La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

Typologie et permanence des imaginaires mythiques Myriam Watthee-Delmotte

Présentations similaires


Présentation au sujet: "Typologie et permanence des imaginaires mythiques Myriam Watthee-Delmotte"— Transcription de la présentation:

1 Typologie et permanence des imaginaires mythiques Myriam Watthee-Delmotte Lâge dor perdu des modernes Objectifs Éclairer la permanence des imaginaires mythiques Analyser diverses modalités de réécriture ou dintertextualité observables dans la littérature francophone contemporaine

2 Typologie et permanence des imaginaires mythiques Myriam Watthee-Delmotte 1. Approche théorique a. Théories du mythe littéraire b. Traitement du mythe en littérature 2. Le mythe littérarisé de lAge dor a. Un mythe de situation b. Une temporalité problématique c. Le deuil de lâge dor dans les lettres modernes 3. Trois études de cas : a. La nostalgie de larchaïque : Arcadie… Arcadie… de Jean Giono b. Le rêve dâge dor et lutopie : La ville qui nexistait pas dEnki Bilal et Pierre Christin c. Lailleurs et le primitif : Vendredi ou Les limbes du Pacifique de Michel Tournier

3 Typologie et permanence des imaginaires mythiques Myriam Watthee-Delmotte Textes analysés au cours : 1. - poésie : Yves Bonnefoy : poèmes de Hier, régnant désert (1958), Paris Gallimard, « Poésie », 1970 et Larrière-pays (1971), Paris Gallimard, « Poésie », 1992 ; 2. - récit : Jean Giono, Arcadie… Arcadie… (1953), Paris, Gallimard, « Folio 2 », 2002 ; 3. - roman : Michel Tournier, Vendredi ou les limbes du pacifique (1969), Paris, Gallimard, « Folio », 2005 ; 4. - essai : Paul Ricœur, Lidéologie et lutopie (1986, édition originale anglaise Lectures on ideology and utopia), Paris, Le Seuil, « Points / Essais », Cioran, Histoire et utopie, chapitre « läge dor » (196), Paris, Gallimard, « Folio/ Essais », Extraits analysés placés sur le site du cours ; 5. - bande dessinée : Enki Bilal et Pierre Christin, La ville qui nexistait pas (1977), Tournai, Casterman, Planches reproduites sur le site du cours, à usage interne. NE PAS DIFFUSER LES PAGES IMPRIMEES.

4 Outils bibliographiques Pour prendre connaissance de la fortune littéraire dun mythe : BRUNEL P. (s. dir.), Dictionnaire des mythes littéraires, Monaco, Rocher, e éd. augmentée BONNEFOY Y. (s. dir.), Dictionnaire des mythologies, Paris, Flammarion, LAFFONT R., BOMPIANI V., Le nouveau dictionnaire des œuvres de tous les temps et de tous les pays (auteurs nés avant 1900), Paris, Robert-Laffont, « Bouquins », LAFFONT R., BOMPIANI V., Dictionnaire des personnages littéraires et dramatiques de tous les temps et de tous les pays : poésie, théâtre, roman, musique, Paris, Robert-Laffont, « Bouquins », Approche théorique

5 Sur lâge dor : BÉNÉJAM-BONTEMS M.-J., article « Âge dor », dans BRUNEL P. (dir.), Dictionnaire des mythes littéraires, Monaco, Rocher, 2e éd. augmentée 1994, pp CIORAN, Histoire et utopie, Paris, Gallimard, 1960, rééd. « Folio/Essais », 2005, chapitre VI : «Lâge dor ». DALLA BERNARDINA S. (dir.), Lutopie de la nature. Chasseurs, écologistes et touristes, Paris, Imago, DELAPORTE A., Bergers d'Arcadie, le mythe de l'Age d'Or dans la littérature française du XVIIIème siècle, Paris, Pardès, ELIADE M., La nostalgie des origines, Paris, Gallimard, POIRIER J. (dir.), Lâge dor. À lapproche du deuxième millénaire, un retour sur un mythe fondateur qui représente lautre de notre mode dêtre, Dijon, E.U.D., PERRET J., Daphnis pâtre et héros : perspectives sur un Âge dor, Paris, R.E.L.,

