La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

Mise en œuvre du P.A.D.: Organiser lécole maternelle pour y promouvoir la progressivité des apprentissages Philippe POIREL IEN pré-élémentaire 12 - 19.

Présentations similaires


Présentation au sujet: "Mise en œuvre du P.A.D.: Organiser lécole maternelle pour y promouvoir la progressivité des apprentissages Philippe POIREL IEN pré-élémentaire 12 - 19."— Transcription de la présentation:

1 Mise en œuvre du P.A.D.: Organiser lécole maternelle pour y promouvoir la progressivité des apprentissages Philippe POIREL IEN pré-élémentaire septembre 2012

2 Philippe POIREL IEN prélémentaire - Sept Objectifs de ce stage Mobiliser chaque formateur autour de lécole maternelle, école des premiers apprentissages Partager un discours commun sur lécole maternelle et des éléments scientifiques relatifs aux apprentissages à lécole maternelle et à son fonctionnement Constituer un réseau de formateurs identifiables sur le département susceptibles de sinsvestir dans le cadre de la mise en œuvre du P.A.D. pour lécole maternelle

3 Philippe POIREL IEN prélémentaire - Sept Citation « (…) lécole maternelle, en son état actuel, quelles que soient ses grandes qualités, profite dabord aux enfants des milieux favorisés. Elle peut certes éviter des redoublements ultérieurs et il est bon que larticle 2 du projet de loi lui assigne expressément de prévenir les difficultés scolaires et de compenser les inégalités. Mais une telle définition la mènera sans doute à évoluer et croire que, par sa seule généralisation, elle pourrait assurer légalité des chances exposerait à de cruelles désillusions. Il y aurait un risque majeur à oublier le caractère véritablement préscolaire de la maternelle pour vouloir y multiplier les apprentissages précoces. Il ne faut pas se dissimuler que tel est le souhait dune grande partie de lopinion publique. Cest oublier quil est toujours difficile de mesurer la maturité réelle dun enfant et quelle doit sapprécier dans plusieurs domaines: intellectuel, physiologique et affectif. »

4 Philippe POIREL IEN prélémentaire - Sept RAPPEL: Les enjeux pour lavenir de lEcole Lamélioration des acquis des élèves Légalité la plus grande dans la réussite des élèves La réduction des sorties sans qualification Linsertion professionnelle de tous Extrait de « La lettre à tous les personnels de léducation nationale » Et lécole maternelle y contribue…

5 Philippe POIREL IEN prélémentaire - Sept Les constats (1) En France, 12% de la population âgée de 18 à 65 ans éprouve des difficultés avec lécrit, soit 4,5 millions. Les 2/3, soit 3,1 millions ont été scolarisés en France et sont en situation dillettrisme. Evaluation des compétences à la JDC (En 2009, sur jeunes) : –20 % sont des lecteurs efficaces –10 % ont des acquis limités –10 % ont des difficultés importantes A la sortie de lécole primaire : –15% des élèves ne maîtrisent pas les compétences de base –25% ont des acquis fragiles

6 Philippe POIREL IEN prélémentaire - Sept Les constats (2) 16 à 24% des élèves ont des « besoins éducatifs spéciaux » (enquête européenne) 2 à 3 % ont des déficiences avérées (sensorielles, motrices, mentales, T.E.D., secondaire) 4 à 6 % ont des « troubles développementaux spécifiques des apprentissages » 10 à 15 % ont des difficultés scolaires (origine culturelle, sociale, économique, pédagogique, psychologique)

7 Philippe POIREL IEN prélémentaire - Sept Les constats (3) Entre 4 et 4.5% de la population souffre de troubles des apprentissages. Le niveau à lentrée au CP pèse très fortement sur les chances dun cursus régulier : il existe une forte corrélation entre le niveau de compétences à lentrée du CP et laccès en 6 ème à lâge normal. (Rapport du Haut Conseil de lEducation) En fin de CE1 il reste 21,6% des élèves en dessous du niveau attendu : Acquis insuffisants 9,28,67,5 Acquis fragiles 1816,614,1 TOTAL 27,225,221,6

8 Philippe POIREL IEN prélémentaire - Sept Delimportancede lécole maternelle

9 Philippe POIREL IEN prélémentaire - Sept De limportance de lécole maternelle: Arguments institutionnels Lécole doit lutter contre les déterminismes sociaux Prévenir des difficultés scolaires ultérieures

