La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

Fondements de lapproche communicative CAPES 2006-7 C. Tardieu.

Présentations similaires


Présentation au sujet: "Fondements de lapproche communicative CAPES 2006-7 C. Tardieu."— Transcription de la présentation:

1 Fondements de lapproche communicative CAPES C. Tardieu

2 Quest-ce que communiquer? Communiquer vient de communicare : Rendre commun; faire connaître, faire partager; se mettre en relation avec. En ce sens, communiquer nest pas forcément parler et parler nest pas forcément communiquer

3 Ce que parler veut dire Pierre Bourdieu, Ce que parler veut dire. Léconomie des échanges linguistiques, Paris, Fayard, 1982 : « La compétence suffisante pour produire des phrases susceptibles dêtre comprises peut être tout à fait insuffisante pour produire des phrases susceptibles dêtre écoutées.... Lacceptabilité sociale ne se réduit pas à la seule grammaticalité ». (cité par Claire Kramsch, dans Interaction et discours de la classe de langue, LAL, Crédif, Hatier, Paris, 1984., p. 60)

4 Ce qui est communicable « Ce qui est essentiellement communicable par le discours, cest le « noétique », cest-à-dire la part intentionnelle de la vie qui est articulable dans un logos et qui se laisse dire, dans la foulée du sens, à la faveur de toutes les allusions sui-référentielles du discours. Lincommunicable, cest le psychique en tant que tel, cest-à-dire cette part non intentionnelle de la vie.... Le psychique, en un mot, cest la solitude de la vie que, par intermittence, vient secourir le miracle du discours ». Paul Ricœur, Discours et communication, Carnets de lHerne, 2005, p. 63

5 Le discours comme partie émergée de liceberg… Les êtres humains sont des monades séparées les unes des autres « each in a separate lit room » (D. Gascoyne) Le discours comme cri articulé contre la solitude: « O be the One, that I may never be alone in knowing that I am. Let my lost loneliness be illusory. Allow to me a part in Being, that I may thus be part of One and All ». D. Gascoyne, Night Thoughts.

6 Du discours à la langue…..

7 Que signifie enseigner une langue? Enseigner à connaître la langue? Enseigner à utiliser la langue dans différentes compétences? Enseigner à communiquer avec autrui, à se faire comprendre et à le comprendre?

8 Un exemple concret Leuphémisme, lexpression idiomatique, le proverbe : savoir ne pas prendre au pied de la lettre Faire la distinction entre usage et emploi, entre cohésion et cohérence (H.G. Widdowson)

9 Usage et emploi A- Where do you live? B- Im sixteen Ces deux énoncés sont corrects en terme dusage mais non en termes demploi

10 Cohérence et cohésion Le discours ne sappuie pas sur une cohésion explicite. Par ex : A- Thats the telephone B- Im in the bath A- O.K. Cette séquence constitue un discours cohérent mais non cohésif. On peut samuser à reconstituer les liens propositionnels manquants (Can you answer it ?, No I cant because, Ill answer it).

11 Les compétences de communication Communiquer ne signifie pas seulement recevoir (comprendre et lire) et produire (parler et écrire), Communiquer, cest aussi converser, construire du sens, interpréter, éventuellement manipuler (agir sur), ou agir avec autrui.

12 Lapport de Widdowson: de la langue au discours…. Distinction entre aptitudes linguistiques et compétences de communication Il ne suffit pas denseigner une L2 dans sa valeur dusage mais il faut aussi lenseigner dans sa valeur demploi

13 Pour mieux comprendre lapproche communicative contemporaine …. Un retour en arrière est nécessaire

14 Aperçu historique Méthode grammaire-traduction (18ème-19ème) Méthode directe ( ) Méthode active ( , rénovée en 1938, codifiée en 1950) Méthode audio-visuelle ( ) Approche communicative et cognitive ( ) (approche fonctionnelle et sémantique) Approche communicative et cognitive ( ) (approche énonciative) Approche communicative et cognitive ( ) (perspective actionnelle)

15 Méthode grammaire- traduction 18è – 19è Unité minimale: le mot Langue: objet dapprentissage 2 objectifs: la formation de lesprit, lacquisition dune culture (les humanités)

16 Méthode directe ( ) La tentation de limmersion Homologie des fins et des moyens Abandon des objectifs formatif et culturel au profit de lobjectif pratique Problèmes….

17 Méthode active La signification des dates: 1908, 1925, 1938, 1950 Le retour des objectifs formatif et culturel La réforme de 1938: « On peut en enseignant le français à un enfant se proposer deux objets très différents: ou bien créer en lui une aptitude à lire, à parler et à écrire la langue avec exactitude, correction et netteté ou bien former et cultiver son esprit en le faisant réfléchir sur la langue quil écrit. Le premier résultat est évidemment celui quon doit rechercher dabord ». (I.O. 1938, p. 1200).

