La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

Michel Boyer,Louise Simon, Serge Striganuk,

Présentations similaires


Présentation au sujet: "Michel Boyer,Louise Simon, Serge Striganuk,"— Transcription de la présentation:

1 Michel Boyer,Louise Simon, Serge Striganuk,
Étude du développement d’une culture de collaboration dans deux établissements scolaires du Québec Par Lise Corriveau, Michel Boyer,Louise Simon, Serge Striganuk, professeurs Secteur Gestion de l’éducation et de la formation Université de Sherbrooke Congrès ACFAS Rimouski, mai 2003

2 Plan de la présentation
Problématique Objectifs de la recherche Quelques concepts… Méthodologie Résultats Conclusion

3 Problématique Environnement marqué par la complexité, l’ambiguïté et les changements rapides Société désormais axée sur le savoir. Réforme de l’éducation au Québec: Décentralisation des pouvoirs: passage d’un mode de gestion bureaucratique à un mode principalement fondé sur un rassemblement des visions et sur la participation des intervenants. Réforme du curriculum: expérimentation et mise en œuvre de nouvelles pratiques éducatives principalement orientées sur la collaboration et le travail en équipe Rupture importante des établissements scolaires avec leurs pratiques habituelles.

4 Problématique (suite)
Des études réalisées au Québec sur la culture des écoles secondaires (Castonguay, Deblois, Hart, 1995; Deblois et Corriveau, 1994) montrent toute la difficulté d’opérer des changements majeurs dans un établissement scolaire sans faire évoluer sa culture vers l’acceptation des nouvelles valeurs, des nouveaux comportements et des nouvelles habitudes de fonctionnement liés à ces changements. Les premiers interpellés dans la mise en application des réformes administratives et de l’enseignement sont les membres de la direction des établissements et ceux des équipes-écoles.

5 Objectifs poursuivis Identifier des pratiques que des directions d'établissement scolaire et des membres des équipes-écoles mettent en oeuvre pour favoriser le développement d'une culture de collaboration. Étudier et comprendre l'impact de ces pratiques sur la culture d'établissement. Préciser des facteurs déterminants dans le développement et le maintien d'une culture de collaboration.  

6 Quelques concepts utiles…
Culture de collaboration Ensemble implicite et explicite des croyances, des valeurs, des normes et des règles de conduite largement partagés par les membres d’une organisation qui se manifestent par l’engagement commun des partenaires à coordonner leurs efforts pour élaborer une vision commune de l’organisation, apprendre les uns des autres et résoudre les problèmes quotidiens de l’organisation pour en assurer un bon fonctionnement et son développement optimal. (Bouchard et Corriveau, 2003)

7 Quelques concepts utiles…
Équipe Groupe de personnes qui possèdent des compétences complémentaires et qui partagent un but, des objectifs de rendement communs, pour lesquels elles se sentent mutuellement responsables et interdépendants». (Affaires indiennes et du Nord Canada). Travail d’équipe Ensemble des relations entre des personnes interdépendantes qui partagent un but commun. Il englobe la méthode, les pratiques et les processus utilisés par les membres de l’équipe pour parvenir à leur but commun». (Affaires indiennes et du Nord Canada)

8 Types de relations collégiales
Travail en collaboration Mise en commun d’idées Aide et assistance Triage et conversation

9 Méthodologie Recherche exploratoire dans deux établissements scolaires, primaire (novembre 2003) et secondaire (15 et 16 mai 2003) Entrevues semi-dirigées individuelles et de groupe d’environ 90 minutes, enregistrées Échantillon de volontaires 9 personnes au primaire 12 personnes au secondaire  

10 Résultats

11 Niveau de relations collégiales
Types de relations collégiales (Little, 1990, dans Howden et Kopiec, 2002) Niveau de relations collégiales Unités de sens «Hey, du party, il y en avait là. On jouait au ballon-volant, je me souviens, on avait parti une équipe de ballon-volant. On avait fait de la danse aérobique. On collaborait à ce niveau-là. Mais, c’était plus dans le social» Triage et conversation 8

