La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

Les troubles spécifiques des apprentissages Dr LEROY médecin scolaire, 4 Mars 2009.

Présentations similaires


Présentation au sujet: "Les troubles spécifiques des apprentissages Dr LEROY médecin scolaire, 4 Mars 2009."— Transcription de la présentation:

1 Les troubles spécifiques des apprentissages Dr LEROY médecin scolaire, 4 Mars 2009

2 LE RETARD C est un simple décalage de maturation dune fonction(par ex le langage) par rapport à une norme dâge ou sociétale, mais dont lévolution spontanée et/ou la prise en charge adaptée vont entrainer la récupération ad intégrum

3 LE TROUBLE Contrairement au retard, le trouble est une notion médicale, correspondant à la désorganisation dune fonction, nécessitant un diagnostic précis par des professionnels de santé, avec des tests étalonnés(écart en général inférieur à – 2 DS) et une prise en charge multi- partenariale qui ne sera que palliative(moyens de compensation)

4 LE HANDICAP Cest une notion définie par la MDPH, en fonction de lappréciation de la déficience(atteinte dun organe ou dune fonction) et de lincapacité qui en découle dans les gestes et les actes de la vie quotidienne(en général supérieure ou égale à 50% chez lenfant). Cela donne droit au statut de personne handicapée, à la mise en œuvre de moyens de compensation et/ou à lattribution daide humaine(AVS) ou financière(AEEH)

5 LES TROUBLES SPECIFIQUES Ils ne sont pas dûs à: un déficit visuel ou auditif. une insuffisance intellectuelle. une lésion cérébrale acquise. un trouble envahissant du développement. une grave carence affective ou éducative. une malformation des organes phonatoires

6 TROUBLES SEVERES ET DURABLES Sévères: il y a un retentissement sur les relations de lenfant, sur sa vie sociale, ses apprentissages. Durables: ils persistent au delà de lâge de 6 ans, malgré des prises en charge adaptées(orthoptiques, ergothérapiques, orthophoniques)

7 LES DYSPHASIES

8 LE LANGAGE ORAL Le langage est à la fois un outil de raisonnement et un instrument de communication, il sert de support à la pensée et permet d établir des échanges avec les autres => toute atteinte des fonctions linguistiques entraînera une difficulté dapprentissage

9 LE LANGAGE ORAL Le langage oral est un système de signes (le lexique) reliés par des règles (la syntaxe) débouchant sur du sens (sémantique) élaboré dans un contexte social (pragmatique)

10 LES DYSPHASIES Cest un déficit durable des performances verbales et significatif en regard des normes établies pour lâge. Le diagnostic doit être posé précocement. (4,5 - 5 ans) La prévalence est de 1% à 5%.

11

12

13

14 Difficultés du dysphasique Incapacité à analyser les sons, à accéder au lexique, à comprendre les énoncés longs ou complexes, le sens figuré, lhumour. Il perçoit le français comme une langue étrangère Difficulté à prononcer les sons dans le mot(bouillie verbale), dyssyntaxie voire agrammatisme, difficultés en grammaire, en conjugaison et pour les langues

15 LES DYSLEXIES

16 Reconnaître les mots écrits Capacité à comprendre un texte Projet de lecteur Texte écrit sens

17 U amclt n baoee e ornnr rdttr p diiee e énms rmue. t laen u etrt r sia b nd a L.àa t an i nEes o dln n eltl sere a es r

18 Une perturbation a abordé les Landes mardi matin. Elle continuera à entrer lentement dans les terres.

19 LES DEUX VOIES DE LECTURE (de mots) voie lexicale MOT ECRITvoie phonologique adressage assemblage Analyse visuelle Lexique orthographique sens Lexique phonologique Production orale Mémoire LT Segmentation en graphèmes Conversion grapho- phonémique Fusion des phonèmes Conscience phonémique code sens Mémoire CT

20 Voie lexicale château voie phonologique Analyse visuelle château /chato/ /chatô/ ch. a - t. eau /ch//a/-/t//o/ /chatô/

21 La dyslexie de développement : Cest un trouble persistant de la reconnaissance automatique des mots L = R x C chez une personne defficience intellectuelle normale. Ce trouble ne peut pas être expliqué par dautres raisons médicales ou sociales. DEFINITION

22

23

24 REPERAGE Di fficulté à décoder l'écrit, à lire à haute voix: lenteur, hésitations, erreurs sonores: k/g: karçon/garçon, t/d: splenteur/splendeur, paralexies: écueil/écureuil, erreurs visuelles: p/q, m/n, saut de ligne….) Dysorthographie : confusions de sons proches: sourdes/ sonores: t/d, k/g, orthographe phonétique, erreurs d'agglutination: mots attachés, de sursegmentation, Difficultés en production écrite chez un élève pertinent à loral Discordance, à lévaluation entre le score de maths et celui de français Elève fatigable, rêveur, inattentif ….

25 DIFFICULTES EN LECTURE Il ne parvient pas à lire comme les élèves de son âge(sauts de mots, inversion, ajout, omission, confusion de sons) Il ne parvient pas à lire comme les élèves de son âge(sauts de mots, inversion, ajout, omission, confusion de sons) Il est très lent, se fatigue très vite, se décourage facilement. Il est très lent, se fatigue très vite, se décourage facilement.

