La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

SCIENCES PHYSIQUES TERMINALE S 2002. Fournir aux élèves une représentation cohérente des sciences physiques et leur faire assimiler les grands principes.

Présentations similaires


Présentation au sujet: "SCIENCES PHYSIQUES TERMINALE S 2002. Fournir aux élèves une représentation cohérente des sciences physiques et leur faire assimiler les grands principes."— Transcription de la présentation:

1 SCIENCES PHYSIQUES TERMINALE S 2002

2 Fournir aux élèves une représentation cohérente des sciences physiques et leur faire assimiler les grands principes gouvernant lévolution des systèmes. Acquérir un double regard, macroscopique et microscopique, sur le comportement de la matière ; observations et mesures à notre échelle, modélisation macroscopique et microscopique pour rendre rendre compte des phénomènes observés. Aborder sa dimension sociale et culturelle : importance dans la vie quotidienne, importance économique, image des sciences physiques dans la société... Approcher quelques éléments dhistoire des sciences. Favoriser l orientation vers des filières scientifiques, en développant le nécessaire questionnement de l élève et la pratique expérimentale. Les objectifs de l enseignement des sciences physiques et chimiques au lycée

3 Le fil directeur : « lévolution temporelle des systèmes » Thème « ondes » : étude de la propagation dune onde mécanique ; introduction du modèle ondulatoire de la lumière Thème « matière » : exploration de systèmes très variés : noyaux atomiques, systèmes électriques, systèmes mécaniques. Le programme de Physique en terminale

4 Le programme de Physique cohérence verticale En classe de seconde grandeurs physiques et leur mesure Distances, temps, masse …. Double regard microscopique-macroscopique 1ère analyse de la cause du mouvement : force de gravitation, principe dinertie En classe de 1ère S Les interactions fondamentales et notion de force. Effet des forces sur le mouvement ; première approche de la 2ème loi de Newton

5 En Terminale S Évolution temporelle des systèmes : taux de variation dune grandeur caractéristique Formaliser les lois dévolution Pratiquer la démarche scientifique : –expérimenter, –modéliser, –confronter modèle et expérience.

6 Physique Enseignement Obligatoire

7 TP dintroduction Objectif : Introduire lévolution temporelle des systèmes. Comment ? Présenter des situations variées conduisant les élèves à identifier les grandeurs pertinentes pour lévolution dun système et les temps caractéristiques. Exemples : Flash dun appareil jetable Saut à lélastique Vase de Tantale…Vase de Tantale

8 Saut à lélastiqueVase de Tantale Grandeurs caractéristiques dépendant du temps Position Vitesse niveau du liquide volume de liquide Paramètres qui interviennent dans lévolution temporelle du phénomène Masse Champ g débit de remplissage diamètre du tube de vidange Conditions initialesPosition et vitesse en fin de chute libre niveau initial Temps caractéristiquePériode Tt R ou t V Période T RégimeOscillant amortiPériodique ou monotone Évolution temporelle Tableau : Sa construction peut être poursuivie tout au long de lannée.

9 Partie A : Propagation dune onde ; ondes progressives (2 TP – 9 HCE) Quest ce quune onde ? Comment la caractériser ? Quelles grandeurs physiques lui associe-t-on ? -le formalisme est réduit au minimum, -en particulier : y = f(x,t) nest pas au programme. Le modèle ondulatoire de la lumière est mis en place à partir dune similitude de comportement : la diffraction

10 A. Propagation dune onde ; ondes progressives (2TP – 9HCE) 13HCEA.1 Les ondes mécaniques progressives 2 TP 3HCE TP tournant – retard, célérité dune onde, influence du milieu – A2. Ondes mécaniques progressives périodiques A3. La lumière, modèle ondulatoire 3TP 3HCE Figures de diffraction ; relation = /a A3. La lumière, modèle ondulatoire (Durée des contrôles pour ce bloc : 2HCE prises sur les 9HCE)

11 –Travail sur la cuve à ondes et enregistrements vidéo étudiés image par image Idées directrices de cette étude –Etude des principales propriétés et notions relatives aux ondes mécaniques –Analogies pour les sons et la lumière

12 La démarche proposée Le questionnement et la problématisation Un questionnement peut précéder lobservation : « Si lon fait ceci ou cela, A VOTRE AVIS, que va-t-on observer, et pourquoi ? » Lobservation conduit à une problématisation et peut donner lieu à des hypothèses. Le double mouvement de lactivité scientifique est privilégié : Confrontation des prédictions dun modèle théorique à des résultats expérimentaux Utilisation des résultats expérimentaux pour affiner un modèle théorique