12 Niveau de relations collégiales
Types de relations collégiales (Little, 1990, dans Howden et Kopiec, 2002) «As-tu un site Internet à me proposer pour, bon, je fais une recherche sur Noël autour du monde? Bien… Les gens, ça c’est plus. Ils vont l’écrire au tableau : qui a des adresses? Ça, c’est nouveau depuis un an ou deux là. Mais, ce n’est pas encore des réunions. Comme nous autres, on ne se réunit jamais en deuxième. C’est plus ponctuel»). Niveau de relations collégiales Unités de sens Triage et conversation 8 Aide et assistance 15 «Je sais qu’il y en a que leur force, c’est l’informatique. Moi, ça ne l’est pas. Fait que c’est certain que j’aime bien ça aller voir certaines personnes parce que je sais qu’eux autres, c’est leur force. Bon, peux-tu me dépanner pour telle ou telle chose. Mais, ça ne veut pas dire que c’est avec ces gens-là par contre que je vais faire des projets. Fait que c’est ça là»

13 Niveau de relations collégiales
Types de relations collégiales (Little, 1990, dans Howden et Kopiec, 2002) «Eh, bien, exemple, si on parle d’une fête, la fête de Noël qui s’en vient ou la fête de l’Halloween. Non, nous autres, on l’a tout le temps fêté de cette façon-là. Ouais, mais là si on essayait de faire telle autre chose. Les gens disent : bien oui, à l’école d’où je viens moi, on a déjà fait ça. Tiens, c’est pas pire ouais comme idée. Moi, à l’école d’où je viens, on avait ça aussi. Fait que c’est ça, c’est d’amener des exemples pour montrer qu’il se vit d’autre chose ailleurs» Niveau de relations collégiales Unités de sens Triage et conversation 8 Aide et assistance 15 Mise en commun d’idées 15

14 Niveau de relations collégiales
Types de relations collégiales (Little, 1990, dans Howden et Kopiec, 2002) «On est allées jusqu’à échanger nos élèves» Niveau de relations collégiales Unités de sens «Bien, il y a des équipes. Je regarde la gang des filles au deuxième cycle ici là, ils se partagent des matières-là. Puis, les élèves se promènent. Eux autres, ils l’expérimentent cette année-là» Triage et conversation 8 Aide et assistance 15 Mise en commun d’idées 15 «Et aussi, il ne faut pas se le cacher, cette année, je ne sais pas si je serais prête à recevoir dans ma classe deux TC qui pètent les plombs à tous les jours là, puis qui crient, puis qui courent là. Tu sais là, je réussis à gérer ma classe. Ça va très bien là» Travail en collaboration 6 (incluant 2 contre exemples)

15 Types de regroupement Regroupements Unités de sens Par clan 18 «Ce n’est pas juste la direction. Là, il s’est mis à avoir des cliques, puis des gangs dans l’école. Ça n’arrêtait pas. Depuis ce temps-là, il y en a» «Bien, c’est que moi, dans ma tête, mon analyse de ça là, actuellement c’est qu’il y a comme trois groupes là, grosso modo là»

16 Types de regroupement «Moi, je sais qu’en 2000 environ, je me suis en venue en première année. J’ai changé de degré. Donc, pour moi, c’était un plus parce que je retrouvais des gens qui avaient des valeurs plus similaires aux miennes. Puis, je savais que je pourrais travailler plus là en équipe, plus échanger» Regroupements Unités de sens Par clan 18 Par affinités 20 «Non! Ce n’est pas moi, pas du tout. Encourager des gens qui, naturellement, se groupent ensemble et s’entraident, je trouve ça merveilleux. Mais, de leur dire : bon bien là là, regarde là, essaye donc de travailler avec l’autre ici là. Ce n’est pas évident. Je ne suis pas convaincue de ça du tout, pas du tout»

