soit pour être loué à des tiers, soit à des fins de gestion interne et dont l'entité attend qu’il soit utilisé au-delà de l’exercice en cours » Exemples : Terrain Agencements et aménagements de terrains Construction Installations techniques, matériels et outillages industriels Autres immobilisations corporelles

12 Les documents de Synthèse : le bilan Les immobilisations financières
Elles comprennent : Participations et créances rattachées à des participations Autres immobilisations financières (titres immobilisés avec intention de les conserver durablement) Prêts Dépôts et cautionnements versés

13 Les documents de Synthèse : le bilan Les immobilisations : problématique d’évaluation
Les immobilisations sont inscrites au bilan pour leur coût d’acquisition (prix d’achat net HT + Frais accessoires pour la mise en état d’utilisation) Les immobilisations dont la durée d’utilisation par l’entité est déterminable doivent être amorties L’amortissement est la constatation d’une consommation La base d’amortissement correspond à la valeur brute minorée de la valeur résiduelle Chaque élément constitutif de l’immobilisation ayant une durée d’utilisation propre doit être comptabilisé et amorti séparément (méthode des composants) Les amortissements peuvent être calculés selon le mode linéaire (minimum légal) ou dégressif (fiscal)

14 Les documents de Synthèse : le bilan Les immobilisations : problématique d’évaluation
A l’inventaire, la valeur d’une immobilisation correspond à sa valeur actuelle. A l’arrêté des comptes : s’il existe un indice de perte de valeur : test de dépréciation à effectuer pour chaque immobilisation : Calcul : (VNC – valeur actuelle) Valeur actuelle : valeur la plus élevée entre la valeur vénale (=montant qui pourrait être obtenu, à la date de clôture, de la vente d'un actif lors d'une transaction conclue à des conditions normales de marché, net des coûts de sortie) et la valeur d’usage (=valeur des avantages futurs attendus de son utilisation et de sa sortie).

15 Les documents de Synthèse : le bilan L’actif circulant

16 Les documents de Synthèse : le bilan L’actif circulant : problématique d’évaluation
Les éléments de l’actif circulant sont inscrits à leur valeur d’origine : Stocks : coût d’acquisition ou de production ; méthode de valorisation : FIFO ou CUMP Créances clients : valeur à recouvrer TTC Trésorerie : coût historique Les éléments de l’actif circulant doivent faire l’objet d’une provision dès lors que leur valeur recouvrable est inférieure à leur valeur comptable.

17 Les documents de Synthèse : le bilan Les comptes de régularisation
Actif Passif Permettent de gérer la séparation des exercices et de rattacher les charges et les produits au bon exercice comptable (charges et produits constatés d’avance) Permettent également la réévaluation des dettes et créances en devises, selon le taux de clôture de l’exercice (écarts de conversion actif et passif)

18 Les documents de Synthèse : le bilan Le passif exigible

19 Les documents de Synthèse : le bilan Les provisions pour risques et charges
Elles traduisent l'existence d’un risque de sortie de ressources, prévisible à la clôture de l'exercice mais comportant un élément d'incertitude quant à son montant ou à sa réalisation Elles concernent des charges rendues probables (donc non certaines) par des événements en cours. L’événement a eu lieu en N et la charge aura lieu en N+1

20 Les documents de Synthèse Le compte de Résultat
Compte de résultat : mesure l’activité de l’entreprise pendant l’exercice comptable

21 Les documents de Synthèse L’annexe
L'annexe a pour but de commenter et de préciser les informations contenues dans le bilan et le compte de résultat. Elle contient des informations obligatoires dont le nombre varie selon la taille et la forme de l'entreprise et toutes les informations nécessaires à l'obtention de l'image fidèle du patrimoine, de la situation financière et du résultat de l'entreprise.

22 Les documents de Synthèse L’annexe
En fait l'annexe doit fournir toutes les informations significatives qui sont nécessaires pour rendre les états financiers clairs et compréhensibles. Elle comporte des "mentions obligatoires" (à ne fournir que si elles sont significatives pour la société concernée) et d'autres informations dites "d'importance significative".