10 Philippe POIREL IEN prélémentaire - Sept De limportance de lécole maternelle: Arguments institutionnels La recherche defficacité de lécole maternelle correspond à un gros investissement public (Etat + collectivités) => Culture du résultat

11 Philippe POIREL IEN prélémentaire - Sept De limportance de lécole maternelle: Arguments comparatistes Des convergences internationales autour de deux grandes idées: Dans les premières années, résident les clefs de la réussite des politiques sociales, familiales et éducatives. Laction contre les désavantages éducatifs frappant les plus pauvres est un investissement sur lavenir. Il y a RETOUR SUR INVESTISSEMENT si laide publique est investie Protection et éducation de la petite enfance = droits à développer, pour eux-mêmes

12 Philippe POIREL IEN prélémentaire - Sept De limportance de lécole maternelle: Arguments comparatistes Des dispositifs daccueil du jeune enfant dune grande variété : aucune preuve que les plus scolaires soient les plus performants. Approche holistique : tradition de la « pédagogie sociale » des jardins denfants. Soins, éducation et apprentissage liés. Soutien au développement global. Rythmes de lenfant respectés, importance accordée à son autonomie. Approche scolaire : enfant considéré comme individu à former en vue de lécole. Approche programmatique en vue de lacquisition de compétences de base.

13 Philippe POIREL IEN prélémentaire - Sept De limportance de lécole maternelle: Arguments développementaux Lévolution des modalités dapprentissage. Premiers apprentissages = apprentissages incidents selon des modalités contextualisées (situations dites fonctionnelles ; interactions très personnalisées), non « didactisées » ; apprentissage par observation-imitation- répétition, par essais-erreurs exploitant les occasions. École élémentaire : modalités décontextualisées et didactisées, avec ce que cela suppose de fragmentation, de progressivité dans un corpus sélectionné nayant parfois aucun lien avec les besoins immédiats. Raisons // langage, fonction symbolique, décentration.

14 Philippe POIREL IEN prélémentaire - Sept Les orientations fixées dans la lettre aux enseignants « Lécole primaire est notre première priorité. Les débuts de la scolarité sont essentiels pour la réussite de tous les élèves. Les difficultés doivent être repérées dès les premières années dapprentissage… »

15 Philippe POIREL IEN prélémentaire - Sept Les orientations fixées dans la lettre aux enseignants « … Lécole maternelle est lécole des premiers apprentissages et de linstallation de la confiance en soi. Elle mérite de retrouver une attention particulière et spécifique pour que les élèves sy inscrivent dans un parcours de réussite. »

16 Philippe POIREL IEN prélémentaire - Sept Les orientations fixées dans la lettre aux enseignants « … Cest par une progression bien maîtrisée et par des réponses adaptées à des besoins clairement identifiés que lécole maternelle remplira au mieux sa mission qui ne peut être une simple préparation à lécole élémentaire. »

17 Philippe POIREL IEN prélémentaire - Sept Lécole maternelle Lécole maternelle est le premier lieu daccueil collectif fréquenté par tous les élèves qui y viennent dans leur diversité. Lécole est un lieu de partage de culture. A lécole maternelle, il sagit de lutter contre les déterminismes sociaux.

18 Philippe POIREL IEN prélémentaire - Sept Lécole maternelle Lécole maternelle correspond à une période particulière du développement de lenfant Prodigieux essor de la fonction symbolique Explosion du langage « en lien » avec son développement moteur Développement des capacités à représenter par le dessin, le jeu symbolique, la danse, la voix et autres modes dexpression = faire sens –communiquer Couple développement / apprentissage

19 Philippe POIREL IEN prélémentaire - Sept Lécole maternelle Lécole maternelle doit : Donner envie de découvrir, dapprendre Créer le besoin de chercher, dagir, de comprendre Les inviter à aller à voir ailleurs, à chercher seul par eux-mêmes

20 Philippe POIREL IEN prélémentaire - Sept Lécole maternelle Doù Importance de faire prendre conscience à tous les enfants de leur pouvoir, de leur savoir, de leurs capacités Importance de donner confiance aux enfants, leur donner envie de comprendre et de penser le monde Question de lévaluation, sa place, son rôle

