La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

AGENTS DINFECTIONS NOSOCOMIALES Professeur Cheikh Saad-Bouh Boye Unité de Recherche et de Biotechnologie Microbienne Bacteriologie-Virologie/FMPO/UCAD.

Présentations similaires


Présentation au sujet: "AGENTS DINFECTIONS NOSOCOMIALES Professeur Cheikh Saad-Bouh Boye Unité de Recherche et de Biotechnologie Microbienne Bacteriologie-Virologie/FMPO/UCAD."— Transcription de la présentation:

1 AGENTS DINFECTIONS NOSOCOMIALES Professeur Cheikh Saad-Bouh Boye Unité de Recherche et de Biotechnologie Microbienne Bacteriologie-Virologie/FMPO/UCAD

2 Introduction Linfection nosocomiale a été présentie, puis proposée depuis de nombreuses années comme indicateur de qualité des structures, des procédures, et des résultats.

3 Infections nosocomiales Fréquence –5-10% des patients hospitalisés Conséquences –Mortalité –Augmentation durée dhospitalisation –Augmentation coût –Déficit dimage –Procédures judiciaires Origines multifactorielles –Défaut dhygiène –Pathologies préexistantes –Procédures invasives

4 4 INFECTIONS NOSOCOMIALES –Bactériémies, 28% –Pneumonie post ventilation, 21% –Infection urinaire (UTI), 15% –Infection respiratoire basse, 12% –Infections gastro intestinales, cutanées, cardiovasculaires, 10% –Infections du site opératoire, 7% –Infections respiratoires hautes 7%

5 5

6 6 PATHOGENES OPPORTUNISTES Pseudomonas aeruginosa staphylococci E. coli and other coliforms streptococci and enterococci Bacteroides fragilis Candida albicans Herpes simplex virus Cytomegalovirus

7 Les bactéries sont colonisées par l'homme! Nb de cellules d'un humain = Nb de bactéries dans un humain =10 14 Flore commensale –Peau: /cm 2 –Salive: /ml –Colon: /g –Urêtre: 10 3 /ml Berche et al. Bactériologie, MSF.

8 8 SOURCES DINFECTIONS Considérons 4 Principaux facteurs 1.LHOTE 2.LES MICROBES 3.LENVIRONNEMENT 4.LE TRAITEMENT

9 9 CYCLE DE LINFECTION

10 10 CYCLE DE CONTAMINATION Susceptible person Infection or colonisation Transmission Pathogen

11 11 CYCLE DE CONTAMINATION Susceptible person Infection or colonisation Transmission Pathogen X X X X

12 12 Infection control hygiene CYCLE DE CONTAMINATION Susceptible person Infection or colonisation Transmission Pathogen X X X X Immunisation or prophylaxis Individual treatment Immunisation or prophylaxis

13 Réservoirs Réservoirs endogènes -Primaire: flore commensale « communautaire » -Secondaire : flore commensale hospitalière Réservoirs exogènes -Matériel médical: Ventilation assistée, têtes de pressions, endoscopes et tous les matériels… -Locaux : Air : Aspergillus spp Eaux : Pseudomonas spp; Legionella spp Surfaces : Acinetobacter - Personnes : personnel et surtout malades. 13

14 Infection endogène primaire 14

15 15 Infection endogène primaire Infection endogène secondaire Infection exogène

16 16 BACTERIEMIES NOSOCOMIALES –Staphylocoque CN, 40% –Enterocoques, 11.2% –Levures, 9.65% –Staphylococcus aureus, 9.3% –Enterobacter species, 6.2% –Pseudomonas, 4.9% –Acinetobacter baumannii Resistante

17 17 INFECTIONS URINAIRES –Enterobactéries, 50% –Levures, 25% –Enterocoques, 10%

18 18 INFECTIONS DU SITE OPERATOIRE S aureus, 20% Pseudomonas, 16% Staphylocoques CN, 15% Enterocoques, Levures, Enterobacter species, and Escherichia coli, less than 10% chacune

19 Multiples paradigmes Tout isolement dune bactérie –Ne signe pas une infection –Ne justifie pas dun traitement antibiotique. Un traitement antibiotique peut être justifié même si aucun micro-organisme nest isolé. La bactérie multirésistance ne signe pas l'infection nosocomiale Des infections nosocomiales peuvent être dues à des bactéries multi sensibles.