23 Les documents de Synthèse L’annexe
Aucune structure n’est imposée par les textes pour la présentation de l’annexe mais en pratique on présente d’abord les éléments liés au référentiel comptable appliqué puis les notes au bilan et au compte de résultat.

24 Les documents de Synthèse L’annexe
L’annexe contient donc : des informations sur les règles et méthodes comptables, des détails de comptes et des précisions sur un certain nombre de postes du bilan et du compte de résultat, le tableau des engagements hors bilan

25 Les documents de Synthèse Les engagements hors bilan
Engagements financiers Effets remis à l’escompte non échus Avals, cautions et garanties données/ reçues Engagements illimités comme associés ou membres d’entités, Engagements de retour à meilleure fortune, Dettes garanties par des sûretés réelles Créances garanties par des sûretés réelles Subventions reçues à reverser éventuellement Crédit-bail Engagements en matière de pension Achats et ventes de devises à terme non couverts

26 Les documents de Synthèse L’annexe

27 les soldes intermédiaires
Comment se forme le résultat : les soldes intermédiaires de gestion

28 Soldes intermédiaires de Gestion Définition
Le compte de résultat en liste permet de distinguer 3 résultats partiels (résultat d’exploitation, financier et exceptionnel) qui agrégés donnent le résultat de l’exercice.

29 Soldes intermédiaires de Gestion Définition
L’analyse du compte de résultat consiste à aller plus loin dans la formation du résultat comptable à travers la mise en évidence d’un certain nombre d’éléments intermédiaires appelés Soldes Intermédiaires de Gestion.

30 Soldes intermédiaires de Gestion Marge commerciale
La marge commerciale est un indicateur de base des entreprises commerciales

31 Soldes intermédiaires de Gestion Marge commerciale

32 Soldes intermédiaires de Gestion Production de l’exercice
La production de l’exercice concerne les entreprises industrielles et les prestataires de services. Elle mesure l’activité industrielle de l’entreprise

33 Soldes intermédiaires de Gestion Valeur ajoutée
La VA mesure la richesse créée par l’entreprise. La somme des VA de toutes les entités économiques du pays donne le PIB.

34 Soldes intermédiaires de Gestion Excédent brut de trésorerie
L’EBE (= EBITDA) est la ressource qu’obtient l’entreprise du seul fait de ses opérations d’exploitation. C’est un indicateur de performance industrielle et commerciale. Il permet des comparaisons inter-entreprises car il est indépendant de la politique d’investissement et de financement (avant DAP et charges financières). Il mesure le surplus économique dégagé par l’exploitation.

35 Soldes intermédiaires de Gestion EBE / EBITDA

36 Soldes intermédiaires de Gestion Résultat d’exploitation
Le Résultat d’exploitation (= EBIT) est indépendant des modes de financement mais est marqué par la politique d’amortissement (comparaison plus difficile avec d’autres entreprises)

37 Soldes intermédiaires de Gestion Résultat d’exploitation

38 Soldes intermédiaires de Gestion EBIT / EBITDA
Pour la souscription d’emprunts financiers, la capacité de remboursement se mesure le plus souvent à partir de l’EBITDA ou de l’EBIT Exemples : Couverture des intérêts : EBITDA/ Charge financière Ratio de levier : Dettes financières nettes / EBIT (doit être inférieur à 1,5 voire 1,3) Le ratio Endettement net / Excédent brut d'exploitation exprime en nombre d'années la capacité de l'entreprise à rembourser son endettement au moyen de son EBE. Sauf exception, un ratio supérieur à 5 années traduirait un endettement trop important au regard de la création de richesse de l'entreprise.

39 Soldes intermédiaires de Gestion Résultat courant
Le RCAI correspond au résultat de l’entité hors éléments exceptionnels et fiscaux qui peuvent être très variables d’une année à l’autre.

40 Soldes intermédiaires de Gestion Résultat exceptionnel
Le résultat exceptionnel comprend les amendes, les plus ou moins values de cession, indemnités non liées à l’exploitation (procès, assurance,…),… Ce sont des opérations à caractère non répétitif.

