La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

Dr Juan Manuel Villalpando Berumen Clinique de cognition Institut universitaire de gériatrie de Montréal 24 octobre 2013 Standardiser lévaluation, optimiser.

Présentations similaires


Présentation au sujet: "Dr Juan Manuel Villalpando Berumen Clinique de cognition Institut universitaire de gériatrie de Montréal 24 octobre 2013 Standardiser lévaluation, optimiser."— Transcription de la présentation:

1 Dr Juan Manuel Villalpando Berumen Clinique de cognition Institut universitaire de gériatrie de Montréal 24 octobre 2013 Standardiser lévaluation, optimiser le suivi: une boîte à outils

2 Contexte et importance de la problématique La prévalence des démences en 2038 sera 2,3 fois celle de 2008 (1,125,200 en 2038 vs 480,600 en 2008) La démence est la cause la plus importante dinvalidité chez les 65+ = fardeau pour le système et les individus Société Alzheimer (2010): Étude Raz-de-marée: Impact de la maladie dAlzheimer et des affections connexes au Canada (ISBN ) Qualité de vie du patient réduite Espérance de vie diminuée Surcharge pour laidant Risque majeur dinstitutionnalisation Demande accrue pour les services et lutilisation des ressources

3 Le déclin cognitif passe inaperçu chez 21 % - 81 % des patients vus en soins de première ligne Cordell CB. Alzheimers Dement 2013; 9:

4 Cours de la maladie SécuritéAutonomie Bien-être du patient

5

6 Instruments cliniques pour lévaluation du fonctionnement cognitif Épreuves standardisées de dépistage Permettent une évaluation structurée de létat cognitif du patient malgré les limitations imposées soit par des ressources limités, la courte durée de la visite ou le manque de familiarité avec les symptômes de la maladie Ils aident au diagnostic, mais ne font pas le diagnostic Suivi longitudinal (progression de la maladie, réponse au traitement, pronostic) Communication sur létat cognitif du patient

7 Caractéristiques de linstrument idéal pour le dépistage du dysfonctionnement cognitif Courte durée (5-15 minutes) Administration ne nécessitant pas un entraînement ou une formation spécifique Passation possible par cliniciens de tous les niveaux Standardisé Présente une sensibilité acceptable (détecte le maximum de personnes malades) Présente une bonne validité et une bonne fidélité Évalue les principaux domaines cognitifs (orientation, attention/concentration, exécutif, langage, spatial, mémoire) *** Malloy PF. J Neuropsychiatr Clin Neuroscienc 1997; 9:

8 Médecine de famille (CFPC) Enquête postale pancanadienne (2006) 249 répondants Utilisation fréquente ou quotidienne MMSE ou SMMSE87 % Horloge52 % Rappel différé de mots52 % Séquences alternées13 % (MoCA) 5 %) Temps de passation idéal: 9,23 min. Psychogériatrie (CAGP) Enquête au congrès annuel canadien (2010) 154 répondants (114 médecins) Utilisation fréquente ou quotidienne Horloge92,9 % MMSE ou SMMSE91,4 % MoCA80,2 % Rappel différé de mots74,6 % Trail making test43,6 % Efficacité > facilité dutilisation > durée Iracleous P. Int J Geriatr Psychiatry 2010; 25: 23-9 Ismail Z. Can Geriatr J 2013; 16: 54-60

9 Rappel des termes Sensibilité = (vrais positifs) représente le nombre d'individus déments avec un test anormal (Valeur élevée = mieux) Spécificité = (vrais négatifs) représente le nombre d'individus non déments avec un test normal (Valeur élevée = mieux) L'aire sous la courbe (AUC) = Mesure globale de performance diagnostique du test Plus cette aire est grande, plus elle se rapproche dune classification idéale; utile pour comparer les performances diagnostiques de plusieurs tests) Sensibilités, spécificités, AUC « acceptables » 80 % Neurobiol Aging 1998; 19:

10 Test de lHorloge Test «exécutif» (analyse visuelle, attention, sémantique, compréhension) Facile, rapide (2 minutes), simple, mais au moins 12 systèmes de cotation Sensibilité et spécificité variables, entre 48 % à 94 % et 42 % à 97 % respectivement (méthode Shulman: sensibilité 93 %, spécificité 55 %; AUC 0,79) Test utile pour dépister la démence modérée à sévère. Ne pas utiliser pour dépister les stades précoces de la démence ni le MCI Ehreke L. Int Psychogeriatr 2010; 22: Pinto E. Dement Geriatr cogn Disord 2009; 27: Storey JE. Int J Geriatr Psychiatr 2001; 16: Shulman KI. Int J Geriatr Psychiatr 2000; 15:

