La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

Concentré protéique déshydraté de luzerne (EFL) Un complément alimentaire pour l’Homme ? Pr Eric Bertin CHU de Reims.

Présentations similaires


Présentation au sujet: "Concentré protéique déshydraté de luzerne (EFL) Un complément alimentaire pour l’Homme ? Pr Eric Bertin CHU de Reims."— Transcription de la présentation:

1 Concentré protéique déshydraté de luzerne (EFL) Un complément alimentaire pour l’Homme ? Pr Eric Bertin CHU de Reims

2 Malnutrition dans le monde 800 millions de personnes (dénutrition protéino-énergétique)  39 millions entre les périodes et augmentation de la prévalence dans 23 des pays étudiés (lien avec conflits et catastrophes naturelles / changements climatiques / croissance démographique)

3  11 millions d’enfants/an meurent de dénutrition et de maladies opportunistes  17% des enfants ont un faible poids de naissance (jusque 50% dans certains pays)

4 Retentissement global de la malnutrition  susceptibilité aux maladies (infectieuses)  efficacité des vaccinations  obésité, diabète et pathologies cardiovasculaires chez l’adulte  apprentissages  développement économique  migrations de population / conflits ethniques  désordres écologiques

5 La malnutrition favorise les maladies / handicaps et la mortalité via 4 carences majeures carence en protéines :  défenses immunitaires (risque infectieux) retard de croissance intra-utérin ;  lactation (altérations développementales définitives: cerveau / pancréas / rein) kwashiorkor … carence en vitamine A : cécité  perméabilité des muqueuses (diarrhée ; infections respiratoires) carence en fer : anémie  des capacités intellectuelles et motrices (enfant) carence en iode : goitre  développement cérébral

6 Carence en vitamine A prévalence : 250 millions d’enfants d’âge préscolaire cécité : enfants / an diarrhée : décès de 4 millions d’enfants < 5 ans / an  supplémentation :  23% de la mortalité chez enfant

7 Carence en fer prévalence : > 2 milliards de personnes anémie : 500 millions d’enfants (40% des enfants < 5 ans) 50% des femmes enceintes  supplémentation :  20% de la mortalité maternelle

8 Carence en iode prévalence : 740 millions de personnes crétinisme : 16 millions retard mental : 50 millions  supplémentation du sel : 70% du sel utilisé dans le monde est iodé  > 50% en 10 ans du nombre de nouveaux nés atteints

9 Alimentation des pays en voie de développement  principalement basée sur mélange céréales / légumineuses : (céréales pauvres en lysine / légumineuses pauvres en Aa soufrés : méthionine, tryptophane, cystine) - riz / lentille-soja ; blé / pois ; maïs / haricot - répartition insuffisante  peu de produits d’origine animale et de fruits

10 Quelles solutions alimentaires pour remédier à la malnutrition aliments de base en situation d’urgence (catastrophe, conflit, …) compléments à l’alimentation traditionnelle en chronique  associer l’aide alimentaire à une éducation des mères et des enfants (petit déjeuner ou déjeuner scolaire …)  être dans une perspective d’autosuffisance à terme

11 réponse aux principales carences (sauf énergie) intégration simple et bien acceptée dans la nourriture traditionnelle faible coût bonne conservation aux différentes conditions climatiques développement ultérieur d’une production locale / régionale Caractéristiques d’un bon complément nutritionnel ?

12 Les extraits foliaires (EF), des compléments nutritionnels utilisables ? l’extraction des protéines des feuilles de diverses plantes les rend aptes à la consommation par l’Homme (Pirie W, Science 1966) intérêt démontré des EF sur la croissance des enfants d’âges différents : - Waterlow JC (Br J Nutr, 1962) - Doraiswamy TR (Br J Nutr, 1969) - Kamalanathan G (J Nutr Diet, 1976) - Shah FH (Plant Foods Hum Nutr, 1981) utilisation correcte du béta-carotène : 70% Amaranthe / 90% synthétique - Devadas RP (World Rev Nutr Diet, 1978) correction de l’anémie ferriprive (données association « Leaf for Life »)  Revue de la littérature : Dillon JC et De Mathan O (Cah Nutr Diet, 1998)

13 Effets des extraits foliaires de luzerne (EFL) (production artisanale) aucune étude publiée dans revue internationale principale étude financée par « Leaf for Life » (Coimbatore, Inde) : - enfants de 2,5 à 5 ans - consommation des EFL pendant 2 ans ( ) - apport de 10g de protéines - EFL produits sur le lieu de l’expérimentation - effet sur la croissance, similaire à celui du lait - impact positif sur taux de rétinol et hémoglobine - aucun effet néfaste rapporté résultats confirmés par d’autres études (Leaf for Life) intérêt d’associer de la vitamine C aux EFL pour lutter contre l’anémie (Lowe CA, 1992)

14 nombreuses expériences positives intégration dans de véritables projets socio-éducatifs (association Soynica, Nicaragua) résultats similaires à ceux mis en évidence par Leaf for Life avec composés artisanaux Effets des extraits foliaires de luzerne (EFL) (production industrielle en France)

15 Données collectées par l’A.P.E.F (EFL produit en France: 10g chez enfant et 15g chez adulte)  croissance staturo-pondérale  poids de naissance / lactation  anémie  infections respiratoires  diarrhée chronique

16 pas d’étude contrôlée d’efficacité – innocuité avec EFL actuellement utilisés et produits industriellement absence de publication internationale sur le sujet dossier AFSSA en attente Réserves concernant l’extension du recours aux EFL en tant que complément alimentaire chez l’Homme