41 Soldes intermédiaires de Gestion Résultat exceptionnel

42 Soldes intermédiaires de Gestion Résultat net

43 Soldes intermédiaires de Gestion

44 Soldes intermédiaires de Gestion

45

46 Soldes intermédiaires de Gestion Retraitements
Charges de personnel extérieur : À retirer des charges externes et à rajouter aux charges de personnel Participation des salariés : À ajouter aux charges de personnel Loyers de crédit-bail : Loyers à retirer des charges externes et à ventiler entre DAP et charges financières Subventions d’exploitation : Ajouter à la production de l’exercice si complément de prix

47 Soldes intermédiaires de Gestion
L’analyse du compte de résultat ne doit pas s’arrêter à une analyse des données de l’année. Il faut les comparer avec celles des années précédentes (ou avec les entreprises du même secteur) afin de mettre en évidence l’évolution de la situation de l’entreprise.

48 la trésorerie : analyse de
Comment se forme la trésorerie : analyse de la capacité d'autofinancement

49 Résultat et trésorerie Règlement au comptant
La société Kalhan a été créée au cours de l’exercice avec un capital de , deux immeubles A et B d’une valeur de chacun et une trésorerie de 1000

50 Résultat et trésorerie Règlement au comptant
Au cours de l’année N, la société Kalhan : Facture des loyers pour 1000 Règle des honoraires pour 100 Amorti ses immeubles pour 300 Paie un IS de 200

51 Résultat et trésorerie Règlement au comptant

52 Résultat et trésorerie Règlement au comptant
L’amortissement est une charge calculée (et non décaissée) qui n’a donc aucun impact sur la trésorerie

53 Résultat et trésorerie Règlement au comptant
En N+1, la société Kahlan : Facture des loyers pour 1000 Amorti son immeuble B pour 250 Cède son immeuble A (VNC = 9850) pour Fait une provision pour dépréciation de 100 sur l’immeuble B Paie un IS de 600

54 Résultat et trésorerie Règlement au comptant

55 Résultat et trésorerie Règlement au comptant
Les provisions pour dépréciation (tout comme les dotations aux amortissements) et les plus-values sur cession d’immobilisations sont des charges non décaissées (qui n’affectent pas la trésorerie)

56 Résultat et trésorerie
La capacité d’autofinancement (CAF) est égale à la trésorerie dégagée par l’activité de l’entreprise sur l’exercice lorsque toutes les charges et tous les produits sont décaissés et encaissés immédiatement. La CAF est la différence entre les produits encaissables et les charges décaissables.

57 Capacité d’autofinancement
Dans le compte de résultat, reprises d’amortissements et transferts de charges apparaissent sur la même ligne. Pour le calcul de la CAF, il ne faut prendre que les reprises.

58 Capacité d’autofinancement Application cas Kahlan(au comptant)
= = - ( )

59 Capacité d’autofinancement Casino
Données sociales :

60 Résultat et trésorerie
La capacité d’autofinancement (CAF) est la ressource interne dégagée par les opérations enregistrées en produits et charges au cours d’une période et qui reste à la disposition de l’entreprise après encaissement des produits et décaissements des charges concernés. Que se passe-t-il quand il y a des décalages dans les règlements (à crédit) ?

61 Résultat et trésorerie Règlement à crédit
Au cours de l’année N, la société Kalhan : Facture des loyers pour 1000 Reçoit une facture d’honoraires de 100 Amorti ses immeubles pour 300 Tous les règlements interviendront début N+1

62 Résultat et trésorerie Règlement à crédit (pas d’impôt)

63 Résultat et trésorerie Règlement à crédit (pas d’impôt)
Le produit de 1000 n’a pas été encaissé. De la même manière, les charges de 100 (Honoraires) et 200 (IS) n’ont pas été décaissées.

64 Capacité d’autofinancement Application cas Kahlan (à crédit)

65 Capacité d’autofinancement Définition
internes Dégagées par l’entreprise : CAF Ressources de l’entreprise Associés : apport en capital Prêteurs : emprunts externes État : subventions d’investissement

66 Capacité d’autofinancement Son utilisation
De rémunérer les associés Distribution de dividendes La CAF permet Remboursement d’emprunt D’autofinancer l’entreprise Financement des investissements Financement de l’activité courante

67 Le besoin en fonds de roulement

68 Le besoin en fonds de roulement
La société Zedd, au capital de , a enregistré les opérations suivantes sur N : Achat de matières premières pour 6000 en octobre N ; Réception, fin novembre, de factures de son avocat (honoraires) pour un total de 500, règlement dans 90 jours ; Revente le 15 décembre des 2/3 du stock acheté en octobre (4000). Le prix de vente est de Le client ne règlera qu’en février. Le stock de matières premières fin N est de 2000 (6000 – 4000.

