La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

Lacquisition du palier 2 du socle commun, ou comment assurer ces acquis de base à tous les élèves Dijon, 13 octobre 2011 Viviane BOUYSSE Inspectrice générale.

Présentations similaires


Présentation au sujet: "Lacquisition du palier 2 du socle commun, ou comment assurer ces acquis de base à tous les élèves Dijon, 13 octobre 2011 Viviane BOUYSSE Inspectrice générale."— Transcription de la présentation:

1 Lacquisition du palier 2 du socle commun, ou comment assurer ces acquis de base à tous les élèves Dijon, 13 octobre 2011 Viviane BOUYSSE Inspectrice générale de lEducation nationale

2 2 1. De quoi parle-t-on ? 1.1. Illettrisme : Diagnostic postérieur à la sortie du système scolaire. Mais les difficultés observables à lécole peuvent être des précurseurs de lillettrisme. Conception plus ou moins extensive : limitation dans les usages du langage écrit vs limitation dans toutes les compétences de base. Conception qualitative complexe : autonomie dans la vie quotidienne vs autonomie dans la société de la connaissance (voir doc. ANLCI « degrés 1 à 4 » ; à relier à nos référentiels Socle commun).

3 3 1. De quoi parle-t-on ? 1.2. Prévention Scolarité obligatoire = période longue de prévention de lillettrisme (prévention primaire, secondaire, tertiaire) par la prévention des difficultés dapprentissage et la remédiation pour celles qui nont pu être évitées. Première prévention à rechercher dans la qualité des pratiques ordinaires (enseignement et aides). Objectif = assurer une forme dirréversibilité des acquis de base.

4 4 2. Des obstacles potentiels aux apprentissages Pour faire de la prévention, nécessité de connaître les obstacles potentiels. Les difficultés peuvent résulter : de troubles ou de déficiences : déficience intellectuelle, troubles sensoriels, troubles du langage et des apprentissages ; de perturbations des fonctions dites supérieures (attention - mémoire - raisonnement) liées à l'apprentissage, affectées par des problèmes congénitaux ou dégradées par des conditions éducatives défectueuses ; de conséquences de situations de fait extérieures à lécole : langue, culture, rapport à la langue et à la culture écrites ; de failles dans les pratiques denseignement : obstacles épisté- mologiques et didactiques non pris en compte ; ajustements défectueux des progressions ; lacunes ; rythme inadapté. Aggravation avec la combinaison des facteurs. Question centrale : relation entre échec scolaire et origine socio- culturelle (cf. « réduire le poids des déterminismes sociaux)

5 5 2. Des obstacles potentiels aux apprentissages Les différences entre élèves : effets cognitifs, langagiers et sociaux de la socialisation familiale. Effets de vécus extrascolaires différents … en matière de socialisation intellectuelle, à la fois cognitive et langagière : familiarité acquise pour certains et pas du tout pour dautres avec les usages du langage, le rapport au langage propres à lécole, réflexifs et distanciés ; … en matière dacculturation à lécrit : familiarité ou non avec des objets culturels ; compréhension ou non des fonctions de lécrit (productrice dune motivation pour se les approprier) ;. … en matière de connivence entre maison/famille et Ecole : « double solitude » de certains élèves (B. Lahire). Vulnérabilité particulière des élèves issus des milieux dits défavorisés.

6 6 2. Des obstacles potentiels aux apprentissages Les différences entre élèves : convergence des recherches dans lanalyse de ce qui permet de décrire les conduites des élèves « fragiles » ou en difficulté : ancrage dans lexpérience et la quotidienneté ; éloignement des usages du langage relevant de lélaboration, de la culture écrite ; cumul dapproximations linguistiques (lexique et syntaxe) ; peu dhabitude de lobjectivation et de la prise de distance ; importance des relations affectives dans la mobilisation sur les apprentissages (apprendre pour faire plaisir, prendre une évaluation négative pour un jugement sur sa personne…) ; confusion entre effectuation des tâches scolaires et apprentissage des contenus de savoir (réussir un exercice // savoir pourquoi on réussit).

7 7 3. La maîtrise de loral, première priorité Faire de loral un objet de travail Trop souvent, on pratique loral, on ne le travaille pas En maternelle : enjeu fort : laccès à loral scolairement efficace Communication : échanger par le langage. Premier niveau doral : le langage en accompagnement de laction/en situation : un parler bref, efficace même sil comporte beaucoup dimplicite (sens encapsulé aussi dans la situation partagée). Second niveau doral : loral scriptural (langage dévocation, langage décontextualisé, récit, oral continu, registre académique, parler comme un livre). Maîtrise déterminante pour la suite de la scolarité. Accès difficile (trois composantes complexes : représentation mentale structurée, moyens linguistiques, décentration).

