La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

1 De la notion délève(s) en difficulté à la décision de redoublement Les opinions émises dans cette intervention doivent être considérées comme propres.

Présentations similaires


Présentation au sujet: "1 De la notion délève(s) en difficulté à la décision de redoublement Les opinions émises dans cette intervention doivent être considérées comme propres."— Transcription de la présentation:

1 1 De la notion délève(s) en difficulté à la décision de redoublement Les opinions émises dans cette intervention doivent être considérées comme propres à leur auteur. octobre - novembre 2004 – Thierry TRONCIN Contribution écrite disponible sur le site Internet de linspection académique de la Côte dOr.

2 2 Plan de lintervention Introduction La notion de difficulté scolaire Un traitement simultané de la lecture et de lécrit Les caractéristiques des élèves faibles au cycle 2 Une observation des insuffisances dans une perspective de changement En début et en fin de cours préparatoire, en fin de CE1 Quelques considérations pédagogiques Le redoublement au CP : solution ou illusion ? Ladhésion des acteurs Le redoublement vécu par les enfants et leurs familles Les progressions des redoublants Conclusion et perspectives La continuité des apprentissages et lhétérogénéité des élèves Les regroupements de cycle(s)

3 3 Introduction La notion délève(s) en difficulté est une notion « éponge ». Elle rend compte dune inadéquation entre des attentes institutionnelles et les compétences affichées par certains élèves. Les appréciations des enseignants sont inscrites dans un réseau de représentations liées à la difficulté scolaire et situées dans un contexte denseignement donné.

4 Scores des élèves repérés en retrait par les enseignants en début de CP

5 5 Introduction La notion délève(s) en difficulté est une notion « éponge ». Les appréciations des enseignants sont inscrites dans un réseau de représentations liées à la difficulté scolaire et situées dans un contexte denseignement donné. Les domaines de la lecture et de lécrit méritent dêtre traités simultanément. Le domaine des mathématiques nen est pas pour autant moins important.

6 6 Plan de lintervention Les caractéristiques des élèves faibles au cycle 2 Une observation des insuffisances dans une perspective de changement En début de cours préparatoire En fin de cours préparatoire En fin de CE1 Introduction

7 7 Les caractéristiques des élèves faibles au cycle 2 Cette population scolaire est (très) hétérogène. Les élèves faibles, même les plus faibles dentre eux, ont des compétences à partir desquelles un projet daide (en classe, en dehors de la classe) peut être élaboré. Les points soulignés dans cette intervention ont été retenus car ils rendent compte dun échec presque systématique de leur part (et dun écart significatif avec les performances des autres élèves).

8 8 Les caractéristiques des élèves faibles en début de CP Les tâches décriture – Copier un mot écrit – Écrire son prénom

9

10 10 Les caractéristiques des élèves faibles en début de CP Les tâches liées à la connaissance de lécrit – Connaître les lettres de lalphabet – Reconnaître les lettres de lalphabet – Reconnaître la transcription graphique dun phonème Les tâches décriture - Copier un mot écrit - Écrire son prénom

11

12

13 13 Les caractéristiques des élèves faibles en début de CP Les tâches liées à la compréhension orale – Connaître oralement les règles syntaxiques dune phrase simple Les tâches décriture - Copier un mot écrit - Écrire son prénom Les tâches liées à la connaissance de lécrit - Connaître, reconnaître les lettres de lalphabet - Reconnaître la transcription graphique dun phonème

14

15 15 Les caractéristiques des élèves faibles en début de CP Les tâches de « prélecture » (phonologie) – Dénombrer les syllabes dun mot – Repérer un phonème différent – Localiser un phonème dans un mot

16

17

18 18 Les caractéristiques des élèves faibles en début de CP Les tâches de lecture – Reconnaître, lire des mots simples Les tâches de « prélecture » (phonologie) - Dénombrer les syllabes dun mot - Repérer un phonème différent - Localiser un phonème dans un mot

19

20 20 Les caractéristiques des élèves faibles en début de CP Une connaissance insuffisante du principe alphabétique, ce qui rend difficile létude immédiate du code alphabétique. Renforcer les manipulations phonologiques en GS et établir systématiquement des liens avec lécrit. Un retard initial qui ne pourra être comblé au cours du CP que pour moins dun élève sur deux.

21 Un retard initial difficile à combler au cours du CP Analyse sur les 2530 élèves ayant passé les épreuves début et fin CP Les 10 % les plus faibles en lecture - écrit en début de CP Les 10 % les plus faibles en lecture - écrit en fin de CP 152 (60%)

22 22 Les caractéristiques des élèves faibles en fin de CP Des cahiers témoignant de (trop) peu dacquisitions « stabilisées ». Des correspondances phono-graphémiques « usuelles » non maîtrisées.

23

24 24 Les caractéristiques des élèves faibles en fin de CP Un déficit dans des tâches de systématisation en lecture. Des cahiers témoignant de (trop) peu dacquisitions. Des correspondances phono-graphémiques non maîtrisées.

