La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

LES THÉRAPIES COMPORTEMENTALES ET COGNITVES 22 juin 2012 Port-au-Prince, Haïti Lonzozou Kpanake, Ph.D. Professeur.

Présentations similaires


Présentation au sujet: "LES THÉRAPIES COMPORTEMENTALES ET COGNITVES 22 juin 2012 Port-au-Prince, Haïti Lonzozou Kpanake, Ph.D. Professeur."— Transcription de la présentation:

1 LES THÉRAPIES COMPORTEMENTALES ET COGNITVES 22 juin 2012 Port-au-Prince, Haïti Lonzozou Kpanake, Ph.D. Professeur

2 O BJECTIFS DU COURS 1.Présenter lhistorique, les concepts et principes fondamentaux des thérapies comportementales et cognitives (TCC) 2.Décrire les caractéristiques des TCC 3.Aborder lapplication des TCC pour le traitement de la dépression, troubles anxieux, 1.Présenter lhistorique, les concepts et principes fondamentaux des thérapies comportementales et cognitives (TCC) 2.Décrire les caractéristiques des TCC 3.Aborder lapplication des TCC pour le traitement de la dépression, troubles anxieux,

3 ÉVOLUTION HISTORIQUE DES TCC ÉVOLUTION HISTORIQUE DES TCC

4 H ISTORIQUE DES TCC Epictetus Hippocrate 1950 Wolpe Désensibilisation systématique 1960 Marks, Gelder & Rachma Thérapie par exposition 1962 Albert Ellis Thérapie rationnelle-émotive 1970 Aaron Beck Thérapie cognitive 1913 Thorndike Loi de leffet 1937 Skinner Conditionnement opérant Pavlov Conditionnement répondant

5 Pionniers des Théories Cognitives Epictetus ( Av. JC), philosophe Grec «Les individus ne sont pas pas perturbés par ce qui leur arrive mais leur manière de percevoir ce qui leur arrive»

6 Aaron Beck & Albert Ellis

7 M ODÈLES ET P RINCIPES G ÉNÉRAUX DES T HÉRAPIES C OMPORTEMENTALES ET C OGNITIVES

8 C ONDITIONNEMENT C LASSIQUE, R ÉPONDANT, OU P AVLOVIEN Possibilité de création dune réponse conditionnelle en associant un stimulus neutre et un stimulus inconditionnel

9 SI RI SN R SC RC C ONDITIONNEMENT C LASSIQUE OU P AVLOVIEN

10 C ONDITIONNEMENT C LASSIQUE, R ÉPONDANT, OU P AVLOVIEN Loi de lextinction Si Cloche Nourriture Cloche Salivation

11 C ONDITIONNEMENT OPÉRANT OU INSTRUMENTAL T HORNDIKE - SKINNER Skinner

12 C ONDITIONNEMENT OPÉRANT OU INSTRUMENTAL T HORNDIKE - SKINNER « La loi de leffet » Un comportement dont la conséquence est positive aura tendance à se répéter (renforcement positif). Un comportement dont la conséquence est négative aura tendance à être moins fréquent (renforcement négatif). Un comportement dont la conséquence nest ni positive ou négative disparaîtra progressivement du fait de labsence de renforcement (extinction). « Lorganisme opère sur lenvironnement et les conséquences de son action le conduisent à modifier son comportement » Skinner Conditionnement opérant = apprentissage par les conséquences de laction « La loi de leffet » Un comportement dont la conséquence est positive aura tendance à se répéter (renforcement positif). Un comportement dont la conséquence est négative aura tendance à être moins fréquent (renforcement négatif). Un comportement dont la conséquence nest ni positive ou négative disparaîtra progressivement du fait de labsence de renforcement (extinction). « Lorganisme opère sur lenvironnement et les conséquences de son action le conduisent à modifier son comportement » Skinner Conditionnement opérant = apprentissage par les conséquences de laction

13 C ARACTÉRISTIQUES DES TCC 1.Thérapies brèves / Peu coûteuses 2.Thérapies actives: résolution de problèmes, cahier de tâches, exercices, lecture. 3.Type de relation thérapeutique: empirisme collaboratif 4.Responsabilisation du patient: principal acteur 5.Autonomisation du patient: apprentissage, auto-thérapeute 6.Style de communication: claire, compréhension mutuelle, expression dopinions 7.Application souple: singularité de cas, pragmatisme. 1.Thérapies brèves / Peu coûteuses 2.Thérapies actives: résolution de problèmes, cahier de tâches, exercices, lecture. 3.Type de relation thérapeutique: empirisme collaboratif 4.Responsabilisation du patient: principal acteur 5.Autonomisation du patient: apprentissage, auto-thérapeute 6.Style de communication: claire, compréhension mutuelle, expression dopinions 7.Application souple: singularité de cas, pragmatisme.