6 Sur le mythe du paradis : BERCOT M. et MAYAUX C., La Genèse dans la littérature. Exégèses et réécritures, Dijon, E.U.D., BLONDEL J., Le paradis perdu ( ), Paris, Minard, Les Lettres Modernes, COUFFIGNAL R., article « Eden », dans BRUNEL P. (dir.), Dictionnaire des mythes littéraires, Monaco, Rocher, 2e éd. augmentée 1994, pp Id., « Aux premiers jours du monde… » La paraphrase poétique de la Genèse de Hugo à Supervielle, Paris, Minard, Les Lettres Modernes, Id., Le drame de lEden. Le récit de la Genèse et sa fortune littéraire, Toulouse, P.U. Toulouse-le Mirail, DALLA BERNARDINA S. (dir.), Lutopie de la nature. Chasseurs, écologistes et touristes, Paris, Imago, ROUGIER L., Du paradis à lutopie, Paris, Copernic,

7 Sur lutopie : CORIANESCU A., Lavenir du passé. Utopie et littérature, Paris, Gallimard, DEPROOST P.-A. & COULIE B., Utopie. Imaginaires européens, Paris, LHarmattan, « Structures et pouvoirs des imaginaires », JEAN G., Voyages en utopies, Paris, P.U.F., HUBNER P., article « Utopie et mythe », dans BRUNEL P. (dir.), Dictionnaire des mythes littéraires, Monaco, Rocher, 2e éd. augmentée 1994, pp MARIN L., Utopiques : jeux despaces, Paris, Minuit, « Critique », RACAULT J.-M., Lutopie narrative en France et en Angleterre , Qxford, « Studies on Voltaire and the Eighteenth Century » n° 280, ROUVILLOIS F., Lutopie, Paris, GF Flammarion, « Corpus », RUYER R., Lutopie et les utopies, Paris, P.U.F., SARGENT L.T. & SCHAER R., Utopie. La quête de la société idéale en Occident, Paris, Fayard, TROUSSON R., Voyages aux pays de nulle part. Histoire littéraire de la pensée utopique, (1975), Bruxelles, U.L.B., WUNENBURGER J.-J., Lutopie ou la crise de limaginaire, Paris, Delarge, MAIGAIN S., Lutopie : approche historique, théorique et didactique dun genre littéraire, mémoire présenté sous la direction de J.-L. Dufays, UCL,

8 À lire pour le plaisir : CHAUVIN D., SIGANOS A., WALTER A. (dir.), Questions de mythoctitique. Dictionnaire. Paris, Imago, MONNEYRON F. & THOMAS J., Mythes et littérature, Paris, P.U.F., « Que sais-je ? », PELLEGRINO F., Mondes lointains et imaginaires, Paris, Hazan, SIGANOS A., Mythe et écriture. La nostalgie de larchaïque, Paris, P.U.F., WUNENBURGER J.-J.(dir.), Art, mythe et création, Dijon, E.U.D.,

9 Site à consulter : 1

10 a. Théories du mythe littéraire : « thème » ou « mythe » littéraire? * Un récit? Trousson R., Thèmes et mythes. Questions de méthode, Bruxelles, U.L.B., Albouy P., Mythes et mythologies dans la littérature française, Paris, Armand Colin, (1969) 1998 ; Mythographies, Paris, Corti, Brunel P., « Le mythe comme structure du texte », dans Revue des langues vivantes XLIII, * Des textes particuliers ou une pensée mythique ? Vernant J.P., Mythe et tragédie en Grèce ancienne, Paris, Maspéro, Bollack J., La naissance d'Oedipe: traduction et commentaires d'Œdipe roi, Paris, Gallimard, Veyne P., Les Grecs ont-ils cru à leurs mythes? Essai sur limagination constituante, Paris, le Seuil, Astier C, Dabezies A., Fraisse S., Rousset J.,… (Paris, Armand Colin, « U2 », série « Mythes ») Tuzet H., Mort et résurrection dAdonis. Etude de lévolution dun mythe, Paris, Corti,