8 8 3. La maîtrise de loral, première priorité 3.2. A lécole élémentaire : des pratiques orales de la langue réfléchies, contrôlées au cycle 2, maîtrise du « récit » à parfaire pour de nombreux élèves ; fort enjeu car base de la production écrite et fondement pour létude de la langue ; pour tous, langage de plus en plus précis (lexique) et de mieux en mieux structuré (syntaxe) ; capacité croissante à participer de manière active et positive à des interactions jusquà savoir tenir compte des propos dautrui (C3) ; au cycle 3, usages variés de loral, intégrés aux activités scolaires : reformuler, résumer, raconter, décrire, expliciter, justifier… Rappel : validation dacquis en matière doral dans le cadre du socle commun (plusieurs compétences concernées).

9 9 4. La lecture et sa double facette 4.1. En maternelle : des précurseurs essentiels S acculturer : approche patrimoniale et culturelle mais aussi approche linguistique : entendre et comprendre le français écrit (langue du récit). Comprendre des textes : au-delà de limprégnation, des échanges (PARLER AVEC en parlant SUR). Accéder à une des caractéristiques de lécrit : sa stabilité, et en comprendre les ressorts : un code que tout le monde utilise de la même manière. Entrer dans létude du code : DE LA MESURE Le programme (tout mais pas plus) ; une progressivité respectée.

10 10 4. La lecture et sa double facette 4.2. A lécole élémentaire : la GRANDE priorité Cycle 2 : objectif : savoir lire pour comprendre lire : identification de mots ; enseignement du code grapho-phono. pour parvenir à une aisance du déchiffrage ; comprendre : des mots au texte (intégration sémantique des informations) ; une démarche méthodique à acquérir.

11 11 4. La lecture et sa double facette Cycle 3 : objectif : lire/comprendre pour apprendre et pour satisfaire dautres besoins acquisition des compétences du "lecteur expert" : automatisation du déchiffrage ; compréhension fine : inférences, interprétation ; acquisition des attitudes et des stratégies du "lecteur polyvalent" : lecture fonctionnelle, documentaire et littéraire (lecture dans toutes les disciplines). De manière longitudinale (et depuis la maternelle) Lecture à haute voix du maître (textes « difficiles ») - Travail de la compréhension - Elaboration d'un parcours de lecteur.

12 12 4. La lecture et sa double facette Lecture / Littérature : progressions à piloter pour aller vers un comportement de lecteur polyvalent, actif et auto-régulé ; besoin dun enseignement explicite. des textes de plus en plus longs et complexes ; des expériences de lecture variées et autonomes ; un répertoire étendu de stratégies de lecture et une aptitude à les utiliser de manière autonome ; une prise en compte améliorée des implicites ; la capacité à aborder les textes de manière critique et personnelle (vers une position plus esthétique quutilitaire /mise en jeu des aspects « privés » de la signification) ; la capacité à réfléchir sur sa lecture (évaluer sa compréhension – pluralité de critères - et remédier aux pertes de compréhension).

13 13 5. Lécriture : une pratique à développer 5.1. En maternelle : objectif : comprendre quon nécrit pas comme on parle Production de phrases et de textes destinés à être lus : importance de la prise de distance, de la prise de conscience (passage de loral à lécrit). Travail du geste graphique modeste mais rigoureux (conscience du rapport forme / sens).

14 14 5. Lécriture : une pratique à développer 5.2. Au cycle 2 : objectif : apprendre à écrire Acquisition des « codes » gestuels (importance de laisance graphique) et orthographiques (on nécrit pas seulement « comme ça se prononce »). Débuts de la production de textes de manière autonome ; privilégier des textes courts permettant un travail méthodique (concevoir le texte, le mettre en mots, réviser-corriger son écrit) en atelier dirigé et/ou en dictée à ladulte.

15 15 5. Lécriture : une pratique à développer 5.3. Au cycle 3 : objectif : (savoir) écrire pour apprendre et pour satisfaire dautres besoins Ecrire … (notes et idées ; récits, descriptions, explications, justifications, etc.) pour … (destinataires et finalités variés). Ecrire en sappuyant sur des outils bien repérés. Cohérence et cohésion des textes ; « révision » des textes. Besoin de guidage pour certains élèves (enseignement explicite) De manière longitudinale, faire vivre les usages et fonctions de lécriture Communiquer / sexprimer Essayer / sessayer (écritures intermédiaires, brouillons)/penser Structurer / Mettre en mémoire

16 16 6. Des pratiques à revaloriser 6.1. Copie et récitation : « intériorisation de textes écrits sous une forme précise » (J. Goody) Copie « intelligente » à réhabiliter : copier vite et bien = atout technique pour la suite de la scolarité ; copier intelligemment = atout cognitif. Récitation (cadres des pratiques variés) : veiller au choix des textes ; remobiliser les références en situation (« citations » dans des utilisations pertinentes) Lecture à voix haute Pratique qui se travaille (relation avec laccès à la compréhension). Laisance en lecture à voix haute ne saurait être le critère des compétences de lecteur mais cest un indicateur intéressant.