14 P REMIÈRE É TAPE : LA LLIANCE T HÉRAPEUTIQUE Le travail thérapeutique ne sinstalle pas sans alliance thérapeutique

15 LA LLIANCE T HÉRAPEUTIQUE L ES C ONSÉQUENCES D UNE M AUVAISE A LLIANCE T HÉRAPEUTIQUE Mauvaise alliance thérapeutique Ralenti le processus thérapeutique Diminue lefficacité du traitement Interruption de la thérapie

16 É TABLISSEMENT DE L A LLIANCE T HÉRAPEUTIQUE A LLIANCE T HÉRAPEUTIQUE Rapport collaboratif Rapport collaboratif Observation clinique Observation clinique Technique dentretien Technique dentretien

17 É TABLISSEMENT DE L A LLIANCE T HÉRAPEUTIQUE LE RAPPORT COLLABORATIF LEmpathie Capacité du thérapeute à comprendre la réalité que vit le patient Authencité Aptitude à se sentir «à laise» dans la situation thérapeutique Être chaleureux Cest trouver le patient «sympathique» LE RAPPORT COLLABORATIF LEmpathie Capacité du thérapeute à comprendre la réalité que vit le patient Authencité Aptitude à se sentir «à laise» dans la situation thérapeutique Être chaleureux Cest trouver le patient «sympathique»

18 É TABLISSEMENT DE L A LLIANCE T HÉRAPEUTIQUE L E R APPORT C OLLABORATIF Si un thérapeute ne parvient pas à trouver le patient sympathique, mieux vaut ne pas engager la thérapie et confier le travail à un confrère. L E R APPORT C OLLABORATIF Si un thérapeute ne parvient pas à trouver le patient sympathique, mieux vaut ne pas engager la thérapie et confier le travail à un confrère.

19 É TABLISSEMENT DE L A LLIANCE T HÉRAPEUTIQUE LObservation en consultation Auto-observation du thérapeute: Pensées (comportement, âge, culture) Usage du corps: posture Observation du patient: Verbal (contenu) Non-verbal (posture, mimiques, gestes) Observation de la relation thérapeute-patient: Symétrique (ex: entretien débat, entretien compliment) Complémentaire LObservation en consultation Auto-observation du thérapeute: Pensées (comportement, âge, culture) Usage du corps: posture Observation du patient: Verbal (contenu) Non-verbal (posture, mimiques, gestes) Observation de la relation thérapeute-patient: Symétrique (ex: entretien débat, entretien compliment) Complémentaire

20 É TABLISSEMENT DE L A LLIANCE T HÉRAPEUTIQUE L ES T ECHNIQUES D E NTRETIEN EN C ONSULATION L A M ÉTHODE DES «4R» Recontextualisation (jen ai marre, je ne men sortirai pas) Reformulation (ex: répétition-précion des termes) Résumer Renforcement (faits-personne) L ES T ECHNIQUES D E NTRETIEN EN C ONSULATION L A M ÉTHODE DES «4R» Recontextualisation (jen ai marre, je ne men sortirai pas) Reformulation (ex: répétition-précion des termes) Résumer Renforcement (faits-personne)

21 LA LLIANCE T HÉRAPEUTIQUE : L ES T ECHNIQUES D E NTRETIEN C LINIQUE L E Q UESTIONNEMENT S OCRATIQUE Consiste à poser des questions pour aider le patient à percevoir un problème sous différentes perspectives L E Q UESTIONNEMENT S OCRATIQUE Consiste à poser des questions pour aider le patient à percevoir un problème sous différentes perspectives

22 …seulement les patients nattendent pas seulement des thérapeutes quils les apprécient mais surtout quils apportent des solutions à leurs problèmes Efficacité thérapeutique Savoir conceptualiser les problèmes Savoir conceptualiser les problèmes Savoir évaluer les résultats Savoir évaluer les résultats Savoir appliquer les techniques thérapeutiques Savoir appliquer les techniques thérapeutiques Authenticité Empathie Être chaleureux COMPAFFECTIVECOMPAFFECTIVE