11 * Mythe ethno-religieux ou mythe littéraire? Sellier Ph., « Récits mythiques et productions littéraires », dans Mythes, images, représentations, Paris, Didier-Erudition, 1981 et « Quest-ce quun mythe littéraire ? », dans Littérature n° 55, Ce qui revient en propre au mythe littéraire : le caractère signé non-fondateur résolument fictif et détaché de toute croyance Ce qui autorise toujours à parler de mythe : la présence de un sens symbolique un éclairage métaphysique une puissante organisation structurale - mythèmes - syntagme minimal 1

12 * Mythe littéraire ou mythe littérarisé ? Siganos A., Le Minotaure et son mythe, Paris, P.U.F., mythe littéraire : les innombrables versions littéraires à partir dun texte littéraire historiquement daté mythe littérarisé : texte qui reprend les éléments dun récit archaïque bien antérieur à lactualisation quil en présente. MYTHANALYSE > < MYTHOCRITIQUE Le mythe littéraire, comme le mythe littérarisé, est un récit fermement structuré symboliquement déterminé dinspiration métaphysique reprenant le syntagme de base dun ou plusieurs textes fondateurs. POUVOIR DIRRADIATION « Le mythe a une matrice narrative rebelle à tout ce qui la ferait déroger à sa propre logique » (Astier C., Le mythe dŒdipe, Paris, Armand Colin, 1974) FLEXIBILITE MANIPULATION 1

13 b. Traitement du mythe en littérature approche structurale des textes (récits) Gilbert Durand, Structures anthropologiques de limaginaire. Introduction à larchétypologie générale (1969), rééd. Paris, Dunod, 1992 ; Id., Le décor mythique de la Chartreuse de Parme, Paris, Corti, 1961 ; Id., Figures mythiques et visages de lœuvre : de la mythocritique à la mythanalyse, Paris, Dunod, 1979, rééd « bassins sémantiques » Un mythe est une combinaison particulière de mythèmes un syntagme (ou phrase minimale) 1

14 Exemple : Le syntagme minimal du mythe du Minotaure a. centré sur le monstre 1. La transgression de lordre naturel : conception du Minotaure sujet : Pasiphaé verbe : saccouple complément : au taureau blanc (circonstances) : cachée dans une vache artificielle fabriquée par Dédale 2. Le nouvel ordre instauré : laction du Minotaure sujet : Le Minotaure verbe : dévore complément : 14 jeunes Athéniens (7 garçons, 7 filles) (circonstances) : périodiquement, dans le labyrinthe construit par Dédale 3. La remise en cause héroïque : la mort du Minotaure sujet : Thésée verbe : tue complément : le Minotaure (circonstances) : dans le labyrinthe construit par Dédale, avec laide du fil dAriane donné par Dédale 1

15 Exemple : Le syntagme minimal du mythe du Minotaure b. centré sur le lieu 1. La transgression de lordre naturel : la conception du labyrinthe sujet : Minos verbe : fait construire complément : une prison (circonstances) : pour le Minotaure (fruit damours illégitimes) par Dédale 2. Le nouvel ordre instauré : laction du labyrinthe sujet : Le labyrinthe verbe : piège complément : 14 jeunes Athéniens (7 garçons, 7 filles) (circonstances) : périodiquement, suite à lingéniosité de Dédale 3. La remise en cause héroïque : la victoire sur le labyrinthe sujet : Thésée verbe : surmonte complément : le labyrinthe (circonstances) : après avoir tué le Minotaure, et avec laide du fil dAriane donné par Dédale 1

16 approche structurale des œuvres (psychocritique) Charles Mauron, Des métaphores obsédantes au mythe personnel. Introduction à la psychocritique, Paris, Corti, vestige et création Frédéric Monneyron & Joël Thomas, Mythes et littérature, Paris, P.U.F., « Que sais-je ? », non linvariant mais le jeu sur la variante Jean-Jacques Wunenburger (dir.), Art, mythe et création, Dijon, P.U. de Dijon,