69 Le besoin en fonds de roulement

70 Le besoin en fonds de roulement
De quoi a-t-on besoin : pour payer les fournisseurs et le fisc : De quoi dispose-t-on : Des recettes des clients : 7000 De la revente future des stocks : 2000 Le besoin net (besoin – ressources) sera donc de : – 7300 = 1700

71 Le besoin en fonds de roulement Définition
Le BFR est la résultante du décalage entre l’achat et la vente des biens (existence de stocks), les ventes et leur encaissement (constitution des créances clients), et les achats et leur décaissement (constitution de dettes fournisseurs) BFR = Créances clients + Stocks – Dettes fournisseurs

72 Le besoin en fonds de roulement Définition
BFR Exploitation stocks (matières premières, marchandises, produits et travaux en cours, produits finis) créances d'exploitation (encours clients, avances versées à des fournisseurs et autres créditeurs d'exploitation), dettes d'exploitation (dettes fournisseurs, dettes fiscales et sociales, avances reçues de clients et autre débiteurs d'exploitation). BFR hors exploitation Comprend les décalages de trésorerie liés aux opérations hors exploitation (investissements, charges et produits exceptionnels... ).

73 Le besoin en fonds de roulement Définition
Le BFR correspond à l'argent gelé par l'entreprise pour financer son cycle d'exploitation (ou sécrété par celui-ci lorsque ce BFR est négatif). Si les composantes du BFR sont liquides et renouvelées rapidement, leur niveau est relativement stable à activité constante. Les ratios de rotation du besoin en fonds de roulement permettent d'analyser en tendance la proportion de fonds gelés dans le cycle d'exploitation. Les principaux ratios sont : - le ratio de rotation du BFR : BFR/CA HT x le ratio de rotation du crédit client : Encours client/CA TTC x le ratio de rotation du crédit fournisseur : Encours fournisseurs/CA TTC X le ratio de rotation des stocks : Stocks et travaux en cours/CA HT x 365"

74 Le besoin en fonds de roulement
Au cours de l’année N+1, la société Zedd : reçoit l’encaissement sur les ventes N et paie ses factures de l’exercice N. vend ses stocks pour 4000 en fin d’année, le règlement aura lieu en N+2; reçoit une facture d’honoraires de 500 payable en N+2;

75 Le besoin en fonds de roulement

76 Le besoin en fonds de roulement
Le besoin en fonds de roulement de l’exercice N+1 est de : (4000 – 500 – 500 ) = 3000 Durant l’exercice N+1, Zedd a encaissé le besoin en fonds de roulement de l’exercice précédent, soit : ( – 7300) = 1700 La capacité d’autofinancement est de 1000 La trésorerie diminue de 300 ( – 3000).

77 Le besoin en fonds de roulement
L’importance du BFR dépend du métier de l’entreprise. Son appréciation est difficile : La grande distribution a naturellement un excédent de trésorerie (donc un BFR négatif) car : Délai règlement des clients (les particuliers) = 0 jour Délai règlement des fournisseurs = 90 jours Excédent de trésorerie La majorité des entreprises industrielles ont un BFR très important

78 Les flux de trésorerie

79 Les flux de trésorerie Au 01/01/N, le bilan de la société Cypher est le suivant :

80 Les flux de trésorerie Au cours de l’exercice, les opérations suivantes ont lieu : Achat d’un immeuble au 01/01/N pour Financement partiel par emprunt : (solde réglé par la trésorerie) Distribution de dividendes : 5 000 Encaissement de loyers : 2 000 Règlement factures : 500 Amortissements immeubles : 450

81 Les flux de trésorerie

82 Les flux de trésorerie

83 Les flux de trésorerie Tableau de flux

84 Les flux de trésorerie Application cas Cypher

85 Les flux de trésorerie Utilité du tableau de flux
Le tableau des flux de trésorerie fournit également à l’entité un moyen de justifier les entrées et les sorties de trésorerie pendant l’exercice. Le classement par activité fournit une information qui permet aux utilisateurs d’évaluer l’effet de ces activités sur la situation financière de l’entité et sur le montant de sa trésorerie.

