La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

Leçon 1 : Introduction Recherches sur la perception précoce de la parole

Présentations similaires


Présentation au sujet: "Leçon 1 : Introduction Recherches sur la perception précoce de la parole"— Transcription de la présentation:

1 Leçon 1 : Introduction Recherches sur la perception précoce de la parole

2 Plan du cours : de la naissance à 7-8 ans Introduction : Les questions théoriques Les habiletés de perception précoce de la parole Le développement des habiletés de production de la parole Le babillage; théories motorique (évolutionniste) et linguistique Les bases biologiques dacquisition du langage Le lexique précoce Les 50 premiers mots, lexplosion lexicale; linfluence de la langue dapprentissage Acquérir le sens des mots : sous=extensions, sur=extension Les contraintes cognitives : fast mapping, … Les chiens comprennent-ils lorsquon leur parle ?? Approche pragmatique : précurseurs du langage et interactions précoces attention conjointe, tours de parole, routines dinteraction, le langage adressé aux enfants (motherese, mamanais) Les robots Lacquisition des structures syntaxiques Les holophrases, la théorie pivot La grammaire universelle (Chomsky); lhypothèse « meaning=based »(Tomasello) les chimpanzés construisent-ils des phrases ? Approche computationnelle : lacquisition du passé

3 Et encore … La compréhension du discours, la cohésion (références), les métaphores Les pathologies dacquisition du langage oral Troubles spécifiques du langage : bases génétiques ou ??? Lacquisition de la langue des signes Le bilinguisme précoce

4 Organisation Exposés Lectures (en français généralement) relatives à chaque thème : Examen Ecrit en janvier sur le cours : questions ouvertes Connaissances Âges de développement Définitions Compréhension des polémiques Vrai ou faux Mémorisation et exposé dun problème Question de restitution Question de discussion

5 Quelques ouvrages de référence en français Kyra Karmiloff & Annette Karmiloff-Smith (2001). Comment les enfants entrent dans le langage. Paris, Ed. Retz. (de la vie in utero à ladolescence) Michèle Kail & Michel Fayol (Eds.) (2000). Lacquisition du langage. Vol. 1. Le langage en émergence : De la naissance à 3 ans. Paris, Presses Universitaires de France. Vol. 2. Le langage en développement. Au-delà de 3 ans. Bénédicte de Boysson-Bardies (1996). Comment la parole vient aux enfants. Paris, Ed. Odile Jacob (De la naissance à deux ans) Steven Pinker (1994). Linstinct du langage. Paris, Ed. Odile Jacob Jean Rondal & X. Seron (Eds.) (1999). Troubles du langage : Bases théoriques, diagnostic et rééducation. Sprimont (Belgique): Pierre Mardaga

6 Sept: 19, 26 Oct : 3, 10, 17, 24 Nov: 7, 21, 28 Déc: 5, 12, 19 Exposés JL Exposés étudiants Évaluation : présentation orale + travail écrit

7 Un peu de théorie(s) 1. Années 50 : domination du behaviorisme (Skinner, Watson) sur les sciences sociales : le langage, comme tout autre comportement animal se développe chez les enfants en fonction du renforcement externe (conditionnement opérant) Lenfant apprend le langage comme un rat apprend à pousser un bouton, par sensibilité aux récompenses (voir J.P. Bronckaert, Théories du langage, Mardaga, 1977)

8 2. Années 60 : Chomsky : LAD (language acquisition device, ou « language faculty »), contient des contraintes spécifiées de façon innée sur les formes possibles quun langage humain peut prendre : grammaire universelle et phonétique universelle Le langage = un des premiers exemples de module (Fodor) : spécifique à un domaine, inné, et « informationally encapsulated » (voir M. Kail; Perspectives sur lacquisition du langage) « pauvreté de linput » : Les inputs ne peuvent suffire à rendre compte de lacquisition dune grammaire complexe, ne fournissent pas assez dexemples pour que le cerveau construise les structures grammaticales en partant de zéro Générativité : Lenfant doit être équipé de façon innée dun plan commun aux grammaires de toutes les langues, une « grammaire universelle », ensemble de principes qui sous-tend chacune des langues présentes dans le monde Développement : croissance du module langagier Rôle de linput : déclencher les « paramètres »

