La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

ECO3550 Thème 3. Les théories modernes des avantages comparatifs Les théories modernes cherchent à expliquer (endogénéïser) les écarts de productivité

Présentations similaires


Présentation au sujet: "ECO3550 Thème 3. Les théories modernes des avantages comparatifs Les théories modernes cherchent à expliquer (endogénéïser) les écarts de productivité"— Transcription de la présentation:

1 ECO3550 Thème 3

2 Les théories modernes des avantages comparatifs Les théories modernes cherchent à expliquer (endogénéïser) les écarts de productivité à la base des av. comp. La plus importante les fait reposer sur des écarts dans les dotations de fctr Elle a été développée par Hecksher, Ohlin et Samuelson dans les années 30 et 40 (HOS) 2

3 Contexte Soit 2 économies… produisant 2 biens x et y à laide 2 facteurs de production substituables: L et T ou K. On dit de ce modèle quil est «2*2*2» 3

4 Autres hypothèses spécifiques Les 2 pays ont les mêmes technologies de prod. (F 1j (K,L) = F 2j (K,L) = F j (K,L)) La prod. dun des 2 biens est plus intensive en utilisation de L Les rendements déchelle sont constants (F j ( K, L) = F j (K,L)) 4

5 Autres hypothèses périphériques Ccp sur les marchés des fctrs et des biens Mobilité parfaite des fctrs sur les marchés intérieurs et inexistante entre les pays Absence dentraves au commerce Commerce équilibré 5

6 Endogénéïser les av. comparatifs Dans le modèle ricardien, les av. comp. reposent sur des écarts de productivité de L donnés par les coef. a ij caractérisant les techno. de prod. (les fcts F ij (L)). Dans le modèle HOS, ils reposent sur des diff. de dotations rel. de fctrs (L i /K i ) et sur lintensité rel. de leur utilisation dans les 2 prod. (L ij /K ij ) 6

7 Les dotations On a donc 2 pays se distinguant seul. par leur dotation rel. en L (L i /K i ). Nous aurons ici : L 1 /K 1 < L 2 /K 2 ; le pays 1 est donc un pays dév. rel. bien pourvu en K… alors que le pays 2 est un PVD rel. bien pourvu en L. 7

8 Lintensité factorielle des prod. Les prod. des biens x et y se distinguent par leur utilisation rel. des 2 fctrs (K ij /L ij ) Nous aurons : K ix /L ix > K iy /L iy ; la prod. du bien x est rel. + intensive en utilisation de K… alors que la prod. du bien y est rel. + intensive en utilisation de L. 8

9 CPP et CR croissants Soit L ij et K ij les unités de chaque ress. allouées à la production du bien j dans le pays i On a maintenant 2 contraintes de ress. dans chaque pays : L ix + L iy L i K ix + K iy K i et des CR ij croissants (c.-à-d. des CPPs concaves) 9

10 Fcts de prod. et CR croissants On a : F j (K, L), la prod. du bien j (j=x,y) dans les pays 1 et 2 avec F j (L)>0 et F j (L) 0 et F j (K) <0. La productivité unitaire des 2 fctrs dans la prod. du bien j dans les 2 pays est une fct décroissante de leur utilisation lorsque lautre est en Q fixe. (rendements marginaux ou factoriels décroissants) 10

11 Fcts de prod. à rendements factoriels décroissants Lij Qij F j (K,L) F j (L) > 0 F j (L) < 0 (de même pour K avec L fixe) 11

12 Rendements factoriels décroissants et CR croissants (K fixe et L variable) Production de X dans le pays i L ix Q ix LiLi L iy Q iy Production de Y dans le pays i LiLi F y (K, L 1 ) A B B F x (K,L i ) A C D C D N.B.: De même pour K avec L fixe 12

13 CPP et prod. optimale avec CR croissants CPP du pays i Qx Qy F y (K i, L i ) F x (K i, L i ) P x /P y N.B.: on a maintenant des solutions intérieures, c.-à-d. que léchange ne mènera plus à des spécialisations complètes, à moins que P x /P y tende vers 0 ou linfini À mesure que Qx, la Q du bien intensif en K, augmente le long de la CPP, il faut utiliser de plus en plus dunités de L par unité de K, ce qui fait augmenter CR x en Q du bien y, qui est lui intensif en L 13

14 CPPs avec dotations inégales CPP du pays 1 Qx Qy CPP du pays 2 Qx Qy P x /P y N.B. : la dotation rel. en fctrs est lunique diff. entre les 2 pays. Ici, on a L 1 /K 1 < L 2 /K 2 (noubliez pas que la prod de x est rel. plus intensive en K). F y (K 1, L 1 ) F y (K 2, L 2 ) F x (K 1, L 1 )F x (K 2, L 2 ) N.B.: P x /P y le pays 1 produit rel. plus de x que de y que le pays 2 14

15 Fctrs de prod. substituables et prix rel. des fctrs de prod. (w/r) Avec un seul fctr, les producteurs réagissent au P x /P y et déterminent lallocation de L dans la prod. des diff. biens (ils décident seul. quoi produire) Avec 2 fctrs K et L substituables, les producteurs peuvent aussi réagir aux w/r afin de déterminer comment produire Les producteurs doivent donc répondre à 2 questions : quoi produire et comment le produire 15