13 Quest-ce qui distingue une onde du mouvement dun mobile ? Quelques questions étudiées –Comment se déplace la surface de leau au passage dune onde? –Quarrive-t-il lorsque deux ondes se rencontrent ?Quarrive-t-il lorsque deux ondes se rencontrent ? –Quelle est la forme de londe produite par une pierre qui ricoche sur leau ? Onde mécanique = déformation dun milieu qui se transmet de proche en proche (pas forcément périodique ni sinusoïdale).

14 Quest-ce qui distingue une onde du mouvement dun mobile ? LE MOUVEMENT DUN MOBILE se décrit à laide dune trajectoire, correspond à un transport de matière est ralenti par les frottements avec le milieu matériel un mobile se déplace plus facilement dans le vide que dans un gaz et plus facilement dans un gaz que dans un liquide ; le mouvement dans les solides est impossible, est modifié par un choc avec un autre mobile se fait à une vitesse qui dépend des conditions initiales seffectue à une vitesse qui lui est propre. LA PROPAGATION DUNE ONDE se fait, à partir dune source, dans toutes les directions possibles ne correspond pas à un transport de matière. ne subit pas d amortissement de sa célérité par le milieu matériel de propagation une onde mécanique ne se propage pas dans le vide ; elle se propage plus vite dans les liquides que dans les gaz et fréquemment plus vite dans les solides que dans les liquides, conserve ses caractéristiques après la rencontre avec dautres ondes se fait à une célérité qui ne dépend pas du mouvement de la source, se fait à une célérité qui dépend essentiellement du milieu de propagation.

15 –La célérité augmente avec la rigidité du milieu. –Elle diminue lorsque linertie du milieu augmente. De quoi dépend la célérité dune onde mécanique ?

16 Comment étudier expérimentalement la propagation dondes périodiques ? Objectif : différencier périodes spatiale et temporelle Méthode : avec logiciel de pointage ou caméscope –Mesure de : en arrêt sur image –Mesure de T : on compte le temps de passage de 10 crêtes en un point. –Mesure de v : on suit la propagation des ondes périodiques image par image.

17 Résultats Mesures = 0,027 m –T = 0,092 s –v = 0,295 ms -1 v.T = 0,027 m

18 Reprise de lexpérience avec les ultrasons Selon vous, quelles vont être les allures des deux courbes que lon va observer sur lécran ? Sur une feuille de papier, dessinez soigneusement ces deux courbes. Que représentent-elles ? Si, sans toucher au détecteur DA, on déplace lentement le détecteur DB dans le sens de la flèche cest-à-dire en léloignant de lémetteur, que va-t-on observer, à votre avis, sur lécran de loscilloscope et pourquoi ? DA DB Emetteur

19 Deux propriétés caractéristiques des ondes : Dispersion On montre que V dépend de T Diffraction

20 Peut-on modéliser la lumière par une onde ? –Anticipation Si lon place, un filtre vert entre la source de lumière blanche et le prisme, que verra-t-on sur lécran ? Constat ? Diffraction –Diffraction dun faisceau LASER Dispersion

21 Quelques précisions … La notion de fréquence est réservée aux ondes sinusoïdales. La notion de phase est hors programme (on lui préfère celle de retard ) Une célérité est représentée par v (c désigne la célérité de la lumière dans le vide)

22 Un triple objectif : 1. A border quelques notions concernant la structure des noyaux atomiques à partir de lobservation expérimentale de leur instabilité. 2. C onnaître quelques ordres de grandeurs concernant la radioactivité naturelle et comprendre quelle peut être utilisée pour la datation. 3. Comprendre que la conversion masse-énergie peut être à lorigine de la production dénergie utilisable. Partie B. Transformations nucléaires (2 TP – 7HCE )

23 B. Transformations nucléaires (2TP – 7HCE) 1 TP 3HCE Caractère aléatoire des désintégrations radioactives avec CRAB B.1. Décroissance radioactive 2 TP 3HCE Loi de décroissance ; tracé de courbes dévolution ; mesure de la radioactivité naturelle B.2. Noyaux, masse, énergie 3 1HCEB.2. Noyaux, masse, énergie (Durée des contrôles pour ce bloc : 2HCE prises sur les 7HCE)

24 Commentaires Le thème de la radioactivité propose une convergence thématique entre la physique, les mathématiques et les sciences de la terre. –Étude statistique dune série de mesures : moyenne, variance, écart type –Équations différentielles du type y = y –La fonction exponentielle et sa réciproque logarithme –Datation des objets et roches : 14 C / 12 C, 40 K / 40 Ar, 87 Rb / 87 Sr Le terme période radioactive est évitée au profit de lexpression demi-vie.