17 17 7. Le lexique : « un enseignement raisonné et systématique qui écarte les approches accidentelles » (E. Calaque). Extension et structuration : Extension : séances intégrées : lexique spécialisé mais aussi… lexique usuel. Polysémie des mots usuels = piège pour de nombreux élèves. Structuration du lexique : séances spécifiques pour travailler sur les relations de sens, de forme et les relations qui concernent sens et forme. Importance des traces et de la mémorisation. Ne pas négliger la question de la « définition ». Un faux débat : enseigner ce que veulent dire les mots ou enseigner comment on se sert des mots Connaître le sens des mots : problème de leur polysémie (significations dépendantes du contexte : le sens découle de lutilisation). Attention aux représentations figées. Se servir des mots : connaître leurs possibilités sémantiques, les caractéristiques de leur fonctionnement syntaxique, les jugements sociaux éventuels sur ces mots.

18 18 8. Un facteur clé : le parler du professeur « Parler professionnel » modélisant pour les apprentissages des élèves ; caractéristiques différentes selon le niveau. A tous les niveaux, place du « récit ». Importance des feed-back, de la reformulation des propos des élèves : donner une forme correcte aux intentions des élèves sans les forcer nécessairement à répéter (deux énoncés parfois avec les petits + valorisation). Importance des relances et des modes de questionnement : les questions fermées amènent au mieux des réponses en un mot ou en un complément dénoncé ; les questions ouvertes induisent des phrases plus complètes, parfois complexes selon la question. Importance des liens langagiers opérés par lenseignant : « citations », « cest comme…. » (aide à la prise de distance et remobilisation/remémoration).

19 19 9. La personnalisation des parcours scolaires Prévention : penser BESOINS avant DIFFICULTES. Besoins de stimulations langagières très tôt en maternelle : oral et entrée dans la culture de lécrit. Intervenir dès les premiers signes de difficultés (attention aux écarts qui se creusent vite – impuissance à les combler ensuite). Aide personnalisée : Ne pas penser le temps daide personnalisée comme radicalement différent des ateliers de langage ou des activités qui se déroulent pour tous en classe. (aide personnalisée vs aide spécialisée). Format identique : pour stabiliser, pour sécuriser, pour entraîner sans perturber Temps en PLUS : plus de stimulations, plus dinteractions avec lenseignant (bienveillant et exigeant) ; plus de guidage, dexplicitation, de disponibilité (plus de tâtonnements possibles), dattention personnalisée de sa part… PPRE : une formule pour organiser les aides dans la durée (hiérarchiser, ordonner et coordonner, suivre dans la durée les actions entreprises pour aider tout élève en situation de difficultés résistantes et/ou multiples, non sectorielles)

20 Lécole en coopération … 10.1… avec les parents (dautant plus que les enfants sont jeunes) Informer les parents sur limportance des échanges langagiers avec leurs enfants : susciter certaines attitudes, certaines pratiques rares dans certains milieux ; montrer (ouverture des classes, usage de vidéos de la classe en situation) ; expliquer limportance du soutien, du témoignage dintérêt pour le travail scolaire (combattre la « double solitude », prévenir ou réduire les « conflits de loyauté »). Sappuyer, le cas échéant, sur des médiations (associations).

21 Lécole en coopération … 10.2… avec des partenaires Le langage, les savoirs encyclopédiques et culturels sont des objets scolaires sur lesquels il ne saurait y avoir de réduction dambition ; les élèves des milieux défavorisés nont pas moins de capacités dapprentissage que les autres. Cependant tout ne peut être fait en classe. Des médiateurs des savoirs et de la culture autres que les enseignants permettent de faire comprendre que ce que transmet lécole vaut aussi hors lécole, ce qui nest pas évident pour ceux qui nen ont aucune preuve dans leur univers familial ou proche.

22 22 Conclusion Enjeu fort = dans un grand nombre de cas, rompre une spirale intergénérationnelle de la difficulté scolaire dabord liée à des usages restrictifs du langage, à une maîtrise linguistique défaillante, qui ont des conséquences sur léducation des enfants. Jouer sur la durée du parcours scolaire, sur la cohérence et la continuité du cadre de référence donnée par le socle commun. Ne pas externaliser le traitement des problèmes dapprentissage (mettre en œuvre précocement toute la gamme des aides possibles). Se situer dans une stratégie de résolution de problèmes pour travailler avec les partenaires (et non remonter de lexistence de ressources à la recherche de pseudo-justifications pour y recourir).


Télécharger ppt "Lacquisition du palier 2 du socle commun, ou comment assurer ces acquis de base à tous les élèves Dijon, 13 octobre 2011 Viviane BOUYSSE Inspectrice générale."

Présentations similaires


Annonces Google