9 Chaque phrase entendue ou prononcée est une combinaison nouvelle de mots qui apparaît pour la première fois dans lhistoire. Donc : un langage ne peut pas être un répertoire de réponses à des stimuli. Le cerveau doit contenir un programme (« grammaire mentale ») capable de construire un ensemble de phrases illimité à partir dune liste de mots limitée. Lenfant développe cette grammaire complexe rapidement et sans enseignement formel. En grandissant il arrive à interpréter des constructions de phrases nouvelles quil na jamais rencontrées auparavant. Quand lenfant tu « Tu me gigotes » ou « Jai prendu les bébés lapins », cela ne peut pas être de limitation (<> Skinner, behaviorisme) Les mécanismes cérébraux supportant le le langage sont innés et propres à ce domaine Pinker (1994) : « Linstinct de langage »

10 Pinker: « les exemples montrent que la grammaire complexe existe dans tout léventail des habitats humains. Point nest besoin davoir quitté lâge de la pierre, ni dappartenir à la classe moyenne, ni de bien réussir à lécole,..Vos parents nont pas besoin de vous immerger dans le langage, ni même de bien maîtriser une langue. Vous navez pas besoin du bagage intellectuel … Vous pouvez posséder tous ces avantages, sans pourtant être un utilisateur compétent du langage, sil vous manque seulement les bons gènes ou les bons fragments du cerveau » Quen pensez-vous ??

11 3. Point de vue cognitiviste : Piaget Lien entre le développement du langage et le développement conceptuel Ex: permanence de lobjet sous-tend les débuts de lutilisation du mot Capacités demboîtement (poupées russes lune dans lautre) : fondement de la compréhension de lenchâssement des phrases (H. Sinclair) Ce sont des mécanismes généraux dapprentissage (développement cognitif) qui sappliquent au traitement de linput linguistique Émergence tardive de la fonction symbolique (capacités précoces ??)

12 3. Point de vue interactionniste (Vygotsky, Bruner, Tomasello) Linteraction sociale est critique pour lacquisition du langage (sens des mots, structures syntaxiques) Précurseurs : Rôle de lattention conjointe, du tour de rôle Le but de ladulte et de lenfant est darriver à se comprendre pour pouvoir réaliser ensemble des activités et partager des états mentaux (intentionnalité) Notion de « format dinteraction » (Bruner) : structure de base dun échange prototypique, comme dire « au revoir », « coucou »; les énoncés produits par les interlocuteurs sont des éléments du format; répétition

13 « Le langage humain est unique, conduit par qq chose dinné. Cest la capacité à lacquérir qui est innée : la très longue période dapprentissage postnatal peut jouer un rôle adaptatif considérable. Le langage nest vraiment « nouveau »du point de vue de lévolution que dans la mesure où il permet de nouvelles utilisations de capacités plus anciennes. Les circuits spécialisés pour le traitement du langage nont donc rien dinné : ils émergent au cours du développement de linteraction du cerveau avec lenvironnement linguistique. Le langage devient une fonction spécialisée du cerveau humain ». (K & KS, pp ) Discussion INNE/ACQUIS …. Y compris pour la circuiterie cérébrale Chaque option théorique influence à la fois les hypothèses que lon construit et la manière dont on interprète les données de la recherche

14 Plan de la leçon 1 QQs phénomènes intéressants à propos de la perception des phonèmes Labsence dinvariants acoustiques La perception catégorielle La perception catégorielle fait-elle partie de léquipement linguistique inné du bb humain ? Les catégories naturelles, universelles Expérience de Eimas (1971) sur la perception du voisement PC pour les autres contrastes : lieu, manière,nasalité PC pour les contrastes non-natifs Les mécanismes sous-jacents : auditifs ou linguistiques ? Changements de la sensibilité à certains contrastes phonétiques Changements dans la perception des contrastes non-natifs : Werker & Tees, 1984 Quelle explication pour ce déclin ? Changements développementaux dans la perception des voyelles Sensibilité des bbs aux voyelles prototypiques de leur langue (Kuhl et al., 1993) Etude inter-langue sur les bébés de 6 mois Le Perceptual Assimilation Model (Best, 1993) Conclusion sur les capacités précoces de perception de la parole des bébés

