La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

Les Complétives La phrase complexe La subordination.

Présentations similaires


Présentation au sujet: "Les Complétives La phrase complexe La subordination."— Transcription de la présentation:

1 Les Complétives La phrase complexe La subordination

2 Quest-ce quune complétive ? Jusquà présent, en parlant de la sous-catégorisation, nous navons étudié que des compléments réalisés sous forme de SN ou de SP (éventuellement SA ou Sadv). Or, un complément sélectionné peut aussi avoir une réalisation phrastique : Marc croit que le Père Noël existe Le gouvernement prétend quil tiendra ses promesses Pierre veut que son père lui offre une moto Jean affirme que le soleil se lève à louest (Exemple)

3 Quest-ce quune complétive ? Les complétives sont des sujets ou des compléments sous- catégorisés ayant une réalisation phrastique. Les complétives alternent généralement avec un SN ou un SP. 1. a. Anne souhaite que Jean parte b. Anne souhaite le départ de Jean 2. a. Je me souviens que Marie était présente b. Je me souviens de la présence de Marie

4 Quest-ce quune complétive ? Une complétive est donc une phrase, ayant la fonction sujet ou complément, enchâssée dans une autre phrase : cest une phrase subordonnée. Une phrase comportant une complétive est par conséquent une phrase complexe. Définition (approximative) de la phrase complexe : une phrase complexe est une phrase contenant plus dun verbe conjugué. Nous reviendrons plus tard sur cette définition qui doit être affinée à cause de lexistence des propositions dites « infinitives » et « participiales ».

5 Les complétives La Subordination Les complétives apparaissent en position de complément de verbe, de nom, dadjectif, de préposition et dadverbe. En français, elles sont introduites par élément subordonnant, traditionnellement appelé conjonction de subordination. Nous nous nous intéresserons tout dabord aux complétives introduites par la conjonction que. Les grammaires énumèrent généralement plusieurs « classes de complétives ».

6 Les complétives La classification des grammaires La Grammaire méthodique du français (Riegel, Rioul, Pelat) : 1. Les complétives introduites par que (dites « conjonctives ») Marie ignore que Jean est parti 2. Les constructions infinitives Marie voit Jean partir rapidement (Proposition infinitive) Marie veut partir rapidement 3. Les constructions interrogatives (dites « interrogatives indirectes ») Marie se demande si Jean est parti (int. totale) Marie se demande quand Jean est parti (Int. partielle) En effet, dans tous ces cas, le complément dobjet du verbe de la principale est réalisé non pas comme un SN, mais comme une phrase ou une proposition infinitive.

7 Les complétives La classification des grammaires La classe (1) (i.e. conjonctives) se distingue de la classe (2) (i.e. infinitives) par le fait que le verbe de la subordonnée est à un temps fini (v. tensé) dans le premier cas, et à linfinitif, dans le second. 1.a. Marie promet à Jean quelle viendra rapidement b. Marie promet à Jean de venir rapidement 2.a. Marie a demandé à Jean quil prépare une tarte b. Marie a demandé à Jean de préparer une tarte Les subordonnées infinitives seront abordées après les complétives introduites par que. Nous verrons sil est justifié de les analyser comme des phrases et quelle représentation syntaxique leur associer.

8 Les complétives La classification des grammaires La classe (3) (i.e. interrogatives indirectes) se distingue de la classe (1) (i.e. les conjonctives) par le fait que la subordonnée, si elle était indépendante, serait une phrase interrogative. Le choix de lélément introduisant la subordonnée est déterminé par ce facteur : la conjonction que ne peut pas être utilisée. Lorsque la subordonnée exprime une interrogation totale, elle est introduite par si. Est-elle partie ? Je me demande si elle est partie

9 Les complétives La classification des grammaires Lorsque la subordonnée exprime une interrogation partielle, aucune conjonction nest utilisée : 1.a. Qui viendra b. Je me demande qui viendra 2.a. A qui Marie a-t-elle raconté cette histoire ? b. Je me demande à qui Marie a raconté cette histoire Les interrogatives indirectes seront étudiées lors de létude des phrases interrogatives.

