La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

Historique la loi dorientation du 10 juillet 1989 définir les modalités particulières de mise en oeuvre des objectifs et des programmes nationaux la circulaire.

Présentations similaires


Présentation au sujet: "Historique la loi dorientation du 10 juillet 1989 définir les modalités particulières de mise en oeuvre des objectifs et des programmes nationaux la circulaire."— Transcription de la présentation:

1 Historique la loi dorientation du 10 juillet 1989 définir les modalités particulières de mise en oeuvre des objectifs et des programmes nationaux la circulaire dapplication du 15 février 1990 aider à construire le projet La loi dorientation du 23 avril 2005 Le cadre institutionnel

2 de nouveaux paramètres en 2009 La mise en œuvre des programmes 2008 Le socle commun de connaissances et compétences Les évaluations bilan CM2 et CE1 La mise en œuvre des PPRE La scolarisation des élèves handicapés Laide personnalisée aux élèves en difficulté Les stages de remise à niveau CM Laccompagnement éducatif La modification de léducation prioritaire Le recentrage des RASED Le cadre institutionnel

3 en 1989 : une logique de contextualisation Lélève est placé au centre du système éducatif. Le projet décole vise à laugmentation des résultats de chaque élève qui progresse à son rythme au sein du cycle. Le projet décole prend en compte le contexte et permet lautonomie des équipes. Lévaluation du projet se situe au niveau de la cohérence des actions. en 2005 : une logique de résultat Le projet décole vise à la réussite de tous les élèves. Laxe est la maîtrise du socle commun par tous. Le projet décole organise et modifie le contexte pédagogique pour ce faire. Il associe les parents. Lévaluation du projet se situe au niveau de la pertinence et de lefficacité des actions et des dispositifs pédagogiques. En résumé

4 La réussite de tous les élèves cest-à-dire… Amener chaque élève à donner le meilleur de lui-même dans les domaines des savoirs, des savoir- faire et du savoir être. La seule finalité du projet décole cest…

5 Une double contrainte… Offrir la meilleure qualité denseignement possible dans le contexte de lécole Mise en œuvre de la politique éducative nationale et des priorités académiques dans le contexte spécifique de lécole. Organisation générale du cadre pédagogique, programmations, cohérence des enseignements. BCD, sorties scolaires, classes de découverte, actions culturelles, actions éducatives, actions périscolaires, accompagnement éducatif, etc. Permettre la réussite de tous les élèves au regard du socle commun Accueil des élèves à besoins particuliers, Organisation des parcours différenciés dapprentissage, PPRE, aide personnalisée, continuité des apprentissages, aides spécialisées. La pédagogie est une réponse aux besoins des élèves.

6 Comment ? en prenant en compte les acquis et besoins des élèves, évaluations diagnostiques, évaluations bilan, modes dapprentissages, besoins éducatifs et cognitifs en adaptant les paramètres didactiques et pédagogiques, organisation des classes, emploi du temps, décloisonnement, différenciation, soutien en développant des actions spécifiques aides personnalisées, aides spécialisées, programmes personnalisés de réussite éducative (PPRE), projets personnalisés de scolarisation (PPS / handicap)

7 Trois axes académiques… Améliorer les résultats des élèves Défini en lien avec les évaluations pour améliorer les résultats de tous les élèves dans un ou plusieurs domaines disciplinaires, dans une ou plusieurs compétences. Approfondissements didactiques, meilleur enseignement, meilleure cohérence des enseignements, meilleure continuité des apprentissages, actions fortes, liaison école-collège, etc. Fluidifier le parcours scolaire des élèves Réduction de léchec scolaire, des maintiens de fin de cycle et redoublements. Réduction de lhétérogénéité. Définir une politique de réussite scolaire dans lécole : meilleur repérage, prévention, aide et soutien, remédiation. Développer une culture de lévaluation Meilleure gestion des apprentissages et meilleur suivi des parcours. Connaître et utiliser les différents types dévaluation pour adapter son enseignement. Repérer le degré d'acquisition des compétences atteint par les élèves. Mise en place doutils de suivi.

