La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

Séminaire GPB Séance du 28 janvier 2009 28 janvier 20091Gaëtan Tremblay, Université du Québec à Montréal.

Présentations similaires


Présentation au sujet: "Séminaire GPB Séance du 28 janvier 2009 28 janvier 20091Gaëtan Tremblay, Université du Québec à Montréal."— Transcription de la présentation:

1 Séminaire GPB Séance du 28 janvier janvier 20091Gaëtan Tremblay, Université du Québec à Montréal

2 Une communication instrumentale Quel rôle pour la communication ? Pour quel type de développement ? 28 janvier 20092Gaëtan Tremblay, Université du Québec à Montréal

3 Plan La communication pour le développement Une communication instrumentale La problématique du développement Trois grandes approches : La théorie de la modernisation et le diffusionnisme La théorie de la dépendance Les approches participatives Communication, écologie et développement Lécologie de la communication Léco-développement Conclusion. Questions déthique 28 janvier 20093Gaëtan Tremblay, Université du Québec à Montréal

4 La problématique du développement Évolutionnisme et développement Croissance économique et développement ROSTOW, W.W. (1961) The Stages of Economic Growth. New York: Cambridge University Press 28 janvier 20094Gaëtan Tremblay, Université du Québec à Montréal

5 Le développement comme stratégie géopolitique (1) « The psychological phase of American propaganda under the Eisenhower and Johnson administrations-a phase described by Parry-Giles as the most effective of U.S. anti- Soviet propaganda strategies-was closely related in strategy to the "international development" phase described by Lerner. This phase took a more systematic and, one could argue, theoretically grounded approach to Third World development, one that focused, in Lerner speak, on the modification of the predisposition of Third World individuals toward Western-style development. 28 janvier 20095Gaëtan Tremblay, Université du Québec à Montréal

6 Le développement comme stratégie géopolitique (2) The approach led to establishment of U.S. educational, development and informational institutions such as the United States Information Services (USIS) in 1953(11), the United States Aid for International Development (USAID) in 1961 and the Peace Corps in The methodological approach and political objectives undergirding these institutions were and remain the same, namely a theoretical, "apolitical" approach promoting an overt agenda of cooperation and humanitarianism with a less overt intention of achieving U.S. international political and economic objectives ». (1)(1) 28 janvier 2009Gaëtan Tremblay, Université du Québec à Montréal6

7 Trois grandes approches Théorie de la modernisation et diffusionnisme Théorie de la dépendance Approches culturelles et participatives 28 janvier 20097Gaëtan Tremblay, Université du Québec à Montréal

8 Théorie de la modernisation et diffusionnisme LERNER, Daniel (1958) The Passing of Traditional Society: Modernizing the Middle East, New York: Free Press SCHRAMM, Wilbur (1964) Mass Media and National Development, Stanford, California : Stanford University Press 28 janvier 20098Gaëtan Tremblay, Université du Québec à Montréal

9 Critique du paradigme dominant ROGERS, Everett (1976) The Passing of the Dominant Paradigm, in Communication and Development, Critical Perspectives, Sage Publications 28 janvier 2009Gaëtan Tremblay, Université du Québec à Montréal9

10 Origines de la vieille conception du développement 1. La Révolution industrielle occidentale comme modèle 2. La technologie à forte intensité capitalistique comme substitution au travail 3. La croissance économique comme seul critère de développement 4. Évaluation quantitative du développement 28 janvier 2009Gaëtan Tremblay, Université du Québec à Montréal10

11 Critique du paradigme dominant (1) 1. Ethnocentrisme intellectuel 2. Centration sur les causes endogènes du sous- développement. Culpabilisation des nations peu développées 3. Approche individualiste du développement : changement des perceptions, des représentations et des comportements individuels 28 janvier 2009Gaëtan Tremblay, Université du Québec à Montréal11

12 Critique du paradigme dominant (2) 4. Approche centralisatrice, du haut vers le bas 5. Exclusion des technologies peu coûteuses 6. Croissance indéfinie peu soucieuse de lenvironnement 7. Résultats décevants 28 janvier 2009Gaëtan Tremblay, Université du Québec à Montréal12