25 MATH-PHYSIQUE : nécessité dune approche concertée Programme de mathématiques ContenusModalités de mise en oeuvre Commentaires Probabilités 1ère S Espérance, variance, écart type pour loi de probabilité Éclairage entre loi de probabilité et distributions de fréquences Loi des grands nombres : les distributions de fréquences sur des séries de taille n se rapprochent de P loi de probabilité quand n devient grand Lois de probabilité Terminale S Loi binomialeApplication à la désintégration radioactive : loi exponentielle de désintégration des noyaux Ce paragraphe est une application de ce qui aura été fait en début dannée sur lexponentielle et le calcul intégral

26 Intérêt pour la physique La désintégration dun noyau est de nature probabiliste donc obéit à une «loi de durée de vie sans vieillissement » Létude physique se fera sur une population de noyaux (T.P. CRAB) La loi régissant la population est de type binomial car obéit au critère probabiliste individuel, doublé de lindépendance entre noyaux Programme de mathématiques Fonction exponentielle ContenusModalités de mise en oeuvreCommentaires Terminale S Introduction à la fonction exponentielle Étude de léquation f = k.f Étude pouvant être motivée par lexemple de la radioactivité en physique On construira avec la méthode dEuler des représentations graphiques approchées de f avec des pas de plus en plus petits Ce travail sera fait très tôt dans lannée. Il fournira un premier contact avec léquation différentielle. La méthode dEuler fait apparaître une suite géométrique.

27 Comment interpréter létrange comportement dun échantillon de matière radioactive ? Deux séquences peuvent être proposées 1.Caractère aléatoire du phénomène de désintégration Analyse dune série de comptages de la désintégration du césium 137 (CRAB) Montrer que chaque noyau a une certaine probabilité de se désintégrer pendant une durée donnée 2.Modélisation de lévolution dune population de noyaux au cours du temps Courbe de décroissance radioactive du radon 222 ( t 1/2 = 3,8 j) ou du radon 220 ( t 1/2 = 56 s) Loi macroscopique de décroissance radioactive, son caractère déterministe Méthode dEuler appliquée à la radioactivité

28 1.Caractère aléatoire de la désintégration On indique aux élèves : -une transformation radioactive se produit quand un noyau se transforme spontanément, lévénement peut être détecté par un compteur. -Une source radioactive simple est constituée par un échantillon de matière contenant un nombre N très grand de noyaux radioactif identiques. On présente aux élèves le dispositif CRAB : -un compteur de type Geiger capable de détecter des et le nombre affiché est proportionnel au nombre de noyaux désintégrés pendant la durée de comptage), -une source césium 137 émettrice et -des écrans de plomb qui absorbent une partie des et tous les.

29 Questionnement possible Chaque groupe délèves va venir mesurer le nombres n dévènements détectés par le compteur pendant une durée t = 5,0 s, dans les mêmes conditions expérimentales. On appelle x le nombres de mesures effectuées. a. On isole dans un premier temps la source loin du détecteur entre les écrans en plomb. Que peut-on prévoir pour la valeur de n ? Pourquoi ? b. La source est placée à 4 cm du compteur (un écran intercalé). Que peut-on prévoir de la comparaison des x mesures de n réalisée ? Pourquoi ?

30 a. On peut penser que les élèves proposeront n = 0 en supposant que les écrans sont parfaitement efficaces en oubliant de tenir compte de la radioactivité due aux autres sources naturelles. b. On peut penser que la majorité des élèves va prévoir que les résultats seront comparables aux incertitudes de mesure près, puisque les conditions expérimentales sont identiques.

31 Réalisation des mesures et exploitation à laide dun tableur grapheur

32 Questions possibles –Peut-on prévoir exactement le résultat dun comptage radioactif ? –Comment expliquer la dispersion des résultats ? –Comment évolue la moyenne et lécart type de la série de comptage en fonction de x ?

33 Points à retenir Une transformation radioactive est un phénomène aléatoire. Un noyau meurt sans vieillir. La désintégration dun noyau naffecte pas celle dun noyau voisin.