25

26 26

27 27 Les caractéristiques des élèves faibles en fin de CP Un accès limité, voire un non accès, à la compréhension en lecture. Des cahiers témoignant de (trop) peu dacquisitions. Des correspondances phono-graphémiques non maîtrisées. Un déficit dans des tâches de systématisation en lecture.

28

29

30 30 Les caractéristiques des élèves faibles en fin de CP Un écrit peu maîtrisé, voire peu signifiant. Des cahiers témoignant de (trop) peu dacquisitions. Des correspondances phono-graphémiques non maîtrisées. Un déficit dautomatisation des tâches de bas niveau en lecture. Un accès limité, voire un non accès, à la compréhension en lecture.

31

32

33 33 Les caractéristiques des élèves faibles en fin de CE1 En lecture, – Les tâches de décodage (identiques à celles proposées fin CP) sont mieux réussies. – Les tâches liées à la compréhension (identiques ou nouvelles) sont peu traitées.

34

35

36

37

38 38 Les caractéristiques des élèves faibles en fin de CE1 A lécrit, – Les transcriptions grapho-phonémiques ne sont pas toutes maîtrisées. – Les « outils » de la langue ne sont pas du tout intégrés. – Les productions décrits restent souvent peu « compréhensibles » En lecture, - Les tâches de décodage (identiques à celles proposées fin CP) sont mieux réussies. - Les tâches liées à la compréhension (identiques ou nouvelles) sont peu traitées.

39

40

41 41 En forme de conclusion provisoire… Tant en lecture quà lécrit, ces élèves naccèdent que peu au sens. – Par manque de maîtrise et de rapidité dans les activités de décodage et dencodage. – Par manque de posture dun lecteur et dun « scripteur » actifs en quête de sens. Favoriser un enseignement précoce et spécifique de la compréhension. – Doter les élèves de stratégies qui leur permettent de savoir quand ils ne comprennent pas la lecture (dun mot, dune phrase, un texte) ou quand ce quils écrivent nest pas compréhensible. Ces mécanismes de régulation doivent être enseignés et enrichis en contexte. – Proposer des situations denseignement favorisant larticulation (et lenrichissement mutuel) des activités de lecture et décriture.

42 42 Plan de lintervention Introduction Les caractéristiques des élèves faibles au cycle 2 Le redoublement au CP : solution ou illusion ? Ladhésion des acteurs Le redoublement vécu par les enfants et leurs familles Les progressions des redoublants

43 43 Le redoublement au CP : solution ou illusion ? Le CP est la classe la plus emblématique de notre système éducatif. 5% des élèves redoublent leur CP. Les redoublants de CP resteront faibles tout au long de leur scolarité.

44 Impact du redoublement à lécole élémentaire sur les résultats aux épreuves dévaluation de 6e FrançaisMathématiques % de réussiteÉcarts brutsÉcarts netsÉcarts brutsÉcarts nets Non-redoublants67,564,8 Redoublants CP- 18,9- 15,0- 20,1- 16,2 Redoublants CE1- 16,0- 11,8- 17,4- 13,2 Redoublants CE2- 13,5- 9,4- 14,7- 10,6 Redoublants CM1- 12,4- 8,5- 12,0- 8,2 Redoublants CM2- 9,6- 6,8- 8,9- 6,2

45 45 Le redoublement au CP : solution ou illusion ? Une pluralité de parcours scolaires dès la fin du CP. Le CP est la classe la plus emblématique de notre système éducatif. 5% des élèves redoublent leur CP. Une pluralité de parcours scolaires dès la fin du CP. Les redoublants de CP resteront faibles tout au long de leur scolarité.

46 Les décisions dorientation en fin de CP OrientationsPourcentages Parcours accéléré Passage en cours dannée au CE1 0,2 0,4 Passage en fin dannée au CE2 0,2 Parcours attendu CE1 91,0 92,5 CE1 aménagé 1,5 Parcours ralenti Maintien au CP 3,6 3,9 Maintien aménagé au CP 0,3 Parcours adapté CP adapté 0,1 0,5 CE1 adapté 0,4 Parcours spécialisé CL.I.S. - E.P.A. - E.M.P.P. 0,5 Orientation inconnue2,2 Total100,0

47 47 Le redoublement au CP : solution ou illusion ? Le redoublement au CP est très différentiel selon les groupes sociaux. Le CP est la classe la plus emblématique de notre système éducatif. 5% des élèves redoublent leur CP. Les redoublants de CP resteront faibles tout au long de leur scolarité. Une pluralité de parcours scolaires dès la fin du CP.

48 48 Que pensent les acteurs du redoublement ? Les enseignants Les familles Les enfants

49 49 Les enseignants et le redoublement Les « opposants systématiques » sont plus rares que les « pratiquants systématiques ». Les vertus supposées du redoublement : – il préserve le désir dapprendre. – il permet un nouveau départ. – il évite trop de souffrance au CE1. Les enseignants « hors classe » sont plus critiques et sont sensibles : – au caractère injuste de cette décision – au effets psycho-sociaux sur lenfant et son entourage

50 50 Les familles et le redoublement Les oppositions de principe sont marginales. Le statut particulier du CP renforce la légitimité du redoublement dans cette classe. Une grande confiance est accordée aux enseignants.