13 Émergence de modèles alternatifs Self Development : Expériences de développement local (Chine, Tanzanie, Corée…) La participation populaire comme condition de succès La reconnaissance de la diversité culturelle Lintégration dune variété de modes de communication 28 janvier 2009Gaëtan Tremblay, Université du Québec à Montréal13

14 Théorie de la dépendance PREBISCH, Raul, économiste et homme politique argentin. Industrialización por sustitución de importaciones : El desarrollo económico de la América Latina y algunos de sus principales problemas, 1949 CEPAL (1948) Comisión económica para América latina CIESPAL (1959) Centro internacional de estudios superiores de comunicación para America latina FRANK, André Gunder (1 971) Capitalism and Underdevelopment in Latin America, London : Penguin FREIRE, Paulo (1969) Pégagogie des opprimés 28 janvier Gaëtan Tremblay, Université du Québec à Montréal

15 Le CIESPAL La etapa del despegue conceptual La fase de la creación propia ESTEINOU MADRID, Javier (2002) CIESPAL y la formación de imaginarios de la comunicación en América latina, Razón y palabra, no 25CIESPAL y la formación de imaginarios de la comunicación en América latina 28 janvier Gaëtan Tremblay, Université du Québec à Montréal

16 Approches participatives « Le modèle participatif, quant à lui, intègre les concepts dans le cadre de la multiplicité. Il souligne limportance de lidentité culturelle des communautés locales, de la démocratisation et de la participation à tous les niveaux – international, national, local et individuel. Il conduit à des stratégies largement orientées sur les récepteurs traditionnels. Paulo Freire (1983:76) considère cela comme le droit de tout peuple à sexprimer individuellement et collectivement » (2).(2). 28 janvier Gaëtan Tremblay, Université du Québec à Montréal

17 juillet/août Annonce de nouvelle publication Communication et développement durable Sélection darticles présentés lors de la 9ème Table ronde des Nations Unies sur la communication pour le développement Tous les acteurs associés à lanalyse et la mise en place de ce que lon appelé «la communication pour le développement seraient probablement daccord sur lidée que la communication est essentiellement le partage du savoir destiné à atteindre un consensus pour laction, en prenant en compte les intérêts, les besoins et les capacités de tous ceux qui sont concernés. Il sagit donc dun progrès social. Les médias de communication sont des outils essentiels pour réaliser ce processus, mais leur utilisation ne constitue pas un but en soi – la communication interpersonnelle ayant également un rôle fondamental à jouer. 28 janvier Gaëtan Tremblay, Université du Québec à Montréal

18 9 e table ronde de lONU (1) Ce document se compose dune série de synthèses portant sur : la contribution de la communication pour le développement au développement durable ; les définitions du développement durable vu de lOuest et de lEst; les tendances, défis et opportunités actuels ; le débat en cours sur la mondialisation et la localisation et ses conséquences pour la recherche en matière de communication pour le développement durable ; 28 janvier 2009Gaëtan Tremblay, Université du Québec à Montréal18

19 9 e Table ronde de lONU (2) le développement rural au niveau communautaire ; les thèmes prioritaires des organisations et des praticiens de communication, en rapport avec le développement durable ; les défis actuels en matière de politique et de recherche sur la communication pour le développement durable ; les conséquences possibles de la communication pour le développement sur les objectifs de développement du millénaire, arrêtés par le sommet mondial sur le développement durable (Johannesburg, 2001) et le sommet mondial sur la société de linformation (Genève, 2003). 28 janvier 2009Gaëtan Tremblay, Université du Québec à Montréal19

20 Écologie de la communication (1) « La communication se situe dans lespace et dans le temps, elle est lun des trois aspects fondamentaux des sciences sociales quil est légitime de restructurer en trois grands chapitres : sciences des situations, sciences des communications, sciences des actes. Si, comme nous le marquions plus haut, la quantité despace et de temps dont dispose -de façon plus ou moins autonome- lêtre individuel ou la collectivité, se trouve limitée(notion de domaine propre, dagenda, de coquilles de lhomme, ou à lopposé, notion de territoire), alors tout acte de communication quel quil soit, prélève nécessairement sur cette sorte de capital spatio-temporel dont dispose lindividu ou le système social ; 28 janvier Gaëtan Tremblay, Université du Québec à Montréal

