La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

1 Emotion et Thérapies Comportementales et Cognitives: Naissance dune 3ème Vague? Pierre Philippot Et... Céline Baeyens, Céline Douilliez, Aurore Neumann.

Présentations similaires


Présentation au sujet: "1 Emotion et Thérapies Comportementales et Cognitives: Naissance dune 3ème Vague? Pierre Philippot Et... Céline Baeyens, Céline Douilliez, Aurore Neumann."— Transcription de la présentation:

1 1 Emotion et Thérapies Comportementales et Cognitives: Naissance dune 3ème Vague? Pierre Philippot Et... Céline Baeyens, Céline Douilliez, Aurore Neumann & Alex Schaefer Université de Louvain, Faculté de Psychologie 10, Place Mercier – B 1348 Louvain-la-Neuve Belgique Tirés-à-part:

2 2 Historiquement, lémotion, un concept délaissé en psychothérapie Point de vue béhavioriste: Emotion = prototype du concept boite noire Point de vue cognitif: Emotion = symptôme de cognitions dysfonctionnelles

3 3 Premiers intérêts: Peter Lang et la dé-sensibilisation systématique: –Lang, P.J. (1979). A bio-informational theory of emotional imagery. Psychophysiology, 16, David Barlow et le modèle de la panique: –Barlow, D.H. (1988). Anxiety and its disorders: The nature and treatment of anxiety and panic. New York: Guilford.

4 4 Actuellement: engouement pour les émotions en psychothérapie Evolution des modèles scientifiques –régulation des émotions –neurosciences affectives Changements culturels –notion de bien-être émotionnel

5 5 Atouts des modèles émotionnels pour la psychothérapie Liens entre processus –corporels –cognitifs –automatiques/involontaires/non-conscients –stratégiques/volontaires/conscients

6 6 Un exemple de notre laboratoire... Les conséquences émotionnelles de différents modes de traitement cognitif dune expérience émotionnelle

7 7 La spécification de linformation émotionnelle focalisation volontaire de lattention sur toutes les informations émotionnelles (perception, sensations, cognitions, etc.) en vue dobtenir une représentation aussi précise et complète que possible dune expérience émotionnelle.

8 8 Estimation de lévolution de lintensité émotionnelle en fonction du traitement émotionnel Intensité émotionnelle Source: Philippot, Baeyens, & Douilliez (2004, en révision)

9 9 Raisons de mettre en doute une telle « évidence » Différentes recherches sur les processus émotionnels –ré-évaluation émotionnelle (Lazarus & Alfert, 1964) –simulation mentale (Taylor et al., 1998) La nature même du processus de spécification de linformation « épisodique »

10 10 Spécification volontaire de linformation émotionnelle Niv. Général Niv. Spécifique Specification Information Contextuelle Source : Philippot, P., Baeyens, C., Douilliez, C., & Francart, B. (2004). Cognitive regulation of emotion. In P. Philippot & R.S. Feldman (Eds.). The regulation of emotion. New York: Laurence Erlbaum Associates.

11 11 Spécification volontaire de linformation émotionnelle Niv. Général Niv. Spécifique Specification Information Contextuelle Information émotionnelle Source : Philippot, P., Baeyens, C., Douilliez, C., & Francart, B. (2004). Cognitive regulation of emotion. In P. Philippot & R.S. Feldman (Eds.). The regulation of emotion. New York: Laurence Erlbaum Associates.

12 12 Spécification volontaire de linformation émotionnelle Niv. Général Niv. Spécifique Information Contextuelle Information émotionnelle Source : Philippot, P., Baeyens, C., Douilliez, C., & Francart, B. (2004). Cognitive regulation of emotion. In P. Philippot & R.S. Feldman (Eds.). The regulation of emotion. New York: Laurence Erlbaum Associates.

13 13 Etude 1: Schaefer, Collette, Philippot et al., 2003 Manipuler la spécificité du traitement de linformation émotionnelle lors dune induction émotionnelle en laboratoire Source: Schaefer, A., Collette, F., Philippot, P., Van der Linden, M., Laureys, S., Delfiore, G., Degueldre, S., Maquet, P., Luxen, A. & Salmon, E. (2003). Neural correlates of hot and cold emotions: A multilevel approach to the functional anatomy of emotion. Neuroimage, 18,

14 14 Etude 1: Méthode Plan expérimental –Emotions (colère, tristesse, joie, affection, neutre ) –Traitement général vs. spécifique Général: métaphores Spécifique: évaluations émotionnelles spécifiques Mesures –Etat émotionnel subjectif –Rythme cardiaque –Métabolisme cérébral : caméra H PET

15 15 Résultats: Intensité des sentiments subjectifs Condition: F(1, 20)=161.73, p<.0001 Emotion: F(4, 80)=80.97, p<.0001 Condition X Emotion: F(4, 80)=45.08, p<.0001

16 16 Résultats : Changements du rythme cardiaque Condition: F(1, 18)=4.63, p<.05 Emotion: F(4, 72)=5.28, p<.001 Condition X Emotion: F(4, 72)=4.21, p<.004

17 17 Résultats : Activations cérébrales Générale: gyrus frontal médian (proche du cortex cingulaire antérieur) (BA10; x=-2, y=40, z=-6; p <.001, cluster level corrected) Spécifique: Cortex préfrontal dorso- latéral (BA46/10; x=50, y=54, z=6; x=-36, y=50, z=-2; p <.0001, cluster level corrected)

18 18 Conditions « traitement général »

19 19 Conditions « traitement spécifique »

20 20 Etude 2 Philippot, Baeyens & Burgos, 2002 Traitement spécifique vs. général des appréhensions anxieuses Source: Philippot, p., Baeyens, C., & Douilliez, C. (2004, in révision). Specifiying emotional information : Modulation of Emotional Intensity via Executive Processes. In revision for Journal of Abnormal Psychology.

