La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

Lenseignement de la compréhension Circonscription Orléans-Saran Mercredi 20 septembre 2006.

Présentations similaires


Présentation au sujet: "Lenseignement de la compréhension Circonscription Orléans-Saran Mercredi 20 septembre 2006."— Transcription de la présentation:

1

2 Lenseignement de la compréhension Circonscription Orléans-Saran Mercredi 20 septembre 2006

3 Les incontournables de lapprentissage de la lecture Lidentification des mots (le modèle à deux voies) Lapprentissage de la compréhension Les textes, les livres et la littérature de jeunesse

4 Lapprentissage de la compréhension Quelques composantes importantes Limportance du lexique La construction de la référence (anaphores, pronoms,…) La construction de la cohérence (inférences, chronologie, personnages, traitement des implicites, etc.) Linterprétation, larrière fond culturel

5 Lapprentissage de la compréhension la dimension transversale de lapprentissage de la lecture Préférer : « On lit POUR comprendre » À la formule : « Lire, cest comprendre » En effet, on confond souvent le but à atteindre et les moyens dy parvenir !

6 LECTURE ET COMPRÉHENSION La compréhension peut et doit senseigner ! Comment lenseigner ?

7 LECTURE et COMPRÉHENSION la compréhension doit et peut senseigner Les chercheurs rappellent avec force que tout lecteur, et à plus forte raison un enfant, a une capacité limitée de traitement de linformation : seul un nombre restreint dopérations cognitives peut être conduit de manière concomitante.

8 LECTURE et COMPRÉHENSION la compréhension doit et peut senseigner Cest pourquoi tous les chercheurs saccordent à dire quil faut un enseignement spécifique de la compréhension du discours oral avant même lapprentissage de la lecture, dès lécole maternelle, maternelle, oral et écrit ensuite, pendant lapprentissage de la lecture et tout au long de lenseignement primaire, primaire, voire au collège collège.

9 LECTURE et COMPRÉHENSION la compréhension doit et peut senseigner la compréhension Ils soulignent en outre que si la compréhension est très souvent évaluée dans les classes, elle nest que rarement enseignée en tant que telle.

10 LECTURE et COMPRÉHENSION la compréhension doit et peut senseigner une activité de compréhension au cours même de la lecture Il y a un consensus fort pour penser que les élèves en phase dapprentissage du code ou qui éprouvent des difficultés sérieuses à identifier les mots ne sont pas à même de conduire une activité de compréhension au cours même de la lecture. Ce travail dautomatisation est donc nécessaire. Mais il ne suffit pas.

11 LECTURE et COMPRÉHENSION la compréhension doit et peut senseigner Lobstacle majeur que rencontrent les élèves dans lactivité de compréhension dun texte est la mise en relation des informations nouvelles avec celles quils avaient déjà mémorisées et traitées.

12 LECTURE et COMPRÉHENSION quelques pistes pour enseigner la compréhension Le renforcement préalable du vocabulaire Le travail spécifique et explicite sur les relations anaphoriques et inférentielles. Apprendre à comprendre

13 LECTURE et COMPRÉHENSION un enseignement stratégique On lit pour comprendre, ce qui est loin dêtre une évidence chez tous les enfants » (Bernardin-2001) Apprendre à comprendre permet dasseoir une véritable posture de lecteur actif stratégies de lecteur actif en quête de sens et de combiner des stratégies comme la prédiction, la clarification du sens, le questionnement à construire et le résumé.

14 La prédiction (source: D. Lafontaine, université de Liège) faire des hypothèses et les confronter au texte Le but est damener les enfants à se rendre compte quils ne comprennent pas et à réparer la perte ou labsence de compréhension. En maternelle, ce type de processus est essentiellement abordé sous forme de sensibilisation, lenseignant se montrant en modèle. Lors de la lecture dalbums ou dautres matériels écrits, lenseignant illustre par son comportement quil rencontre dans les textes des obstacles à la compréhension.

15 La prédiction (source: D. Lafontaine, université de Liège) faire des hypothèses et les confronter au texte « Tiens, là, je nai pas compris, moi. Je vais relire plus attentivement… ». « Vous avez compris, vous ? » « Quest-ce qui se passe ? »… Progressivement, avec les élèves de CP et de CE1, on structurera les stratégies à adopter pour maintenir la compréhension : se poser des questions en cours de lecture pour sassurer que lon a compris, relire ce qui précède, aller voir un peu plus loin… Ce référentiel senrichira au fil des années

16 La clarification du sens faire des hypothèses et les vérifier Un enfant qui ne connaît pas lenjeu ou qui ne se rend pas compte quil na pas compris, nest évidemment pas gêné par les mots ou les phrases quil ne comprend pas. Chaque fois que lenseignant rencontre, lors des lectures quil fait aux enfants, un mot qui peut poser un problème de compréhension, il sarrête : « Vous connaissez ce mot-là ? Moi, je ne connais pas, quest- ce que cela veut dire à votre avis … ? Que peut-on faire quand on ne connaît pas un mot… ? ».

