La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

Nobodys Unpredictable Témoignages détudiants : la santé dans leur tête, dans leur corps, dans leur vie Présentation des résultats de létude 27 Janvier.

Présentations similaires


Présentation au sujet: "Nobodys Unpredictable Témoignages détudiants : la santé dans leur tête, dans leur corps, dans leur vie Présentation des résultats de létude 27 Janvier."— Transcription de la présentation:

1 Nobodys Unpredictable Témoignages détudiants : la santé dans leur tête, dans leur corps, dans leur vie Présentation des résultats de létude 27 Janvier 2009 Contacts : Laïla IDTALEB Tél : Cécile CHAPTAL Tél :

2 2 Témoignages détudiants : la santé dans leur tête, dans leur corps, dans leur vie – étude qualitative dIpsos pour la Smerep © 2008 Ipsos 2 Rappel méthodologique

3 3 Témoignages détudiants : la santé dans leur tête, dans leur corps, dans leur vie – étude qualitative dIpsos pour la Smerep © 2008 Ipsos 3 Rappel méthodologique Période denquête :Du 10 au 23 décembre 2008* * pendant les mouvements sociaux Méthode :Interviews réalisées en face-à-face. Echantillon :40 jeunes âgés de 16 à 25 ans, dont… 15 lycéens 25 étudiants Diversité en termes de : sexe lieu dhabitation filière denseignement avancement dans les études situation et autonomie financières

4 4 Témoignages détudiants : la santé dans leur tête, dans leur corps, dans leur vie – étude qualitative dIpsos pour la Smerep © 2008 Ipsos 4 Analyse des résultats

5 5 Témoignages détudiants : la santé dans leur tête, dans leur corps, dans leur vie – étude qualitative dIpsos pour la Smerep © 2008 Ipsos 5 I. Priorité au bien-être et à la réussite II. Le corps, cette fatalité III. Des arbitrages défavorables à la santé du fait dun maigre capital Temps et Argent IV. Exister parmi et avec les autres : lintégration par le risque V. Le culte de lautonomie

6 6 Témoignages détudiants : la santé dans leur tête, dans leur corps, dans leur vie – étude qualitative dIpsos pour la Smerep © 2008 Ipsos 6 I. Priorité au bien-être… et à la réussite

7 7 Témoignages détudiants : la santé dans leur tête, dans leur corps, dans leur vie – étude qualitative dIpsos pour la Smerep © 2008 Ipsos 7 Priorité au bien-être… et à la réussite « Cest quand la vie vous sourit. Ce quon veut faire, arrive, quand il ny a pas de barrières. On réussit en cours, on a des bonnes notes, on a des amis proches. On a quelquun avec qui parler. Etre en bons termes avec sa famille. » Lycéen

8 8 Témoignages détudiants : la santé dans leur tête, dans leur corps, dans leur vie – étude qualitative dIpsos pour la Smerep © 2008 Ipsos 8 Priorité au bien-être… et à la réussite (1/2) Pour les jeunes, la bonne santé cest le bien-être physique ET psychologique: pour eux tout est lié. Bonne santé rime avec bien-être et bien-être rime avec réussite « Si on na pas le moral, ou quon est fatigué, ou si on ne mange pas comme il faut cest pire. Je pense quêtre malade ce nest pas une cause, cest une conséquence. La semaine dernière javais une baisse de moral et du coup jai attrapé un rhume, jétais fatiguée. » Etudiante

9 9 Témoignages détudiants : la santé dans leur tête, dans leur corps, dans leur vie – étude qualitative dIpsos pour la Smerep © 2008 Ipsos 9 Priorité au bien-être… et à la réussite (2/2) Leur priorité, cest le bien-être matériel : réussir ses études et sa vie professionnelle en tout premier lieu; pour eux lenjeu est présent, il faut simpliquer pour limiter les incertitudes, en particulier celles liées à leur insertion professionnelle. Ensuite, le bien-être social et affectif : cela leur semble plus facile à obtenir, moins incertain et ils estiment avoir tout le temps devant eux pour assurer cette réussite dans leur avenir. « Je suis ambitieuse, donc jai besoin davoir mes études et ma carrière en premier, le reste cest du plus. Si je rencontre quelquun, sachant que je cherche un emploi nimporte où dans le monde, et là si javais un copain entre mes révisions et mon boulot je naurais pas le temps de men occuper, ce serait plus un fardeau quautre chose. » Etudiante