34 Modélisation de lévolution du nombre N de noyaux restant en fonction du temps -Réalisation dune simulation du type tirage sans remise : On lance N 0 dés, on retire tous ceux qui sont tombés sur la face 6. On note le nombre N de dés restant restant à t = t. On recommence ainsi en reprenant les dés restant. Cette simulation peut être réalisée avec une calculatrice ou un tableur. On peut amener les élèves à établir la relation : N = - N. t

35 2.a Courbe de décroissance radioactive Issu de la désintégration du radium 226 présent dans la croûte terrestre, le radon (gaz) 222 a une demi-vie 222 t 1/2 = 3,8 j (émetteur ). Un autre isotope : le radon 220 (émetteur ) a une demi-vie t 1/2 = 56 s -Le deuxième isotope permet de tracer « A » = f(t) -Les taux de radioactivité sont exprimés en Bq/m 3.

36 Un distributeur proposera : -un kit de prélèvement du radon 222 dans la terre, -Une fiole de radon 220, -un dispositif de comptage pour la radioactivité, -un logiciel dexploitation. Remarque : la source du CRAB nest plus conforme aux nouvelles réglementations.

37 2.b Méthode dEuler A défaut de ce matériel, le second TP peut être loccasion de : présenter la méthode dEuler si les élèves ne lont pas étudiée en 1 ère Méthode d'Euler (1) Méthode d'Euler (2) Méthode d'Euler (3) de lappliquer à la décroissance radioactive à laide dun tableur, de montrer quil sagit dune loi dévolution exponentielle.

38 La méthode dEuler Une méthode approchée de résolution déquation différentielle y = f(t, y) sur un intervalle t 0 ; t 0 + t. exemple : dN/dt = -

39 Principe –Pour cela, on subdivise cette durée t en N intervalles de t 0 à t N de durée égale t n+1 – t n = p appelés pas. –La fonction solution y(t) est assimilée à une fonction affine Y(t) par morceaux. –On assimile la courbe de la fonction solution sur lintervalle t n, t n+1 avec sa tangente au point de coordonnées t n.

40 Principe –Y(t n+1 ) = Y(t n ) + p y(t n ) avec y(t n ) = f(t, y) N (tn+1) = N (tn) +(dN/dt) tn.p –donc Y(t n+1 ) = Y(t n ) + p f(t, y(t n )) N (tn+1) = N (tn) - tn.p –Partant de y 0 = y(t 0 ) (condition initiale) et ayant défini p on peut alors calculer y(t n ) par itération. –Les calculs successifs peuvent être réalisés à laide dun tableur.

41

42 Graphique et influence du pas t nt n t n+1

43 2.c Des poussières radioactives dans lair Filiation de la famille de luranium 238 : 238 U … 222 Rn 222 Rn 218 Po ( j) 218 Po 214 Pb ( min) 214 Pb 214 Bi ( ; 27 min) 214 Bi 214 Po ( ; 20 min) hyp : présence de poussières renfermant les deux derniers radioéléments.

44 Radioactivité dans notre environnement Un disque découpé dans un filtre à café et coincé dans un tuyau daspirateur en fonctionnement pendant une ½ heure contient des radioéléments émetteurs -. Une courbe de décroissance peut être obtenue à laide du CRAB. On montre ainsi lomniprésence de la radioactivité dans notre environnement. Inconvénient : mélange de deux radioéléments

45 Étude des désintégrations beta et gamma du Césium 137 Simulation numérique Simulation numérique

46 Partie C. Évolution des systèmes électriques (3 TP - 10HCE) –Etude des phénomènes associés à des courants variables –Evolution temporelle dune intensité i(t) ou dune tension u(t) et détermination dune durée caractéristique (dipôles RC, RL, RLC série) –Equation différentielle et résolution analytique

47 C. Evolution de systèmes électriques (3TP – 10HCE) 1 TP 2HCE Dipôle RC C.1. Cas dun dipôle RC 2 TP 3HCE Dipôle RL C.1. Cas dun dipôle RC C.2 Cas du dipôle RL 3 TP 3HCE Oscillations libres C.2. Cas du dipôle RL C.3. Oscillations libres dun circuit RLC série 42HCE C.3. Oscillations libres dun circuit RLC série (Durée des contrôles pour ce bloc : 2HCE prises sur les 10 HCE)