21 Écologie de la communication (1) suite sil en est ainsi, chaque opération de communication, dinteraction, réagit nécessairement sur tous les autres puisquil "consomme" une certaine quantité de temps ou despace. Cest lidée de base dune écologie de communications définie contre (sic) linteraction despèces différentes de communication à lintérieur dun domaine restreint de lespace et du temps, que nous avons défini dans un travail effectué par les Cahiers de lISEA dirigés par François Perroux. Il y a donc une organisation de la sphère personnelle de lêtre dans la répartition entre ses actes, ses interactions avec les autres, son travail et son repos, tout de même quil y a une organisation dun territoire, dun état, par les systèmes de relation qui sy construisent. Ce sera lobjet de cette nouvelle discipline, lécologie communicationnelle, de rendre compte de cette organisation et de létablir sur des bases numériques ». (3)(3) 28 janvier 2009Gaëtan Tremblay, Université du Québec à Montréal21

22 Écologie de la communication (2) « Une écologie communicationnelle, ce sera à la fois une nouvelle économie et une nouvelle géographie. Ce sera une Économie au sens où les valeurs traitées et transportées par lacte de communication sont les véritables déterminants, les vraies marchandises qui occuperont désormais la main invisible du marché (Adam Smith), ce sera une nouvelle façon de voir la face de la Terre avec les hommes qui la peuplent, en fonction, précisément, des valeurs qui intéressent ces hommes au premier chef. 28 janvier 2009Gaëtan Tremblay, Université du Québec à Montréal22

23 Écologie de la communication (2) suite Les réseaux de communication, les câbles de toute espèce, limage de la cité ou de la société câblées, reconstruiront les contours des nations et des continents dans une structuration topologique qui commence à se faire jour dans lesprit du géographe. Quelles en sont les lois, par quels mécanismes un mode de communication réagit-il sur un autre ainsi que sur le groupement humain qui le forme, ce qui nous apparaissait jusquà présent sous la forme de villes, de villages et de déserts ? ». (4)(4) 28 janvier 2009Gaëtan Tremblay, Université du Québec à Montréal23

24 Communication et développement Une problématique internationale (Banque mondiale, PNUD, Unesco, FAO, OMS) Pratiquement absente en France. Peu doccurrences dans les Congrès de la SFSIC et dans les revues (Questions de communication, Enjeux de linformation et de la communication, Réseaux…). Pourquoi ? Mais il y a quelques exceptions … 28 janvier 2009Gaëtan Tremblay, Université du Québec à Montréal24

25 TIC21, Technologies de l'information et de la communication et développement durable Vers une civilisation numérique durable ? en 2030 ? 2050 ? Le Forum international TIC21 des 30 et 31 octobre à Valenciennes est organisé par l'association ACIDD. La convergence entre développement durable, nouvelles technologies et société de linformation ouvre de nouvelles perspectives en matière de lutte contre leffet de serre, defficacité énergétique, de démocratie participative, de gestion des territoires, de développement économique, denseignement, de solidarités, etc. Mais le développement des technologies de linformation et de la communication doit se faire de manière réfléchie et responsable dans un contexte global et transversal. Cest la raison dêtre du programme TIC 21, catalyseur et porte parole de la réflexion collective. Le programme TIC21 réunit les experts qui imaginent et construisent la société de demain vers le développement durable. Parce que les nouvelles technologies sont en train de bouleverser notre monde –évolution renforcée par lapparition des NBIC, les nano et biotechnologies de linformation et de la communication, les rencontres TIC 21 sont des lieux de confrontation des idées et de partage des expériences. 28 janvier Gaëtan Tremblay, Université du Québec à Montréal

26 Éco-développement (1) Le terme « écodéveloppement » a été prononcé officiellement pour la première fois par Maurice Strong, secrétaire général de la Conférence de Stockholm en Lécodéveloppement nest pas une doctrine ni une théorie mais une approche qui cherche à concilier : la justice sociale la prudence écologique lefficacité économique. 28 janvier 2009Gaëtan Tremblay, Université du Québec à Montréal26

27 Développement durable La Confér ence des Nations Unies sur lenvironnement et le développement (CNUED), surnommée le Sommet de la terre, à Rio de Janeiro en juin 1992, a grandement contribué à la sensibilisation des populations à léchelle planétaire, de même que ladoption du protocole de Kyoto (1997), malgré les déficiences de sa mise en application. 28 janvier 2009Gaëtan Tremblay, Université du Québec à Montréal27