17 Types de regroupement Regroupements Unités de sens Par clan 18 «Le travail se fait plus, ce n’est pas à l’intérieur du cycle mais par degrés, le travail d’équipe, de coopération, c’est certaines personnes par exemple de première année qui vont travailler ensemble, certaines personnes de deuxième années vont travailler ensemble. Mais, un et deux, à ma connaissance-là, non » Par affinités 20 Par degré 14 «Mais, on travaille encore – ce que je trouve plate – c’est qu’on travaille encore beaucoup juste première ensemble, deux ensemble»

18 Types de regroupement Regroupements Unités de sens Par clan 18 «Donc, c’est ça, on s’est quand même assis là à une couple d’occasions, toute la gang ensemble, le un et deux là, pour dire : lesquelles on va privilégier là pour essayer d’avoir quand même là une uniformité toutes ensemble et de l’expliquer aux parents là que, par choix, l’équipe, on a choisi celles-là parce qu’on trouve que ça rejoint plus nos tout-petits» Par affinités 20 Par degré 14 Par cycle 3

19 Rôles 22 unités de sens Rôles des enseignants
«Nous, notre job, c’est d’enseigner, c’est d’être avec nos petits» «Ça ne change pas. L’enfant a son enseignant, dans son groupe» «Oui! C’est sûr que dans les réunions, tu sais, des fois, il va y avoir comme des positions de prises ou il va y avoir des essais qui vont être faits. Mais, il reste pareil que l’entité classe demeure l’entité classe, tu sais, ça, ça n’a pas changé. Puis qu’il y a des gens encore qui vont dire : quand j’arrive avec, dans mon groupe à moi, je vais bien mener mes affaires comme je le pense. Puis ça, je veux dire, cette entité-là, elle existe encore même s’il y a la réforme» En lien avec sa classe 22 unités de sens Rôles

20 Rôles 22 unités de sens 12 unités de sens Rôles des enseignants
«Il y a plus de tension qu’il y en avait voilà… Il y a beaucoup de pression sur la réussite, sur les performances des élèves «Moi, j’entends des parents : hey, moi, je ne veux pas mettre mon enfant avec elle en première année, il paraît qu’elle crie tout le temps. Elle, elle ne fait pas de projets. Ah, ma voisine a été dans cette classe-là, ça été terrible» En lien avec sa classe 22 unités de sens Rôles En lien avec l’aspect compétitif 12 unités de sens

21 La métaphore Votre équipe est comme…
«Une boîte de crayons de couleur. On est tous dans la même boîte, mais on est tous d’une couleur différente Je ne sais pas. » «Est-ce qu’il y a des crayons qui ne colorent plus? » «Il y en a qui n’ont plus de mine. Il y en a qui ne sont pas aiguisés encore. « Puis, il y en a qu’on ne se tanne jamais. Il y a des couleurs qu’on aime. Puis, il y en a qu’on ne se sert jamais. Hey, que c’est une belle image»

22 Représentation graphique
Situez l’équipe, les élèves, les parents, le conseil d’établissement, la commission scolaire… «Ah, bien moi, ils sont bien importants pour moi les parents par exemple. Je leur écris à toutes les semaines. Puis, non, ils sont avec les enfants, puis avec moi là. Je me dis qu’on forme une équipe tous ensemble. Non! Moi, les parents, je les trouve très très importants. Je me dis qu’à quelque part, ils sont comme moi quand je suis une mère là. Je me dis que nos petits sont importants. Puis, c’est important pour eux qu’ils sentent que…»

23 le temps «On est, on a beaucoup à faire au niveau, juste à l’intérieur de notre classe là, faire les aménagements qu’il faut par exemple pour bien vivre la réforme. C’est très exigeant! » «Quand tu dis la lourdeur de la tâche, est-ce qu’on peut penser que, actuellement, dans la situation actuelle de la population de la réforme, que la tâche des enseignants et des enseignantes est tellement lourde, que finalement, ils n’ont peut-être pas beaucoup de temps pour s’asseoir et collaborer? » Interviewée: «Définitivement! Définitivement!

24 Conclusion


Télécharger ppt "Michel Boyer,Louise Simon, Serge Striganuk,"

Présentations similaires


Annonces Google