La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

Lusine Ahrenfeldt 1897, vue densemble dessin photographié.

Présentations similaires


Présentation au sujet: "Lusine Ahrenfeldt 1897, vue densemble dessin photographié."— Transcription de la présentation:

1 Lusine Ahrenfeldt 1897, vue densemble dessin photographié

2 Le site avant 1894, Brègefort, au 83 Faubourg Montjovis Un terrain de m² acheté par Charles Ahrenfeldt Jr Faubourg Montjovis Chemin de Saint-Gence Chemin des Ruchoux Caserne Beaupuy 63e régiment dinfanterie Caserne Beaublanc 12e escadron du train

3 Début des travaux, septembre mois après, décembre 1894 Des entrepreneurs, Arnold Grob et Charles Ahrenfeldt Jr ? Ils posent avec un plan Charles Ahrenfeldt père, né en Allemagne à Dresde, sinstalle à Limoges en tant quexportateur de porcelaine vers Situé au départ place des Carmes, le local est transféré en 1872, 41 avenue du Crucifix (Garibaldi). Naturalisé Américain, il se marie, a trois enfants dont Charles Jr, né à Paris en Sa principale source dapprovisionnement est évidemment Limoges où il peut faire fabriquer ses propres modèles quil fait décorer au goût de la clientèle américaine 1. » Il fait fabriquer et décorer à Limoges sa porcelaine pour le marché américain. « Sa principale source dapprovisionnement est évidemment Limoges où il peut faire fabriquer ses propres modèles quil fait décorer au goût de la clientèle américaine 1. » 1 Jean dAlbis et Celeste Romanet, La porcelaine de Limoges, éditions Sous le Vent, 1980 Charles Ahrenfeldt fils à la mort de son père, achète en 1894 un terrain de près de 2 hectares, à Brègefort. Il confie la direction de lusine à Arnold Grob, de nationalité suisse. Celui-ci était précédemment lagent commercial dAhrenfeldt à Zurich. Arnold Grob né en 1867, époux de Ida Merkli, va vivre ici au 83 faubourg Montjovis, de décembre 1894 à « Il assure lorganisation tant du point de vue technique que commercial (…) ² ». Il y a ainsi sur toutes les porcelaines Ahrenfeldt, une marque alors diffusée à travers le monde. Ce à partir de la fin ² Jean dAlbis, op.cit.

4 Le chantier des fours et de la fabrique de porcelaine, 1896 Arnold Grob surveille les travaux Des ouvriers du bâtiment, qui posent pour la photo La traction animale, deux chevaux pour tirer les pierres et les poutres Des hommes au travail sur les échafaudages de latelier de fabrication

5 Maison du directeur 2-Ateliers de décors 3-Ateliers de fabrication 4-Fours 5-Cheminée 6-Hangars à charbon 7-Maison du concierge 8-Ecurie 2 3 4

6 En janvier 1897, deux ans et demi après le commencement des travaux, lusine Ahrenfeldt fonctionne La porcelaine à lexport, part dans des tonneaux remplis de paille Charbon ou kaolin ? Le combustible et la matière première rentrent par le chemin de Saint-Gence

7 Atelier de décor à la main, 25 juillet 1900 ? Devant les baies vitrées du bâtiment construit dès 1894, latelier de décor, les peintres sur porcelaine, tous des hommes qui font du décor main, daprès modèle. Le premier peint une plaque[1], le deuxième un vase, tous daprès modèles placés devant eux. Un portrait, une toile, et un autre vase. Cest un travail qualifié, de commande, parmi les mieux rémunérés de la porcelaine. Notons que le 6 ème peintre tient son pinceau sur loreille droite. On retrouve les tasses qui contiennent lessence de térébinthe pour diluer les colorants. Gestes coutumiers.[1] 1 Ou bien alors un vase, la plaque étant un modèle ?

8 Derrière, dans une partie moins éclairée de latelier, les femmes décoratrices sur porcelaine font elles- aussi du décor. Elles travaillent sur des services de table quasi complets, tasses, assiettes, soupière, pot, théière,… Vu leffectif important des pièces, on sait quelles réalisent là un travail plus répétitif, moins prestigieux et moins rémunérés que les hommes. Elles font soit du remplissage, en peignant des motifs déjà pré établis, soit du décor floral simple. Peut-être sont-elles des « garnisseuses » qui peignent les anses et les arabesques à lor ou à la couleur, sur des services faits en série. Un contremaître surveille ces dernières, en retrait.

9 Atelier de décors à la main, les femmes toutes en chignon et vêtues de blouses amples, travaillent en peignant à cet instant sur des assiettes. Au fond un contremaître surveille. A gauche le bureau du chef entraperçu par le carreau. Juillet 1900 Le geste de la décoratrice sur porcelaine la banquette 2 la palette de couleurs 3 Le couteau, pour étaler la couleur 4 Le sabot à or, recouvert lorsquil ne sert pas 5 La tasse remplie de résine de térébinthe pour délayer les colorants 6 Le pinceau 7 Le chignon serré pour retenir les cheveux 8 La blouse aux plis amples 5

10 Photos de groupes par ateliers. Fabrication, fours, décors, emballage…Juillet 1900.

11 Atelier de fabrication, des hommes, des femmes et des enfants. Comme ils manipulent la pâte, dans des activités de modelage et de coulage, ils sont tachetés de blanc.Les cinq hommes qui croisent les bras sont ceux qui ont des ceintures de soutien. Il faut de la force pour porter les sacs de pâte.