21 21 Méthode 60 étudiants Induction dun état dappréhension anxieuse. Répartition aléatoire dans 3 conditions –traitement spécifique de linformation anxiogène –traitement général de linformation anxiogène –distraction Mesures: DES et STAI avant et après la manipulation

22 22 Intensité de lanxiété Interaction: F (2,57) = 28.68, p<.000, 2 =.45 Evolution de lanxiété en fonction de la condition expérimentale Conditions :

23 23 Etude 3 Philippot, Douilliez & Ramon, 2003 Ré-évaluation versus traitement spécifique des appréhensions anxieuses Source: Philippot, p., Baeyens, C., & Douilliez, C. (2004, in révision). Specifiying emotional information : Modulation of Emotional Intensity via Executive Processes. In revision for Journal of Abnormal Psychology.

24 24 Méthode 69 étudiants Induction dun état dappréhension anxieuse. Répartition aléatoire dans 3 conditions –spécification des pires craintes –ré-évaluation positive de la situation –traitement général de linformation anxiogène Mesures: STAI avant et après la manipulation

25 25 STAI Interaction: F(2,66)=3.78, p<.03, 2 =.10 Evolution de lanxiété en fonction de la condition expérimentale

26 26 Spécifier nimporte quelle information? Distinction entre les informations –spécifique au contexte de lévènement (uniques) –spécifique à lémotion (schématiques) Schaefer, A & Philippot, P. (2004, in press.). Selective effects of emotion on the phenomenal characteristics of autobiographical memories. Memory.

27 27 Etude 4 : Neumann & Philippot, In prep. Spécifier les informations pertinentes pour le contexte ou pour lémotion durant la ré- évocation dune expérience émotionnelle

28 28 Méthode 54 étudiants Evocation (imagerie mentale) de –deux mémoires positives –deux mémoires négatives Répartition aléatoire dans 3 conditions –spécification des informations pertinentes pour le contexte –spécification des informations pertinentes pour lémotion –traitement général de linformation Mesures: intensité de lémotion avant et après la manipulation

29 29 Intensité émotionnelle en fonction de la condition expérimentale Emotional Intensity (VAS) Processing condition : F(2, 51) = 13.49, p <.001, 2 =.35

30 30 Résumé de ces recherches Il existe une théorie naïve selon laquelle spécifier linformation émotionnelle accroit lactivation de lémotion. Cependant, la spécification volontaire des informations contextuelles diminue lactivation émotionnelle Cet effet ne semble pas résulter dun changement du contenu de la représentation émotionnelle, mais bien du mode dactivation de celle-ci.

31 31 Implications cliniques Lopposition entre théorie naïve et faits empiriques peut consituter un facteur de maintien des troubles émotionnels –évitement des expériences émotionnelles –être privé de la possibilité de réguler lactivation émotionnelle dutiliser ses capacités de résolution de problème Source : Philippot, P., Douilliez, C., Baeyens, C., Francart, B., & Nef, F. (2003). Le Travail des Emotions en Thérapie Comportementale et Cognitive:Vers une Psychothérapie Expérientielle. Cahiers Critiques de Thérapie Systémique, 29,

32 32 Applications cliniques Pour les procédures dexposition: –encourager la spécification volontaire des informations contextuelles Pour les procédures de restructuration cognitive: –viser non le contenu mais le mode de traitements des pensées anxiogènes ou dépressogènes Source : Philippot, P., Douilliez, C., Baeyens, C., Francart, B., & Nef, F. (2003). Le Travail des Emotions en Thérapie Comportementale et Cognitive:Vers une Psychothérapie Expérientielle. Cahiers Critiques de Thérapie Systémique, 29,

33 33 Conclusions Les émotions constituent un paradigme intéressant pour la recherche et la pratique en psychothérapie Cette perspective met laccent sur le continuum entre normal et pathologique et par là, met également laccent sur une approche préventive

34 34 Possibilité dune troisième vague en TCC? Vague comportementale –changer les apprentissages émotionnels (ex. Foa) Vague Cognitive –changer les croyances et pensées dysfonctionnelles Vague méta-cognitive? –agir sur le mode dactivation de ces représentations –Par ex. les interventions basées sur la pleine conscience

35 35 Pierre Philippot Université de Louvain, Faculté de Psychologie 10, Place Mercier – B 1348 Louvain-la-Neuve Belgique Tirés-à-part:


Télécharger ppt "1 Emotion et Thérapies Comportementales et Cognitives: Naissance dune 3ème Vague? Pierre Philippot Et... Céline Baeyens, Céline Douilliez, Aurore Neumann."

Présentations similaires


Annonces Google