11 MMSE Facile à administrer, peu dentraînement Utile pour le dépistage et le suivi longitudinal Bons indices de fidélité et de validité Durée habituelle: 12 minutes Multidomaine, névalue pas les fonctions exécutives Manque de standardisation pour quelques items (attention…) Névalue pas le rappel différé; nutilise pas dindices de récupération Peu sensible au déclin cognitif léger MOCA Facile à administrer, peu dentraînement Utile pour le dépistage et le suivi longitudinal Bons indices de fidélité et de validité Durée habituelle: minutes Multidomaine, évalue les fonctions exécutives Items standardisés Évalue le rappel différé et utilise des indices de récupération Sensible au déclin cognitif léger Correction par niveau éducatif questionné Malloy PF. J Neuropsychiatr Clin Neuroscienc 1997; 9: Nasreddine Z. J Am Geriatr Soc 2005; 53: Roalf DR. Alzheimers Dement 2013; 9: Outil en français:

12 déclin cognitif MoCA MMSEMoCA + MMSE Sensibilité 97 % (MCI = 93 %) 65 % Spécificité 60 % (MCI = 60 %) 89 % 92 % AUC 91 % 83 % VPP 65 % 82 % 85 % VPN 96 % 78 % Larner AJ. Dement Geriatr Cogn Disord extra 2013; 3: 60-5 Larner AJ. Int Psychogeriatr 2012; 24: MMSE versus MoCA

13 Visite annuelle au Medicare: Révision du dossier, observations médicales, plaintes cognitives; questionner le patient et laidant si disponible Signes/symptômes du déclin cognitif ? Évaluation cognitive structurée*: Patient: GPCOG < 5; Mini-Cog 3; MIS 4 Aidant: GPCOG-aidant 3 (si GPCOG 5-8); AD8 2; IQCode abrégé 3.38 *ou autre test de dépistage valide Évaluation formelle dune démence au 2e rendez-vous; Référence pour une évaluation formelle Suivi à la prochaine visite annuelle Aidant disponible pour confirmer ? Non Oui X Cordell CB. Alzheimers Dement 2013; 9:

14 InstrumentSensibilitéSpécificitéAUCVPPVPNTempsValidation en français MMSE69 %89 %_63 %93 % 10 min.oui GPCOG85 %86 %89 %71 %93 %4,5 min.oui Mini-Cog76 %89 %_34 %98 %2-4 min. * (CODEX) MIS80 %96 %94 %70 %98 % 4 min. * (MIS-D) Brodaty H. Am J Geriatr Psych 2006; 14: instruments: 7-min. screen; Short IQCODE; AMT; BLT/Ash; CAMCOG; MIS; MAT; CDT; Mini-Cog; MMSE; SASSI; STMS; Short Blessed Test; GPCOG; RUDAS; T&C. VPN > MMSE; temps de passation < MMSE; erreur de classification < MMSE; étude communautaire ou en pratique de médecine générale 3 autres études ont recommandé de façon indépendante les mêmes instruments pour le dépistage en médecine générale: Lorentz (2002); Milne (2008); Ismail (2010) Lorentz WJ. Can J Psychiatry 2002; 47: Milne A. Int Psychogeriatr 2008; 20: Ismail Z. Int J Geriatr Psychiatry 2010; 25:

15 Score GPCog 1 (patient): 9 = non altéré 5-8= faire GPCog 2 0-4= suspicion du déclin cognitif GPCog 2 (aidant): 4-7= non altéré 0-3= suspicion du déclin cognitif Outil en français: GPCog (Paul Durand, 42 rue Laurier, Montréal) Brodaty H. J Am Geriatr Soc 2002; 50: Thomas P. Psychol Neuropsychiatr Vieil 2006; 4: 69-77