28 Éco-développement (2) « Dès lors, le développement doit sappuyer sur trois piliers : lautonomie des décisions (self reliance) et la recherche de modèles endogènes propres à chaque contexte historique, culturel et écologique; la prise en charge équitable des besoins de tous les hommes et de chaque homme; besoins matériels et immatériels, à commencer par celui de se réaliser à travers une existence qui ait un sens, qui soit un projet; la prudence écologique, cest-à-dire la recherche dun développement en harmonie avec la nature ». (5)(5) 28 janvier 2009Gaëtan Tremblay, Université du Québec à Montréal28

29 Le CRDI « Le Centre de recherches pour le développement international (CRDI) est une société d'État créée par le Parlement du Canada en 1970 pour aider les pays en développement à se servir de la science et de la technologie pour trouver des solutions viables aux problèmes sociaux, économiques et environnementaux auxquels ils font face. Lappui du CRDI sert en particulier à consolider les capacités de recherche locales afin dappuyer les politiques et les technologies susceptibles de contribuer à lédification, dans les pays du Sud, de sociétés en meilleure santé, plus équitables et plus prospères ». 28 janvier 2009Gaëtan Tremblay, Université du Québec à Montréal29

30 Sciences de la communication Sciences de lenvironnement Lécodéveloppement, en ce quil exige une intense participation sociale, implique la mise en place de structures et de processus de communication et profiterait certainement de lapport dune théorie de la communication. En revanche, une révision des théories de la communication pour le développement simpose afin dy insérer plus explicitement les préoccupations environnementales. 28 janvier 2009Gaëtan Tremblay, Université du Québec à Montréal30

31 Suite… De plus, il faudrait également sinterroger sur la possibilité dintégrer le rapport à la nature dans les théories plus générales de la communication, telle que celle formulée par Jurgen Habermas. Bref, il faudrait satteler à favoriser un rapprochement théorique et pratique des sciences de la communication et des sciences de lenvironnement. 28 janvier 2009Gaëtan Tremblay, Université du Québec à Montréal31

32 Conclusion La communication pour le développement implique une instrumentalisation de la communication Elle implique également un engagement et soulève des questions éthiques Le chercheur en communication pour le développement ne peut adopter une attitude de stricte neutralité 28 janvier 2009Gaëtan Tremblay, Université du Québec à Montréal32

33 Le mot de la fin à Paulo Freire « Il nest pas possible au sujet de vivre sans être exposé en permanence à la transgression de léthique. Un de nos conflits dans lHistoire, pour cette question même, est exactement celui-ci : faire tout ce que nous pouvons en faveur dune attitude éthique sans tomber dans le moralisme hypocrite au goût pharisaïque reconnaissable (…) 28 janvier 2009Gaëtan Tremblay, Université du Québec à Montréal33

34 Suite… Cela ne signifie pas nier les conditionnements génétiques, culturels, sociaux auxquels nous sommes soumis. Il sagit de reconnaître que nous sommes des êtres conditionnés mais non des êtres déterminés, programmés. Reconnaître que lhistoire est un temps de possibilité et non de déterminisme, que le futur, permettez-moi de le réitérer, est problématique et non inexorable ». (6)(6) 28 janvier 2009Gaëtan Tremblay, Université du Québec à Montréal34

35 Références 1. Bah, Umary (2008) Daniel Lerner, Cold War Propaganda and US Development Communication Research : an Historical Critique, Journal of Third World Studies. Bah, Umary 2. Servaes, Jan & Malikhao, Patchanee, Communication et développement durable, dans 9 e Table ronde des Nations Unies sur la communication pour le développement, p. 5. Servaes 3. Moles, Abraham, Autobiographie, p. 18 MolesAutobiographie 4. Ibidem, p. 32 Ibidem 5. Sachs, Ignacy (1980) Les stratégies de lécodéveloppement, Paris, Les Éditions ouvrières, p. 32 Sachs 6. Freire, Paulo (2006) Pédagogie de lautonomie, Érès, p Freire 28 janvier Gaëtan Tremblay, Université du Québec à Montréal


Télécharger ppt "Séminaire GPB Séance du 28 janvier 2009 28 janvier 20091Gaëtan Tremblay, Université du Québec à Montréal."

Présentations similaires


Annonces Google