21 Philippe POIREL IEN prélémentaire - Sept Modalités 1. CONCILIER BESOINS DES ENFANTS ET PREVENTION: Réponses aux besoins des enfants : les connaître et les comprendre : besoins physiologiques : repos, repli, propreté, nourriture, eau ; besoins psychomoteurs : motricité globale et fine, prise de risques en sécurité, etc. ; besoins de jeu (gratuité du temps, rêverie, création…) ; besoins de découverte et de connaissances : imitation, explo- ration, observation, action ; répétition, remémoration ; imagination-imaginaire ; attention esthétique ; univers des objets et du vivant ; fonds culturels des images, des musiques ; besoins dexpression langagière et de communication : échanges ; confidences ; jeux avec le langage. faire société avec le langage (se raconter des choses) Lieux pour parler et se parler dans la classe... Jeux de doigts – comptines nécessaires cest se préfigure le langage

22 Philippe POIREL IEN prélémentaire - Sept Modalités 2. Investir les fondamentaux de la prévention dans 5 registres. Langage oral explicite et structuré (lexique et syntaxe : deux problématiques non indépendantes de la production langagière). Culture écrite.(liens culture écrite / lexique et syntaxe ; dictée à ladulte) Conscience phonologique et principe alphabétique. (place de lencodage). Numération : relations mots-nombres/quantité. Devenir élève : compréhension de lécole ; usage de la raison / réflexivité ; posture (anticipation, contrôle).

23 Philippe POIREL IEN prélémentaire - Sept Modalités Temps de présence en classe efficace (« temps fécond » - Inizan) Organisation qui rende possibles et stimulantes pour les apprentissages les activités effectuées en « autonomie ». Organisation de la progressivité des apprentissages Utilisation de variables de situation tout au long du parcours scolaire. Première scolarisation : la section de petits, classe daccueil, SAS entre le milieu familial et lécole

24 Philippe POIREL IEN prélémentaire - Sept Question de lévaluation, sa place, son rôle Question de lévaluation, sa place, son rôle Suivre les progrès des enfants Apprécier les évolutions Evaluer les acquis Valider les compétences à l école élémentaire Que faire à lécole maternelle?

25 Philippe POIREL IEN prélémentaire - Sept Question de lévaluation, sa place, son rôle Avoir le souci des apprentissages Avoir le souci des progrès Avoir le souci de lévaluation en tant que processus intégré aux apprentissages = apprentissages évalués régulièrement et progressivement selon différentes modalités dont lobservation Avoir le souci de lauto-évaluation intégrée à lévaluation Réaliser un bilan des acquisitions

26 Philippe POIREL IEN prélémentaire - Sept Question de lévaluation, sa place, son rôle Lévaluation porte un message Lévaluation au cœur des apprentissages Les modalités dévaluation varient selon lâge des enfants, selon les activités, selon les domaines dactivités, selon les apprentissages mis en œuvre Lévaluation différenciée

27 Philippe POIREL IEN prélémentaire - Sept Question de lévaluation, sa place, son rôle Lévaluation répond à une double commande institutionnelle Le livret scolaire Un bilan des acquisitions est réalisé en fin décole maternelle.

28 Philippe POIREL IEN prélémentaire - Sept Question de lévaluation, sa place, son rôle MAIS Lévaluation doit dabord permettre aux enseignants de mieux enseigner

29 Philippe POIREL IEN prélémentaire - Sept Question de lévaluation, sa place, son rôle Cest un outil pour repérer et comprendre les effets dune pratique professionnelle Ajuster ses pratiques Dépasser une approche globale Intégrer les attentes institutionnelles

30 Philippe POIREL IEN prélémentaire - Sept Question de lévaluation, sa place, son rôle Lévaluation témoigne de la progressivité des apprentissages et sorganise au cours du cycle, en lien avec les outils de programmation et de progression Evaluer lacquisition de connaissances, de savoir faire et la capacité à les mettre en œuvre, à les mobiliser en situation tout au long des apprentissages.

31 Philippe POIREL IEN prélémentaire - Sept Pourquoi évaluer? Pour permettre aux élèves de mieux apprendre En aidant les élèves eux-mêmes à identifier ce quils savent, savent faire, ce quils doivent apprendre En aidant les élèves à prendre la mesure de leurs réussites et des progrès possibles

32 Philippe POIREL IEN prélémentaire - Sept Pourquoi évaluer? Pour permettre aux enfants de se sentir compétents, dacquérir une image positive deux-mêmes tout en comprenant ce que lon attend deux. Une évaluation négative installe les enfants dans une démarche opposée à celle que lon souhaite.

