La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

RECHUTES ? RECIDIVES ? PREVENTIONS ? Récidive : retour dune maladie qui avait disparu Rechute : réactivation dune maladie qui existait encore : cest le.

Présentations similaires


Présentation au sujet: "RECHUTES ? RECIDIVES ? PREVENTIONS ? Récidive : retour dune maladie qui avait disparu Rechute : réactivation dune maladie qui existait encore : cest le."— Transcription de la présentation:

1 RECHUTES ? RECIDIVES ? PREVENTIONS ? Récidive : retour dune maladie qui avait disparu Rechute : réactivation dune maladie qui existait encore : cest le cas des psychoses. Souvent ces deux termes sont employés lun pour lautre Rémission : compète ou incomplète; perte des symptômes – en psy, notion de rémission fonctionnelle Prévention : seul mot utile, car oublié ; en matière de sécurité sanitaire, on fait de la police des soins, dans laprès-coup et le binaire. Prévention : aussi social ! (quel logement ?) 15 mai 09, Guy Ardiet, St Cyr & SJDD Lyon, décl. confl. interêts

2 EVOLUTION D UN EPISODE SCHIZOPHRENIFORME à ladolescence Rien Psychose Troubles type état limite ou comportementaux Dépressions de formes diverses Phobies, TOC, … 15 mai 09, Guy Ardiet, St Cyr & SJDD Lyon,

3 PREVENTION PAR LES TRAITEMENTS Dans les psychoses, traitement neuroleptique considéré comme incontournable (NL=APA) Donc vérifier que celui-ci est pris par le patient est un préalable à un traitement bien conduit. (souvent prise incomplète, ou inconstante) Ajouter à cela les accompagnements, psychothérapies, les psychothérapies médiatisées, les préalables sociaux au soin (habitat, travail, sens de la vie, …) - quid du logement ? D une activité adaptée, Définir comment on évalue ces soins.

4 Equivalents Haldol et indices NL Un équivalent halopéridol ne prend en compte qu un produit, or 45% des patients ont 2 NL ou plus ! Donc utilisation d un indice qui prend en compte les associations. 15 mai 09, Guy Ardiet, St Cyr & SJDD Lyon,

5 Prévention de rechute dun premier épisode Traitement de 5 ans ? De 10 ans ? Adapté au sujet ? Sous estimation ou sur estimation du traitement ? Conséquence dun diagnostic hâtif ? (6 mois en pays anglo-saxon, 1 an en France) Suède : 20 gttes déquiv Haldol pdt 40 jours (BDA françaises) 15 mai 09, Guy Ardiet, St Cyr & SJDD Lyon,

6 OBSERVANCE ET MODULES EDUCATIFS Etre malade est une situation nouvelle Etre malade entraîne des croyances inexactes - voir les mécanismes de défense ! Les croyances peuvent être modifiées par des démarches relationnelles adéquates L information en est le premier maillage, et doit s adresser aux patients, à ses proches, et au grand public. 15 mai 09, Guy Ardiet, St Cyr & SJDD Lyon,

7 Se savoir malade, cest 4 choses : repérer la difficulté, ( jentends des voix menaçantes ) puis accepter que cest pathologique ( elles viennent dune maladie ) ; de ce fait, mon comportement est inhabituel ( je me ferme à mon domicile, pour me protéger ) : et, enfin, jaccepte den parler en consultation. Refus du statut de malade, forme du traitement et nombre de prises, effets indésirables, regard des proches, des voisins, mode de vie, (à la rue, ou se cachant de la police, …) 15 mai 09, Guy Ardiet, St Cyr & SJDD Lyon,

8 Après l information, aide au suivi des traitements; dépistage de pré-rechute proposition de réunions de soutien familial et en institutions substitutives (alliance) prise en compte des capacités sociales - résolution de problèmes par découpage de tâches (diminue le stress) en vue d une reprise professionnelle adaptée - ou au moins garder les acquis 15 mai 09, Guy Ardiet, St Cyr & SJDD Lyon,

9 Eduquer, informer, comprendre Education : à la maladie, au traitement, à la gestion du quotidien, des liens sociaux Informer : aide à l'acceptation du sujet de porteur d'une maladie, en se détachant de la maladie comme seule définition de soi Recherche d'une activité, occupationnelle, professionnelle, associative, qui « aille » au patient Souci de sa réalisation personnelle, de son rôle social 15 mai 09, Guy Ardiet, St Cyr & SJDD Lyon,