23 L ES T HÉRAPIES C OGNITIVO -C OMPORTEMENTALES (TCC): L ES P RINCIPES DE B ASES 1.Identification les composantes du problème 2.Compréhension des interactions entre ces composantes 3.Modification des composantes dysfonctionnelles 1.Identification les composantes du problème 2.Compréhension des interactions entre ces composantes 3.Modification des composantes dysfonctionnelles

24 Humeurs Réactions physiques Comportements Pensées TCC: L ES P RINCIPES DE B ASES I DENTIFICATION DES C OMPOSANTES DU P ROBLÈME Milieu

25 P RINCIPES DE BASE TCC C OMPRÉHENSION DES INTERACTIONS ENTRE LES C OMPOSANTES DU P ROBLÈME L IENS ENTRE LES P ENSÉES ET LES É MOTIONS Situation α Pensée X Pensée Y Émotion X Émotion Y Émotion X

26 P RINCIPES DE BASE TCC C OMPRÉHENSION DES INTERACTIONS ENTRE LES C OMPOSANTES DU P ROBLÈME L IENS ENTRE LES P ENSÉES ET LES C OMPORTEMENTS R OGER B ANNISTER, MILE < 4 MN «Vouloir cest pouvoir»

27 P RINCIPES DE BASE TCC C OMPRÉHENSION DES INTERACTIONS ENTRE LES C OMPOSANTES DU P ROBLÈME L IENS ENTRE LES P ENSÉES ET LES R ÉACTIONS P HYSIQUES Attente dune information très importante Pessimisme Écouter une musique douce Augmentation du rythme cardiaque Détérioration du système immunitaire Relaxation des muscles

28 P RINCIPES DE BASE TCC C OMPRÉHENSION DES INTERACTIONS ENTRE LES C OMPOSANTES DU P ROBLÈME L IENS ENTRE LES P ENSÉES ET LE M ILIEU Les expériences vécues (ex: viol, abus) Culture, éducation Facteurs biologiques (ex: hérédité) Pensées

29 Comportements Réactions physiques Pensées Humeurs P RINCIPES F ONDEMENTAUX DES TCC MILIEUMILIEU

30 Comportements Réactions physiques Pensées Humeurs P RINCIPES T HÉRAPEUTIQUES DES TCC: M ODIFICATION LES C OMPOSANTES D YSFONCTIONNELLES MILIEUMILIEU

31 LA DÉPRESSION

32 C RITÈRES D IAGNOSTIQUES DSM-IV Dépression majeure Au moins 5 des symptômes suivants, presque tous les jours, au moins deux semaines Humeur dépressive Diminution marquée de lintérêt Perte /gain de poids, ou appétit++ Insomnie ou hypersomnie Agitation ou ralentissement psychomoteur Diff. de concentration, indécision Idées suicidaires répétées, tentative Dysthymies (dép min. chronique) Humeur triste ou irritable (journée, >1j/2j, au moins 1 an + de 2 au moins des symptômes suivants: Appétit ++ ou – - Insomnie ou hypersomnie Fatigue Faible estime de soi Trouble de lattention Sentiment de désespoir

33 É TABLISSEMENT DE L A LLIANCE T HÉRAPEUTIQUE : Rapport collaboratif: Empathie, Authencité, Être chaleureux Observation: Auto-observation, observation de la relation thérapeute-patient, observation du patient (verbal, non-verbal) Technique dentretien: Recontextualiser, Reformuler, Résumer, Renforcer Rapport collaboratif: Empathie, Authencité, Être chaleureux Observation: Auto-observation, observation de la relation thérapeute-patient, observation du patient (verbal, non-verbal) Technique dentretien: Recontextualiser, Reformuler, Résumer, Renforcer

34 T RAITEMENT DE LA D ÉPRESSION Identification les composantes du problème Réactions physiques: insomnie, fatigue chronique, perte de lappétit, Humeur: dépressive, tristesse, colère, Pensées: «Tout ceux que jaime mabandonne», «le monde sécroule sur moi» Comportements: arrêt de travail, ne sort plus de chez elle, arrêt de lhygiène personnelle Milieu: Suicide dune des filles, les autres ont quitté la maison, cancer du sein 1.Reconnaître les émotions 2.Identifier les situations qui donnent naissance aux émotions 3.Évaluer lintensité des émotions 4.Identifier les pensées associées à ces émotions 5.Distinguer la contribution de chaque pensée au déclenchement de lémotion la plus intense Identification les composantes du problème Réactions physiques: insomnie, fatigue chronique, perte de lappétit, Humeur: dépressive, tristesse, colère, Pensées: «Tout ceux que jaime mabandonne», «le monde sécroule sur moi» Comportements: arrêt de travail, ne sort plus de chez elle, arrêt de lhygiène personnelle Milieu: Suicide dune des filles, les autres ont quitté la maison, cancer du sein 1.Reconnaître les émotions 2.Identifier les situations qui donnent naissance aux émotions 3.Évaluer lintensité des émotions 4.Identifier les pensées associées à ces émotions 5.Distinguer la contribution de chaque pensée au déclenchement de lémotion la plus intense