20 Principaux problèmes Infections nosocomiales –Légionellose –Aspergillose –ATNC –Maladies virales –Alimentation Bon usage des antibiotiques Afflux massif de patients –Épidémie naturelle –Bioterrorisme

21 Légionellose Modes de transmission: –Inhalation deau contaminée en suspension dans lair Réseaux d'eau Tours aéroréfrigérantes Contamination hospitalière –En 2000: 119 cas Mesures réglementaires –Circulaire de 1997 –Circulaire en préparation

22 Aspergillose Principal problème dans les établissements de soins: Aspergillose invasive –Patients avec neutropénies prolongées Transplantation et leucémies aiguës 5 à 10% par cure de chimiothérapie –Moins fréquent pour autres pathologies/traitements immunosuppresseurs –Mortalité élevée –Coût de traitement élevé Risque environnemental

23 23 Clostridium difficile Causes Diarrhée post Antibiotherapie Affecte normalement des adultes sous antibiotherapie à large spectre

24 MCJ surveillance (source: IVS) Suspicions MCJ "classique" MCJ iatrogène nvMCJ

25 Maladies virales Accidents dexposition au sang –Contaminations professionnelles VIH: 13 prouvées – 29 présumées VHC: 33 prouvées –Fréquence des contacts avec le sang 30/100 infirmiers /an Chirurgiens: 1/sem Risque transfusionnel (par don du sang) –VHB: 1/ –VHC: 1/ –VIH: 1/

26 Risques liés à lalimentation Toxi-infections alimentaires collectives »Foyers déclarés (1998) Salmonelles Clostridium Bacillus Staphylocoque Autres Inconnu Autres lieux Instituts médicaux sociaux

27 Daprès Marin Kollef Resistance aux ATB En dehors de lhôpital Pression de sélection des ATB Mutation ou transfert de gène Dissemination intra-hospitalière 2000 FHUMIR

28 28 RESISTANCE AUX ATB Estimation : Prevalence-Incidence

29 Support de la résistance Chromosomique Mutation spontanée, rare, transmission verticale Extra-chromosomique Echange de matériel génétique( plasmide, transposon) Fréquente, transmission verticale et horizontale 29 Mécanismes de résistance Dégradation enzymatique des antibiotiques Altération des protéines cibles Modification de la perméabilité membranaire Efflux actif

30 30 Mécanisme de la résistance aux antibiotiques R despèce (naturelle ou acquise) Selection de mutants R Acquisition de matériel génétique (Chrom) Emergence sous ATB+/- diff. Clonale - enterocoques -C. diffidile -Toutes les BMR (Chrom) Selection rapide sous ATB+/- diff. Clonale -P.aeruginosa -Eb Gpe III(Sm,Ec) (Plasmid.) Diff. Clonale +/- selection Lente sous ATB EBLSE (Chrom) Diff. Clonale SARM

31 Risque de sélection de BMR Parallèlisme entre consommation dantibiotiques et fréquence des infections à BMR Fréquence de résistance plus grande chez les souches isolées dinfections nosocomiales / infections communautaires Lors dépidémies dinfections à BMR, les cas ont reçu habituellement significativement plus dantibiotiques Les services qui consomment le plus dantibiotiques ont la plus forte prévalence disolement de BMR (relation bidirectionnelle) Relation entre la durée dadministration dantibiotique et le risque de colonisation et/ou dinfection par des BMR Décontamination et résistance

32 Couple germe-antibiotique Infections communautaires –S. pneumoniae / pénicilline, macrolides –S. pyogenes / macrolides –Salmonella / FQ –E. coli / aminopenicillines, FQ Infections nosocomiales –S. aureus / meticilline, FQ –Enterocoques / vanco, ampicilline –Enterobacter / C3G, FQ –Klebsiella / C3G Emergence récente de –GISA –GRSA

33 GISA VRE MRSA MRCNSPRSP Percentage of Pathogens Resistant to Antibiotics Gram-Positive Resistance

34 34 MRSA Methicillin (Meticillin) Resistant Staphylococcus aureus S aureus carried by 30% of us (nose/ skin) MRSA is no more virulent than MSSA strains but more difficult to treat Resistance due to mecA gene – encodes PBP2a, doesnt react with Penicillin Emerging Vancomycin resistance is a concern

35 35 Vancomycin Resistant Enterococci

36 36 BLSE ESBLs resistant aux C3G Resistance de Escherichia coli et enterobacteries

37 37 TICPIP CTX TZPCROCAZ

38 38 BLSE

39 39

40 40


Télécharger ppt "AGENTS DINFECTIONS NOSOCOMIALES Professeur Cheikh Saad-Bouh Boye Unité de Recherche et de Biotechnologie Microbienne Bacteriologie-Virologie/FMPO/UCAD."

Présentations similaires


Annonces Google