16 Rémunération des fctrs En ccp sur le marché des fctrs, on a: w ix = P ix * F ix (L) w iy = P iy * F iy (L) r ix = P ix * F ix (K) r iy = P iy * F iy (K) Chaque fctr est rémunéré à la valeur de son produit marginal N.B. : la mobilité des fctrs impliquerait ici w ix =w iy et r ix =r iy 16

17 Dotations, w/r et P x /P y w/r est : une fct décroissante de la dotation rel. en L (plus un pays est bien doté en L, moins ce fct est prod. p.r. à lautre et moins sa rémunération relative est importante) Une fct croissante du prix rel. du bien intensif en L 17

18 Production, échange et P x /P y En autarcie, on a P 1x /P 1y w 2 /r 2, c.-à-d. que le bien intensif en K coûte rel. moins cher dans le pays où le K est rel. moins cher. Après ouverture, un P y /P x unique compris entre les 2 prix dautarcie émerge auquel le pays 1 vendra des Qx au pays 2. 18

19 Allocation optimale en autarcie CPP du pays 1 Qx Qy CPP du pays 2 Qx Qy P 1x /P 1y P 2x /P 2y On remarque que chaque pays produit rel. plus du bien intensif en fctr dont il est rel. bien doté. Par ailleurs, puisque le marché des biens est en CCP, P ix /P iy doit être égal au CR ix au point de production optimal. Ici, il faut que P 1x /P 1y


20 Production optimale avec échange CPP du pays 1 Qx Qy CPP du pays 2 Qx Qy P x /P y Le pays 1 se spécialise dans la prod. du bien x et les pays 2 dans la prod. du bien y. Chaque pays se spécialise dans la prod. rel. plus intensive en fctr dont le pays est rel. mieux doté. P x /P y A É É A (P 2x /P 2y ) autarcie (P 1x /P 1y ) autarcie 20

21 Production, échange et P x /P y CPP des pays 1 et 2 Qx Qy X 1x X 2y M 2x M 1y P x /P y N.B. : la valeur des M dun pays est limitée par celle de ses X, et on a donc : X 2 (Qy) * P y /P x = M 2 (Qx) et X 1 (Qx) * P x /P y = M 1 (Qy) 21

22 Échange, prix et salaires relatifs Dans le pays 1, mieux doté en K, P x /P y, le prix du bien intensif en K augmente et w/r diminue. Dans le pays 2, mieux doté en L, P x /P y diminue et w/r augmente Le commerce profite aux propriétaires de la ressource dont le pays est rel. mieux doté 22

23 Théorème de Samuelson (1) Dans chaque pays, le commerce entraîne une augmentation du prix rel. du fctr plus abondant (qui était auparavant rel. – cher) Il y a donc convergence des prix des fctrs de prod. dans les 2 pays et entre les 2 pays En important le bien intensif en L, le pays 1 importe en quelque sorte le fctr L abondant du pays 2, et vice versa 23

24 Théorème de Samuelson (2) La ccp sur le marché mondial des biens entraîne simultanément un équilibre de ccp sur le marché mondial des fctrs Le commerce international est un substitut à la mobilité des fctrs de prod. 24

25 Forces du modèle HOS (1) En montrant que les propriétaires du fctr dont le pays est moins bien doté sont pénalisés par louverture, le modèle apporte du poids à largument du «dumping social» Or, le modèle ricardien prédisait des gains pour les travailleurs des 2 pays. Ce point est en partie responsable de la popularité du modèle 25

26 Pertes des travailleurs du pays 1 et gains de bien-être Même si le modèle prédit un appauvrissement rel. des travailleurs dans le pays 1, il prédit tout de même une augmentation du bien-être collectif Il est aisé de montrer que les possibilités de consommation des 2 pays sont affectées positivement par le commerce 26

27 Échange et gains de bien-être N.B.: lon sait que léchange fera augmenter P x /P y dans le pays 1 et le fera diminuer dans le pays 2, ce faisant il ouvre la possibilité de consommer plus des 2 biens CPP du pays 1 Qx Qy CPP du pays 2 Qx Qy P ¸x /P y A É É A (P 1x /P 1y ) autarcie (P 2x /P 2y ) autarcie 27

28 Échange et gains mutuels CPP des pays 1 et 2 Qx Qy (P x /P y ) échange En superposant les 2 graphiques précédents, on isole la zone où les habitants des 2 pays consomment plus des 2 biens 28

29 Force du modèle HOS (2) Le modèle ricardien illustre les bénéfices du commerce entre des pays séparés par des écarts technologiques. Le modèle HOS illustre les bénéfices du commerce entre des pays technologiquement similaires Cohérent avec la mobilité du capital et des connaissances (diff. entre PD et PVD est davantage la dotation en fctr que techno.) 29

30 Limite du modèle HOS (1) Empiriquement, les prix des fctrs son très variables et tendent à se rapprocher seul. dans des pays ayant des dotations de fctrs similaires Ce fait peut sexpliquer par la violation dhyp.: Même technologie de prod. Loi du prix unique Mobilité des fctrs 30

31 Paradoxe de Leontief Les É-U sont rel. bien dotés en K, mais leurs M sont rel. plus intensives en utilisation de K que leurs X Av. comp. dans la prod. de services requérant bcp de K humain 31


Télécharger ppt "ECO3550 Thème 3. Les théories modernes des avantages comparatifs Les théories modernes cherchent à expliquer (endogénéïser) les écarts de productivité"

Présentations similaires


Annonces Google