35 Ne rend plus visite à ses filles Hygiène Insomnie Fatigue Appétit Tous … mabandonnent Dépressive Colère T RAITEMENT DE LA DÉPRESSION : A PPROCHE TCC P SYCHOÉDUCATION Suicide-cancerSuicide-cancer

36 Apprendre la patiente à reconnaître les émotions. Apprendre la patiente à reconnaître le situation-problème. Apprendre la patiente à évaluer lintensité des émotions. Apprendre la patiente à identifier les pensées associées à ces émotions Distinguer la contribution de chaque pensée au déclenchement de lémotion la plus intense Apprendre la patiente à reconnaître les émotions. Apprendre la patiente à reconnaître le situation-problème. Apprendre la patiente à évaluer lintensité des émotions. Apprendre la patiente à identifier les pensées associées à ces émotions Distinguer la contribution de chaque pensée au déclenchement de lémotion la plus intense

37 T RAITEMENT DE LA DÉPRESSION : A PPROCHE TCC L A R ESTRUCTURATION C OGNITIVE 1- LA SITUATION Choix des situations: situation émotionnellement intense Description objective et détaillée de la situation: o Quand? o Où? o Qui? o Comment? 1- LA SITUATION Choix des situations: situation émotionnellement intense Description objective et détaillée de la situation: o Quand? o Où? o Qui? o Comment?

38 T RAITEMENT DE LA DÉPRESSION : A PPROCHE TCC L A R ESTRUCTURATION C OGNITIVE 2- LES ÉMOTIONS Quelle(s) émotion(s) avez-vous ressentie(s) dans cette situation? Cotez chacune des émotions ressenties de 1 à 100 selon leur importance. 2- LES ÉMOTIONS Quelle(s) émotion(s) avez-vous ressentie(s) dans cette situation? Cotez chacune des émotions ressenties de 1 à 100 selon leur importance.

39 T RAITEMENT DE LA DÉPRESSION : A PPROCHE TCC L A R ESTRUCTURATION C OGNITIVE 3- LES PENSÉES AUTOMATIQUES Que sest-il passé dans votre tête (pensées ou images) juste avant de ressentir cette émotion? Cotez la contribution de ces pensées au déclenchement de lémotion la plus forte. Encerclez la pensée dominante (plus forte cotation) 3- LES PENSÉES AUTOMATIQUES Que sest-il passé dans votre tête (pensées ou images) juste avant de ressentir cette émotion? Cotez la contribution de ces pensées au déclenchement de lémotion la plus forte. Encerclez la pensée dominante (plus forte cotation)

40 T RAITEMENT DE LA DÉPRESSION: APPROCHE TCC LA RESTRUCTURATION COGNITIVE 3- MISE À LÉPREUVE DE LA PENSÉE DOMINANTE Pensée dominante Preuves à lappui Preuves à lencontre Faits X – Y - Z Faits 1 – 2 - 3

41 T RAITEMENT DE LA DÉPRESSION : A PPROCHE TCC L A R ESTRUCTURATION C OGNITIVE 3- É LABORATION DE LA PENSÉE SUBSTITUTIVE Pensée dominante Preuves à lappui Preuves à lencontre Croyance = 0 Croyance = 100 Pensée substitutive

42 T RAITEMENT DE LA DÉPRESSION : A PPROCHE TCC L A RESTRUCTURATION C OGNITIVE 3- É LABORATION DE LA PENSÉE SUBSTITUTIVE Pensée dominante Preuves à lappui Preuves à lencontre Croyance = 50 Croyance = 50 Pensée substitutive &

43 T RAITEMENT DE LA DÉPRESSION : A PPROCHE TCC L A R ESTRUCTURATION C OGNTIVE 3- E FFET DE LA PENSÉE SUBSTITUTIVE SUR L H UMEUR Pensée substitutive Humeur ?