17 La clarification du sens faire des hypothèses et les vérifier Bien sûr, tous les enseignants expliquent aux enfants les mots difficiles rencontrés dans les textes. Mais lenseignement stratégique est plus que cela. Le but est de faire prendre conscience aux enfants que pour résoudre un problème - clarifier le sens dun mot, dune phrase, il existe des stratégies efficaces.

18 La clarification du sens faire des hypothèses et les vérifier Si un enfant rencontre le mot « bicyclette » dans un texte, avise un dessin à proximité et lit « vélo », on peut à la fois encourager le mouvement qui la poussé à se servir de lillustration, mais aussi, sil en est capable à cet âge, à se servir dautres indices, éventuellement en faisant appel à laide dautres enfants.

19 La clarification du sens faire des hypothèses et les vérifier « Tu penses que cest « vélo » ? Cela commence par quoi « vélo » ? Tu connais un autre mot qui commence par « v » ? Victor ? Oui, cest très bien… Va un peu voir au porte-manteau comment cela sécrit Victor ! Le mot ici - bicyclette - cela commence comme Victor ? Non…alors ce nest sûrement pas « vélo ». Tu reconnais des lettres dans ce mot (en montrant du doigt bicyclette) ? Lenfant montre « ette » : - « Oui, très bien, cela te fait penser à quoi ? Ah, cest comme dans Juliette, bravo ! » Et, par combinaison dindices, les enfants peuvent ainsi arriver à trouver quil sagit de bicyclette, et non de vélo. On soulignera ici toute limportance de létayage fourni par lenseignant

20 Le questionnement à construire Le but est darriver à installer chez les enfants une représentation riche et ouverte de ce quest « comprendre un texte ». Très nombreux sont en effet les élèves, même à lissue de leur scolarité primaire voire plus loin, qui ont chevillé au corps la conviction que la réponse à une question de compréhension se trouve nécessairement écrite dans le texte, et de préférence à un seul endroit du texte.

21 Le questionnement à construire Si lenfant nest jamais confronté à des questions « ouvertes », ambitieuses, de « vraies questions », il ne peut se construire quune représentation pauvre de la lecture-compréhension

22 LECTURE et COMPRÉHENSION un enseignement stratégique La stratégie de contrôle et de régulation est très importante : elle vise à réparer la perte de compréhension quand on ne comprend pas ; des métaphores sont éclairantes : trouver son chemin, avoir un plan, tomber dans une impasse, faire demi-tour, demander de laide… Pour accéder au sens implicite et inférentiel, ce sont les discussions qui sont les plus efficaces

23 LECTURE et COMPRÉHENSION Pour lélève qui apprend à lire, il sagit en fait de savoir quand il comprend ou ne comprend pas ; ce quil comprend ou ne comprend pas ; ce qui lui manque ou dont il a besoin pour comprendre ; ce quil peut faire pour améliorer sa compréhension.

24 Les textes, les livres et la littérature de jeunesse Diversifier les supports de lecture, leur attribuer une fonctionnalité. Lecture en réseau pour une mise en relation des textes. La liste à transmettre dun cycle à lautre

25 Les textes, les livres et la littérature de jeunesse Des référents incontournables: Bernard Devanne (et son site) Catherine Tauveron Le Site « Télémaque » de lAcadémie de Créteil Le site « Ricochets » et bien dautres….

26 Les lectures en réseaux La littérature enfantine foisonne ainsi dalbums qui vont permettre de mettre les livres en réseaux : réseaux de personnages, de structures de récit, dauteurs, dillustrateurs... Tout un travail peut alors sengager sur linterprétation, la recherche de limplicite, les indices, les déclencheurs, les personnages archétypes tels que le renard, logre, la sorcière...

27 Les lectures en réseaux À la lecture du Petit chaperon rouge et de ses multiples versions ou réécritures, les enfants découvrent avec stupeur que dans la version de Perrault, le texte source, la petite fille meurt mangée par le loup. À force dengranger des histoires et des clés dinterprétation, les élèves deviennent capables de comprendre les mécanismes, danticiper sur les intentions des personnages et de prendre plaisir à ce jeu qui sétablit entre le texte, donc lauteur, et le lecteur.

28 Les lectures en réseaux VALISE « POLICIER » Chatterton détective Treizième chat noir(Le) Affaire du rubis (L') Double meurtre à l'abbaye Flash sur l'assassin Sans atout et le cheval fantôme Doigts rouges (Les ) Hasard en pétard (Le) VALISE « CHAPERON ROUGE » Petit chaperon vert (Le) Solotareff- Nadja Petit chaperon rouge (Le) Grimm Petit chaperon rouge (Le) Rascal Petit chaperon rouge (Le) Perrault Grasset Petit chaperon rouge (Le) Perrault Bilboquet Petit lapin rouge Rascal Chapeau rond rouge De Pennart Loup est revenu (Le) De Pennart Contes de Grimm Grimm Contes à l'envers Dumas-Moissart Rouge rouge petit chaperon rouge Van de Vendel

29 Conclusion La spirale de la lecture Mieux lire – lire plus – la satisfaction de la lecture Lirréversibilité de la lecture Un objectif à atteindre en fin de CM2


Télécharger ppt "Lenseignement de la compréhension Circonscription Orléans-Saran Mercredi 20 septembre 2006."

Présentations similaires


Annonces Google