12 Atelier de décors, exclusivement féminin. Les femmes sont moins bien payées que les hommes. Blouses amples et toutes en chignon

13 Enfourneurs. Légèrement vêtus, du fait de la très grande chaleur des fours, il y a parmi eux un chef, homme de four. Plus âgé que les autres, cest certainement un des trois du premier rang à gauche ?

14 Hommes et enfants en blouses. Useurs de grain, polisseurs, décalqueurs, emballeurs, mais aussi le concierge, Léonard Gibeau, le deuxième en partant de la gauche au premier rang.

15 Dans la maison du directeur, Arnold Grob à son bureau pose en compagnie de Simon Rouret, employé et de Paul Willi tenant le livre de compte. Chapeau haut-de-forme, parapluie et nœuds papillons Décembre 1894 Simon Rouret est choisi comme deuxième témoin de naissance, pour les deux fils jumeaux dArnold Grob. Paul Willi arrive en octobre 1894 chez Ahrenfeldt. Il loge sur place. De nationalité Suisse, il exerce le métier de comptable.

16 Arnold Grob, agent commercial de chez Ahrenfeldt, agé de 27 ans 1, récemment arrivé à Limoges² se met en scène derrière six pièces de porcelaine Ahrenfeldt. Probablement faubourg Montjovis. Sommes-nous au n°2 où les Ahrenfeldt sont installés depuis ou à proximité du n°83 ? Passé ou avenir ? En tout cas, la première photo dans lordre chronologique de la série, le 31 juillet Arch. dép. Haute-Vienne, 4 M ibid. Arrivé entre septembre 1893 et juin Almanach annuaire Ducourtieux, 1893

17 Lencadrement et les commis : des Limousins du crû et de jeunes Suisses de passage. Hermann Kupper (de son vrai nom, Conrad Kupper), de nationalité suisse. Né dans le canton de Zurich, il arrive en 1898 à lâge de 17 ans. Commis, il vit dans la maison des Grob au 83 faubourg Montjovis. Il émigre pour lAmérique en janvier Il passe ainsi 12 ans dans la maison ahrenfeldt. Gottfried Sahli, de nationalité suisse arrive en 1899 à lâge de 23 ans. Commis, il vit au 83 faubourg Montjovis. Il part pour le Pérou en janvier Il reste deux ans et demi chez Ahrenfeldt. Johann Jakob Keller, de nationalité suisse. Il arrive en septembre 1899 à lâge de vingt ans. Employé de bureau, il vit rue Montmailler, dont le faubourg Montjovis est un prolongement. Il part en juin 1902 pour lAmérique du Sud après 3 ans passés chez Ahrenfeldt. Louis Richardin, âgé de 46 ans, chef de fabrication chez Ahrenfeldt. Il habite au 10 chemin de Saint-Gence, la rue derrière lusine. En juin 1897, Arnold Grob le choisit comme témoin de déclaration de naissance pour ses deux fils jumeaux, Arnold Jr et Frédéric. En 1903, il est directeur de Fabrique toujours chez Ahrenfeldt. A. Leymarie, qui devient après la guerre de directeur général de chez Ahrenfeldt En juillet 1919, il regrette vivement la décision irrévocable de Arnold Grob de démissionner de chez Ahrenfeldt. Il écrit : « Pour comble de malheur, il manque toujours à notre barque son pilote dont la présence serait si précieuse dans cette période troublée, je veux parler de M. Grob » 1 1 A.D.H-V. 14 FI 50 (2)

18 Plan annuaire Dumont, 1912 Deux trajets possibles pour acheminer le charbon et le kaolin depuis la gare de marchandise Montjovis Usine Ahrenfeldt

19 Mines de charbon de Carmaux dans le Tarn. Arnold Grob vient en personne visiter le site dextraction, 17 septembre 1903

20 A loccasion de lexposition internationale des Arts Décoratifs qui se tient à Paris en 1925, le pavillon de la VIIème région économique proclame « Limoges capitale porcelainière du Monde » 1 Le Courrier du Centre consacre différents articles au grands porcelainiers dont un à Ahrenfeldt, le 18 août Photographie, la Vie limousine, 1925, in C. Meslin-Perrier et M. Segonds-Perrier, Limoges deux siècles de porcelaine, Ed de lAmateur-R.M.N, 2002

21 Le faubourg Montjovis, un faubourg porcelainier : Ahrenfeldt mais aussi Vogt, De Tressemane, Plainemaison frères (1894), Blondeau-Pichonnier-Duboucheron, …

22 Scénario Vincent Brousse Conception Jacques Audrerie et Vincent Brousse Réalisation Jacques Audrerie Service éducatif © Archives départementales de la Haute-Vienne Limoges, 2004

23 Vu sur Diaporamapps.com Voir aussi Voyagepps.com


Télécharger ppt "Lusine Ahrenfeldt 1897, vue densemble dessin photographié."

Présentations similaires


Annonces Google