44 Modification des pensées dysfonctionnelles Exercice: Pensez à une situation récente qui vous a rendu triste, anxieux, ou en colère Essayez dimaginer la situation avec le plus de réalisme possible.

45 Modification des pensées dysfonctionnelles La Situation Les Humeurs Les Pensées Automatiques Les Preuves à l'Appui de la Pensée Dominante Les Preuves à l'Encontre de la Pensée Dominante Les Pensées Substitutives qui pourraient mieux convenir à la situation évoquée (coter de 0 à 100) Les Humeurs (Révisés) Quand? Où? Qui? Quoi? 1- Quelles émotions avez- vous ressenties? 2- Cotez chacune des émotions ressenties de 1 à 100 selon leur importance 1- Que sest-il passé dans votre tête et qui a engendré lémotion (juste avant que vous ayant ressenti cette émotion) 2-Cotez chacune des pensées de 1 à 100 selon limportance de leurs liens avec lémotion la plus importante 3-Encerclez la pensée dominante Quadvient-il maintenant des émotions de la colonne 2 après lanalyse que vous venez den faire? (coter de 0 à 100)

46 SymptômesComportement Pensées Automatiques Humeurs Présomptions Croyances de fond Milieu Absolus (soi, autres, monde) Règles (il faut que je..) Messages (Sujet, le monde, le futur)

47 L A R ESTRUCTURATION C OGNITIVE : I DENTIFICATION DES BIAIS COGNITIFS Surgénéralisation: Généraliser dune situation à toutes les situations semblables Abstraction sélective: Ne retenir quun élément négatif et à ne pas prêter attention aux éléments positifs ou neutres. Personnalisation: Sattribuer la responsabilité de faits négatifs ou à penser que certaines remarques négatives sont adressées de façon détournées au sujet. Linférence arbitraire: Tirer des conclusions définitives à partir de faits minimes ou ambigüs. Pensée dichotomique: Pensée «tout ou rien» Surgénéralisation: Généraliser dune situation à toutes les situations semblables Abstraction sélective: Ne retenir quun élément négatif et à ne pas prêter attention aux éléments positifs ou neutres. Personnalisation: Sattribuer la responsabilité de faits négatifs ou à penser que certaines remarques négatives sont adressées de façon détournées au sujet. Linférence arbitraire: Tirer des conclusions définitives à partir de faits minimes ou ambigüs. Pensée dichotomique: Pensée «tout ou rien»

48 L A R ESTRUCTURATION C OGNITIVE : I DENTIFICATION DES BIAIS COGNITIFS Les postulats fondamentaux «On doit toujours faire les choses parfaitement, sinon cest quon est incapable» «Tout le monde doit maimer, sinon je ne vaux rien» «Pour être heureux il faut être parfait» «Pour être accepté, il faut toujours être gentil» «Je dois tout comprendre, tout savoir, sinon je suis nul» Les postulats fondamentaux «On doit toujours faire les choses parfaitement, sinon cest quon est incapable» «Tout le monde doit maimer, sinon je ne vaux rien» «Pour être heureux il faut être parfait» «Pour être accepté, il faut toujours être gentil» «Je dois tout comprendre, tout savoir, sinon je suis nul»

49 L A R ESTRUCTURATION C OGNITIVE : I DENTIFICATION DES BIAIS COGNITIFS Origine des postulats fondamentaux Expériences négatives dans lenfance Erreurs éducatives: éducation rigide, autoritaire, paroles malheureuses et maladroites Normes religieuses et culturelles Origine des postulats fondamentaux Expériences négatives dans lenfance Erreurs éducatives: éducation rigide, autoritaire, paroles malheureuses et maladroites Normes religieuses et culturelles

50 L A R ESTRUCTURATION C OGNITIVE Identification des postulats fondamentaux Méthode de la «flèche descendante» Supposons que cest vrai, quest ce que cela signifie vous vous? Pensées automatiques Présomptions Croyances profondes

51 Modification des croyances profondes La Situation Les Humeurs Les Pensées Automatiques Les Preuves à l'Appui de la Pensée Dominante Les Preuves à l'Encontre de la Pensée Dominante Les Pensées Substitutives qui pourraient mieux convenir à la situation évoquée (coter de 0 à 100) Les Humeurs (Révisés) Quand? Où? Qui? Quoi? 1- Quelles émotions avez- vous ressenties? 2- Cotez chacune des émotions ressenties de 1 à 100 selon leur importance 1- Que sest-il passé dans votre tête et qui a engendré lémotion (juste avant que vous ayant ressenti cette émotion) 2-Cotez chacune des pensées de 1 à 100 selon limportance de leurs liens avec lémotion la plus importante 3-Encerclez la pensée dominante Quadvient-il maintenant des émotions de la colonne 2 après lanalyse que vous venez den faire? (coter de 0 à 100)