33 Philippe POIREL IEN prélémentaire - Sept La fonction bilan de lévaluation En lien avec ce qui est attendu, exigible Ce qui est maîtrisé mais aussi ce qui est en cours de construction, dapprentissage Ce qui est lié aux apprentissages scolaires mais aussi ce qui relève de tous les autres domaines liés au développement des enfants TOUT CE QUE LENFANT SAIT FAIRE

34 Philippe POIREL IEN prélémentaire - Sept La fonction bilan de lévaluation Faire le point entre ce qui est attendu et ce qui est exigible Il faut avoir mis tous les enfants sur le chemin de ce qui est attendu. Il faut montrer une grande vigilance si lexigible nest pas là

35 Philippe POIREL IEN prélémentaire - Sept Conclusion provisoire Seule larticulation entre suivi, appréciation et évaluation permet de réaliser un bilan pertinent des acquis des élèves. Il vaut mieux construire que remédier. Lévaluation doit mettre en évidence les conquêtes et les réussites.

36 Philippe POIREL IEN prélémentaire - Sept Que faire lorsque les élèves manifestent des difficultés récurrentes?

37 Philippe POIREL IEN prélémentaire - Sept Un repérage inscrit dans la réglementation Article L541-1 (Code de léducation) « …à loccasion de la visite de la sixième année, un dépistage des troubles spécifiques du langage et de lapprentissage est organisé » Arrêté du 9 juin 2008 (Programmes denseignement de lécole primaire) « Lécole maternelle a un rôle essentiel dans le repérage et la prévention des déficiences ou des troubles, rôle quelle doit assumer pleinement, en particulier pour les troubles spécifiques du langage. » 37

38 Philippe POIREL IEN prélémentaire - Sept Les orientations fixées dans la lettre aux enseignants « Lécole primaire est notre première priorité. Les débuts de la scolarité sont essentiels pour la réussite de tous les élèves. Les difficultés doivent être repérées dès les premières années dapprentissage… »

39 Philippe POIREL IEN prélémentaire - Sept Le bilan de santé de la 6ème année (1) Le bilan de santé de la 6ème année en (soit élèves) a été réalisé pour 65,2% des élèves. 22% des élèves ayant eu un bilan standard de dépistage des troubles des apprentissages ont nécessité un bilan approfondi. Des investigations supplémentaires ont été demandées pour 88% dentre eux.

40 Philippe POIREL IEN prélémentaire - Sept Le bilan de santé de la 6ème année (2) Le bilan de santé de 6 ème année dans notre département en (soit 6820 élèves) a été réalisé pour 88% des élèves. 84% ont bénéficié dun bilan standard de dépistage des troubles dapprentissage 18% des élèves ayant eu un bilan standard de dépistage des troubles dapprentissages ont nécessité un bilan approfondi. Des investigations supplémentaires ont été demandées pour 75% dentre eux. 40

41 Philippe POIREL IEN prélémentaire - Sept Un objectif Diminuer le nombre délèves en difficulté dapprentissage de la lecture en fin de cycle 2 Apporter des aides différenciées en réponse à des besoins observés au meilleur moment. Repérer les élèves qui peuvent présenter déventuels troubles des apprentissages le plus tôt possible.

42 Philippe POIREL IEN prélémentaire - Sept Apprentissage de la lecture: difficulté ou trouble?

43 Philippe POIREL IEN prélémentaire - Sept Apprentissage de la lecture: difficulté ou trouble? Difficulté: –Obstacle observé à la réalisation dune tâche, dune fonction. Trouble: –Anomalie de fonctionnement dun système, dun organe.

44 Philippe POIREL IEN prélémentaire - Sept Apprentissage de la lecture: difficulté ou trouble? La difficulté relève essentiellement de lidentification des besoins, les enseignants et les parents en sont les premiers acteurs. Le trouble relève plus particulièrement du dépistage et du diagnostic, les psychologues scolaires, les personnels de santé en sont les premiers acteurs.

45 Philippe POIREL IEN prélémentaire - Sept Apprentissage de la lecture: difficulté ou trouble? Cest à la jonction entre identification des besoins et dépistage-diagnostic que peuvent se mettre en place les dispositifs daide personnalisée. La difficulté pourra en être atténuée Le trouble nen sera pas aggravé.

46 Philippe POIREL IEN prélémentaire - Sept Organiser la prévention (1) En organisant une intervention daide pédagogique différenciée apportée au bon moment à un élève pour lui permettre de franchir un obstacle dans un apprentissage, en définissant avec précision les besoins individuels à laide doutils dobservation standardisés, en repérant les signes dalerte nécessitant un approfondissement des observations par des tests spécifiques.

