La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

CREAD-Rennes 18 juin 2010 Potentiel dusages de « Jouabilité » du dispositif Serge LEBLANC LIRDEF-UM2 (EA 3749) IUFM de Montpellier.

Présentations similaires


Présentation au sujet: "CREAD-Rennes 18 juin 2010 Potentiel dusages de « Jouabilité » du dispositif Serge LEBLANC LIRDEF-UM2 (EA 3749) IUFM de Montpellier."— Transcription de la présentation:

1 CREAD-Rennes 18 juin 2010 Potentiel dusages de « Jouabilité » du dispositif Serge LEBLANC LIRDEF-UM2 (EA 3749) IUFM de Montpellier

2 Un programme de recherches technologiques Contenus, scénarii de formation et artefactsscénarii de formation et artefacts Observatoires de lactivité en classe et hors classe lactivité en classe et hors classe Observatoires de lactivité en formation de lactivité en formation Effets sur lactivité en formation Développement accompagnement professionnel CREAD-Rennes 18 juin 2010

3 Identification des difficultés de gestion de classe en PS maternelle par l'auto confrontation Les implicites de l'activité de l'enseignant: mettre les élèves au travail en classe entière retour Lentrée en classe et la mise au travail Appréhender le métier enseignant en termes de « configurations provisoires dactivité » à travers une modélisation de lactivité typique débutante Espace numérique interactif permettant danalyser lactivité à partir de ressources issues de la recherche Artefacts

4 CREAD-Rennes 18 juin 2010 Enjeux pragmatique et de recherche autour de lutilisation de ces média vidéo Artefact potentiellement fécond pour les environnements de formation = un « catalyseur puissant » accentuant les potentialités individuelles et collectives Anticiper sur des situations de travail en contexte : nouvelles, à risques… et apprendre de ces simulations Encadrer et limiter les risques de pratiques « vidéoscopiques sauvages » / développement du « tout numérique » Questions éthiques, conception de scénarii de formation… Questions de recherche… retour

5 CREAD-Rennes 18 juin 2010 Observatoire des situations de formation « orientée-activité » Situations de type Allo-confrontation collective Situations de type Auto-confrontation individuelle- collective Analyse sémiologique du Cours daction (Theureau, 2004) Ce qui fait signe Mon caractère trop dur à la vidéo Un retour récent de proches allant dans le même sens Préoccupations dans la situation Anticiper les critiques des collègues Justifier son comportement Connaissances mobilisées et construites La connaissance de mon caractère « trop militaire » La connaissance de mes tics de langage Émotions Peur dêtre jugée Comportements observables Conscience pré-réflexive retour

6 Effets de différentes formes de vidéo formation sur lactivité des stagiaires CREAD-Rennes 18 juin 2010

7 Effets de lallo-confrontation collective : Voir lautre comme soi-même rassurer les enseignants, rappeler des expériences personnelles, révéler des aspects de leur propre pratique, recherche des ressemblances, construire de nouvelles interprétations et connaissances sur des situations typiques, à sinterroger sur leur développement professionnel Suite

8 Protocole de recueil des données lors de lutilisation de Consultation libre en présence du chercheur Consultation accompagnée si demande Verbalisations simultanées et interruptives Cadrage vidéo : écran et lutilisateur de ¾ avant

9 Utilisation de 1. Que construit Chloé lors de cette consultation de la vidéo de classe de Romain et de son autoconfrontation? 2. Que construit Chloé lors de la consultation des commentaires des expérimentés? 3. Quels intérêts et limites voyez-vous à ce type dutilisation?

10 Publics et données enregistrées Prénoms des utilisateurs Statut des utilisateursDurée de lexploration commentée de ChloéPLC2 Lettres modernes (RAR) 1h56 SophiePLC2 Lettres classiques1h24 MoniqueResponsable FPC40 mn Jean PaulFormateur Physique1h15 YvesFormateur Français1h10 AlainFormateur Technologie1h21 GenevièveFormatrice Transversale (sociologue) 1h13

11 Objet détude et cadre danalyse des données Processus mimétiquesCours dexpérience de lutilisateur de Amorçage observationnel : comportement de lenseignant et ses effets sur les é, sur lui-même et sur moi-même (lobservateur) Ce qui fait signe, indices perceptifs de lactivité La capacité à « faire comme si »: se mettre à la place de lE, adopter une posture empathique Attentes Émotions Interprétations Modélisation mimétique : relation entre les façons de faire des E et les siennes pas simplement au niveau des comportements mais des significations organisatrices des actions Interprétant et référentiel Effets de la simulation vidéo et dune modélisation du développement professionnel denseignants sur lactivité denseignants débutants