16 Buschke H. Neurology 1999; 52: Outil en français - MIS-D: De Rotrou J. Eur J Neurol 2007; 14: Memory Impairment Screen - MIS MotIndiceRappel libre (2 pts) Rappel différé (1 pt) Sourisanimal instrument de musique Violetcouleur Pyjamavêtement Distraction: 2 minutes Souris Flûte Violet Pyjama Poireau Platane Merlan Dahlia légume arbre poisson fleur Compter de 20 à 1 Soustractions en séries de 7 Monde à lenvers Etc. Flûte 5-8 points = Normal 0-4 points= Suspicion de déclin cognitif Score

17 AD-8 Questionnaire structuré des symptômes du déclin cognitif répondu par laidant; le patient peut répondre sil nest pas accompagné Ne pas noter les plaintes mais les changements dans les capacités 2 = possibilité de déclin cognitif – évaluation supplémentaire nécessaire Sensibilité: 84 %Spécificité: 80 % VPP 85 %VPN 70 % AUC 0,90 (aidant)Durée: 3 minutes Galvin JE. Neurology 2005; 65: Outil validé en français (à Montréal): Koski L. Dement Geratr Cogn Disord 2010; 29: OUI (1) NON (0) N/A ? (0) (1) Problèmes de jugement (p. ex. difficulté à prendre des décisions, mauvaises décisions financières, trouble de la pensée) (2) Moins dintérêt dans ses loisirs (3) Se répète souvent (questions, histoires ou déclarations) (4) Difficulté à apprendre comment utiliser un nouvel appareil (p. ex. micro-ondes, ordinateur, magnétoscope) (5) Oubli du mois/année (6) Difficulté à gérer ses finances (p. ex. impôts, payer les comptes, vérifier les relevés de compte bancaires) (7) Difficulté à se souvenir de ses rendez-vous (8) Problèmes quotidiens avec sa mémoire/raisonnement SCORE AD8

18 ( é É Plainte mnésique exprimée par le patient Villars H. J Nutr Health Aging 2010; 14:

19 Outils cliniques dévaluation cognitive GPCog, MIS utiles pour le dépistage rapide de la démence pour la première ligne (Mini-Cog aussi) MoCA intéressant pour le dépistage et le suivi dun trouble cognitif aux stades initiaux de la maladie (MCI, démence légère), et pour les maladies avec un dysfonctionnement frontal prédominant MMSE utile pour le dépistage et suivi de la maladie dAlzheimer aux stades plus tardifs, et pour les populations à bas niveau culturel Ces outils ne peuvent en aucun cas être utilisés de façon isolée pour établir un diagnostic

20 Hein C. Rev Med Interne 2011; 32: SécuritéAutonomie Bien-être du patient

21 Lévaluation du déclin fonctionnel Le déclin fonctionnel est une caractéristique centrale de la démence; il amène le patient vers un état de dépendance progressive au fur et à mesure que la maladie avance Létat fonctionnel a un aspect multidimensionnel, souvent divisé en: - Activités de la vie quotidienne (AVQ), soit les actes nécessaires pour les soins personnels - Activités de la vie domestique (AVD), soit les actes nécessaires pour la vie indépendante à domicile (Interaction sociale; loisirs; travail/bénévolat) Les AVD demandent une organisation cognitive plus complexe. Par conséquent, elles sont plus vulnérables aux effets précoces du déclin cognitif (Acquisition et perte hiérarchique?) Royall DR. J Neuropsychiatry Clin Neurosci 2007; 19: Lezak MD. Neuropsychological Assessment. Oxford University Press. 2004

22 Lévaluation des capacités fonctionnelles: objectifs et méthodes Permet: -de repérer la présence dun déclin fonctionnel -de suspecter la coexistence dune démence* -d'établir un plan de soins pour limiter le handicap -de suivre une même personne en évaluant son incapacité au cours du temps -dévaluer la réponse au traitement -de communiquer avec d'autres intervenants Finalité clinique ou de recherche Génériques ou spécifiques Mixtes ou sélectives (AVD +/- AVQ) Contexte socioculturel, santé, sévérité de la démence Questionnaires - patient (anosognosie, déni, fiabilité) - aidant (présence, subjectivité, fiabilité) Observation directe des performances (longue, transversale, repères, personnel) Gold DA. J Clin Experim Neuropsychol 2012; 34: 11-34

23 Absence de consensus sur la meilleure façon dévaluer le déclin fonctionnel dans la démence La qualité des outils actuels est modeste, selon ses caractéristiques psychométriques Sikkes S A M. J Neurol Neurosurg Psychiatry 2009; 80: 7-12 Lévaluation du déclin fonctionnel: questionnaires (aidant)

