La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

Développement dun système pour la localisation précise des accidents routiers Auteurs : Sébastien Labonté (CORSUS) Denis Morin (CORSUS) Marcel Pouliot.

Présentations similaires


Présentation au sujet: "Développement dun système pour la localisation précise des accidents routiers Auteurs : Sébastien Labonté (CORSUS) Denis Morin (CORSUS) Marcel Pouliot."— Transcription de la présentation:

1 Développement dun système pour la localisation précise des accidents routiers Auteurs : Sébastien Labonté (CORSUS) Denis Morin (CORSUS) Marcel Pouliot (CORSUS) Février 2005 Projet R 489.1

2 Contenu de la présentation Organigramme méthodologique du projet Organigramme méthodologique du projet Résultats Résultats Réseau localRéseau local Réseau provincialRéseau provincial Temps de saisie terrain et traitement des donnéesTemps de saisie terrain et traitement des données Convivialité du GPSConvivialité du GPS Estimations des coûts pour une éventuelle implantation Estimations des coûts pour une éventuelle implantation Conclusions Conclusions Recommandations Recommandations

3 Collecte de données Échantillon : 187 accidents Traitement des données Représentation cartographique Comparaison des méthodes basée sur : Précision et exactitude, temps de saisie et de traitement, convivialité du GPS Formation des policiers Choix des équipements Mise à jour cartographique Revue de littérature Comparaison réseau local (88 accidents) Comparaison réseau provincial (99 accidents) Localisation des accidents avec GPS Localisation des accidents par tranches dadresse civiques dans MapInfo Localisation des accidents avec GPS Localisation manuelle des accidents avec le DSR Localisation automatique des accidents avec le DSR Impacts de lutilisation du GPS Recommandations Figue 1 - Organigramme méthodologique du projet

4 Résultats (réseau local) Tous les points GPS sont localisés à lintérieur du cinq mètres du point dimpact Tous les points GPS sont localisés à lintérieur du cinq mètres du point dimpact Géocodage par tranches dadresses civiques Géocodage par tranches dadresses civiques 70% (62/88) des accidents possèdent une localisation imprécises (+ de 30 mètres avec point GPS)70% (62/88) des accidents possèdent une localisation imprécises (+ de 30 mètres avec point GPS) Raisons principales du manque de précisionRaisons principales du manque de précision Sans numéro civique dans ladresse, lextrapolation est impossible (intersection incluse) Sans numéro civique dans ladresse, lextrapolation est impossible (intersection incluse) Même avec adresse complète, il est impossible que la localisation soit aussi précise que le GPS Même avec adresse complète, il est impossible que la localisation soit aussi précise que le GPS Erreur dans la terminologie des tronçons Erreur dans la terminologie des tronçons Exemple

5 Figure 2 – Comparaison entre la méthode GPS et par tranches dadresse civiques (chemin St-François-Xavier)

6 Résultats (réseau provincial) Une seule erreur transmise par GPS (erreur humaine) Une seule erreur transmise par GPS (erreur humaine) Tous les autres points GPS sont localisés à lintérieur du cinq mètres du point dimpact Tous les autres points GPS sont localisés à lintérieur du cinq mètres du point dimpact Rapports erronés / Nombre total Pourcentage 1. Nom de municipalité erroné ou manquant12/9912.2% 2. Code municipal erroné ou manquant16/9916.2% 3. Numéro de route erroné3/993% 4. Adresse (en face de) erronée3/993% 5. Point de repère erroné (intersection près de)1/991% 6. Orientation relative erronée ou manquante par rapport au point de repère (N.-S.-E.-O.) 18/9918.2% 7. Distance relative au point de repère (20 mètres et plus) comparaison avec point GPS 35/9935.4% Rapport daccident ayant au moins une variable erronée 50/9950.5% Tableau 1 – Erreurs et imprécision commises lors de la rédaction du rapport daccident N.B. Les pourcentages sont inférieurs aux autres études consultées

7 Résultats (réseau provincial) GPS versus localisation manuelle GPS versus localisation manuelle La distance moyenne entre les deux types de localisation est de 68 mètres.La distance moyenne entre les deux types de localisation est de 68 mètres. La médiane de ces distances est de 33 mètres.La médiane de ces distances est de 33 mètres. 71.3% des accidents possèdent une distance supérieure à 20 mètres.71.3% des accidents possèdent une distance supérieure à 20 mètres. Exemple

8 Figure 3 – comparaison de la localisation entre la méthode GPS et manuelle (route 132/Brébeuf)

9 Résultats (réseau provincial) GPS versus localisation automatique GPS versus localisation automatique La distance moyenne entre les deux types de localisation est de 113 mètres.La distance moyenne entre les deux types de localisation est de 113 mètres. La médiane de ces distances est de 33.5 mètres.La médiane de ces distances est de 33.5 mètres. 70.2% des accidents possèdent une distance supérieure à 20 mètres.70.2% des accidents possèdent une distance supérieure à 20 mètres. Exemple