47 Philippe POIREL IEN prélémentaire - Sept Organiser la prévention (2) Le rôle du maître Le maître est le premier acteur de la prévention parce que : il observe les élèves et définit les besoins, il conduit des aides différenciées, il apprécie les progrès des élèves. Nécessité de lui fournir des outils dobservation étalonnés.

48 Philippe POIREL IEN prélémentaire - Sept Organiser la prévention: Le rôle des personnels de santé (3) Sassurer de lintégrité des fonctions visuelles et auditives – fonction visuelle : acuité visuelle de loin, dépistage de lhypermétropie, vision binoculaire, capacité de convergence, dépistage de lhétérophorie, capacité de poursuite, vision des couleurs, traitement de linformation visuelle –fonction auditive : par audiométrie

49 Philippe POIREL IEN prélémentaire - Sept Organiser la prévention: Une étroite collaboration (4) Les enseignants Les familles Le psychologue scolaire Le personnel de santé de lEducation nationale

50 Philippe POIREL IEN prélémentaire - Sept Organiser la prévention: Les besoins des enseignants (4) Des outils dobservation Des outils daide personnalisée Un accompagnement de formation

51 Philippe POIREL IEN prélémentaire - Sept Des outils pour observer les besoins des élèves Des outils dobservation des besoins des élèves en vue dun renforcement pédagogique, Des outils étalonnés et validés par des référents scientifiques, des publications qui doivent posséder des caractéristiques ergonomiques propres à un usage par les enseignants. Des outils qui doivent inclure des explications au niveau des enseignants, des recommandations dusages et de communication.

52 Philippe POIREL IEN prélémentaire - Sept Des outils daide personnalisée … utilisables directement par les enseignants, notamment dans le cadre de laide personnalisée. … incluant des explications au niveau des enseignants, des recommandations dusages et de communication.

53 Philippe POIREL IEN prélémentaire - Sept Les 3 domaines concernés La maîtrise de la langue Les mathématiques Des compétences transversales

54 Philippe POIREL IEN prélémentaire - Sept La maîtrise de la langue Comprendre un texte oralisé et se familiariser avec lécrit. Reconnaitre les mots, les syllabes, les phonèmes, (segmenter, discriminer) et connaitre les lettres de lalphabet. Avoir suffisamment de vocabulaire. Avoir une conscience syntaxique (qui fait quoi, où, quand, comment ?). Sexprimer oralement.

55 Philippe POIREL IEN prélémentaire - Sept Outils dobservation des besoins (1) Les outils proposés doivent être mis en œuvre après un temps suffisant dapprentissage en grande section donc pas avant le mois de décembre. Lobservation des compétences des élèves concerne des enfants scolarisés en grande section qui ont fait une scolarité en maternelle et ont donc déjà reçu un enseignement dans le domaine observé.

56 Philippe POIREL IEN prélémentaire - Sept Outils dobservation des besoins (2) Les outils proposés sont étalonnés. Les outils proposés doivent pouvoir être mis en œuvre par lenseignant dans la classe.

57 Philippe POIREL IEN prélémentaire - Sept Outil dobservation des besoins Manipulation des phonèmes Cest une capacité nécessaire au décodage qui sera enseigné systématiquement dès le début du cours préparatoire. Cette capacité ne peut être appréciée quindividuellement et oralement. En premier trimestre de grande section on sintéresse à la capacité à percevoir et à manipuler les syllabes.

58 Philippe POIREL IEN prélémentaire - Sept Outil dobservation des besoins Manipulation des phonèmes Deux exemples inspirés du BSEDS : laboratoire cogni-science Université de Grenoble. Le comptage syllabique La suppression syllabique.

59 Philippe POIREL IEN prélémentaire - Sept Outil dobservation des besoins Manipulation des phonèmes Dans les exercices proposés, ce sont des syllabes et non des phonèmes qui sont utilisées. Cest en effet sur la base de manipulations syllabiques que les enfants vont construire la capacité à reconnaître et à manipuler les phonèmes.

60 Philippe POIREL IEN prélémentaire - Sept Outil dobservation des besoins Manipulation des phonèmes Loutil propose un seuil qui a été défini à partir dun échantillon représentatif délèves de grande section de maternelle en novembre – décembre.