10 10 Témoignages détudiants : la santé dans leur tête, dans leur corps, dans leur vie – étude qualitative dIpsos pour la Smerep © 2008 Ipsos 10 II. Le corps, cette fatalité

11 11 Témoignages détudiants : la santé dans leur tête, dans leur corps, dans leur vie – étude qualitative dIpsos pour la Smerep © 2008 Ipsos 11 Le corps, cette fatalité « Je voulais grossir pour que les garçons me choisissent pour moi et pas pour mon corps. Jai eu des périodes minces, mais javais limpression dêtre plus cruche. » Etudiante « Jaimerais prendre 10 kilos, et 5 cm pour être plus imposant. Je serais plus fort, plus attirant. Les filles font attention à ceux qui sont musclés. Mes jambes sont trop fines. Je serais plus viril. » Lycéen

12 12 Témoignages détudiants : la santé dans leur tête, dans leur corps, dans leur vie – étude qualitative dIpsos pour la Smerep © 2008 Ipsos 12 Le corps, cette fatalité (1/3) Les jeunes expriment un malaise profond par rapport à leur corps. Une première attitude : « faire avec » Lorsquil ne leur plait pas, certains préfèrent miser sur leur personnalité, en mettant à distance ce corps qui les indispose et sur lequel ils se sentent prisonniers, sans prise. Certains jeunes, parmi les plus complexés par leur apparence physique voient même un antagonisme entre lesthétique et la personnalité comme si être beau rendait inintéressant. « Je voulais grossir pour que les garçons me choisissent pour moi et pas pour mon corps. Jai eu des périodes minces, mais javais limpression dêtre plus cruche. » Etudiante « On est tel quon est, mon apparence correspond à ma personnalité, cest complémentaire. » Lycéen

13 13 Témoignages détudiants : la santé dans leur tête, dans leur corps, dans leur vie – étude qualitative dIpsos pour la Smerep © 2008 Ipsos 13 Le corps, cette fatalité (2/3) Une seconde attitude : « faire ce quil faut » Les filles en particulier, sont nombreuses à se trouver trop grosses, et à avoir expérimenté plusieurs régimes minceur. Mais, au-delà dun problème de poids, leur vécu révèle une souffrance réelle dans leurs relations avec lautorité parentale (surtout la mère) et avec le sexe opposé. Souvent leur problème de poids et leur volonté de changer relèvent dune volonté de masquer leur féminité. « Je suis encore gamine dans ma tête, je fais un blocage. Beaucoup de choses me font peur, finir mes études et entrer dans le milieu du travail, les relations sexuelles aussi me font peur. » Etudiante « Ma mère magace sur mon régime alimentaire. Quand je reviens chez moi, jai droit à la soupe régime, elle me montre que je mange mal, et que je grossis. Je sens que je suis la grosse de la famille. Et comme je suis un peu hyper sensible, je vais manger des gâteaux du coup. » Etudiante « Je nai pas confiance dans les garçons daujourdhui, ils ont les idées mal placées, et je ne suis pas prête non plus. » Lycéenne

14 14 Témoignages détudiants : la santé dans leur tête, dans leur corps, dans leur vie – étude qualitative dIpsos pour la Smerep © 2008 Ipsos 14 Le corps, cette fatalité (3/3) Les insatisfactions liées au corps sont clivés selon le sexe. « Faire ce quil faut » pour les garçons relève dautres enjeux… montrer quon est un homme! Les garçons, quant à eux, se positionnent davantage dans le challenge de la virilité, et se fixent comme ambition de renforcer leur musculature pour plaire aux filles. « Jaimerais prendre 10 kilos, et 5 cm pour être plus imposant. Je serais plus fort, plus attirant. Les filles font attention à ceux qui sont musclés. Mes jambes sont trop fines. Je serais plus viril. » Lycéen « Je fais du sport pour prendre de la masse. Je veux prendre cinq kilos. Je me suis mis aux protéines depuis un mois et demi. Cest de la poudre quon dilue avec de leau ou du lait, quon prend trois fois par jour. Je les prends avant de manger ou de diner pour que mon corps est limpression de manger tout le temps. » Etudiant