86 Les flux de trésorerie Utilité du tableau de flux
Alors que le résultat comptable peut faire l’objet de choix stratégiques du dirigeant (augmentation ou diminution des dépréciations, provisions comptabilisées,…), la trésorerie est une variable qui ne peut pas être influencée par ces choix. Elle représente exactement ce que l’entreprise a encaissé et décaissé.

87 Flux de trésorerie et valeur d'entreprise

88 Flux de trésorerie et valeur d’entreprise
Flux de trésorerie et valeur d’entreprise Méthode des cash-flows actualisés La méthode des cash-flows actualisés ou modèle Discounted Cash-Flows (DCF) repose sur l’actualisation des flux futurs de liquidité à un taux approprié au niveau de risque inhérent à l’investissement. excédent brut d’exploitation (EBITDA) - impôt normatif sur le résultat d’exploitation (EBIT) - variation du besoin en fonds de roulement - investissements nets des désinvestissements = Flux de trésorerie disponible (free cash flow)

89 Flux de trésorerie et valeur d’entreprise
Flux de trésorerie et valeur d’entreprise Méthode des cash-flows actualisés Le futur de l’entreprise est divisé en deux périodes : une période de prévision explicite, entre 1 et T (généralement 5 ans) durant laquelle les cash-flows sont estimés avec une précision raisonnable, une période de prévision implicite, entre T et n durant laquelle il est difficile de prévoir les cash-flows. Après l’horizon d’évaluation explicite, on ajoute donc au dernier cash-flow de la période une valeur résiduelle qui va résiduelle va remplacer la valeur des cash-flows disponibles entre la dernière année de l’horizon d’évaluation implicite et l’infini.

90 Flux de trésorerie et valeur d’entreprise
Flux de trésorerie et valeur d’entreprise Méthode des cash-flows actualisés D’autres évaluateurs privilégient la méthode des cash-flows pour l’actionnaire ou Free Cash-Flows to Equity (FCFE). Ils sont obtenus en soustrayant des FCF le remboursement des dettes (Intérêts et capital). Ces flux représentent après déduction des paiements nécessaires aux remboursements des dettes, aux investissements, aux financements du BFR, les montants qui peuvent être alloués pour payer les dividendes. Free Cash-Flows - Charges d’intérêt nettes d’impôt - Remboursement des emprunts + Nouveaux emprunts =Cash-Flows pour l’actionnaire ou Free cash-Flows to Equity

91 Le bilan fonctionnel

92 Le bilan fonctionnel L’analyse fonctionnelle du bilan classe les éléments de l’actif (emplois) et du passif (ressources) selon les fonctions auxquelles on peut les rattacher : Investissement et financier (éléments durables) Cycle d’exploitation (éléments circulants)

93 Le bilan fonctionnel Présentation

94 Le bilan fonctionnel Présentation
Cette analyse se fait à partir du bilan comptable. On présente le bilan fonctionnel condensé en grandes masses: Au passif : Ressources stables : capitaux propres + ressources empruntées Passif circulant : dettes circulantes + trésorerie passive A l’actif : Emplois stables : actif immobilisé Actif circulant : stocks + créances + trésorerie active

95 Le bilan fonctionnel Présentation
Le rôle du bilan fonctionnel est : D’apprécier la structure financière de l’entreprise D’évaluer les besoins financiers et le type de ressources dont dispose la structure financière de l’entreprise De déterminer les équilibres entre les différentes masses

96 Le bilan fonctionnel Relation FR, BFR, T
La trésorerie est le Fonds de roulement non consommé par le BFR FR = Ressources stables – Emplois stables Fonds de roulement = Besoin de FR + Trésorerie nette