10 Figure 4 – Comparaison de la localisation entre la méthode GPS et automatique (route Georges- Gagné)

11 Figure 5 – Comparaison de la localisation entre la méthode GPS et traditionnelle (manuelle et automatique)

12 Résultats Comparaison du temps de saisie terrain des méthodes Comparaison du temps de saisie terrain des méthodes Méthode traditionnelle (7 variables du rapport daccidents) Avec GPS déjà en position x,y Avec GPS qui doit être activé Policier 130 sec.3090 Policier Policier Policier Policier Moyenne34 sec.25 sec.81 sec. Tableau 2 – Moyenne de temps pris afin de localiser un accident

13 Résultats Comparaison du temps de traitement des données Comparaison du temps de traitement des données Saisie GPS Insertion des coordonnées x et y dans une base de données transitoire Annexion des coordonnées dans la base de données principale (SIG) Représentation cartographique de la localisation des accidents 1. Collecte des données daccidents 2. Envoi des rapports daccidents à la SAAQ 3. Entrée des données dans la base de données locale de la SAAQ 4. Envoi de la base de données au MTQ 5. Envoi des bases de données aux différentes DT 6. Entrée des données dans le DSR 7. Localisation sur le réseau et validation (1 à 5) de 3 à 6 mois (6 et 7) à ce stade plus de 1 an de retard en général Traditionnelle GPS Le tout peut se faire en moins de 24 heures

14 Résultats Convivialité de lutilisation du GPS Convivialité de lutilisation du GPS Très facileFacileDifficileTrès difficile Policier 1x Policier 2x Policier 3x Policier 4x Policier 5x AvantageuseNe voit pas de différence Désavantageuse Policier 1x Policier 2x Policier 3x Policier 4Ne comprend pas la question Policier 5x Tableau 3 – Degré de facilité dutilisation du GPS Tableau 4 – Comparaison de lutilisation du GPS pour la localisation dévénements aux méthodes traditionnelles

15 Estimations des coûts Item ou autreQuantitéUnité ($)Coût total ($) Garmin GPS Support pour automobile Étui de transport Adaptateur 12 volts Câble de transfert des données132 Licence MapInfo12000 Fonds cartographiques 1 N/A Formation (60 policiers) 2 N/A Coût des installations 3 N/A Sous total9 095$ Total10 459$ Tableau 5 – Estimations des coûts pour limplantation de la géomatique à la RIPR Les prix font référence à ceux soumissionnés lors de lachat à lhiver Il y a déjà collaboration et échange dinformation entre la RIPR et le MTQ qui détient les fonds cartographiques. 2 La formation peut être donnée à linterne par lanalyste (non compris dans le budget) ou bien par les policiers qui ont déjà été formés pour le projet. 3 Les installations peuvent être faites par le préposé au soutien technique. On peut compter environ une heure par véhicule.

16 Conclusions Résultats très convaincants Résultats très convaincants La précision et lexactitude du GPS éliminent toute estimation de la localisation en évitant les erreurs humaines.La précision et lexactitude du GPS éliminent toute estimation de la localisation en évitant les erreurs humaines. Pour ce qui est de la localisation par tranches dadresses civiques, le tout est possible, cependant la base de données doit être très fiable, ce qui demande un temps de confection considérable.Pour ce qui est de la localisation par tranches dadresses civiques, le tout est possible, cependant la base de données doit être très fiable, ce qui demande un temps de confection considérable. En ce qui a trait au DSR (localisation manuelle et automatique), lensemble du système est excellent, cependant il est impossible dobtenir un positionnement aussi précis que le GPS.En ce qui a trait au DSR (localisation manuelle et automatique), lensemble du système est excellent, cependant il est impossible dobtenir un positionnement aussi précis que le GPS. Lintégration des données GPS avec la base de données du DSR est la solution la plus plausible à court terme pour lamélioration de la qualité des données daccidents.Lintégration des données GPS avec la base de données du DSR est la solution la plus plausible à court terme pour lamélioration de la qualité des données daccidents.

17 Conclusions Sil y a poursuite des activités Sil y a poursuite des activités Lajout dun coordonnateur analyste des opérations à la RIPR permettra le bon déroulement de des activités.Lajout dun coordonnateur analyste des opérations à la RIPR permettra le bon déroulement de des activités. Létablissement dune méthode de transfert des données plus efficace doit être développée.Létablissement dune méthode de transfert des données plus efficace doit être développée.