24 Échelle IADL de Lawton (AVD) Léchelle dévaluation des AVD la plus utilisée Questionnement sur les activités faites, plus que sur la capacité de les faire; patient ou aidant répondant 0 (dépendance totale) ou 8 (indépendance totale), peu importe le sexe du patient Moins utile pour le dépistage précoce dune démence (FAQ du Pfeffer) Plus utile pour le suivi; peu sensible aux changements mineurs Lawton MP. The Gerontologist 1969; 9: Desai AK. CNS Drugs 2004; 18:

25 Échelle ADL de Katz (AVQ) Échelle générique, non-spécifique à la démence Facile à utiliser; information obtenue de laidant Une des premières et des plus utilisés mondialement Effet plafond et plancher; peu sensible aux changements discrets Intérêt surtout pour les démences avancées Katz S. Gerontologist 1970; 10 : Desai AK. CNS Drugs 2004; 18:

26 Symptômes psychocomportementaux (SPCD) Manifestation très fréquente: % des patients Alzheimer vont en présenter Affectent de manière diverse létat fonctionnel et la qualité de vie du patient Aggravent le fardeau de laidant et précipitent souvent linstitutionnalisation Le traitement nécessite une description précise et circonstancielle Échelles de domaine unique ou multiple Inventaire neuropsychiatrique - Réduit (NPI-R) Loutil de dépistage clinique le plus utilisé Échelle dévaluation remplie par laidant en moins de 5 minutes Explore la présence et la sévérité de 12 troubles du comportement différents présentés au cours des 30 derniers jours (0-36 points) Score du retentissement de laidant (0-50 points) Kaufer DL. J Neuropsychiatry Clin Neurosci 2000; 12: 233-9

27 Inventaire Neuropsychiatrique Réduit (NPI-R) Idées délirantes Hallucinations Agitation/agressivité Dépression/dysphorie Anxiété / exaltation de lhumeur/euphorie Apathie/indifférence Désinhibition Irritabilité/instabilité de lhumeur Comportement moteur aberrant Sommeil Appétit/troubles de lappétit AGITATION/AGRESSIVITÉ « Y a-t-il des périodes pendant lesquelles le(a) patient(e) refuse de coopérer ou ne laisse pas les gens laider? Est-il difficile de lamener à faire ce quon lui demande? » NON (score = 0) - Passez à la question suivante OUI - Gravité: 1. Léger : changement peu perturbant 2. Moyen : changement plus perturbant 3. Important : changement très perturbant Retentissement (éprouvant pour laidant): 0. Pas du tout 1. Minimum 2. Légèrement 3. Modérément 4. Sévèrement 5. Très sévèrement, extrêmement Version française: maladies-apparentees-prise-en-charge-des-troubles-du-comportement- perturbateurs?xtmc=&xtcr=1

28 Évaluation nutritionnelle Une perte de poids involontaire est fréquente à toutes les étapes de la maladie dAlzheimer (malnutrition protéino-calorique et perte de fonte musculaire) Risque augmenté de perte dautonomie, dimmobilité, de plaies, dinfections, de mortalité Condition potentiellement prévisible et modifiable Évaluation nutritionnelle au moment du diagnostic: au minimum le poids et le MNA Suivi à chaque visite médicale et hospitalisation; poids mensuel à la maison recommandé Perte de poids 2 kg en comparaison à la mesure précédente, ou 5 % dans les derniers 3-6 mois demandent une évaluation plus approfondie et une intervention nutritionnelle Belmin J. J Nutr Health Aging 2007; 11: 33-37

29 Spécifique à la population âgée Moins de 5 minutes; IMC ou CM Pas dentraînement formel Validé en français Trois catégories diagnostiques: -État nutritionnel normal: 11 points sens: 89,3 %, spéc: 81,8 %, AUC: 0,94 -Risque de malnutrition: 8-11 points -Malnutrition avérée: 7 points sens: 85<,2 %, spéc: 94,3 %, AUC 0,97 Kaiser MJ. J Nutr Health Aging 2009: Version française: Mini-Nutritional Assessment Short Form (MNA-SF)