17 une hypertextualité Gérard Genette, Palimpsestes, Paris, Le Seuil, « Toute relation unissant un texte B (hypertexte) à un texte antérieur A (hypotexte) sur lequel il se greffe dune manière qui nest pas celle du commentaire. » (p. 12) La réécriture ou intertextualité mythique implique : a) Des choix quantitatifs Lauteur reprend toute la sérialité - explicitement : mythe en émergence - implicitement : mythe en immergence - flexibilité - manipulation (focalisation multiple) Pierre Brunel, Mythocritique. Théorie et parcours, Paris, P.U.F., 1992 ; Apollinaire entre deux mondes. Mythocritique II, Paris, P.U.F., Lauteur ne fait référence quà un fragment du mythe - récit implicite - irradiation 1

18 b) des choix qualitatifs Mise en abyme (Dällenbach L., Le récit spéculaire, Paris, Le Seuil, 1977) Contrepoint (Brunel P., Mythocritique II, Paris, P.U.F., 1996) Lauteur sinscrit en complémentarité du texte (manques, ellipses) c) le choix dun rapport au texte source Proximité (de contenus ou de formes) Distance (sérieuse ou humoristique) Ambivalence (indécidabilité) 1

19 * Le mythe « en immergence » : prudence ! Conditions nécessaires et suffisantes à ce type de lecture : La présence dun intertexte mythique dans lensemble de lœuvre et/ou le paratexte Un réseau convergent déléments (mythèmes) Une potentialité interprétative cohérente et compatible avec les analyses traditionnelles du texte La cohérence du mythe repéré avec le projet de lécrivain 1

20 2. Le mythe de lâge dor a. Mythe de héros ou de situation ? Récit « le plus représentatif des grands mythes de lhumanité » Marie-Josette Bénéjam- Bontems, dans BRUNEL P. (s. dir.), Dictionnaire des mythes littéraires, Monaco, Rocher, e éd. augmentée 1994, pp Corrélation de 1. la paix à la fois dans lordre divin et humain 2. labondance 3. la justice b. Une temporalité problématique 1.Une atemporalité interne CIORAN (Emil Michel), Histoire et utopie, Paris, Gallimard, 1960, rééd. Folio « essais », 2005, chapitre VI : «Lâge dor ». Limage dun monde statique où lidentité ne cesse de se contempler elle-même, où règne léternel présent, temps commun à toutes les visions paradisiaques, temps forgé par opposition à lidée même de temps. (p. 121) 2a 2

21 2 Yves Bonnefoy Ici, toujours ici Ici, dans le lieu clair. Ce nest plus laube, Cest déjà la journée aux dicibles désirs. Des mirages dun chant dans ton rêve il ne reste Que ce scintillement de pierres à venir. Ici, et jusquau soir. La rose dombres Tournera sur les murs. La rose dheures Défleurira sans bruit. Les dalles claires Mèneront à leur gré ces pas épris du jour. Ici, toujours ici. Pierres sur pierres Ont bâti le pays dit par le souvenir. A peine si le bruit de fruits simples qui tombent Enfièvre encore en toi le temps qui va guérir. Hier, régnant désert, 1958

22 Jai souvent éprouvé un sentiment dinquiétude, à des carrefours. Il me semble dans ces moments quen ce lieu ou presque : là, à deux pas sur la voie que je nai pas prise et dont déjà je méloigne, oui, cest là que souvrait un pays dessence plus haute, où jaurais pu aller vivre et que désormais jai perdu. Pourtant, rien nindiquait ni même ne suggérait, à linstant du choix, quil me fallût mengager sur cette autre route. Jai pu la suivre des yeux, souvent, et vérifier quelle nallait pas à un terre nouvelle. Mais cela ne mapaise pas, car je sais aussi que lautre pays ne serait pas remarquable par des aspects inimaginés des monuments ou du sol. Ce nest pas mon goût de rêver de couleurs ou de formes inconnues, ni dun dépassement de la beauté de ce monde. Jaime la terre, ce que je vois me comble, et il marrive même de croire que la ligne pure des cimes, la majesté des arbres, la vivacité du mouvement de leau au fond dun ravin, la grâce dune façade déglise, puisquelles sont si intenses, en des régions, à des heures, ne peuvent quavoir été voulues, et pour notre bien. Cette harmonie a un sens, ces paysages et ces espèces sont, figés encore, enchantés peut-être, une parole, il ne sagit que de regarder et découter avec force pour que labsolu se déclare, au bout de nos errements. Ici, dans cette promesse, est donc le lieu. Yves Bonnefoy, Larrière-pays, 1971

