La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

1 Alain BIHAN-POUDEC ISCEA-Institut des Sciences de lÉducation dAngers Laboratoire de Recherche en Éducation et Formation Université Catholique de l'Ouest,

Présentations similaires


Présentation au sujet: "1 Alain BIHAN-POUDEC ISCEA-Institut des Sciences de lÉducation dAngers Laboratoire de Recherche en Éducation et Formation Université Catholique de l'Ouest,"— Transcription de la présentation:

1 1 Alain BIHAN-POUDEC ISCEA-Institut des Sciences de lÉducation dAngers Laboratoire de Recherche en Éducation et Formation Université Catholique de l'Ouest, Angers, France Une interro surprise… pour lenseignant ! Lévaluation comme révélateur des préconceptions de la statistique chez les étudiants 2nd colloque francophone international sur lenseignement de la statistique Université libre de Bruxelles Bruxelles, 8, 9 et 10 septembre 2010

2 Plan Une évaluation en statistique Des surprises pour le correcteur Discussions

3 3 Trois objectifs assignés au cours de statistique en sciences humaines et sociales : Une maîtrise méthodologique et technique, Un mode de pensée, Un esprit critique face au « numérisme ».

4 4 Un contrôle en statistique descriptive Madagascar 2 réalisé par Eric Darnell, Tom McGrath avis des spectateurs Animation (1h 35min) Quatre étoiles sur cinq possibles : mode, médiane ou moyenne ? Question 1 : quelle information chacune des caractéristiques de position mentionnées ci-dessus apporte-t-elle ? Montrez-en les différences.

5 5 En fait, les quatre étoiles ont été obtenues à partir de la distribution suivante : Question 2 : déterminez-en les caractéristiques de position (nous supposerons quil existe une unité de mesure constante). Nombre d' étoiles Nombre de spectateurs Nombre d' étoiles Nombre de spectateurs Un autre site fournit la distribution suivante (B) pour le même film : Question 3 : déterminez-en les caractéristiques de position Tableau 1 : Distribution A Tableau 2 : Distribution B Modes pour A et B : 5 étoiles Médianes : 5 étoiles ; Moyennes : 4 étoiles

6 6 Question 4 : déterminez les caractéristiques de dispersion pour les deux distributions (A et B). Quelles conclusions pouvez-vous tirer de leur comparaison ? Caractéristiques de dispersion ÉtendueÉcart inter- quartile Écart moyen Écart-type Site A3 étoiles2 étoiles1,18 étoiles1,24 étoiles Site B5 étoiles0 étoile1,59 étoiles1,97 étoiles Tableau 3 : récapitulatif des caractéristiques de dispersion pour les distributions A et B Résultats et commentaires descriptifs corrects

7 Questions subsidiaires : Quelles conclusions pouvez-vous tirer de la comparaison ? À lissue de ce contrôle, quelle remarque finale pouvez-vous faire sur la validité des évaluations des films par les spectateurs ? Quelles améliorations pourriez-vous suggérer ? Des commentaires surprenants

8 8 Catégories :de la subjectivité la quantification la variation comme erreur léchantillonnage Fragments retenus E1b, E3, E7a, E7b, E9, E11b, E13b, E14b, E16b, E19a, E21, E22B E1d, E3a, E6a, E7b, E11a, E13b, E16b E1a, E4a, E6a, E13c, E12a, E15a, E16a, E20a, E22a, E22c, E24a E8c, E12a, E13a, E20a Tableau 4 : répartition des fragments de discours des étudiants selon leur catégorisation

9 9 …de la subjectivité « Pourquoi obter [sic] pour une étoile plus que pour 2 étoiles ? » (E6a) Ces critiques ne sont pas absurdes mais élude lintention qua la statistique dobjectiver le subjectif. Deux positions diamétralement opposées : refus de mesurer quantification accentuée « Chaque spectateur a sa subjectivité, son avis quil est difficile de quantifier en nombre détoiles » (E1b) « On ne peut savoir ce que représente une étoile dans lesprit des spectateurs » (E3a) Un étudiant (E9, fragment b) nécarte pas le risque que pour le même avis deux spectateurs recourent à deux modalités distinctes.