26 DIFFICULTES EN ECRITURE Il est très lent Il a du mal à prendre des notes et à copier Il ne soigne pas sa présentation et rature beaucoup Il fait beaucoup derreurs en orthographe Il fait beaucoup derreurs en orthographe

27 Erreurs de codage phonèmes / graphèmes combien gardien

28 Erreurs dagglutination elle na pas Tous les coureurs sélancent

29 Erreurs de sur-segmentation il sélance on le félicite voici larrivée

30 Ecriture phonétique galop août parfum

31 Animal, pâté, gâteau, café, vache crabe, carte, cadre, gardien, gradé palme, branche, planche.

32 Quentin, 9ans 2 mois, CE2 Le marché Les vendeurs bavards posent les marchandises sur les étalages.

33 Thibault 10 ans Un corbeau perché sur l'antenne d'un bâtiment tient dans son bec une souris blessée.

34 LES DYSPRAXIES

35 DEFINITION La praxie est une coordination motrice volontaire, orientée vers un but et issue dun apprentissage. Elle permet la réalisation de gestes fluides, harmonieux et automatisés. La dyspraxie est donc un trouble de la planification et de lautomatisation des gestes volontaires, en labsence de troubles sensoriels, moteurs, intellectuels ou psychopathologiques

36

37 DIAGNOSTIC POSITIF Il repose sur lassociation dune plainte, dune gêne, occasionnant un ensemble de symptômes Le médecin de pmi ou scolaire participent à ce repérage, première étape du diagnostic On retrouve chez ces enfants de nombreuses maladresses motrices affectant la motricité globale et fine. Souvent, la perception spatiale est touchée.

38 DEMARCHE DIAGNOSTIQUE Elle doit permettre de répondre à 4 questions: Ce trouble est- il avéré? Le bilan étalonné en psychomotricité ou en ergothérapie permettra de faire la différence entre retard et trouble. Ce trouble est- il spécifique? Cest le rôle du bilan psychologique voire neuropsychologique Ce trouble est- il développemental? Une consultation neuro-pédiatrique éliminera une pathologie acquise Quelles sont les caractéristiques de ce trouble du geste? Cest surtout laspect qualitatif du trouble que lon va évaluer: la lenteur de production, les résultats fluctuants, laide ou non apportée par des repères visuels ou la verbalisation des informations. Lenfant dyspraxique va faire de petits progrès mais insuffisants pour automatiser son geste, le rendre harmonieux et facile (ce qui lempêchera de gérer une double tâche). lécart par rapport aux exigences scolaires, notamment en graphisme et écriture manuelle, ne va cesser de saccroître et les entrainements habituels proposés en classe resteront inefficaces.

39 DIFFICULTES SCOLAIRES En lien avec labsence dautomatisation du graphisme: Dysgraphie, lenteur, fatigabilité, impossibilité de gérer une double tâche impliquant lécrit. En lien avec les difficultés visuo-spatiales et visuo- constructives: Difficultés dorganisation, de classement, de mise en page Difficultés en lecture et en orthographe: sauts de ligne, lenteur, lecture hachée dysorthographie prédominant au niveau des mots dusage. Difficultés en maths: difficulté daccès à la notion de nombre (en raison de laspect visuospatial du comptage et de la position), à la pose des opérations (non maîtrise des algorithmes spatiaux) Difficultés en géométrie (réalisation de figures, utilisation des outils), schémas, graphiques, tableaux à double entrée, cartes en géographie. Difficultés en arts plastiques, en EPS, en travaux manuels

40 AMENAGEMENTS PEDAGOGIQUES « Il nexiste pas de catégories délèves, il nexiste que des élèves présentant des besoins singuliers auxquels il est nécessaire de sadapter » Dans tous les cas, il faut prendre le temps dexpliciter le trouble à la classe. En maternelle, il faudra envisager une aide pour lapprentissage de lhabillage, tous les travaux manuels, les ateliers de motricité et ne pas insister pour les puzzles et les jeux de construction. En primaire, il faudra limiter lécrit (exercices à trous, QCM) éviter la copie (photocopies, textes scannés, secrétaire assistant, AVS) aider lenfant à gérer son cartable.Les présentations écrites devront être aérées, avec augmentation de la taille des interlignes, marquage vertical du début des lignes, voire surlignage couleur horizontal (en respectant toujours le même algorithme) laide auditivo-verbale doit être privilégiée, des outils adaptés (règle lestée, ciseaux et crayons spécifiques, plaque antidérapante…) seront à envisager sur les conseils de lergothérapeute. Les petits progrès seront valorisés, l évaluation orale privilégiée ainsi que la tolérance dun graphisme malhabile et dune présentation brouillonne. On envisagera rapidement une demande de MPA (ordinateur portable et logiciels adaptés) AMENAGEMENTS PEDAGOGIQUE

41 ROLE DES DIFFERENTS PARTENAIRES « La bataille contre la souffrance est gagnée lorsque chacune des personnes aidantes est persuadée dapporter seulement une petite pierre à lédifice de la construction de lenfant » Seront associés en fonction de leurs compétences respectives, autour de lenfant et de ses parents, lenseignant, le Rased, le médecin scolaire ou de PMI, lAVS, lergothérapeute, le psychomotricien, le psychologue, lorthoptiste…..


Télécharger ppt "Les troubles spécifiques des apprentissages Dr LEROY médecin scolaire, 4 Mars 2009."

Présentations similaires


Annonces Google