52 LA THÉRAPIE COMPORTEMENTALE But: Réduire les comportements dépressifs et accroître les comportements adaptatifs. Possibilité de combinaison avec la thérapie cognitive Plan adapté aux besoins du patient et à lévolution de la symptomatologie Plan établi et révisé en collaboration avec le patient

53 Symptômes physiques Pensées Activités et de loisirs Humeurs Relations interpersonnelles Soins pour soi Milieu COMPORTEMENTCOMPORTEMENT Le cercle vicieux de la dépression

54 LA THÉRAPIE COMPORTEMENTALE

55 THÉRAPIE COMPORTEMENTALE MÉTHODES COMPORTEMENTALES Programmes dactivités plannifiés avec le patient Méthode des tâches graduées Définir la tâche comme un essai Le plus petit changement possible Restreindre le changement est parfois très utile. Résistances: dévalorisation des tâches graduées, Renforcements du thérapeute, auto-renforcements Modification des renforçateurs sociaux MÉTHODES COMPORTEMENTALES Programmes dactivités plannifiés avec le patient Méthode des tâches graduées Définir la tâche comme un essai Le plus petit changement possible Restreindre le changement est parfois très utile. Résistances: dévalorisation des tâches graduées, Renforcements du thérapeute, auto-renforcements Modification des renforçateurs sociaux

56 THÉRAPIE COMPORTEMENTALE L ES E XPOSITIONS (T RAITEMENT DES TOUBLES ANXIEUX ) L exposition en imagination Lexposition «in vivo» L ES E XPOSITIONS (T RAITEMENT DES TOUBLES ANXIEUX ) L exposition en imagination Lexposition «in vivo»

57 LENTRAÎNEMENT AUX HABILETÉS SOCIALES

58 LAFFIRMATION DE SOI D ÉFINITION : Laffirmation de soi est un comportement qui permet dexprimer ses besoins, ses désirs, ses souhaits, en respectant lautre.

59 LAFFIRMATION DE SOI F ONCTIONS : Exprimer ses émotions; Améliorer ses relations interpersonnelles dans tous les domaines de la vie; Obtenir plus facilement ce qui correspond à ses souhaits et à ses désirs

60 LA FFIRMATION DE S OI L ES T YPES DE COMPORTEMENTS L E C OMPORTEMENT A GRESSIF Le sujet impose ses besoins et désirs à lautre sans le respecter Cest le «hérisson»

61 LA FFIRMATION DE S OI L ES T YPES DE COMPORTEMENTS L E C OMPORTEMENT P ASSIF Le sujet nexprime pas ses besoins, ses désirs, et laisse la place à lautre Cest le «paillasson»

62 LA FFIRMATION DE S OI L ES T YPES DE COMPORTEMENTS L E C OMPORTEMENT A FFIRMÉ Le sujet exprime ses besoins et ses désir sen respectant les besoins et les désirs des autres L E C OMPORTEMENT A FFIRMÉ Le sujet exprime ses besoins et ses désir sen respectant les besoins et les désirs des autres

63 LA FFIRMATION DE S OI DISTINCTIONS L Affirmation de soi: Compétences relationnelles de chacun (domaine des comportements) La Confiance en soi: Compétences personnelles (domaine des comportements) LEstime de soi: Vision globale de soi-même (domaine de la personnalité) DISTINCTIONS L Affirmation de soi: Compétences relationnelles de chacun (domaine des comportements) La Confiance en soi: Compétences personnelles (domaine des comportements) LEstime de soi: Vision globale de soi-même (domaine de la personnalité)

64 LA FFIRMATION DE S OI É TIOLOGIE Le non-droit personnel Le manque de renforcement par lenvironnement Le manque de savoir-faire Le manque de reconnaissance des messages sociaux É TIOLOGIE Le non-droit personnel Le manque de renforcement par lenvironnement Le manque de savoir-faire Le manque de reconnaissance des messages sociaux

