La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

LÉTUDE LEXICALE DU FRANÇAIS RÉGIONAL ANTILLAIS. À LA RECHERCHE DUNE MÉTHODOLOGIE APPROPRIÉE.

Présentations similaires


Présentation au sujet: "LÉTUDE LEXICALE DU FRANÇAIS RÉGIONAL ANTILLAIS. À LA RECHERCHE DUNE MÉTHODOLOGIE APPROPRIÉE."— Transcription de la présentation:

1 LÉTUDE LEXICALE DU FRANÇAIS RÉGIONAL ANTILLAIS. À LA RECHERCHE DUNE MÉTHODOLOGIE APPROPRIÉE

2

3

4

5

6

7 La meilleure méthode détudier le corpus: la lecture répétée. Économe Personne chargée de ladministration matérielle dune exploitation coloniale qui, avec le géreur, secondait le maître.

8 Rubriques dun article lexicographique: v. A. Thibault, «Glossairistique et littérature francophone», RLiR, 70, 2006, / rubriques dun article dans la BDLP-Antilles (AN). Entrée Cat. gram. Déf. Renvois. Citations. Rem. Encyclop. Géo. Commentaire hist. et comp. Bbg.

9 Les entrées. I. a) « Le blanc-pays [Antillais non issu du métissage, descendant des premiers colons] ayant dinstinct la hantise dune pareille situation ne savait trop quoi faire sinon blêmir et pousser des «tchip ! tchip» pour exprimer sa contrariété. » (Homme-au-bâton, 126) entrée: TCHIP! b) « Elle lance un grand tchiiip en signe de colère. » (Tambour-Babel, 13) entrée: TCHIP!

10 II. Les types lexicaux. Ex.: boulayè / boularien joueur de tambour; manawa / manarois prostituée; makè / marqueur joueur qui marque le rythme du gwoka.

11 Les définitions. I. Ne doivent pas avoir la complexité des définitions dun dictionnaire encyclopédique. Ex. à-tous-maux plante ornementale aux feuilles vertes et aux fleurs jaunes (Alpinia zerumbet). + commentaires encyclopédiques dans une rubrique spéciale.

12 II. Difficulté: la définition des créations idiolectales. « […] les vestés-cravatés et les va-nu-pieds, les casse-graines, les salisseurs de réputation, les pardon-mon-Dieu, les la-voix-de- son-maître, les mal-marqués, les agents payeurs, tout le monde a vu ! » (Tambour-Babel, 228)

13 III. Le mot à définir ne doit pas apparaître dans la définition. Exception: bâton-balai manche à balai.

14 La sélection des citations. Principe: choix de citations explicites, claires. Cas particuliers: ambiguïtés effectives (V. Catherine Fuchs). Ex.: « Jai pointé à lANPE, gratté la crème dun RMI avant de découvrir ma voie dans un restaurant branché où lon servait – honni soit qui mal y pense – des sauterelles grillées au beurre de caviar, des vers palmistes au four sur coulis de cresson, des brochettes descargots du Bénin, des steaks de rat volant, du manicou braisé de la Martinique, et du racoon en daube de la Guadeloupe. » (LEnvers du décor, 63) manicou espèce de petit mammifère qui ressemble à lopossum / espèce de crustacé.

15 Rubrique géographique. Attestations dans les variétés de français régionaux + (éventuellement) attestations dans les patois et dans les dialectes => conséquences sur létablissement de la nature du diatopisme (maintien dun mot dialectal, maintien dun diastratisme).

16 Commentaire historique et comparatif. Commentaire historique = syntagme ambitieux dans le cas de létude du français régional des Antilles. Classification du type lexical en fonction de son origine: a) archaïsmes. Indices: attestations dans ls dictionnaires créoles, dans le dictionnaire de français régional antillais de S. Telchid + en français du XVIIe siècle. Ex.: maudition malédiction. b) diastratismes. Indices: attestations dans les dictionnaires créoles, dans Telchid attestations dans diverses aires de la France métropolitaine, parfois très éloignées les unes des autres. Ex.: boisonner boire de lalcool en grandes quantités.