15 15 Témoignages détudiants : la santé dans leur tête, dans leur corps, dans leur vie – étude qualitative dIpsos pour la Smerep © 2008 Ipsos 15 III. Des arbitrages défavorables à la santé du fait dun maigre capital Temps et Argent

16 16 Témoignages détudiants : la santé dans leur tête, dans leur corps, dans leur vie – étude qualitative dIpsos pour la Smerep © 2008 Ipsos 16 Des arbitrages défavorables à la santé du fait dun maigre capital Temps et Argent « Si je faisais du sport, ma vie sociale serait diminuée de moitié. [Je préfère voir mes amis]. Cest nul dêtre seul. Les gens seuls font toujours la même chose. » Etudiant « Cest moi qui prends en charge mes frais de santé : dentiste, médecin généraliste. Récemment, je ne suis pas allé chez le dentiste car ça me coûte trop cher alors que ça fait 2 ans que je ny suis pas allé. » Etudiant

17 17 Témoignages détudiants : la santé dans leur tête, dans leur corps, dans leur vie – étude qualitative dIpsos pour la Smerep © 2008 Ipsos 17 Des arbitrages défavorables à la santé du fait dun maigre capital Temps et Argent Le mode et le rythme de vie des jeunes reposent sur un arbitrage décisif pour eux, qui se fait à partir dun capital Temps et Argent très limité. Un choix qui se fait en règle générale en faveur des obligations et du plaisir et de léchange avec les autres, notamment avec leurs pairs. Cela les amène, dans un cadre contraint en moyens financiers et en temps disponibles, à des arbitrages défavorables à leur santé, au premier rang desquels… Labandon de toute activité sportive et/ou de détente ; Une alimentation anarchique ; Un sommeil mis entre parenthèses ; Des soins négligés. « Je goûte des tranches de pain avec du Nutella, donc je ne mange pas beaucoup le soir, et quand jai faim à minuit je prends des chips. » Lycéen « Avec la prépa, je ne peux pas continuer le théâtre, mais je poursuis les stages dété. » Etudiant

18 18 Témoignages détudiants : la santé dans leur tête, dans leur corps, dans leur vie – étude qualitative dIpsos pour la Smerep © 2008 Ipsos 18 Un sommeil mis entre parenthèses « Jai un devoir à rendre, je le fais à la dernière minute. Du coup, le lendemain, je suis fatigué. Le fait de se coucher tard, je traîne, je passe du temps devant lordinateur. » Lycéen « Je mets un peu de temps à mendormir parce que je pense à plein de choses. Il y a des histoires avec des filles, des embrouilles avec des profs…. » Etudiant

19 19 Témoignages détudiants : la santé dans leur tête, dans leur corps, dans leur vie – étude qualitative dIpsos pour la Smerep © 2008 Ipsos 19 Un sommeil mis entre parenthèses Sorties, chat sur Internet, jeux vidéo, télévision, révisions, job étudiant, inquiétudes personnelles… Les causes dun mauvais sommeil, dun manque de sommeil ou de rythmes de sommeil inégaux parmi les jeunes sont multiples. Faute de mieux, les jeunes sarrangent pour trouver des moments ponctuels de récupération du temps de sommeil qui leur manque : sieste en fin daprès-midi ce qui retarde au final lheure du coucher, rattrapage le week-end qui amène à des rythmes décalés, etc. Le pourcentage de personnes dormant moins de 6 heures est passé aux Etats-Unis de 20% en 1985 à 25% en 2004 sur lensemble des tranches dâge (enquête annuelle National Health Interview Survey) « Je joue jusquà 5h du matin. Je varie de jeu. Ça énerve assez vite. Il y a des gens qui peuvent tricher, ça casse lambiance. Quand on est une vingtaine de joueurs, on joue pour samuser, on ne supporte pas les gens qui viennent tricher, qui cassent lambiance. » Lycéen « Je ne fais pas trop de différence entre le travail et ma vie. Je fais souvent des nuits blanches, dans le métier cest souvent, cest par période. Une fois jai bossé sur un projet pendant 5 jours de suite. » Etudiant

20 20 Témoignages détudiants : la santé dans leur tête, dans leur corps, dans leur vie – étude qualitative dIpsos pour la Smerep © 2008 Ipsos 20 Un cercle vicieux pour les jeunes Manque d argent et de temps Mauvais sommeil + mauvaise alimentation + vie s é dentaire + manque de soins Arbitrage en faveur du plaisir et des obligations Mauvaise sant é / mal-être Risques d é chec scolaire/universitaire