8 Le projet décole La démarche

9 « Le projet décole précise les voies et moyens qui sont mis en œuvre pour assurer la réussite de tous les élèves et pour associer les parents à cette fin. » Loi dorientation du 23 avril 2005 Les évolutions

10 Ce quest un projet décole La mise en œuvre des programmes et des priorités nationales, compte tenu des situations locales et des besoins spécifiques de publics particuliers. Un ensemble dobjectifs prioritaires concrets et réalistes. Un plan précis dactions cohérentes, articulées entre elles, fédérées autour de ces objectifs et dont les effets sont évaluables. Le travail dune équipe responsable décidée à mener des actions en commun. Un programme pluriannuel, un calendrier rigoureux, avec une programmation et des échéances précises pour chaque phase. Un ensemble dactions conçues pour lélève.

11 Ce que nest pas un projet décole Une déclaration dintention ou un manifeste dont le caractère abstrait rend impossible toute réalisation ou évaluation. Une suite de constats dactions menées ou de manques. Un éparpillement dactions ou de manifestations plus ou moins maîtrisées et juxtaposées sans aucune cohérence. La seule réflexion dun Directeur ou celle dun groupe restreint. Une action éphémère sans aucune précision de date ou de durée. Une simple formalité administrative.

12 Le projet décole La conception

13 La conception du projet 1)Sappuyer sur le bilan )Établir un diagnostic de lécole : points forts, points faibles. 3)Définir les indicateurs de progrès. 4)Prendre en compte ces indicateurs pour définir des objectifs opérationnels. 5)Traduire ces objectifs en actions concrètes pluriannuelles. 6)Décliner chaque année ces actions en activités précises.

14 Les faiblesses constatées dans la rédaction des projets décole Létat des lieux mériterait dêtre étayé par des indicateurs quantifiés. La réflexion relative aux liaisons inter cycles mériterait dêtre approfondie et définie en termes dapprentissages pour assurer cohérence et continuité. Le diagnostic et les pistes de travail ont été insuffisamment pris en compte. Le traitement de la difficulté scolaire doit se poursuivre avec une réflexion plus soutenue. Les indicateurs relevés nont pas été utilisés pour dégager des priorités clairement lisibles en direction des apprentissages.

15 Les faiblesses constatées dans la rédaction des projets décole 2006 – 2009 (suite) Il est paradoxal quune action annexée soit plus travaillée que le projet décole. Le projet décole ne concerne pas tous les champs dapprentissages (voir transversalité). La réflexion ne porte pas en priorité sur la cohérence constats/réponses. Pas de réelle articulation entre les indicateurs et les aspects pédagogiques.

16 En résumé 1)Les indicateurs 2)La liaison inter/intra cycles et continuité 3)La prise en charge de la difficulté 4)La définition daxes prioritaires 5)La trop grande importance donnée aux aspects facultatifs Les faiblesses constatées concernent principalement :

17 Le projet décole Pilotage par les résultats

18 La Révision Générale des Politiques Publiques Un nouveau mode de pilotage par les objectifs, la contractualisation, lévaluation et les résultats. La recherche de résultats va-t-elle occulter les aspects qualitatifs des apprentissages ? Est-ce que la recherche de qualité soppose systématiquement à la recherche de résultats ? Pilotage des résultats ou pilotage des efforts. Les résultats sont une conséquence et non un objectif dactions

19 Quest-ce quun indicateur ? Un indicateur est défini comme une donnée objective décrivant une situation et permettant de l'apprécier. Il doit permettre d'effectuer des comparaisons dans le temps et donc de mesurer des écarts. Un indicateur est un élément sur lequel on décide dagir.

