La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

La parenté La plupart des illustrations ont été crées par Brian Schwimmer, University of Manitoba, ©1995-2003, et sont utilisées avec permission. Certaines.

Présentations similaires


Présentation au sujet: "La parenté La plupart des illustrations ont été crées par Brian Schwimmer, University of Manitoba, ©1995-2003, et sont utilisées avec permission. Certaines."— Transcription de la présentation:

1 La parenté La plupart des illustrations ont été crées par Brian Schwimmer, University of Manitoba, © , et sont utilisées avec permission. Certaines ont été modifiées; les commentaires ne sont pas de M. Schwimmer. (http://umanitoba.ca/faculties/arts/anthropology/tutor/index.html) Guy Lanoue, Université de Montréal, 2011

2 Les familles et la famille ne sont pas des phénomènes universels
Les familles et la famille ne sont pas des phénomènes universels. L’anthropologie a développé une obsession avec la parenté, car le fonctionnalisme, le structuro-fonctionnalisme et même le structuralisme ont soutenu, d'une façon ou d'une autre, que la parenté chez les peuples non occidentaux peut définir des structures émotives, psychiques, et institutionnelles qui jouent des rôles actifs et contraignants dans l’encadrement du quotidien et dans la reproduction sociale, rôle joué « chez nous » par des institutions attachées aux idéologies et aux systèmes juridiques (censés être des incarnations d’un éthos plus avancé, puisqu’elles sont détachées des contingences de la parenté). L’exemple mieux connu est la société acéphale, mais structurée selon la logique patroclanique, les Nuer du Sudan. Une chose est certaine: la famille est polysémique. Par exemple, on a parfois noté le paradoxe où le discours public des sociétés nord-américaines semble obsédé par la famille, qui serait l’antithèse de valeurs nord-américaines qui favorisent l’individualisme capitaliste.

3 Cependant, « la famille » n’est qu’un mot
Cependant, « la famille » n’est qu’un mot. Elle peut se comprendre en plusieurs sens: famille nucléaire, étendue, souche, ou comme un idée qui fonctionne de métaphore pour le passé et pour l’encadrement social: la famille « d’origine » (quand on se marie, quand on émigre) est aussi une métaphore pour la tradition, pour l’enracinement, pour la résistance aux vicissitudes et aux contingences des forces du marché mondial. Aujourd’hui, elle semble, en Amérique du Nord, avoir acquis d’autres couches de signification, avec l’émergence de ce que plusieurs appellent la néo-parenté: adoptions (légales ou non), familles recomposées, la gestation pour les tiers (surrogacy). Les familles recomposées sont tellement répandues que le bureau de recensement américain a cessé d’enquêter sur ce phénomène après Même les statistiques fournies par Wikipedia (souvent douteuses sur le plan méthodologique, mais néanmoins indicatives: estiment que 30% des enfants américains sont élevés dans les familles recomposées, et que 50% vivent avec un seul parent biologique et le ou la conjoint(e). Cette complexité des rapports, surtout dans une culture nationale qui est marquée par une forte tendance à invoquer la nature et la biologie comme source de légitimité, transforme la famille en mini-univers, une métaphore pour la complexité et les forces occultées et surtout lointaines du système mondial. Il n’est donc pas surprenant que « la famille » comme catégorie soit souvent invoquée et qu’elle devienne un outil à penser.

4 Abréviations pour les termes de parenté (en anglais, le standard)
M = mère; P = père; Z = sœur; D = fille; S = fils; B = frère B. Schwimmer

5 L’organigramme d’un système linéaire, indiquant les lignes de filiation et l’organisation des catégories selon une logique totémique

6 La parenté bilatérale (la parentèle bilatérale et égocentrique)
B. Schwimmer

7 Parentèles égocentriques dans un système bilatéral
= membres de la parentèle d'Égo = membres de la parentèle de l'Autre (Alter) = personnes qui appartiennent aux deux parentèles B. Schwimmer

8 Parenté matrilatérale et parenté patrilatérale
B. Schwimmer

9 Parenté matrilinéaire et patrilinéaire
= parenté patrilinéaire = parenté matrilinéaire = parenté croisée (tracée par des paires de sexe opposé) B. Schwimmer