12 Synoptique de la navigation de Chloé dans NéoPass TempsDurée consul Lieu de consultation et verbalisations adressées chercheur 0-11mn11mnVidéo de classe « Mise à lépreuve » de Romain 11-18mn7mnEcrits sur les composantes de lactivité de Romain 18-45mn27mnVidéo-entretien du vécu professionnel de Romain 45-50mn5mn1 Vidéo-commentaires dAnne-Laure 50-59mn9mn3 Vidéo-commentaires de Jacinthe 1h05-1h15mn10mnVidéo de classe « Lécrit-apprentissage » de Romain 1h15-1h27mn12mnVidéo de classe « Lécrit-contrôle » de Nora 1h27-1h4215mnVidéo-entretien du vécu professionnel de Nora 1h42-1h497mn2 Vidéo-commentaires de Julien 1h49-1h523mn1 Vidéo-commentaires Vidéo classe: 33mn Vidéo-vécu: 42mn Ecrits: 7mn Vidéo-expér: 24mn

13 UE 8 …. Imagine une alternative R: les choses senlisent Dans cette situation, je fais ressortir et re rentrer tout le monde mais pouff (peu convaincue?). Donner les raisons et expliquer les règles du rituel avant de le refaire UE 13 Heureusement surprise, constate les effets de la formule de lE R: la classe se calme Je retiens « vous ne faites pas les é, je ne fais pas le prof ». Assez cohérent avec son attitude. Finalement, les é ont envie davoir un prof. UE 14 Se dit quelle aurait réagit vis-à- vis de lé perturbateur R: é avec tee-shirt rose Cet é ne se met pas de limite. Mettre la limite tout de suite avant que ces actes soient plus graves SUITE Vidéo joue son rôle damorce: lE se « prend au jeu », est « présente » dans cet univers fictionnel Vidéo rôle damorce: Induction dune activité fictive de même type en 5mn : Présente dans cette classe « à la place de », dans sa propre classe, projection dans les 2 Comportement « biplanaire », « faire comme si » Vidéo de classe = « Amorce observationnelle » (31%)

14 Unités dexpérience, représentamenAttentesRéférentiel et Interprétants UE 1 Sourit en voyant le sac se promener R: é assis et dautres non, sac volant Pas de rituel de classe UE 2 Impatiente, inquiète pour lE, sinterroge sur la suite R: é libres pendant 5mn comment il va sen sortir Il y a bien un rituel mais il nest pas respecté UE 3 Ne comprend pas les propos de lenseignant R: Mohamed nécoute pas linterpellation de lenseignant Si teneur message pas clair pour moi, jimagine pour lélève UE 4 Repère une classe assez complice R: expressions visages, petits jeux, filles et garçons séparés Envie de samuser entre eux. Pourraient perturber autrement Pas surprise de la séparation F/G UE 5 En se mettant à la place de lE, vit mal la situation R: Dans la peau de lE On estime que notre présence devrait suffire UE 6 Se projette dans sa classe R: La simple présence ne suffit pas En sattendant à être bousculée, on peut être agréablement surprise. En faisant différemment dès le départ, on aurait pu désamorcer UE 7 Simagine totalement décrédibilisée à la place de lE R: postures E, interventions de lE, sourire é, non réponse é Posture retrait mains derrière pour montrer jattend le calme inefficace. Prise à partie des é les + agités inefficace. É interpellé continue son activité comme si de rien nétait. Non interpellation dé agité ou rétif Mise en relation comport. E et effets é Comporte- ments é., gr. classe Comporte- ments E retour

15 Importance de laccès au vécu de lE (40%)laccès au vécu Sinterroger sur les intentions de lE et lui en prête ( ) finalement je ne sais pas trop si cest son cas à lui (…) je me dis que cest peut-être volontaire de les laisser sexprimer et dattendre que chacun gagne sa place à peu près pour avoir plus de chances de réussite au moment de prendre la parole Aller rechercher les intentions de lE je vais dabord aller voir le point de vue de Nora (avant celui des enseignants chevronnés) pour avoir des explications et des informations. Comprendre le point de vue de lE, donner du sens Après je repense à ce quil a dit et dun coup je comprends ce quil a voulu dire à cet élève, quand il dit ils sont en 3 ème il y a des enjeux etc.