18 Méthode audio-visuelle Fondements théoriques: structuralisme et behaviorisme Structuralisme: analyse distributionnelle Transformation paradigmatique. Ex: Le chat mange la souris Le chat mange sa pâtée Transformation syntagmatique. Ex: La souris est mangée par le chat Behaviorisme. B.F. Skinner Stimulus, réponse, renforcement

19 Caractéristiques MAV CaractéristiquesobjectifsEffet positifEffet négatif Absence de référence à L1 Absence de traduction, de paraphrase, de glose grammaticale Supprimer les erreurs de calque Phonologie correcte, syntaxe correcte Absence dancrage dans du connu, durée de vie limitée de la maîtrise linguistique Absence de réflexion grammaticale véritable Privilégier la répétition, le caractère mécanique Grammaire induiteAbsence dexplicitation des règles pouvant conduire à un manque dautonomie Emphase sur les structures de la langue Favoriser lacquisition de ce que Sybille Bolton appelle des compétences pré- communicatives Capacité à produire des phrases en contexte Appauvrissement du lexique Eradication presque complète du culturel Oral privilégiéFavoriser lobjectif pratique Capacité à produire et comprendre à loral un certain type de langue Absence dentraînement aux compétences de lécrit.

20 Caractéristiques des méthodes Méthode active Unité minimale: le mot Langue : mots, syntaxe, phonétique. Objet dapprentissage fin en soi écrit privilégié. Mode: lexercice Connaissances linguistiques (lexicales, grammaticales), et culturelles (littérature, histoire, arts) Compétences de compréhension et de production (commentaires de textes), de transposition (thème et version) Méthode audio- visuelle Unité minimale: la phrase Langue : ensemble de structures permettant un apprentissage mécanique Objet dapprentissage Oral privilégié Mode: lexercice structural Connaissances linguistiques (structures, lexique) acquises mécaniquement Compétences « pré-communicatives » de compréhension et de production orales guidées (lécrit étant un « oral scripturé » comme le souligne Danielle Bailly[1]). [1] Didactique de langlais (1) Objectifs et contenus de lenseignement, Nathan Pedagogie, 1997, p. 53.[1] Approche communicative et cognitive Unité minimale: la notion/fonction Langue : moyen de communication authentique, outil à maîtriser Mode: lactivité Connaissances linguistiques (lexicales, grammaticales, fonctionnelles, phonologiques, culturelles, méthodologiques) Compétences de communication orale et écrite dans une perspective dautonomie. Compétence de réflexion sur la langue, lapprentissage, la culture

21 Les 3 objectifs ou la quadrature du cercle…. Vision historique des objectifs Lidéal et la réalité…. Les problèmes de lapproche communicative: - mêmes travers que méthode active - la persistance de la méthode audiovisuelle

22 L évolution contemporaine: le CECR Historique: travaux du conseil de lEurope La perspective actionnelle : « La perspective privilégiée ici est, très généralement aussi, de type actionnel en ce quelle considère avant tout lusager et lapprenant dune langue comme des acteurs sociaux ayant à accomplir des tâches (qui ne sont pas seulement langagières) dans des circonstances et un environnement donnés, à lintérieur dun domaine daction particulier. » (p.15)

23 Les 6 niveaux Utilisateur élémentaire A1 (fin école primaire) A2 (fin palier 1 collège pour la LV1, fin palier 2 collège pour la LV2) Utilisateur indépendant B1 (fin collège pour la LV1, fin lycée pour la LV2) B2 (fin lycée pour la LV1) Utilisateur expérimenté C1 (EO, CE, LV1 enseignement de spécialité) C2

24 Les principes du CECR Tout locuteur est un acteur social La communication nest pas une fin en soi, elle sert à agir avec autrui Les compétences de communication partielles doivent être reconnues La compétence plurilingue doit être reconnue Les langues doivent être considérées à égalité

25 Époque contemporaine [5] Ce que Christian Puren appellerait « une perspective co- actionnelle –co-culturelle, Linterculturel, in Les langues modernes, 3, 2002 [5] [6] Cadre européen commun de référence pour les langues, Didier, 2001, chapitre 2, p.17 et 18. [6] Approche actionnelle (5) Unité minimale: lacte de langage Langue: moyen dinteraction sociale Compétences linguistiques Compétences sociolinguistiques Compétences pragmatiques (6)

26 Définitions de termes Compétences linguistiques: lexicales, grammaticales, sémantiques, phonologiques, orthographiques, ortho épiques Compétences socio-linguistiques: marqueurs linguistiques de relations sociales, conventions de politesse, expressions de sagesse populaire, différences de registres, dialectes et accents Compétences pragmatiques: compétence discursive, compétence fonctionnelle

27 Conclusion Questions: Comment apprend-on une L2? La perspective actionnelle prend-elle en compte la place de la culture?


Télécharger ppt "Fondements de lapproche communicative CAPES 2006-7 C. Tardieu."

Présentations similaires


Annonces Google