23 Et je dirai dabord que si larrière-pays mest resté inaccessible – et même, je le sais bien, je lai toujours su, nexiste pas – il nest pas pour autant entièrement insituable, pour peu que je renonce aux lois de la continuité de la géographie ordinaire et au principe du tiers exclu. Yves Bonnefoy, Larrière-pays, 1971 Lâge dor, un archétype 2. Un moment dans la temporalité évolutive Le passage à lâge dargent, puis à celui dairain et de fer, marque la progression de notre déchéance, de notre éloignement de cet éternel présent dont nous ne concevons plus que le simulacre et avec lequel nous avons cessé davoir une frontière commune : il appartient à un autre univers, il nous échappe, et nous en sommes si distincts que nous ne parvenons guère à en soupçonner la nature. Nul moyen de nous lapproprier : lavons-nous vraiment possédé jadis ? Et comment y reprendre pied quand rien ne nous en restitue limage ? Nous en sommes à jamais frustrés […] Cioran, Histoire et utopie, chapitre « Lâge dor », p. 125 Lâge dor quune aveugle tradition a placé dans le passé, est devant nous. Saint-Simon, Opinions littéraires, philosophiques et industrielles, 1835 Dans son dessein général, lutopie est un rêve cosmogonique au niveau de lhistoire. Cioran, Histoire et utopie, p. 130

24 2 Lâge dor est : perdu dans lillo tempore des origines à construire dans le futur à retrouver à la fin des temps La stabilité de lâge dor est réfractaire au récit, qui ne peut dès lors traduire que : une nostalgie une quête

25 Le syntagme minimal du mythe littérarisé (vision antique) 1. La transgression de lordre naturel : perte de la paix/labondance/la justice sujet : Prométhée verbe : transgresse complément : lordre (circonstances) : établi par la divinité 2. Le nouvel ordre instauré : la guerre/linsuffisance/linjustice sujet : Le malheur verbe : écrase complément : Prométhée et lhumanité (circonstances) : qui lui est attachée 3. La remise en cause héroïque : la réhabilitation sujet : Prométhée verbe : crée complément : un nouvel ordre (technologique et de conscience) (circonstances) : pour lhumanité au prix du sacrifice de soi Aspect prophétique 1

26 Le syntagme minimal du mythe littérarisé (vision chrétienne) 1. La transgression de lordre naturel : perte de la paix/labondance/la justice sujet : Adam et Eve verbe : transgressent complément : lordre (circonstances) : établi par la divinité 2. Le nouvel ordre instauré : la guerre/linsuffisance/linjustice sujet : Le malheur verbe : écrase complément : Adam et Eve, et lhumanité (circonstances) : qui leur est attachée 3. La remise en cause héroïque : le salut sujet : Le Christ verbe : rachète complément : un nouvel ordre (circonstances) : pour lhumanité au prix du sacrifice de soi Aspect eschatologique ou apocalyptique 1

27 Le syntagme minimal du mythe littérarisé (terres dailleurs) 1. La transgression de lordre naturel : perte de la paix/labondance/la justice sujet : La civilisation occidentale verbe : transgresse complément : lordre (circonstances) : établi par la nature 2. Le nouvel ordre instauré : la guerre/linsuffisance/linjustice sujet : Le malheur verbe : écrase complément : lhumanité (circonstances) : par lasservissement à la machine et linégalité entre les hommes 3. La remise en cause héroïque : le salut sujet : La civilisation exotique (le bon sauvage ou la créature non terrestre) verbe : propose complément : un nouvel ordre (circonstances) : pour lhumanité grâce aux vertus du primitivisme ou de la féerie Aspect exotique ou merveilleux 1