16 Importance de laccès au vécu de lE Comparer les préoccupations entre deux E elle anticipe beaucoup (Nora), non pas comme le disait Romain sur le support, sur le plan de la séance, sur le plan didactique mais sur le déroulement humain de la séance Confronter ses façons de faire à celle de lE cest pas une stratégie que jaurai joué … je partage son refus de la crise de nerf mais je ne partage pas sa stratégie de jattends le silence… Ré initier un questionnement sur sa propre pratique on sent que cest un vouvoiement pour mettre de la distance (…) on se pose la question est-ce que lon va être crédible dans notre rôle de prof alors quon est si jeune

17 Importance de laccès au vécu de lE Valider des interprétations (intention de lE, posture…) donc là par rapport à lautre vidéo (de Romain2), on est complètement sûr que lintérêt pédagogique, il est factice car elle le présente comme première échelle dans les sanctions Découvrir le regard des E sur eux-mêmes je trouve que cest intéressant parce quelle se connaît très bien et justement elle prévoit des issues de secours pour quand… elle sait à lavance quelle ne pourra pas déployer les ressources nécessaires pour arriver à ses fins, de façon peut-être plus constructive etc. elle a sa petite roue de secours pour quand …

18 Accéder au sens de lactivité, à ce qui lorganise à travers la comparaison dexpériences similaires ( ) Les effets de lattente passive (Vidéo1 Romain) - Ne pas attendre le silence (autoconf Romain) - passer par lécrit (réf à expé. perso « micro-dictée ») - rentrer dans le cours (commentaires Jacinthe) – début de cours avec confrontation à un film (vidéo2 Romain) « Modèlisation mimétique » = vidéo classe, autoconfrontation, exp. perso et regards croisés

19 Validation de types à lissue de ces comparaisons = vidéo1 et vidéo2 Romain Les élèves jouent le jeu super facilement si on les invite à le faire Sils peuvent ne pas travailler ils le font En valorisant et sécurisant les élèves, ça fonctionne bien En présence de lenseignant, le contrat prof-élève est rempli (é sassoient, lèvent la main pour prendre la parole…) Parler en allemand, ça lui donne une posture beaucoup plus souple Il aurait pu donner ces consignes (analyse du film) ça ce serait bien passé et ça aurait facilité le travail des élèves (préparer la réception du film) « Modèlisation mimétique » = vidéo classe, autoconfrontation, exp. perso et regards croisés

20 Contient un potentiel dusage Choisir dans les différentes problématiques abordées (résumé) Sadapter au « thème de jeu » que lutilisateur construit en explorant les possibles Trouver un rituel de classe adapté à son nouveau contexte denseignement Se confronter à des situations « difficiles non rencontrées » Vivre en simulation des mises à lépreuve difficile pour pouvoir les anticiper Voir du développement professionnel, voir des niveaux defficacité, defficience, des façons de vivre le métier différents Voir les effets de formes dadaptation différentes de lactivité des E et ses effets sur lactivité des é et sur soi-même (charisme, rapport aux é…) La « jouabilité » du dispositif

21 Pistes dexploitation du point de vue des formateurs Objets détudes multiples: Les postures physiques E et é Laccompagnement de la mise en posture scolaire (YS )YS Lentrée dans le cours, la discipline (comparaison entre les E; GZ: )GZ: ) Lautorité, le cadrage des é Lapprentissage et le développement professionnel (Romain en classe, en autoconf MD , Romain/Nora, néo et plus expérimentés…)MD Des façons de faire différentes dE, leurs intentions et les façons de vivre la classe Des formes dajustement (YS 1-117), dadaptation indispensables (conflit prépa./ adaptation)YS 1-117), Le comportement dun même é avec des E différents (YS )YS Un « regard sur soi-même » (GZ )GZ ) …

22 Pratiques de vidéoformation IntituléObjet de travailCaractéristiques et problèmes Micro- enseignement Vidéo-contrôle Répétition de gestes standardisés - situation artificielle - comportements observables - instruction « judiciaire » (vidéo preuve) Autoscopie Vidéo-miroir Parole à la personne impliquée - prises de conscience - blocages - manipulation de limage de soi Cas vidéo Vidéo- prescription Identification et prescription des « bonnes pratiques » - vision réductrice de la complexité de la classe (lois) - relation descendante causes-effets - experts en modèle et novices « en creux » Activité typique et auto- confrontation Vidéo-réflexive Modélisation de lactivité typique débutante « configurations provisoires dactivité » - activité des débutants « en plein » - vision dynamique et constructive du développement professionnel - absence du point de vue des élèves


Télécharger ppt "CREAD-Rennes 18 juin 2010 Potentiel dusages de « Jouabilité » du dispositif Serge LEBLANC LIRDEF-UM2 (EA 3749) IUFM de Montpellier."

Présentations similaires


Annonces Google