51 51 Les enfants et le redoublement De fortes variations dans la capacité à définir ce que redoubler signifie. Des verbes ou des expressions liés à des actions physiques.

52 Quelques propos denfants (1) Redoubler… « Ça veut dire que tu passes pas. » « Ça veut dire se refaire une classe. » « Ça veut dire pas aller au CE1. cest le CP quon redouble, après on redouble plus. » « On retourne dans la même classe. » « Être une seconde fois dans le même niveau denseignement. »

53 53 Les enfants et le redoublement Des risques dêtre concerné bien évalués. Une expérience envisagée avec réticence De fortes variations dans la capacité à définir ce que redoubler signifie. Des verbes ou des expressions liés à des actions physiques.

54 Quelques propos denfants (2) Si un jour on te proposait de redoubler… « Je ne serais pas content. Jaurais peur quon se moque de moi. » « Je veux pas redoubler. Je veux juste rester avec mes copains. » « Cest bête de devoir refaire les mêmes choses. » « Si je travaille pas bien, je trouve ça normal car on travaille mieux la seconde fois. »

55 55 Les enfants et le redoublement Un statut du redoublant globalement négatif. De fortes variations dans la capacité à définir ce que redoubler signifie. Des verbes ou des expressions liés à des actions physiques. Des risques dêtre concerné bien évalués. Une expérience envisagée avec réticence.

56 56 Le redoublement vécu par les enfants et leurs familles Une décision « subie » par un tiers des redoublants. Une expérience douloureuse et tue dans huit cas sur dix.

57 Quelques propos denfants (3) As-tu parlé de ton redoublement ? « Je lai dit à mes meilleures copines qui mont dit que cétait pas grave. » « Non, cest un secret et un secret ça ne se dit pas. Comme ça, ils ne le savent pas. » « Non, jai rien dit. Je veux pas quon se moque de moi. » « Jlai pas dit mais eux ils me lont dit et ça cest pas très gentil parce que jlai pas fait exprès. »

58 58 Le redoublement vécu par les enfants et leurs familles Une année de CP qui laisse des traces. Une mesure redoublement synonyme de nouveau départ et de soulagement. Une décision « subie » par un tiers des redoublants. Une expérience douloureuse et tue dans huit cas sur dix.

59 Les familles de redoublants parlent du premier CP et du redoublement « De toute façon, on voulait lui dire la même chose car on voulait pas connaître une autre année comme ça. Si cest pour être en conflit tous les soirs, il vaut mieux sarrêter et bien recommencer. Mon mari il dit que cest comme une maison, quand les fondations sont pas bonnes, il faut arrêter de construire les murs. Il sait ce quil dit parce quil est maçon. Oui yavait pas dautre solution que de redoubler. Autrement, tout serait parti de travers. » « Je ne voulais pas quelle passe car elle avait aucune base. Ça ne sert à rien de passer au CE1 si on sait pas lire et écrire. Jétais contente quelle puisse refaire une année pour bien repartir. Cétait comme un soulagement car je sais quelle souffrira moins lannée prochaine que cette année. Moi aussi dailleurs. »

60 60 Le redoublement vécu par les enfants et leurs familles Une « dette à payer » le plus tôt possible. Une décision « subie » par un tiers des redoublants. Une expérience douloureuse et tue dans huit cas sur dix. Une année de CP qui laisse des traces. Une mesure redoublement synonyme de nouveau départ et de soulagement.

61 61 Les progressions des redoublants Les progressions absolues Les progressions comparées

62 62 Les progressions absolues des redoublants de CP En moyenne, les redoublants progressent lors de leur second CP. – un quasi doublement du % de réussite initial (certes faible). – des échecs entiers divisés par deux, des réussites entières multipliées par trois. Cette progression nest pas homogène : – elle est plus faible dans les exercices faisant appel à la compréhension (des zones de fragilité perdurent). – tous les redoublants ne progressent pas de la même manière.

63 63 Les progressions comparées des redoublants Au cours des vacances dété, la moitié des (futurs) redoublants régressent tandis que trois-quarts des (futurs) promus faibles progressent. En moyenne, la progression des redoublants est significativement inférieure à celle des élèves faibles de CE1. Dans trois cas sur quatre, la progression individuelle dun redoublant est inférieure à celle de son comparse de CE1.

64 Comparaison des % de réussite en fin de seconde année de chaque binôme

65 65 Cependant… Les progrès réalisés par les élèves faibles ne leur permettent pas de combler leur retard initial. Un élève faible (en début dannée scolaire) sur deux redouble son CE1.

66 66 Conclusion et perspectives Des solutions « prêt-à-porter » utopiques. Le redoublement : une mauvaise solution à un réel problème. Supprimer cette mesure ne résout rien. Favoriser la continuité des apprentissages et la différenciation pédagogique. Privilégier la constitution de regroupements de (ou par) cycle.


Télécharger ppt "1 De la notion délève(s) en difficulté à la décision de redoublement Les opinions émises dans cette intervention doivent être considérées comme propres."

Présentations similaires


Annonces Google