10 10 …de la quantification Plusieurs suggestions : remplacer les étoiles « par leurs significations » (E11a) ; remplacer les étoiles par des points (E3a), des notes (E13b, E25a) voire des classes de notes (E21a) ; un argument rencontré est «afin que tout le monde sache à quoi sattendre » (E25a) ; établir une grille de critères (E1d) tels les effets spéciaux, lintrigue, etc., quitte à « établir un coefficient dimportance à chaque critère pour enfin faire une moyenne et obtenir un chiffre décimal » (E16b). Étoile : qualitatif ou quantitatif ?

11 Plusieurs remarques : 11 Enfin, paradoxe : les étudiants ne sont pas assurés davoir une unité de mesure constante mais notent que le quantitatif leur offre la possibilité de calculer des indices de dispersion plus nombreux que sils navaient affaire quà un cas qualitatif lorientation vers une mesure ordinale semble reposer sur un glissement sémantique : « la qualité du film me semble plus important que de quantifier à laide détoiles » (E7b) ; la tendance à aller vers le connu (la notation) ; quant au recours au quantitatif, il paraît être accompagné par la nécessité davoir une pensée analytique et une mesure précise. Quid alors dun avis global du spectateur ? …de la quantification

12 12 la variation comme erreur « On peut dire que dune distribution à lautre lestimation nest pas fiable. Lévaluation rend bien compte de lensemble de ces estimations mais la seconde distribution comprend des écarts trop importants entre les estimations… Les indices de dispersion éclairent donc les caractéristiques de position et confortent leur mauvaise fiabilité dans le cas présent » (E22a et c). Il existerait donc une valeur vraie et la variation est dès lors une erreur « Lécart-type est en fait un indicateur de la "justesse" de ce que reflète en réalité ce nombre détoiles. Plus lécart est grand, plus il y a décart entre ce qui est dit et la réalité » (E1a) « Ce jugement est moins erroné que le premier. Nous avons le même nombre détoiles mais les écarts sont beaucoup moins importants (…). Il reflète plus la réalité » (E13c) « Il [lécart-type] ne doit pas être trop élevé pour signifier que la moyenne est correctement établie » (E16a). « Entre 2 et 4 étoiles existe un écart de 2 étoiles, lunité de mesure étant une erreur [cest nous qui soulignons], le rapport entre modalités a un sens (E24a).

13 13 léchantillonnage Ou encore que le « jugement […] est moins erroné que le premier » (E13c) au motif que les caractéristiques de dispersion y sont moins élevées. Un étudiant suggère -avec pertinence- de regrouper tous les avis mais cest avec lespoir que « la note précise pourra être donnée » (E20a). En dautres termes, l« idéal» des étudiants serait lexistence dune seule valeur, vraie, réelle, absolue. Face à la variabilité des échantillons, soit les étudiants « jettent le bébé avec leau du bain » en concluant à limpossibilité de mesurer, soit ils valorisent les échantillons ayant une moindre dispersion, les autres devenant « suspects ». Cette manière de concevoir la variation nest pas sans conséquences sur la manière de comparer les sites. Ainsi, en observant que deux distributions ont les mêmes caractéristiques de dispersion mais différent quant à leur distribution, est-il conclu que cela « prouve bien que ces évaluations ne peuvent pas réfléter [sic] la qualité des votes » (E8c).

14 14 Limites : identifier un, voire des profils-type (en fait incohérence individuelle des propos) Conclusion : La maîtrise technique ne présuppose pas la maîtrise conceptuelle Importance didentifier les préconceptions des étudiants Existence derreur rétroactive ?

15 15 Une interro surprise… pour lenseignant ! Lévaluation comme révélateur des préconceptions de la statistique chez les étudiants 2nd colloque francophone international sur lenseignement de la statistique Université libre de Bruxelles Bruxelles, 8, 9 et 10 septembre 2010 Alain BIHAN-POUDEC


Télécharger ppt "1 Alain BIHAN-POUDEC ISCEA-Institut des Sciences de lÉducation dAngers Laboratoire de Recherche en Éducation et Formation Université Catholique de l'Ouest,"

Présentations similaires


Annonces Google