65 I DENTIFICATION D UN MANQUE D AFFIRMATION DE SOI Prenez-vous la parole en groupe? Lorsque vous avez besoin de qque chose, le demandez- vous? Lorsque vous nêtes pas daccord, le dites-vous? Lorsque vous êtes content, le manifestez-vous? Lorsquon vous fait un compliment, que ressentez-vous? Lorsque vous nêtes pas content, pouvez-vous lexprimer calmement? Comment réagissez-vous lorsque vous êtes critiqué? Que faites-vous lorsque vous vous trouvez dans un conflit? Que faites-vous lorsque vous êtes en colère? Que faites-vous lorsquune personne en face de vous est en colère? Prenez-vous la parole en groupe? Lorsque vous avez besoin de qque chose, le demandez- vous? Lorsque vous nêtes pas daccord, le dites-vous? Lorsque vous êtes content, le manifestez-vous? Lorsquon vous fait un compliment, que ressentez-vous? Lorsque vous nêtes pas content, pouvez-vous lexprimer calmement? Comment réagissez-vous lorsque vous êtes critiqué? Que faites-vous lorsque vous vous trouvez dans un conflit? Que faites-vous lorsque vous êtes en colère? Que faites-vous lorsquune personne en face de vous est en colère?

66 I DENTIFICATION D UN MANQUE D AFFIRMATION DE SOI Les domaines de difficulté Message émis positif: faire compliment Message émis neutre: faire une demande, Message émis négatif: faire une critique, Message reçu positif: répondre à un compliment, Message reçu neutre: énoncer un refus, donner son accord, négocier Message reçu négatif: répondre à une critique Identifiez les domaines de vie concernés: travail, couple, famille, vie sociale… Évaluer les niveaux du manque daffirmation de soi: Généralisé ou localisé? Quels domaines? Les domaines de difficulté Message émis positif: faire compliment Message émis neutre: faire une demande, Message émis négatif: faire une critique, Message reçu positif: répondre à un compliment, Message reçu neutre: énoncer un refus, donner son accord, négocier Message reçu négatif: répondre à une critique Identifiez les domaines de vie concernés: travail, couple, famille, vie sociale… Évaluer les niveaux du manque daffirmation de soi: Généralisé ou localisé? Quels domaines?

67 I DENTIFICATION D UN MANQUE D AFFIRMATION DE SOI Identifiez les domaines de vie concernés: travail couple famille vie sociale… Évaluer les niveaux du manque daffirmation de soi: Généralisé ou localisé? Quels domaines? Identifiez les domaines de vie concernés: travail couple famille vie sociale… Évaluer les niveaux du manque daffirmation de soi: Généralisé ou localisé? Quels domaines?

68 AFFIRMATION DE SOI Identifiez les domaines de vie concernés: travail couple famille vie sociale… Évaluer les niveaux du manque daffirmation de soi: Généralisé ou localisé? Quels domaines? Identifiez les domaines de vie concernés: travail couple famille vie sociale… Évaluer les niveaux du manque daffirmation de soi: Généralisé ou localisé? Quels domaines?

69 E NTRAÎNEMENT AUX HABILETÉS SOCIALES LES TECHNIQUES DAFFIRMATION DE SOI 1.Utilisation du «JE» 2.Formuler un refus: Non, persister, expression de la gène, arrêt de la discussion. 3.Faire une critique: Technique du DESC Décrire Émotion Solution Conséquence 1.Choix dune solution 2.Mise en oeuvre et évaluation des résultats LES TECHNIQUES DAFFIRMATION DE SOI 1.Utilisation du «JE» 2.Formuler un refus: Non, persister, expression de la gène, arrêt de la discussion. 3.Faire une critique: Technique du DESC Décrire Émotion Solution Conséquence 1.Choix dune solution 2.Mise en oeuvre et évaluation des résultats

70 E NTRAÎNEMENT AUX HABILETÉS SOCIALES LES TECHNIQUES DAFFIRMATION DE SOI Répondre aux critiques: Technique «ERD» Enquêtes négatives: Reconnaître (faits & émotion): Décider: accepter-changement; accepter-sans changement; Négocier le comportement LES TECHNIQUES DAFFIRMATION DE SOI Répondre aux critiques: Technique «ERD» Enquêtes négatives: Reconnaître (faits & émotion): Décider: accepter-changement; accepter-sans changement; Négocier le comportement

71 E NTRAÎNEMENT AUX HABILETÉS SOCIALES L ES TECHNIQUES D AFFIRMATION DE SOI Faire un compliment Répondre à un compliment L ES TECHNIQUES D AFFIRMATION DE SOI Faire un compliment Répondre à un compliment