21 21 Témoignages détudiants : la santé dans leur tête, dans leur corps, dans leur vie – étude qualitative dIpsos pour la Smerep © 2008 Ipsos 21 IV. Exister parmi et avec les autres : lintégration par le risque

22 22 Témoignages détudiants : la santé dans leur tête, dans leur corps, dans leur vie – étude qualitative dIpsos pour la Smerep © 2008 Ipsos 22 Exister parmi et avec les autres : lintégration par le risque « En soirée, je prends de lalcool, plus pour faire plaisir aux autres, cest le phénomène de groupe, sil y a 25 personnes avec un verre dalcool, vous nallez pas prendre un verre de lait, ça exclut. » Lycéen « Jai des amis qui ne buvaient pas, et ils me disaient que ce nétait pas la peine, on peut faire la fête pareil. Mais je ne suis pas daccord, on se lâche plus vite, on décompresse tout de suite. Et on a pris lhabitude de se retrouver derrière un verre, cest une coutume. » Etudiante

23 23 Témoignages détudiants : la santé dans leur tête, dans leur corps, dans leur vie – étude qualitative dIpsos pour la Smerep © 2008 Ipsos 23 Exister parmi et avec les autres : lintégration par le risque Les jeunes adoptent une attitude et un positionnement particulier par rapport aux risques. Ils les tiennent à distance, tendant à considérer que les risques… 1. Les risques cest les autres : queux-mêmes en prennent (sous linfluence des autres) ou quils se contentent dobserver (les autres) 2. Les risques cest la vie : la vie comporte des risques et ne pas sy frotter revient à mettre son existence entre parenthèses. « Jai essayé le shit, je vais à des soirées où des copains en fument et ça ne mattire pas. Mais maintenant on ne nous limpose plus, alors quavant au lycée on aurait dit mais si vas-y, prend. » Etudiante « Cest pas mal de faire des conneries parce que ça te permet de situer ce qui est bien et mal, et à cette époque jai pris conscience que je navais pas fait grand chose de ma vie. » Etudiante

24 24 Témoignages détudiants : la santé dans leur tête, dans leur corps, dans leur vie – étude qualitative dIpsos pour la Smerep © 2008 Ipsos 24 Une sexualité à haut risque « A partir du moment où la fille ne veut pas denfant, on a moins peur. Si ma copine tombait enceinte elle se ferait avorter. Jai 3 cas dans mon entourage davortement. » Etudiant « Ma sœur mavait passé sa boîte de pilule, mais je la prenais très mal. Jai pris la pilule du lendemain 8 ou 9 fois en 3 mois, le pharmacien ne voulait plus me la donner alors jai changé de pharmacie. » Lycéenne

25 25 Témoignages détudiants : la santé dans leur tête, dans leur corps, dans leur vie – étude qualitative dIpsos pour la Smerep © 2008 Ipsos 25 Une sexualité à haut risque Il semble que les jeunes soient, en revanche, plus hésitants à rejeter la faute sur les autres pour ce qui concerne les risques quils prennent en matière de sexualité. Néanmoins, les jeunes tendent à considérer les MST, et a fortiori le VIH, comme les seuls risques potentiels rattachés à une sexualité non protégée. Les jeunes filles sont nombreuses à avoir eu recours à plusieurs reprises à la pilule du lendemain ; les garçons interrogés quant à eux ne se sentent pas toujours concernés par lenjeu des grossesses non désirées. « Jai rappelé la fille, javais peur davoir le sida, je lui ai demandé si elle était sûre. Elle avait lair sincère, mais elle avait 32 ans. Jai un pote qui est parti aux Etats-Unis et il la fait 3 fois sans, je ne comprends pas. Cétait lexcitation, on est jeune, on séclate. » Etudiant « Une fois je nai pas utilisé de préservatif, et la fille était vierge, elle a pris la pilule du lendemain. Je nen ai pas parlé parce que jétais honteux, à cause de moi elle avait eu des problèmes, jai eu une attitude irresponsable. » Lycéen

26 26 Témoignages détudiants : la santé dans leur tête, dans leur corps, dans leur vie – étude qualitative dIpsos pour la Smerep © 2008 Ipsos 26 V. Le culte de lautonomie