17 c) dialectalismes. Indices: attestations dans les dictionnaires créoles, dans Telchid 1997 et dans les dialectes et / ou les patois de lOuest de la France métropolitaine (doù sont partis aux Antilles la plupart des colons). Ex.: mofwazé / mofrazé personne qui a la possibilité de se transformer en animal (emmorphoser est attesté dans les contes populaires du nord-ouest de la France métropolitaine). d) emprunts: à langlais: tray plateau sur lequel sont transposés et exposés les produits à vendre; aux langues amérindiennes: anoli variété de petit lézard vert dans la plupart du temps Indice: Breton aux langues africaines. Ex.: boloko rustre.

18 e) Innovations lexématiques (forme + sens). Ex. dérespecter ne pas donner la considération nécessaire (à qqn.); Innovations sémantiques (sens seulement). Ex. économe.

19 Les premières attestations. Possibilités: a)quelques sources anciennes (ex. journaux des voyageurs, etc.); b) travail à partir dun index de particularités relevées chez quelques auteurs antillais. work in progress initié par M. A. Thibault. plus de entrées pour linstant. Désavantages: 1. seulement 13 auteurs pour linstant. 2. attestations de date récente et très récente.

20 c) Travail avec le moteur de recherche Google Recherche de Livres (GRL), Google Books. Désavantages: 1. absence de rigueur dans la rédaction des références philologiques pour les livres numérisés (maison dédition, lieu, année, volume) => un travail de vérification simpose à partir des catalogues de bibliothèques (SUDOC, par ex.) et des manuscrits originaux; 2. parfois affichage des extraits seulement => risque de trouver des informations inadéquates à cause des fragments de texte trop réduits. 3. le dépouillement des ouvrages prend beaucoup de temps.

21 Le bilan bibliographique. Par ordre chronologique, pour observer les filiations, les plagiats éventuels. La nécessité davoir une certaine intuition pour trouver les mots dans les bonnes sources. Difficultés: anoli s.v. anaóli (R. Breton, Dictionnaire caraïbe-français). écale des yeux paupière s.v. kal-a-zyé (avec aphérèse) dans les dictionnaires créoles; ami zanmi (agglutination du z de liaison) dans les dictionnaires créoles.

22 Autres difficultés dordre méthodologique. I. La distinction entre les antillanismes et les créations idiolectales. Solutions: a) recherches dans les dictionnaires créoles et dans le dictionnaire de français régional; b) recherche dans GRL et sur divers sites web; c) témoignage de lauteur.

23 II. Des lacunes dans les dictionnaires créoles et dans dautres sources. risque dinclure à tort certains mots dans la catégorie des idiolectalismes. Solution: témoignage de lauteur ou dun locuteur natif (ex. le poète martiniquais H. Poullet) => la nécessité des enquêtes sociolinguistiques pour les Petites Antilles. Ex.: remords du soir. lHeure du Christ.

24 Labondance des citations dans le commentaire des antillanismes: corpora parallèles ou signe de richesse de la documentation?

25 III. Absence presque totale des données sociolinguistiques. => difficulté de faire la distinction entre antillanismes et faits stylistiques. Solution: témoignage de lauteur ou de H. Poullet. Ex.: alcali ammoniaque Vieux (FR) Courant (FRA) selon le témoignage de lauteur.

26 IV. Rigueur philologique. Lécriture dun glossaire de particularité est une partie du contenu scientifique.

27 Conclusions Travailler sur le lexique du français antillais, cest se poser une question de méthodologie à chaque pas. La subjectivité des choix méthodologiques (expérience linguistique, préjugés, pratique dans le domaine de la lexicographie). Un point de départ pour la création dun manuel de lexicologie et lexicographie différentielle francophone. La lexicographie = plutôt une pratique quune science?

28 Je vous remercie! Questions…


Télécharger ppt "LÉTUDE LEXICALE DU FRANÇAIS RÉGIONAL ANTILLAIS. À LA RECHERCHE DUNE MÉTHODOLOGIE APPROPRIÉE."

Présentations similaires


Annonces Google