28 Le syntagme minimal du mythe littérarisé (vision politique) 1. La transgression de lordre naturel : perte de la paix/labondance/la justice sujet : La civilisation industrielle verbe : transgresse complément : lordre (circonstances) : établi par la nature 2. Le nouvel ordre instauré : la guerre/linsuffisance/linjustice sujet : Le malheur verbe : écrase complément : lhumanité (circonstances) : par lasservissement à la machine et linégalité entre les hommes 3. La remise en cause héroïque : la réhabilitation sujet : La civilisation industrielle verbe : justifie/rachète complément : un nouvel ordre (circonstances) : pour lhumanité par la philosophie du progrès Aspect utopique 1

29 2 Utopie : « Idéal politique ou social séduisant mais irréalisable, dans lequel on ne tient pas compte des faits réels, de la nature de lhomme et des conditions de la vie » (Lalande A., Vocabulaire technique et critique de la philosophie, Paris, P.U.F., «1993, p. 1179) Thomas MORE, De Optimo reipublicae statu deque nova insula Utopia (1516) UTOPIA, « lieu qui nest pas » >< EUTOPIA, « lieu du bien » « Utopie, je fus nommée par les Anciens « Aussi bien Eutopie mériterais-je pour mon isolement. » dêtre appelée. » Raymond Ruyer : « un exercice mental Frédéric Rouvillois : « Refaire lEden, sur les possibles latéraux » tel est lenjeu. » Caractéristiques de lutopie : de lâge dor : la combinaison de FINS à dimension collective dun ETAT heureux de MOYENS que sont leffort des hommes dune ALLIANCE hommes/dieux DEPROOST P.-A. & COULIE B., Utopie. Imaginaires européens, Paris, LHarmattan, « Structures et pouvoirs des imaginaires », 2002.

30 2 Paul Ricœur, Lidéologie et lutopie (1986), Paris, Le Seuil, « Points / Essais », FORCES Ce qui caractérise lutopie, ce nest pas son incapacité à être actualisée, mais sa revendication de rupture. Cest laptitude de lutopie à ouvrir une brèche dans lépaisseur du réel. (p. 405) En tant quelle véhicule lironie, lutopie peut fournir un outil critique afin de miner la réalité, mais elle est aussi un refuge contre cette même réalité. (p. 405) Lutopie a le pouvoir fictionnel de réécrire la vie. (p. 406) FAIBLESSES Le problème des utopies nest donc pas seulement celui de la marge entre lirréalité et limpossible, mais aussi celui de la marge entre la fiction (au sens positif du terme) et la fantasmagorie (au sens pathologique). La structure utopique brouille notre catégorisation de la différence entre le sensé et linsensé. (p. 396) CONTRE-UTOPIE (Frédéric Rouvillois, Lutopie, Paris, Garnier-Flammarion, 1998) UCHRONIE (Patrick Hubner, article « Utopie et mythe », dans Brunel P., Dictionnaire des mythes littéraires, Monaco, Le Rocher, 1994)

31 c. Le deuil de lâge dor dans les lettres modernes POIRIER J., « Au bonheur des hommes : la littérature moderne ou lEden sans la faute », dans La Genèse dans la littérature. Exégèses et réécritures, Bercot M. et Mayaux C. (dir.), Dijon, E.U.D., 2005, pp Le palimpseste biblique : COUFFIGNAL R., « Aux premiers jours du monde… » La paraphrase poétique de la Genèse de Hugo à Supervielle, Paris, Minard, Les Lettres Modernes, Id., Le drame de lEden. Le récit de la Genèse et sa fortune littéraire, Toulouse, P.U. Toulouse-le Mirail, Fin XVIII e et début XIX e s. Jean-Jacques Rousseau, le « mythe du bon sauvage » « La nature a fait lhomme heureux et bon, mais la société le déprave et le rend misérable.» Discours sur lorigine et les fondements de linégalité parmi les hommes (1755) Emile ou léducation (1762) Confessions, Livre I : « la chute » (1765, publié en 1782) 2a 2