27 27 Témoignages détudiants : la santé dans leur tête, dans leur corps, dans leur vie – étude qualitative dIpsos pour la Smerep © 2008 Ipsos 27 Le culte de lautonomie « Ce sont mes parents qui financent, et je culpabilise de ne pas pouvoir massumer. Et mes parents me montrent bien quil faut que je fasse attention, quils ne me donneront pas plus. » Etudiante « [Jai choisi ma Sécu au hasard] tout le monde a choisi comme ça, il y avait 2 brochures. » Etudiant

28 28 Témoignages détudiants : la santé dans leur tête, dans leur corps, dans leur vie – étude qualitative dIpsos pour la Smerep © 2008 Ipsos 28 Le culte de lautonomie (1/3) Le désir dautonomie des jeunes, notamment vis-à-vis de leurs parents, se traduit dans tous les aspects de leur vie, y compris dans la gestion de leur santé. Pour les questions dordre administratif, les jeunes se reposent beaucoup sur leurs parents, et se trouvent en difficulté notamment pour choisir un régime dAssurance Maladie ; ce choix se fait souvent par autrui, ou au hasard. Quelques-uns, parmi ceux qui gèrent leur santé de manière autonome, disent ne pas être en mesure de souscrire à un régime de prise en charge de leur santé du fait du coût. Les attentes des jeunes en termes de prise en charge portent avant tout sur loptique, le dentaire et la pilule contraceptive. « [Jai choisi ma Sécu au hasard] tout le monde a choisi comme ça, il y avait 2 brochures. » Etudiant

29 29 Témoignages détudiants : la santé dans leur tête, dans leur corps, dans leur vie – étude qualitative dIpsos pour la Smerep © 2008 Ipsos 29 Le culte de lautonomie « Quand jai des questions, jessaie dy répondre moi-même, je tape sur Google, je vais sur plusieurs sites, des forums, et je recoupe les informations. » Lycéen « Quand jai un rhume, je mets du citron dans de la tisane et pour une gastro jattends que ça passe et je bois du coca. » Etudiante

30 30 Témoignages détudiants : la santé dans leur tête, dans leur corps, dans leur vie – étude qualitative dIpsos pour la Smerep © 2008 Ipsos 30 Le culte de lautonomie (2/3) Le désir dautonomie des jeunes se manifeste également vis-à-vis du monde médical. Les jeunes expriment une certaine méfiance vis-à-vis du corps médical dans son ensemble, et a fortiori vis-à-vis de leur médecin traitant qui se trouve la plupart du temps être le médecin de famille. Lorsquils ont des interrogations, ils tentent dy répondre par eux-mêmes via les forums de discussion sur Internet (tasante.com est leur site de référence) ou en demandant à leurs pairs et amis. Les étudiants se montrent par ailleurs méfiants vis-à-vis des médicaments, et disent attendre de voir si leur corps se rétablit seul avant de prendre des médicaments. Lorsquils en prennent, ils se servent la plupart du temps dans la boite à pharmacie du foyer parental, en cas de maux de tête, de ventre, de gorge… « [Avec les médicaments] il y a des effets secondaires, et à forte dose, le système immunitaire ne se défend plus, comme les sportifs qui se dopent. » Lycéen

31 31 Témoignages détudiants : la santé dans leur tête, dans leur corps, dans leur vie – étude qualitative dIpsos pour la Smerep © 2008 Ipsos 31 Le culte de lautonomie (3/3) Sils se rendent peu chez leur médecin de ville, les jeunes sont nombreux à avoir engagé une démarche autonome de dépistage (du VIH) dans un CDAG (centre de dépistage anonyme et gratuit), ou de consultation en planning familial pour recueillir de linformation sur la contraception, ou en cas de suspicion dune grossesse non désirée. « [Jy suis allée] parce que cétait anonyme et gratuit. Surtout pour le côté anonyme, je ne me voyais pas aller dans mon labo près de chez moi. » Etudiante

32 32 Témoignages détudiants : la santé dans leur tête, dans leur corps, dans leur vie – étude qualitative dIpsos pour la Smerep © 2008 Ipsos 32 Merci de votre attention


Télécharger ppt "Nobodys Unpredictable Témoignages détudiants : la santé dans leur tête, dans leur corps, dans leur vie Présentation des résultats de létude 27 Janvier."

Présentations similaires


Annonces Google