10 I. Complétives introduites par QUE Compléments et sujets de verbe Les complétives compléments de verbe sont largement évoquées dans les grammaires. Très souvent le terme « complétive » désigne implicitement un complément de verbe : Marie espère quil y aura de la neige à Noël Il existe toutefois les complétives sujets : Que Marie ne soit pas venue ennuie tout le monde Que Jean soit si naïf déçoit Marie Et certains verbes admettent des complétives en position sujet et objet : Que Marie ait parlé ainsi prouve quelle na pas changé

11 I. Complétives compléments de verbe Le mode du verbe de la complétive Lorsque la complétive est un complément de verbe, le mode du verbe est généralement imposé par le verbe dont dépend la complétive (i.e. le verbe de la principale). Un verbe peut imposer le mode subjonctif ou indicatif au verbe de son complément complétive : a. Subjonctif Je veux que Marie parte * Je veux que Marie part b. Indicatif Jespère que Marie viendra * Jespère que Marie vienne

12 Complétives compléments de verbe Le mode du verbe de la complétive Il arrive toutefois que le mode du verbe soit libre : 1. a. Je ne crois pas que Marie viendra b. Je ne crois pas que Marie vienne Certains verbes imposent des modes différents au verbe de leur complément complétive selon le sens envisagé : 2. a. Je dis que Marie viendra b. Je dis que Marie vienne

13 Complétives compléments de verbe Le mode du verbe de la complétive Un certain nombre de verbes normalement construits avec lindicatif admettent le subjonctif lorsquils sont à la forme négative et vice versa : 1. a. Je crois quil viendra b. Je ne crois pas quil vienne 2. a. Je doute quil vienne b. Je ne doute pas quil viendra N.B. Les complétives sujets sont régulièrement au subjonctif : Que Marie soit heureuse remplit Eve de joie Quil vienne à lheure létonnerait beaucoup

14 Complétives introduites par à ce que / de ce que Les complétives compléments du verbe peuvent être introduites directement par que ou par une préposition suivie de ce suivi de que : Il tenait à ce que je vérifie lidentité de chacun Les voisins de Jean se plaignent de ce quil fait trop de bruit Les verbes tenir et plaindre se construisent avec un complément prépositionnel : Il tient à la vérification de lidentité de chacun Les voisins de Jean se plaignent du bruit

15 Complétives introduites par à ce que / de ce que Or les prépositions à et de ne prennent pas comme compléments phrastiques à verbe tensé (i.e. un verbe marqué pour le temps ; linfinitif et le participe ne sont pas tensés) : * Luc tient à que Marie soit là * Les voisins se plaignent de que Luc fait du bruit Il y a donc conflit entre la préposition, qui exclut un complément complétive, et le verbe qui sélectionne sémantiquement un complément avec un contenu propositionnel : 1. Luc fait du bruit. 2. Les voisins se plaignent de cela. Le pronom démonstratif cela reprend la phrase (1).

16 Complétives introduites par à ce que / de ce que On peut dailleurs faire suivre cela dune complétive introduite par que : Les voisins se plaignent de cela, que Luc fasse du bruit. Les voisins se plaignent de ce que Luc fasse du bruit. Linsertion de ce, qui est une forme pronominale (donc nominale) permet de résoudre le conflit : syntaxiquement, la complétive est dépendant de ce, alors que sémantiquement, elle est sélectionnée par le verbe.

17 Complétives compléments de nom Certains noms, appelés « noms opérateurs », admettent également un complément complétive : 1.Jai la certitude que Marie viendra 2.Lidée que Marie lui ment en permanence tourmente Jean 3. La nouvelle que léquipe française avait été battue a démoralisé les supporters. 4. Jai la preuve que laccusé est innocent Comme pour les verbes, la complétive est introduite par la conjonction que.

18 Complétives Compléments dadjectif De même, il existe des adjectifs qui se construisent avec une complétive : 1. Luc est certain que Pierre ment 2. Tout le monde est content que Jean soit parti 3. Marie est fière que sa fille ait réussie 4. Je suis triste que vous soyez dans cet état

19 Complétives Compléments de préposition Enfin, certaines prépositions peuvent se construire avec un complément complétive : 1.Max fait des efforts pour que les choses avancent 2.Marie partira avant que Jean arrive 3.Marie partira sans que Jean sen rende compte N.B. Cette analyse va à lencontre de lanalyse grammaticale traditionnelle, qui considèrent les séquences pour que et avant que comme des locutions conjonctives. Nous verrons plus tard quels sont les arguments pour lanalyse que nous proposons ici.

20 Représentation syntaxique des complétives La position Complémenteur Comme nous lavons vu, toutes les complétives (conjonctives) à verbe tensé sont introduite par la conjonction que. La séquence qui suit le conjonction que a la structure dune phrase. Il nous faut donc introduire un nouveau constituant, formé dune position remplie par le subordonnant, quon appellera Complémenteur, suivie dune phrase. On pourrait penser que ce constituant est une projection de P (Phrase), P, et que la conjonction que se trouve en position de Spécifieur.

21 Représentation syntaxique des complétives La position Complémenteur Cette analyse correspond à la règle de réécriture (a) et est représentée par larbre (b) : (a) P Comp P (b) Toutefois, telle quelle, elle ne satisfait pas aux exigences du schéma X-barre. En outre, elle est difficilement justifiable. P Comp P

22 Représentation syntaxique des complétives La position Complémenteur Dans lanalyse que nous venons de voir, la catégorie P (Phrase) serait la tête du constituant P (et donc P). P nest pas une catégorie lexicale, cest un syntagme. Or, daprès le schéma X-barre, la tête dun syntagme doit être une catégorie lexicale. Comp (Complémenteur), en revanche, est une catégorie lexicale. Il est donc possible de supposer quil constitue la tête du syntagme. Il existe donc une autre possibilité danalyse.