18 Recommandations Partenariat entre la DTOM et la RIPR Partenariat entre la DTOM et la RIPR Il est très important que la DTOM et la RIPR continuent de faire progresser ce partenariat afin de faire avancer la recherche autant pour la sécurité routière que pour la gestion du territoire relative à la criminalité. Ce type de partenariat est un devoir auprès de la communauté et sert dexemple auprès des autres régions du Québec.Il est très important que la DTOM et la RIPR continuent de faire progresser ce partenariat afin de faire avancer la recherche autant pour la sécurité routière que pour la gestion du territoire relative à la criminalité. Ce type de partenariat est un devoir auprès de la communauté et sert dexemple auprès des autres régions du Québec. Afin que la DTOM puisse obtenir lintégralité des données daccidents avec GPS, il est obligatoire lors du transfert des coordonnées que le numéro dévénement de laccident soit associé au positionnement spatial du GPS. De plus, tous les rapports daccidents, doivent être transmis à la DTOM pour une analyse plus rapide des accidents.Afin que la DTOM puisse obtenir lintégralité des données daccidents avec GPS, il est obligatoire lors du transfert des coordonnées que le numéro dévénement de laccident soit associé au positionnement spatial du GPS. De plus, tous les rapports daccidents, doivent être transmis à la DTOM pour une analyse plus rapide des accidents. Il serait intéressant denvisager un projet pourtant sur les rapports dévénements version électronique tout en ayant lintégration du GPS pour la localisation.Il serait intéressant denvisager un projet pourtant sur les rapports dévénements version électronique tout en ayant lintégration du GPS pour la localisation.

19 Recommandations À la DTOM À la DTOM Pour la DTOM, qui présentement supporte la RIPR pour le volet géomatique (cartographie), elle doit continuer à le faire. Il est important aussi que la DTOM continue à sensibiliser la RIPR, ainsi que des autres corps policiers sur leur territoire des avantages du GPS pour la localisation des événements.Pour la DTOM, qui présentement supporte la RIPR pour le volet géomatique (cartographie), elle doit continuer à le faire. Il est important aussi que la DTOM continue à sensibiliser la RIPR, ainsi que des autres corps policiers sur leur territoire des avantages du GPS pour la localisation des événements.

20 Recommandations À la RIPR À la RIPR Dans une éventuelle implantation de la géomatique au sein de la RIPR, cette dernière doit engager un analyste en géomatique. En premier lieu, lanalyste doit être capable à la fois de lancer le volet géomatique (choix des technologies, création des bases de données, analyses des données, création de rapports, etc.) et de maintenir le partenariat avec la DTOM. De plus, lanalyste doit former les policiers quant à lutilisation du GPS et des nouvelles technologies implantées. Il devra donc faire le suivi et lentretient des appareils. Il est très important que les policiers reçoivent un retour tangible des biens faits du GPS pour la gestion du territoire.En premier lieu, lanalyste doit être capable à la fois de lancer le volet géomatique (choix des technologies, création des bases de données, analyses des données, création de rapports, etc.) et de maintenir le partenariat avec la DTOM. De plus, lanalyste doit former les policiers quant à lutilisation du GPS et des nouvelles technologies implantées. Il devra donc faire le suivi et lentretient des appareils. Il est très important que les policiers reçoivent un retour tangible des biens faits du GPS pour la gestion du territoire.

21 Recommandations Caractéristiques du GPS visées Caractéristiques du GPS visées Le GPS doit être facile à utiliser et à manipuler.Le GPS doit être facile à utiliser et à manipuler. Le GPS ne doit pas encombrer le policier lors de toute action routinière ou imprévue.Le GPS ne doit pas encombrer le policier lors de toute action routinière ou imprévue. Le GPS doit être muni dun téléchargement automatique des donnéesLe GPS doit être muni dun téléchargement automatique des données Le temps dacquisition des satellites doit être très rapide.Le temps dacquisition des satellites doit être très rapide. Le GPS doit avoir à la fois une alimentation par piles et par adaptateur 12 volts.Le GPS doit avoir à la fois une alimentation par piles et par adaptateur 12 volts. Le GPS doit être muni dun système WAAS pour une plus grande précisionLe GPS doit être muni dun système WAAS pour une plus grande précision

22 Recommandations Développement éventuel dun système de localisation avec GPS (RIPR, SAAQ et MTQ) Développement éventuel dun système de localisation avec GPS (RIPR, SAAQ et MTQ) 1. Relevé terrain par GPS. 2. Téléchargement des données GPS dans une base de données locale de la RIPR en ayant le jumelage automatique du point GPS et du numéro dévénement. 3. Transfert vers la SAAQ des rapports daccidents et en parallèle avec le relevé numérique des positions spatiales des accidents et des numéros dévénements. 4. À la SAAQ, parrainage du rapport daccident avec coordonnées géographiques de laccident et du numéro dévénement. 5. Envoi de lensemble des informations des rapports daccidents avec les coordonnées géographiques vers le MTQ. 6. Effectuer la localisation automatique des accidents en fonction des coordonnées géographiques sur le réseau du MTQ et municipal de la RIPR. 7. Représentation cartographique des positions GPS.


Télécharger ppt "Développement dun système pour la localisation précise des accidents routiers Auteurs : Sébastien Labonté (CORSUS) Denis Morin (CORSUS) Marcel Pouliot."

Présentations similaires


Annonces Google