10 Filiation (« descendance ») patrilinéaire, Égo féminin
B. Schwimmer

11 Filiation patrilinéaire, Égo masculin
B. Schwimmer

12 Filiation matrilinéaire, Égo féminin
B. Schwimmer

13 Filiation matrilinéaire, Égo masculin
B. Schwimmer

14 Parenté linéaire et parenté collatérale
Parenté linéaire – ancêtres ou descendants (Bleu foncé) Parenté collatérale – branches apparentées aux paires (Bleu pâle) de la parenté linéaire B. Schwimmer

15 Degré de consanguinité, calcul selon le système canonique
B. Schwimmer Selon le système canonique, le degré de parenté est calculé selon le nombre plus grand de liens entre Égo et l'Autre et leur ancêtre partagé. Dans ce cas, Ego compte 4 liens, Alter 3, donc le degré de séparation est 4, autrement dit, 4 degrés de consanguinité.

16 Degrés de consanguinité, système canonique
Selon le système canonique, chaque degré de séparation indique un autre degré de parenté; ce système était utilisé par les Romains, et donc et devenu « canonique » grâce à l’influence de l’Église catholique. B. Schwimmer

17 Degré de consanguinité, système collatéral
B. Schwimmer Le degré de consanguinité est calculé comme le nombre plus petit de liens entre Égo et l'autre à l'ancêtre partagé. Ici, Ego identifie 4 degrés et l'Autre seulement 3, donc le degré de consanguinité est 3 (3 degrés de distance). Ce système était utilisé par les peuples germaniques, et est devenu la base de la parenté européenne.

18 Degré de consanguinité, système collatéral
B. Schwimmer

19 Degré de consanguinité selon le système civil
Ancêtre partagé B. Schwimmer Le degré de consanguinité est calculé en additionnant les degrés séparant Ego et l'Autre de l'ancêtre partagé. Dans ce cas, Ego est à 4 degrés, l'Autre à 3, et donc ils sont séparés par 7 degrés de consanguinité

20 Cousins croisés et cousins parallèles, matri- et patrilatéraux
Dans la notation standard, cousin parallèle = //, cousin croisé = X B. Schwimmer

21 Système de parenté crow
Les définitions formelles de ce système, et des autres qui suivent sont moins importantes aujourd’hui (mais elles se trouvent dans la leçon La Parenté), car elles datent d’une époque où les anthropologues classaient les sociétés tribales selon les termes utilisés pour définir les cousins. Ils avaient noté que certaines formes de mariage et de la résidence après le mariage étaient statistiquement liés à ces distinctions, et donc ils tentaient de trouver des régularités formelles pour mieux comprendre la « structure » des rapports sociaux et, souvent, pour comprendre la façon dont cette structure était liée à la dimension économique et aux rapports avec les voisins. P.e., classer les cousins croisés avec une appellation distincte de celle utilisée pour les cousins parallèles peut suggérer, selon cette logique, que les personnes définissent le mariage idéal comme l’union d’égo et d’un(e) tel(le) cousin(e); donc elles aiment mieux une forme d’endogamie (mariage local, sur le plan social et possiblement sur le plan géographique) « cachée » par la fiction que ces cousin(e)s sont plus « éloignés » que les cousins parallèles. B. Schwimmer

22 Système de parenté eskimo
Selon les classifications, ils sont arrivés à 5 ou 6 systèmes uniques de classification (je n’ai pas présenté les systèmes dravidiens et soudanais). En ligne générale, les anthropologues aujourd’hui n’invoquent pas ces distinctions, car a) ils ont réalisé que les variations sont plus complexes et plus nombreuses qu’on admettait, et b) ils pensent que ce genre de formalisme décontextualise la parenté; plus on adhère à la formalité, plus facile est-il de faire de comparaisons, mais plus on s’éloigne des nuances de la réalité vécue des personnes. B. Schwimmer

23 Système de parenté hawaïenne
B. Schwimmer

24 Système de parenté iroquois
B. Schwimmer

25 Système de parenté omaha
Le système omaha, comme le système crow, invoque la différence d’âge comme principe de classification, où les cousins croisés sont classés avec le frère et la sœur de la mère (Omaha) ou du père (Crow). La difficulté d’ajouter un autre principe (avec distance généalogique, type de mariage, et résidence après le mariage est une des raisons pour lesquelles les anthropologues ont souvent cessé d’invoquer ces distinctions. B. Schwimmer

26 Résidence néolocale B. Schwimmer


Télécharger ppt "La parenté La plupart des illustrations ont été crées par Brian Schwimmer, University of Manitoba, ©1995-2003, et sont utilisées avec permission. Certaines."

Présentations similaires


Annonces Google