20 Le projet décole

21 Exemples dindicateurs Scores aux évaluations CM2 et CE1 Écart à la médiane, échec important à un ou plusieurs items précis, % délèves en grande difficulté, etc. Hétérogénéité importante des résultats, etc. Résultats aux évaluations locales GS, CP, etc. Signalements RASED Redoublements Retards scolaires

22 Le projet décole Quelques exemples

23 Ex : scores aux évaluations Difficulté à prendre en compte des informations sur un support écrit Méconnaissance des différents supports, des genres et des fonctions de lécrit Méconnaissance du lexique des consignes, incapacité à exécuter seul des consignes Difficultés retenues…

24 …apporter des réponses Programmation de cycle en amont Programmation de remédiation (PPRE, aides) Apports à envisager après remédiation : nouvelles évaluations « bis » Voir lécart aux médianes et suivre lévolution sur plusieurs années (conseil de cycle) Ex : scores aux évaluations

25 Mise en œuvre de pédagogie différenciée au sein de la classe/ PPRE/aide personnalisée. Mise en œuvre dun parcours spécifique (au sein de lécole ou de la classe), RASED. … Élèves en grande difficulté (< 33%) Ex : scores aux évaluations … Élèves en grande réussite (> 90%) Mise en œuvre dun parcours différencié au sein du cycle, réduction de cycle

26 Maîtrise de la langue orale Indicateurs sur lesquels on pourra agir : La fréquentation scolaire en maternelle. Les résultats des évaluations périodiques. Les résultats des évaluations diagnostiques GS. Données sur lesquelles on ne pourra pas agir : PCS ou pourcentage de primo-arrivants. Le nombre délèves dorigine étrangère.

27 Des actions aux activités Une action : Ex : o rganiser la continuité des apprentissages GS-CP Des activités en direction : de léquipe de la communauté éducative des élèves

28 Action : Organiser la continuité des apprentissages GS-CP Travailler en liaison le « devenir élève » Transmission de documents : Cahiers de vie Cahiers de liaison (relatifs aux supports décrits en GS) Règles de vie, iconographie relative aux consignes Lexique de base, recueils de chants et poèmes Liste des albums exploités en GS Communication des évaluations CP aux enseignants de GS Échanges de services et utilisation locaux + matériels Utilisation de la salle dinformatique par les GS Fréquentation de la BCD de lautre école Exemples dactivités Équipe pédagogique

29 Action : organiser la continuité des apprentissages GS-CP Rencontres et échanges entre adultes Parents délèves de GS avec enseignants de CP (à lécole maternelle) Associer le RASED Présentation de lapprentissage de la lecture au CP Exemples dactivités Communauté éducative

30 Action : organiser la continuité des apprentissages GS-CP Rencontres et coopérations entre élèves de GS et CP Chanter ensemble Apprendre des jeux de société et des jeux collectifs communs Lecture décrits par élèves de CP-CE1 en GS (poèmes – devinettes –histoires drôles…) Échange de groupes délèves de GS et de CP pour des activités en BCD par exemple Exemples dactivités Élèves

31 Maîtrise de la langue française Quelques exemples… Pilier 1 Compétences à renforcer Objectifs A1 A2 A3 Produire un écrit cohérent et lisible Donner lenvie décrire Connaître les types décrits Orthographier correctement un texte simple Éviter les ruptures Installer des habitudes A4 Mise en place dune programmation de cycle en orthographe Elaboration dun aide-mémoire et dun code de correction Actions Programmation de cycle pour que tous les types décrits soient abordés Production quotidienne dun texte court lié au vécu de la classe

32 Maîtrise de la langue française Quelques exemples… Pilier 1 Compétences à renforcer Objectifs A1 A2 A3 Utiliser ses connaissances pour réfléchir sur un texte Donner lenvie décrire Connaître les types décrits Répondre à une question par une phrase complète à loral comme à lécrit Éviter les ruptures Installer des habitudes A4 Mise en place dune programmation de cycle en orthographe Elaboration dun aide-mémoire et dun code de correction Actions Programmation de cycle pour que tous les types décrits soient abordés Production quotidienne dun texte court lié au vécu de la classe

33 Notre première force est la motivation des enseignants Notre seconde force est leur professionnalisme


Télécharger ppt "Historique la loi dorientation du 10 juillet 1989 définir les modalités particulières de mise en oeuvre des objectifs et des programmes nationaux la circulaire."

Présentations similaires


Annonces Google