17 Composition des EFL produits en Région Champagne-Ardenne % de protides 10% de lipides (AGPI : 60%, AGS : 30%, AGMI : 10%) 6% de polysaccharides 1 - 2% de fibres de cellulose 14% de minéraux 8% d’eau

18 Apport de 10 g d’EFL valeur absolue% besoins quotidiens enfant de 15 kg 5 g de protides50% 7 mg de fer87% 900 µg d’équivalent rétinol (vitamine A) 100% 300 mg de calcium25% 3 mg de vitamine E40% 30 µg de vitamine B920%

19 pas de « frein » identifiable à leur digestibilité contenu en acides aminés essentiels intéressant et équilibré indice chimique : teneur Aa essentiels EFL/oeuf = 90% CUD de N : 90% (= soja) chez porc (Bourdon D, 1980) Valeur biologique des protéines issues des EFL

20 EFL Œuf Lysine 5,6 – 7,4 %6,6 % Tryptophane 1,6 – 3,4 %1,7 % Thréonine 4,6 – 5,8 %5,1 % Méthionine 1,5 – 2,6 %3,4 % Valine 5,8 – 6,7 %5,6 % Leucine 8,5 – 10,6 %8,1 % Isoleucine 4,3 – 6,7 %4,8 % Phénylalanine 5,8 – 7,0 %6,5 %

21 EFL et composés toxiques métaux lourds et aflatoxines :indétectables pesticides organophosphorés et organochlorés : indétectables nitrates / nitrites :taux faible (pas de besoin de fertilisation azotée)

22 EFL et Saponines pas de toxicité des saponines d’Alfalfa chez le singe (Malinow R, J Med Primatol 1982) pas de diminution de l’assimilation du cholestérol alimentaire (Malinow R, Am J Clin Nutr 1979) possible diminution de l’absorption du fer (graines de luzerne !) (Southon S, Br J Nutr 1988)

23 contenue préférentiellement dans les graines et germes des légumineuses risque d’induction / de réactivation de maladie auto-immune (LED) dégradation par la chaleur (taux indétectables après 2h à l’autoclave) (Malinow 1984) EFL et L-Canavanine

24 Saponines (%) L-Canavanine (µg/g mat sèche) Jus de luzerne fraîche EFL Soja (50% prot) Lentilles (farine) Pois (70% prot) Oignon 10000

25 EFL et Phytates les plus répandus des phosphoglucides diminuent absorption de : calcium, zinc et fer grandes quantités dans graines / son des végétaux quantités négligeables dans feuilles et tiges (Sauveur B, 1989) EFL< 0,2 g/kg blé 2,9 g/kg son de blé> 10 g/kg Germe de blé 7,7 g/kg

26 présents dans tous les tissus végétaux (consommation quotidienne environ 1g /j) > 4000 composés différents 4 principales classes de polyphénols alimentaires : acides phénoliques / flavonoïdes / stilbènes / lignanes peuvent former des complexes avec les protéines (obstacle à leur disponibilité) propriétés : antioxydantes ++ / anti-inflammatoires / anticancérigènes … absence de tanins dans la luzerne polyphénols solubles : 0,8 – 1,1% du poids sec EFL et Polyphénols

27 rôle protecteur contre l’ostéoporose et le cancer du sein ; infertilité ? essentiellement 3 classes de polyphénols ont des effets phytoestrogéniques définis: - isoflavones (soja) - lignanes (céréales complètes, lin et nombreux légumes) - coumestrol (pousses de soja) interaction également d’autres polyphénols avec les récepteurs estrogéniques (quercétine …) les teneurs en ces molécules et leurs métabolites sont inférieures à celles de nombreux autres plantes (soja, lupin, trèfle, lentille, haricot blanc et rouge) (Mazur WM et al) EFL et Phytoestrogènes

28 Données issues de consommation chez l’animal (INRA) consommation : 6 – 8 g/kg/j pendant 120 j (chez l’Homme: < 1 g/kg/j) absence d’effets délètères

29 les EFL = complément alimentaire intéressant plante « écologique » à haut rendement nécessité d’une étude multicentrique contrôlée pour les faire adopter par les grandes organisations de lutte contre la malnutrition Conclusion

30 Protocole de validation en tant que complément alimentaire : - étude débutée - perspective de financement à court terme Création d’un comité de pilotage pour la valorisation des EFL : - soutien des projets de validation (protocole, AFSSA) - renforcement et coordination de la recherche Perspectives

31 2 groupes de > 30 enfants, âge : 3-5 ans enfants faisant partie d’un groupe d’enfants dénutris (soit > 20% ayant un rapport poids/taille < -1 ET selon classification NCHS/OMS) 10g EFL vs 15g poudre de lait écrémé (5.2g de Protides), 5-7 j/sem 9 mois à 1 an de suivi nécessité d’un encadrement médical approvisionnement et financement assurés Protocole

32 Poid s Taill e Examen cliniqueDonnées alimentaires Hémoglobine Protidémie *Albuminémie *Créat *Trans J J8 + + J J J 30 (1 mois) + + J J 60 (2 mois) mois mois + 5 mois + 6 mois mois + 8 mois + 9 mois mois + 11 mois + *12 mois * Données facultatives


Télécharger ppt "Concentré protéique déshydraté de luzerne (EFL) Un complément alimentaire pour l’Homme ? Pr Eric Bertin CHU de Reims."

Présentations similaires


Annonces Google