97 Le bilan fonctionnel Le fond de roulement
Le fonds de roulement correspond au solde entre les ressources à plus d'un an dites stables et les immobilisations (emplois stables à plus d'un an). Si il est négatif, il permet de constater que les immobilisations sont financées par les ressources de trésorerie ou éventuellement par un BFR négatif. En bonne orthodoxie financière, comme les ressources sont exigibles à tout moment alors que les immobilisations se liquéfient progressivement, le fonds de roulement doit être positif en croissance. La difficulté d'isoler le financement stable de l'entreprise a rendu la notion de fonds de roulement désuète. (source : Vernimmen)

98 Le bilan économique Actif économique et capitaux investis
Présentation du bilan en termes d’actif économique (les actifs nécessaires à l’activité) et de capitaux investis. ACTIF ECONOMIQUE CAPITAUX INVESTIS L’actif économique est relativement stable dans le temps à activité constante. Il peut être comparé entre deux entreprises du même secteur.

99 Ratios

100 Ratios Analyse financière
Les ratios financiers, tirés de la comptabilité, sont des outils indispensables à l’analyse fondamentale. Ils permettent notamment d’évaluer la performance passée de la société et du management, d’estimer l’importance de la dette, de mieux comprendre l’activité de la société étudiée.

101 Ratios Analyse financière
L’utilisation de ratios permet de comparer le risque et la rentabilité d’entreprises de tailles différentes. Le choix d’un ratio au détriment d’un autre se fait selon les objectifs poursuivis par l’analyste. Un fournisseur s’intéresse au risque à court terme alors qu’un banquier s’intéresse au risque de défaillance à long terme.

102 Ratios Ratios d’endettement
Dettes financières = DF à long terme + DF à court terme – Trésorerie Le gearing est beaucoup utilisé pour déterminer la capacité d’endettement mais les capitaux propres comptables ne sont pas toujours significatifs. Il est préférable d’utiliser le ratio suivant : Il mesure la capacité de l’opérationnel à faire face aux intérêts de la dette. Au dessous de 3, la situation devient critique. La valeur limite est souvent fixée à 50 % Évalue la capacité de remboursement

103 Ratios Ratios de rentabilité
Taux de marge bénéficiaire = Résultat de l’exercice / CA HT Ratio de rentabilité financière La rentabilité est le rapport entre un profit et les capitaux mis en œuvre pour l’obtenir (Return on Equity) Ratio de rentabilité économique (ROCE) = résultat d'exploitation après impôt / actif économique Il correspond à la sécrétion de richesse réalisée par le potentiel productif de l'entreprise. On peut également considérer le taux de rentabilité économique comme le taux de rentabilité des capitaux propres à endettement nul.

104 Ratios Rotation des actifs :
Capitaux investis = immobilisations + BFR + trésorerie combien de chiffre d’affaires génère 1 € investi Investissements nécessaires à un niveau d’activité : Ratio d’intensité capitalistique

105 Ratios Analyse financière
Décomposition d’un ratio : Cette chaîne de ratios qui composent le taux de rentabilité financière explique par exemple comment les grandes surfaces peuvent obtenir une excellence rentabilité avec une marge faible. C'est le cas quand l'actif "tourne rapidement" (pas de créances clients, peu de stocks) par rapport au chiffre d'affaires et que les capitaux propres sont relativement faibles par rapport à l'actif ou au passif (investissement acquis en crédit-bail, crédit fournisseurs important)

106 Ratios Autres analyses intéressantes
Progression du nombre total d’actions : permet de déceler si le management use ou abuse de l’augmentation de capital. Ce mode de financement est normal quand la société est jeune et en forte croissance. Par contre, en phase de maturité, l’augmentation de capital peut faire chuter sévèrement les cours.

107 Conclusion L’évaluation de la performance d’une entreprise repose sur différentes analyses : Analyse de l’activité et de la rentabilité : Soldes Intermédiaires de Gestion, Capacité d’Autofinancement, Ratios Analyse statique de la structure financière : Bilan fonctionnel, FR, BFR, Trésorerie Analyse dynamique de la situation financière : Tableau des flux de trésorerie


Télécharger ppt "Sommaire. Le juriste et la comptabilité: comment interpréter les comptes des sociétés."

Présentations similaires


Annonces Google