10

11

12 Comprendre et prévoir Au delà du rôle social, le sens de sa propre vie, le projet d'avenir Porter attention à la qualité de vie, très tôt dans les soins – cela ne va pas de soi Aider à « re »prendre conscience des crises (la 1ère, la 2ème …) dans leurs débuts 15 mai 09, Guy Ardiet, St Cyr & SJDD Lyon,

13 ABORDER LE SUICIDE EST AUSSI UNE OBLIGATION Les suicides surviennent dans les premières années : le programme de soins doit évaluer et « noter » la suicidalité Idée que les neuroleptiques sont plus préventifs des rechutes dans les premières décennies. Vérifier la + petite dose possible; noter et signaler les effets indésirables ; ex : entérites nécrosantes Or, NL => souvent une tendance dépressive … 15 mai 09, Guy Ardiet, St Cyr & SJDD Lyon,

14 SIMPLIFIER, PARTAGER Simplifier les choses : un comprimé le soir, c est mieux que 3 fois 5 produits par jour Trouver des alertes: recherche de symptômes signes de pré rechute Partager le savoir : toujours impliquer les familles, les parents, dans la recherche en santé mentale Favoriser la personne de confiance, et prévoir un RV tous les 3 ou 4 mois avec elle 15 mai 09, Guy Ardiet, St Cyr & SJDD Lyon,

15 ON PARLE DE REMISSION FONCTIONNELLE - Bien fonctionner - Ne pas souffrir d effets indésirables - Bénéficier de supports paramédicaux - Assurer une occupation, des études, un stage, une activité associative ou professionnelle que la personne sent adaptée à elle-même - repérer l autostigmatisation - rechute, psychose et grande pauvreté

16 Définition de la pauvreté Emploi – (et dabord droit à la formation) Logement Éducation Santé Exclusion sociale quasi constante : être de trop

17 La clinique (1) Trouble des relations sociales Diminution de capacité des investissements sociaux Vécu constant de rejet Difficile congruence daffirmation de soi Différence danalyse des modalités de relation Manque de nuances dans linvestissement relationnel

18 Clinique (2) Modification de la perception corporelle et du temps, conséquences sur intellect et comportement Perte des rythmes Notion de manque, alcool Caractère Exigence, toute puissance Allégations inexactes, projections Recherche daffection

19 De ladhésion aux rêves … au délire Mystère Magie Interprétation Imagination, fantasmes Fuite dans le rêve, perte du concret Décodage ! Mécanismes de la colère, de la compensation, dans une histoire Se former auprès des personnes exclues (leur donner un statut de savoir)

20 Syndrôme dauto exclusion (Jean Furtos) Être dehors Exclusion objective Sentiment vécu Auto capacité du sujet à sexclure, pour ne pas souffrir, ne pas penser, être enfin acteur Découragement, « je suis dégoûté », désespoir, désubjectivation

21 Disparition de soi (déshabitation) Corps : anesthésie Affects : émoussement affectif, ou hypomanie compensatrice : on ne sent plus Inhibition intellectuelle : mise hors circuit, défensif, de lintelligence (mais préservation du sens commun)

22 Conséquences à prendre en compte Contradictions, incompatibilité des affirmations : décisions impossibles Non demande … sauf urgences Réaction thérapeutique négative (impossible rêve dun retour à la normal) Inversion des demandes Rupture forcenée des liens, errance, incurie, honte, puis perte de la honte

23 Retour « dans lautre » Souffrance des aidants, des soignants : souffrance portée Voisins, pompiers, polices, assistantes sociales, plombiers, maire, … 12 à 40 intervenants

24 Evolution Perte totale de soi dans une mort précoce Reconstruction sur des années, notion alors de confiances multiples, à accorder longtemps à la personne – sur des années.

25 HYPOTHESE Comparaison de groupes de patients avec un premier épisode, avec traitement de 1 an, ou traitement de 5 ans Quel pronostic socio- professionnel dans les deux groupes ? 15 mai 09, Guy Ardiet, St Cyr & SJDD Lyon,

26

27

28 Bibliographie Conférence de consensus belge sur le traitement de la schizophrénie observance : crips 15 mai 09, Guy Ardiet, St Cyr & SJDD Lyon,


Télécharger ppt "RECHUTES ? RECIDIVES ? PREVENTIONS ? Récidive : retour dune maladie qui avait disparu Rechute : réactivation dune maladie qui existait encore : cest le."

Présentations similaires


Annonces Google