30 Échelles de stadification de la démence Instruments pour identifier le stade de sévérité dune démence, et la placer dans le continuum de lhistoire naturelle de la maladie, soit sur le plan biologique ou clinique Prérequis: progression graduelle de la maladie, détérioration du syndrome clinique Comme la démence touche plusieurs domaines, il faut que léchelle en considère plus d'un parmi eux (cognition, fonctionnalité, autonomie, comportement, etc.) Utile pour surveiller la progression de la maladie; pour mieux organiser la prise en charge des individus; pour faciliter la communication et léducation sur la maladie; pour mieux planifier lorganisation de services; pour aider à standardiser la recherche

31 Échelles de stadification de la démence Besoin de standardisation: multiples échelles qui divisent la maladie de façon différente (3-20 stades) Rikkert MG et al (2011): revue de littérature : 23 articles = 12 échelles de détérioration globale clinique de la démence BNAS-S; CDR; CDR-ML; CDR-SoB; CGI; DSRS; DSS; DAFS; FAST; FRS; GAD; GBS; GDS; HDS Aucun instrument nest supérieur aux autres. Tous ont une bonne concordance inter et intra- observateur, une bonne validité concurrente, un temps de passation moyen de 15 minutes (2-40 min.) Larticle mentionne particulièrement lutilité de 3 échelles : CDR, GDS, FAST Rikkert MG. Am J Alzheimers Dis Other Dem 2011; 26:

32 C Stade 1: Pas de déficit cognitif Néprouve aucune difficulté dans la vie quotidienne Stade 2: Déficit cognitif très léger Oublie les noms et lemplacement des objets. Peut avoir de la difficulté à trouver ses mots Stade 3: Déficit cognitif léger À de la difficulté à sorienter dans un endroit inconnu À de la difficulté à fonctionner au travail Stade 4: Démence légère À de la difficulté à accomplir des tâches complexes (finances, magasinage, planification dun repas avec des invités) Stade 5: Démence modérée À besoin daide pour choisir ses vêtements À besoin quon lui rappelle que cest lheure de la douche ou du bain Stade 6: Démence modérée à sévère Perd la notion des expériences et événements récents de sa vie À besoin daide pour prendre son bain, ou a peur de prendre son bain À de plus en plus besoin daide pour aller aux toilettes ou est incontinent Stade 7: Démence sévère Utilise un vocabulaire très restreint qui se réduira bientôt à quelques mots seulement Perd la capacité de marcher et de sasseoir À besoin daide pour manger Reisberg B. Am J Psychiatry 1982; 139: GDS (Reisberg ) Temps de passation: 2 minutes Échelle la plus utilisée au monde

33 C Stade 6aNe peut shabiller correctement sans aide ou conseil Stade 6b Incapable de prendre un bain correctement; il peut développer de la peur lorsque vient le moment de prendre un bain Stade 6c Incapacité daccomplir les taches reliées à aller à la toilette (par ex. oublie de tirer la chaîne, ne sessuie pas correctement) Démence modérée- sévère Stade 6d Incontinence urinaire ; ceci de façon occasionnelle ou plus fréquente au cours des dernières semaines Stade 6e Incontinence fécale ; ceci de façon occasionnelle ou plus fréquente au cours des dernières semaines Stade 7a Langage limité à une demi-douzaine (ou moins) de mots intelligibles au cours dune journée habituelle, ou lors dun entretien intensif Stade 7b Langage limité à lutilisation dun seul mot intelligible au cours dune journée habituelle ou lors dun entretien intensif (ou ne cesse de répéter le même mot) Stade 7cNest plus ambulatoireDémence sévère Stade 7dNe peut rester assis sans aide Stade 7ePerte de la faculté de sourire Stade 7fPerte de la faculté de tenir sa tête élevée Scalan SG. Int Psychogeriatr 1994; 4 suppl1: FAST

34 MoCA ou MMSE – évaluation et suivi IADL-Lawton - AVD Katz - AVQ NPI-R MNA-SF GDS (Reisberg) MIS ou GPCOG; AD8 – évaluation rapide

35 Objectif final: qualité de vie

36 Remerciements: Mme Sylvie Cormier Merci!


Télécharger ppt "Dr Juan Manuel Villalpando Berumen Clinique de cognition Institut universitaire de gériatrie de Montréal 24 octobre 2013 Standardiser lévaluation, optimiser."

Présentations similaires


Annonces Google