48 Quelques commentaires –Le phénomène dinduction et la notion dauto- induction ne sont plus au programme. –Létude du dipôle RLC en régime sinusoïdal forcé nest plus au programme. –Eviter les tensions créneaux pour létude expérimentale de la réponse dun circuit RC ou RL à un échelon de tension oscilloscope à mémoire ou carte dacquisition. Décharge d'un condensateur dans R ou dans RL Oscillations électriques libres - Influence de L et C Oscillations électriques libres

49 Un exemple dactivité : charge du condensateur 1.Intensité comme débit de charge Définition de l'intensité du courant : quantité de charge qui traverse une section de conducteur par unité de temps par unité de temps. q(t) = I.t + q 0 si I = Cte q(t 2 ) = q(t 1 ) + i.(t 2 t 1 ) ou q n+1 = q n + i. t donc i(t) = dq/dt Charge : q réservoir Intensité débit de charge

50 On propose aux élèves la situation théorique suivante : La relation q = C.u c a déjà été introduite. Le condensateur est supposé initialement non chargé. Questions possibles : -que va-t-il se produire à la fermeture du circuit ? -comment varie la charge du condensateur (donc la tension à ses bornes) au cours du temps ? Les réponses peuvent être agrémentées de graphiques. E RCRC 2. Comportement dun condensateur : prévision qualitative

51 E fixé donc charge du condensateur donc u c augmente donc … 3. Comportement dun condensateur : analyse t ucuc t i ucuc dq q i u R = E -u c

52 L'intérêt ici est de pouvoir ensuite en faire une étude par application d'une boucle de calcul : Animation circuit RC Établissement du courant dans une bobine inductive 4. Dernière étape possible : la simulation

53 Partie D. Évolution temporelle des systèmes mécaniques (5 TP - 22 HCE) Continuité avec la seconde et la première S : Cette partie constitue laboutissement de lenseignement de mécanique commencé en seconde par létude des « grandeurs », poursuivi en première par létude des « interactions ». En Terminale, on étudie les « effets des interactions sur lévolution des systèmes ».

54 La démarche de modélisation On part de situations réelles quon étudie expérimentalement Mouvement dans un fluide Oscillations dun solide On construit ensuite le modèle... Force de frottement Oscillateur harmonique, pendule simple...auquel on applique la théorie Equation différentielle, résolution, période

55 Une méthode détude : le traitement dimages vidéo Avec une Webcam ou un caméscope : enregistrement du mouvement Avec un logiciel de pointage : repérage des positions Avec un tableur : traitement des données –Modélisation des frottements –Résolution de léquation différentielle (méthode itérative dEuler)

56 Chute dans lair : repérage des coordonnées Vidéo

57 Chute dans un fluide: traitement Demande de prévision de la courbe v =f(t) Constat Recherche de la valeur des grandeurs caractéristiques

58 Ballons + lest Terre Air Frottements fr Poussée dArchimède (T) (B) (A) Principe de la modélisation des frottements Diagramme objet-interactions Deuxième loi de Newton

59 Hypothèses sur la modélisation des frottements Première hypothèse : f = k.v Deuxième hypothèse : f = k.v²

60 T.P. détude de la chute dun solide dans un fluide Logiciel Avimeca Chute de 4 ballons de baudruche

61 Latome et la mécanique de Newton : ouverture au monde quantique Les expériences de Franck et Hertz (1914) Résultats VAVA Atomes du gaz- cible Région de mesure des énergies des électrons après collision Canon à électrons 24,6

62 Que devient un atome excité ? Réflexion à partir du spectre démission de latome dhélium B J R

63 D. Evolution des systèmes mécaniques, deuxième partie ( 2TP – 12 HCE) 1 TP 3HCE Dispositif solide-ressort D.3. Systèmes oscillants : - présentation - dispositif solide-ressort 2 TP 3HCE Aspects énergétiques D.3 Phénomène de résonance 3 TP évalué 3HCE D.4 Aspects énergétiques 43HCED.5 Latome et la mécanique de Newton, ouverture au monde quantique (Durée des contrôles pour ce bloc : 2HCE prises sur les 12 HCE)

64 Partie E. Lévolution temporelle des systèmes et la mesure du temps (2 HCE) Cette partie est considérée comme une révision de fin dannée, autour de la mesure du temps. Elle ne comporte aucune connaissance théorique nouvelle ni nouvelle compétence exigible. Chaque exemple est présenté sous forme dactivité ou dexercice. Exemples : Comment mesurer une durée ? Mesurer une durée pour déterminer une longueur Mesurer une durée pour déterminer une vitesse.