23 Représentation syntaxique des complétives Un nouveau constituant : C Nouvelle hypothèse danalyse : le Complémenteur (C) est la tête du syntagme et la phrase (P) est le complément du complémenteur. On obtiendra par conséquent le schéma suivant : (c) C C CP ?

24 Représentation syntaxique des complétives Un nouveau constituant : C Cette analyse est conforme au schéma X-barre (Reste à savoir quel élément remplit la position Spéc, mais nous aborderons cette question ultérieurement). Mais sa conformité au schéma X-barre ne constitue pas une raison suffisante pour adopter cette analyse. Il faut se demander sil existe des faits indépendants qui la justifieraient. Il existe un argument important en faveur de cette analyse : cest le complémenteur qui détermine le « type » de la phrase subordonnée.

25 Représentation syntaxique des complétives Un nouveau constituant : C Comparez les deux phrases suivantes : 1. a. Marie ignore que Jean est parti b. Marie ignore si Jean est parti Ces deux phrases ne sinterprètent pas de la même façon. Dans la première, le verbe ignorer est un « factuel » : le contenu propositionnel de la complétive est présupposée : P1 : Jean est parti P2 : Marie ignore cela P2 = Marie ignore que P1 La subordonnée est à la baseune phrase assertive.

26 Représentation syntaxique des complétives Un nouveau constituant : C Dans la seconde phrase, en revanche, le contenu propositionnel de la complétive nest pas asserté : Marie ignore si Jean est parti ou non Cest pour cette raison que les grammaires analysent la complétive dans la phrase (b) comme une interrogative indirecte.Il serait en fait plus exact de dire quil sagit dune non assertion. Or, les phrases (a) et (b) se distinguent seulement par lélément qui introduit la subordonnée, que et si respectivement. Cest donc le choix du Complémenteur qui détermine la modalité énonciative associée à la complétive,

27 Représentation syntaxique des complétives Un nouveau constituant : C Il sagit là dun argument important en faveur de lanalyse du Complémenteur comme une tête de constituant. Cela implique que la phrase introduite par la conjonction de subordination en est le complément. Cela expliquerait lagrammaticalité de la phrase suivante : * Marie se demande que Jean est venu A la différence dignorer, se demander sélectionne seulement « une interrogative indirect », mais étant donné que cest le Complémenteur (i.e. conjonction) qui détermine cette valeur, on peut dire que se demander sélectionne le Complémenteur (i.e. conjonction) si et non que.

28 Représentation syntaxique des complétives Récapitulation Lanalyse syntaxique des complétives nous a amenés à introduire un nouveau constituant, le Syntagme Complémenteur (noté C). La tête de ce syntagme est le Complémenteur ; cette tête sélectionne une phrase comme complément. Pour le moment, nous ne savons pas quels sont les éléments susceptibles dapparaître en position Spec de ce syntagme. Nous aborderons cette question lors de létude des interrogatives indirectes partielles.

29 Représentation syntaxique des complétives Exemples Lanalyse de la complétive : (1) Marie sait que Luc est parti (2) P N C C que Luc est parti V V V C P

30 Représentation syntaxique des complétives Exemples (2) Que Marie soit absente déçoit ses amis P C C C P que Marie soit absente V V V déçoit N ses amis

31 Représentation syntaxique des complétives Exemples (3) Les enfants sont contents que Pierre soit venu P N Les enfants V V V A A sont A contents C que Pierre soit venu

32 Représentation syntaxique des complétives Les interrogatives indirectes Interrogation totale On parle dinterrogation totale, lorsque la réponse à la question est oui ou non. Dans une phrase indépendante, linterrogation totale est marquée par : - Une intonation montante sur le finale de la phrase. - Eventuellement, linversion du sujet. As-tu vu Marie ? - Evnetuellement, lapparition de la séquence est-ce que en tête de phrase. Est-ce que tu as vu Marie ?

33 Représentation syntaxique des complétives Les interrogatives indirectes Interrogation totale Lorsquune interrogative totale se réalise comme un complément complétive, aucune des trois caractéristiques que non venons dénumérer nest préservée. Linterprétation interrogative va être exprimée par la présence de si dans la position de Complémenteur. On peut donc adopter la même représentation que pour les complétives introduites par que. Nous aborderons les subordonnées interrogatives partielles après avoir étudié les interrogatives partielles indépendantes.


Télécharger ppt "Les Complétives La phrase complexe La subordination."

Présentations similaires


Annonces Google