72 T RAITEMENT DE LA DÉPRESSION : A PPROCHE TCC LA CTIVATION COMPORTEMENTALE E NTRAÎNEMENT À LA RÉSOLUTION DES PROBLÈMES 1.Identification du problème 2.Recherche des solutions possibles 3.Évaluer leurs avantages et leurs inconvénients (par cotation) 4.Choix dune solution 5.Mise en oeuvre et évaluation des résultats E NTRAÎNEMENT À LA RÉSOLUTION DES PROBLÈMES 1.Identification du problème 2.Recherche des solutions possibles 3.Évaluer leurs avantages et leurs inconvénients (par cotation) 4.Choix dune solution 5.Mise en oeuvre et évaluation des résultats

73 T RAITEMENT DE LA DÉPRESSION : A PPROCHE TCC E NTRAÎNEMENT À LA RÉSOLUTION DES PROBLÈMES Cognitive Behavioral Analysis System of Psychotherapy (James McCullough) E NTRAÎNEMENT À LA RÉSOLUTION DES PROBLÈMES Cognitive Behavioral Analysis System of Psychotherapy (James McCullough)

74 LES THÉRAPIES CORPORELLES T ECHNIQUES DE R ELAXATION R ESPIRATION A BDOMINALE Y OGA M ÉDITATION T ECHNIQUES DE R ELAXATION R ESPIRATION A BDOMINALE Y OGA M ÉDITATION

75 LA GUÉRISON EN TCC «Mon Dieu, donnez-moi le courage de changer les choses que je peux changer, donnez-moi la sérénité daccepter ce que je ne peux changer et la sagesse den connaître la différence.» Reinhold Nieburh ( ) «Mon Dieu, donnez-moi le courage de changer les choses que je peux changer, donnez-moi la sérénité daccepter ce que je ne peux changer et la sagesse den connaître la différence.» Reinhold Nieburh ( )

76 LA GUÉRISON : S A S IGNIFICATION APRÈS UNE TCC Disparition des symptômes sans que ceux-ci réappaissent sous dautres formes de troubles; Lacquisition doutils thérapeutiques qui servent toute la vie; Une réappropriation par le patient de son rôle dacteur de sa santé; Un retour à lautonomie et à la liberté daction; Lacquisition de compétences sociales au service dune réinsertion sociale lorsque celle-ci a disparu ou a fait défaut; Disparition des symptômes sans que ceux-ci réappaissent sous dautres formes de troubles; Lacquisition doutils thérapeutiques qui servent toute la vie; Une réappropriation par le patient de son rôle dacteur de sa santé; Un retour à lautonomie et à la liberté daction; Lacquisition de compétences sociales au service dune réinsertion sociale lorsque celle-ci a disparu ou a fait défaut;

77 LA GUÉRISON : S A S IGNIFICATION APRÈS UNE TCC Lindispensable acceptation de sa vulnérabilité psychologique comme dautres ont une propension à souffrir dasthme ou de diabète, Lindispensable continuation à sexposer et à éviter déviter La régulation des émotions Lintégration de lidée que lanxiété et la peur sont des phénomènes normaux que chacun connaît et quil est impossible, voire dangereux, de ne pas les ressentir; Lindispensable acceptation de sa vulnérabilité psychologique comme dautres ont une propension à souffrir dasthme ou de diabète, Lindispensable continuation à sexposer et à éviter déviter La régulation des émotions Lintégration de lidée que lanxiété et la peur sont des phénomènes normaux que chacun connaît et quil est impossible, voire dangereux, de ne pas les ressentir;

78 ÉTUDES DE CAS 1.Identifiez le(s) problème(s) surlesquels vous pourrez travailler avec ce patient. 2.Identifiez les différentes composantes (et leurs éléments) de ce(s) problème(s) du patient. 3.Préparer une intervention psychoéducative visant à aider votre patient à mieux comprendre son/ses problème(s). 4.Établissez un plan thérapeutique pour ce patient. 1.Identifiez le(s) problème(s) surlesquels vous pourrez travailler avec ce patient. 2.Identifiez les différentes composantes (et leurs éléments) de ce(s) problème(s) du patient. 3.Préparer une intervention psychoéducative visant à aider votre patient à mieux comprendre son/ses problème(s). 4.Établissez un plan thérapeutique pour ce patient.


Télécharger ppt "LES THÉRAPIES COMPORTEMENTALES ET COGNITVES 22 juin 2012 Port-au-Prince, Haïti Lonzozou Kpanake, Ph.D. Professeur."

Présentations similaires


Annonces Google