65 E. Lévolution temporelle des systèmes et la mesure du temps (2HCE) 1 2HCE Mesure du temps

66 La mesure du temps Récapitulation des connaissances acquises autour de la mesure du temps –Comment mesurer une durée? À partir d une décroissance radioactive à partir d un phénomène périodique –Mesurer une durée pour déterminer une longueur A partir de la propagation d une onde Le mètre défini à partir de la seconde Histoire de la mesure des longitudes –Mesurer une durée pour déterminer une vitesse

67 D. Evolution des systèmes mécaniques, première partie ( 3TP – 10 HCE) 1 TP 3HCE Chute verticale de solides dans lair et dans lhuile ; vitesses limites. D.1. La mécanique de Newton 2TP 3HCE Méthode dEuler D.2. Etude de cas – Chute verticale 3 TP 3HCE Etude expérimentale des projectiles dans un champ uniforme D.2. Etude de cas – Mouvement de projectiles dans un champ de pesanteur uniforme 41HCED.2. Etude de cas – satellites et planètes (Durée des contrôles pour ce bloc : 2HCE prises sur les 10 HCE)

68 Le système international dunités BIPM.org Unités de base Liens entre les unités du SI et les constantes fondamentales Unités dérivés Préfixes Bref historique du SI Brochure du SI Conversion des unités

69 Physique Enseignement de spécialité

70 Lenseignement de spécialité: un approfondissement de lenseignement obligatoire Produire des images, observer. Produire des sons, écouter. Produire des signaux, communiquer.

71 Produire des images, observer (5TP) Suite de lenseignement de 1ère S –Formation dune image –Quelques instruments doptique Le microscope, la lunette astronomique, le télescope de Newton.

72 A- Produire des images, observer ( 5 séquences de 2 heures) Séquence 1 A1. Formation dune image 1.1 Image formée par une lentille mince convergente Séquence 2 A1. Formation dune image 1.2. Image formée par un miroir sphérique Séquence 3 A2. Quelques instruments doptique 2.1. Le microscope Séquence 4 A2. Quelques instruments doptique 2.2. La lunette astronomique Séquence 5 A2. Quelques instruments doptique 2.2. Le télescope de Newton Contrôle

73 Image donnée par un miroir sphérique I O

74 Produire des sons,écouter (5TP) Approfondissement du chapitre sur les ondes –Les instruments de musique –Modes de vibration dune corde dune colonne d air. –Interprétation ondulatoire –Acoustique musicale et physique des sons

75 B. Produire des sons, écouter ( 5 séquences de 2 heures) Séquence 1 B.1. Production dun son par un instrument de musique B.2. Modes de vibrations 2.1. Vibrations dune corde tendue entre deux points fixes Séquence 2 B.2. Modes de vibrations 2.1. Vibrations dune corde tendue entre deux points fixes (fin) 2.2. Vibrations dune colonne dair Séquence 3 B.3. Interprétation ondulatoire 3.1. Réflexion sur un obstacle fixe 3.2. Réflexions sur deux obstacles fixes : quantification des modes observés Séquence 4 B.3. Interprétation ondulatoire 3.2. Réflexions sur deux obstacles fixes : quantification des modes observés (fin) 3.3. Transposition à une colonne dair excitée par un haut parleur B.4. Acoustique musicale et physique des sons Séquence 5 B.4. Acoustique musicale et physique des sons Contrôle

76 Produire des signaux communiquer (4TP) Les ondes électromagnétiques et la transmission des informations La modulation damplitude Réalisation dun dispositif récepteur radio en MA

77 C. Produire des signaux, communiquer ( 4 séquences de 2 heures) Séquence 1 C.1. Les ondes électromagnétiques, support de choix pour transmettre des informations 1.1. Transmission des informations 1.2. Les ondes électromagnétiques Séquence 2 C.1. Les ondes électromagnétiques, support de choix pour transmettre des informations 1.3. Modulation dune tension sinusoïdale C.2. Modulation damplitude 2.1. Principe de la modulation damplitude

78 Bonnes vacances


Télécharger ppt "SCIENCES PHYSIQUES TERMINALE S 2002. Fournir aux élèves une représentation cohérente des sciences physiques et leur faire assimiler les grands principes."

Présentations similaires


Annonces Google