61 Philippe POIREL IEN prélémentaire - Sept Outil dobservation des besoins Manipulation des phonèmes 1.Comptage syllabique Limportant dans cette épreuve est de repérer si lenfant sait segmenter les mots en syllabes et non sil sait les compter. Faire compter sur les doigts ou rythmer en tapant dans les mains le nombre de sons (ou on tape dans les mains). Je te donne un exemple : je dis « MOUTON » ; on compte sur les doigts les deux sons MOU – TON pendant lénoncé. « Il y a deux sons dans ce mot. A toi dessayer avec « GATEAU ».

62 Philippe POIREL IEN prélémentaire - Sept Outil dobservation des besoins Manipulation des phonèmes 2. Suppression syllabique Il sagit de non-mots. Préciser à lenfant que les mots nexistent pas, quils ont été inventés. Les prononcer sans syllaber /PA/ /TOU/, mais avec une diction normale /PATOU/. Dire à lenfant : «On va enlever le premier son du mot. Je te donne un exemple : je dis /LAPO/ et maintenant, je répète /LAPO/ mais sans dire /LA/ ; ça fait /PO/, il reste /PO/ », puis faire faire un exemple à lenfant. A toi dessayer ; répète après mois /ONTAR/, (lenfant répète le mot). Et maintenant répète /ONTAR/, mais sans dire /ON/, quest-ce quil reste ?

63 Philippe POIREL IEN prélémentaire - Sept Les ateliers pour la classe et laide personnalisée (1/8) Deux usages possibles : Cest lun des éléments constitutifs de lenseignement dispensé. Il concerne alors tous les enfants de la classe. Cest aussi un dispositif daide pour les élèves qui en ont besoin.

64 Philippe POIREL IEN prélémentaire - Sept Les ateliers pour la classe et laide personnalisée (2/8) Principe de conception : Ils sont adaptés aux besoins des élèves. Ils sont explicites. Ils sont progressifs. Cadre dutilisation : Les séances se déroulent en petit groupe. Les séances sont brèves. Les séances sont ritualisées. Les séances sont en nombre limité.

65 Philippe POIREL IEN prélémentaire - Sept Les ateliers pour la classe et laide personnalisée (3/8) Un enseignement explicite qui porte sur trois dimensions : lactivité et ses objectifs, les procédures mises en œuvre par lenseignant lui-même et par lélèves, les progrès des élèves.

66 Philippe POIREL IEN prélémentaire - Sept Les ateliers pour la classe et laide personnalisée (4/8) Lindividualisation : Même si les élèves sont regroupés pour travailler une même compétence, une observation fine de chacun dentre eux est nécessaire pour : adapter les relances du maître, apporter les aides immédiatement nécessaires pour que lélève puisse réussir lactivité proposée.

67 Philippe POIREL IEN prélémentaire - Sept Les ateliers pour la classe et laide personnalisée (5/8) Le travail en petit groupe homogène Un espace de travail qui met en confiance. Un espace de travail et de parole protégé. Un espace de travail propice à lobservation de chaque élève. Un espace de travail et de réussite.

68 Philippe POIREL IEN prélémentaire - Sept Les ateliers pour la classe et laide personnalisée (6/8) Trois points de vigilance: 1.Accompagner le transfert des compétences acquises au cours des ateliers vers des situations complexes. 2. Lorsque des élèves ne progressent pas ou très peu malgré laide apportée, des observations doivent associer plusieurs regards complémentaires et principalement ceux : - du psychologue scolaire, - du médecin de léducation nationale. 3. Pour garantir une bonne compréhension de lensemble des actions mises en œuvre pour prévenir la difficulté scolaire, les enseignants doivent être particulièrement vigilants à la communication, notamment avec les parents délèves.

69 Philippe POIREL IEN prélémentaire - Sept Atelier pour la classe et laide personnalisée Manipulation des phonèmes (outil 1) Les exemples sont extraits du DVD « apprendre à lire ». Ils montrent des activités de phonologie dont certaines utilisent des images comme support dactivité pour faciliter la mémorisation.

70 Philippe POIREL IEN prélémentaire - Sept Atelier pour la classe et laide personnalisée Manipulation des phonèmes (outil 1) Exercice 3 : La ronde des rimes Exercice 2 : Fusionner les syllabes Exercice préparatoire : Le loto des lettres et des sons (planches de loto). Exercice 2-C : Fusionner des phonèmes consonne + voyelle en syllabes.


Télécharger ppt "Mise en œuvre du P.A.D.: Organiser lécole maternelle pour y promouvoir la progressivité des apprentissages Philippe POIREL IEN pré-élémentaire 12 - 19."

Présentations similaires


Annonces Google