32 Denis Diderot : « Nous sommes innocents, nous sommes heureux; et tu ne peux que nuire à notre bonheur. Nous suivons le pur instinct de nature ; et tu as tenté deffacer de nos âmes son caractère […]. Laisse-nous nos mœurs ; elles sont plus sages et honnêtes que les tiennes ; nous ne voulons pas troquer ce que tu appelles notre ignorance contre tes inutiles lumières. Tout ce qui nous est nécessaire est bon, nous le possédons. Sommes-nous donnes de mépris, parce que nous navons pas pu nous faire de besoins superflus? » Supplément au voyage de Bougainville, 1796 François-René de Chateaubriand Atala (1801) René (1802) Les Natchez (1826) Girodet, Les funérailles dAtala (1808) 2a 2

33 Byron, Le pèlerinage de Childe Harold (1811) Fendant le sein de locéan profond Mais non sans péril et sans guerre Largonaute ligure dans le monde du bas Découvrira un ciel nouveau et une terre nouvelle. […] tu découvriras De nouvelles lumières et de nouvelles choses Cachées à tous. José Maria Obregón, Linspiration de Christophe Colomb a 2

34 Goethe, Voyage en Italie (1816) : « Je me décidai à entreprendre un voyage aussi long et solitaire, en quête de ce point central vers lequel mattirait une exigence irrésistible ». 2a 2 « Et in Arcadia ego » Jacoppo Sannazaro, LArcadie, 1502 Le Guerchin Tableau de 1618

35 Nicolas Poussin, Les bergers dArcadie 1629 Le « syndrôme de Stendhal » : « Jétais dans une sorte dextase, par lidée dêtre à Florence, et le voisinage des grands hommes dont je venais de voir les tombeaux. Absorbé dans la contemplation de la beauté sublime, je le voyais de près, je la touchais pour ainsi dire. Jétais arrivé à ce point démotion où se rencontrent les sensations célestes données par les Beaux-Arts et les sentiments passionnés. En sortant de Santa Croce, javais un battement de cœur, la vie était épuisée chez moi, je marchais avec la crainte des tombes. » Carnets de voyage, a 2

36 Eugène Fromentin, Un été au Sahara, 1857 Un souvenir d'Esneh, a 2

37 Paul Gaugin : « Ici, près de ma case, en plein silence, je rêve à des harmonies violentes dans les parfums naturels qui me grisent. » (correspondance) Bonheur (1892) Doù venons-nous ? Que sommes-nous ?, Où allons-nous ? (1897) 2a 2

38 Victor Segalen, Stèles (1912): « On fit, comme toujours, un voyage au loin de ce qui nétait quun voyage au fond de soi » Les immémoriaux (1907) André Gide, Traité du Narcisse (1891) : « [Le paradis] nest point en quelque lointain Thulé [mais] chaque chose détient, virtuellement, lintime harmonie de son être ». Jules Supervielle, La Fable du monde (1938) « Moi qui suis lunivers et qui ne puis en jouir » Mon œuvre nest plus en moi, je vous lai tout donnée […] Je suis coupé de mon œuvre […] Je suis lerrant en moi-même, et le grouillant solitaire […] Et moi je reste linvisible, lintrouvable sur terre […] Ainsi garderas-tu même ce qui méchappe Ce qui nest plus rien tu pourras le tenir » « Pense aux plages Pense à la mer Au lisse du ciel, aux nuages, A tout cela devenant chair. » 2a 2

39 Aujourdhui : Jean Grosjean, Adam et Eve (1997) Paul Guimard, Les premiers venus (1997) André Bricourt, Le paradis désenchanté (2000) Pierre-Albert Birot, Mémoires dAdam, Les pages dEve ( , édité en 1986) Plaisir, oui, je vais me faire plaisir dedans, je vais écrire mes mémoires Moi, je suis là. Tout ce que je vois est là. Je vais avoir du plaisir à imiter tout ce que je vois – y compris moi, que je ne vois pas -, et mon imitation me plaira plus que tout ce que jaurai imité, car alors, je me serai fait moi-même, avec tout ce qui est là. PÉLAGIANISME 2a 2

40 Conclusion : Malgré la perte, il sagit de retrouver un ré-enchantement : - soit dans lespace réel de lailleurs - soit dans lespace intérieur Le deuil de lâge dor (séparation, survie) est accompli.


Télécharger ppt "Typologie et permanence des imaginaires mythiques Myriam Watthee-Delmotte"

Présentations similaires


Annonces Google