15 leçon 1 (suite) Apprentissage par sélection Quest-ce qui attire lattention des bbs vers la parole ? Expérience pré-natale Le visage humain : un stimulus attractif Sensibilité des bbés à la cohérence audio- visuelle : à 4 mois, à 2 mois Expérience de Kuhl & Meltzoff

16 Organisation Lectures J. Bertoncini & De Boysson-Bardies (2000) : La perception et la production de la parole avant deux ans. In : M. Kail & M. Fayol : « Lacquisition du langage », Paris, PUF De Boysson-Bardies, B. (1996). « Le nourrisson ne parle pas, mais … » In : Comment la parole vient aux enfants (chap. 1). Ed. Odile Jacob P. Jusczyk (1997). « Early research on speech perception » et « How speech perception develops during the first year ». In : The discovery of spoken language, M.I.T., chapitres 3 & 4.

17 Des phénomènes intéressants à propos de la perception des phonèmes

18 1. Labsence dinvariants acoustiques Laboratoires Haskins (1950); Alvin Liberman & F. Cooper: développement dune machine à lire pour les aveugles Détecter les propriétés acoustiques invariantes qui correspondent à chaque phonème dans une langue donnée et mettre en ordre les séquences correctes de phonèmes pour chaque mot Les conséquences de la co-articulation dans les syllabes CV Pas de « portion » du signal correspondant à la consonne seule Pas de propriétés communes à une consonne à travers tous les contextes vocaliques (voir Fig. 3.1) le cas du phonème /d/ : le second formant (au-dessus) a une transition ascendante dans certains contextes vocaliques, et descendante dans dautres Le premier formant nest pas un invariant acoustique de lidentité de la consonne : il est identique pour /b/, /d/, /g/ dans un contexte vocalique donné

19 2. La perception catégorielle (PC) Contrairement à ce qui se passe pour beaucoup de signaux acoustiques pour lesquels la capacité de discrimination inter-stimuli excède lhabileté à assigner des noms différents, les habiletés des récepteurs à distinguer des contrastes de consonnes plosives ne sont pas meilleures que les habileté à assigner les stimuli à des classes phonémiques différentes Lhabileté à discriminer deux stimuli appartenant à la même catégorie phonémique est faible (cf Fig. 3.3) Phones, allophones, phonèmes Les invariants se trouvent dans les capacités perceptives, pas dans le signal

20 PC est-elle « speech specific »? La PC est dabord considérée comme « speech-specific » : les locuteurs perçoivent les mêmes différences acoustiques de façon catégorielle dans un contexte « parole » et de façon continue (donc meilleure discrimination des différences intra-) dans un contexte de « non-parole » PC = appauvrissement de la perception ? Utilité : les sons de la parole sont produits par tractus vocaux de différentes longueurs, formes; la PC permet de ne pas tenir compte des variations du son de la parole qui sont non-pertinentes pour distinguer des mots avec signification différentes La découverte de la PC a orienté les recherches vers « comment les adultes, les bébés … identifient-ils les phones (plutôt que les mots); lhypothèse sous-jacente = la reconnaissance des mots dépend dun stade antérieur didentification phonémique

21 la PC fait-elle partie de léquipement linguistique inné de lêtre humain ? Contexte théorique : arguments de Chomsky (1965), Fodor (1966), Lenneberg (1967) : certaines habiletés linguistiques ont une base innée plutôt quissue de lexpérience Expérience de Eimas et al. (1971) : habiletés de discrimination du contraste de voisement /pa/-/ba/ chez des bébés de 1 et 4 mois (avant lapparition du babillage); technique de succion non nutritive (HAS) voisement : intervalle de temps entre le relâchement de la fermeture du conduit vocal et la vibration des cordes : VOT (voice onset time) En anglais : Pour les intervalles où les cordes commencent à vibrer moins de 25 msec. après le relâchement : /b/, voisée la vibration vient plus de 25 msec. après le relâchement de la fermeture : /p/, non voisée

22 -70 (/deu/)

23 +10 (/teu/)

24 Pour le VOT, on distingue trois catégories universelles, ou naturelles, ou prélinguistiques (Lisker & Abramson, 1964) En français, /b/ est pré-voisé, càd que la vibration des cordes vocales précède le relâchement de la fermeture du tractus vocal

25 Eimas et al. (1971) Contrastes qui franchissent la frontière /ba/-/pa/ Autres contrastes, avec la différence de voisement de même amplitude, qui donnent lieu à la perception du même phonème chez ladulte (deux /ba/ ou deux /pa) Comparaison de la perception des contrastes « intra- » et « inter-catégories ». Prédictions ?? Les bbs de 4 mois (voir Fig. 2) peuvent déjà discriminer des contrastes de parole de manière catégorielle Indépendamment des capacités de production Aussi à 1mois, qqs jours … Eimas : La PC (speech-specific) fait partie de léquipement biologique du bb humain pour le langage Rôle de lexpérience ou sensibilité innée aux contrastes de langlais ??

26 « Eimas hypothesized that infantsabilities reflected innate « phonetic feature detectors » that evolved for speech and theorized that infants are biologically endowed with neural mechanisms that respond to the phonetic contrasts used by the worlds languages » (Kuhl, 2000)

27 PC pour les consonnes : autres contrastes Le phénomène de PC chez les bébés a été démontré pour : Lieu darticulation (absence dinvariant acoustique pour les distinctions de lieu à travers les différents contextes vocaliques) les syllabes /ba/ et /ga/ sont discriminées à 5 mois (Moffit, 1971) et à 2 mois (Morse, 1972); lexposition à la parole durant les premiers mois de la vie nest pas nécessaire (Bertoncini et al., 1987) Distinction Plosive/semi-voyelle :/ba/-/wa/ : à 6-8 mois, ensuite à 2 mois Distinction orale/nasale : /ba/-/ma/ : à 2 mois et 4 mois Distinction /ra/-/la/ (acquise tard dans la production) : à 2-3 mois chez les bébés américains (et les japonais??)

28 PC pour les contrastes non-natifs chez les bébés Intérêt : Pour savoir si les capacités de discrimination sont déterminées de façon innée ou basées sur lexpérience dune langue particulière Les bbs Kikuyu (dont le langage comporte le contraste pré-voisement – voisement) de 1 à 4 mois sont capables de distinguer les paires voisées/non- voisées de langlais, malgré leur manque de familiarité avec ce contraste (Streeter, 1976) Les bbs guatémaltèques (4 mois ½ à 6 mois) exposés à lespagnol à la maison, discriminent les contrastes -60/-20, +20/+60 et pas le contraste -20/+20; Leurs performances ressemblent à celles des anglais, mais pas à celles des adultes espagnols (sensibles à -20/+ 20, car 0 msec = contraste de voisement en espagnol) Interprétation ?? (Lasky, Syrdal-Lasky, & Klein (1975) Autres études confirmant que les bbs perçoivent contrastes non-natifs (Jusczyk., p. 55)

29 PC : dispositions précoces les possibilités de catégorisation des contrastes de la parole par les bébés reflètent une sensibilité à des frontières générales de voisement : les contrastes Kikuyu et anglais sont mieux discriminés parce quils sont plus proches des frontières perceptives innées des bébés que le contraste espagnol La discrimination du contraste de voisement espagnol (et français !) nécessite un ré-alignement (Aslin & Pisoni, 1980) des catégories perceptives du bébé, sur base de lexpérience de la langue (idem en français) Cf mémoire Ingrid Hoonhorst, 2004 (rythme cardiaque chez les bébés francophones, sensible aux frontières de voisement 0 et +30 msec.)

30 PC : conclusions Les bébés naissent avec la capacité de discriminer les contrastes qui peuvent apparaître dans toutes les langues du monde Lexpérience linguistique contribue au placement de nouvelles frontières perceptives pour des locuteurs dune langue donnée

31 Les mécanismes sous-jacents : capacités auditives générales ou spécifiques au traitement de la parole ? Lhypothèse dun traitement spécialisé des sons de la parole a été mise en cause par deux types de données Les chinchillas, les macaques, perçoivent les différences de voisement de façon catégorielle (Kuhl & Miller, 1978; Kuhl & Padden, 1982); des cailles japonaises ont été entraînées à catégoriser les contrastes de lieux darticulation (Kluender, Diehl & Killeen, 1987) Perception catégorielle pour certains bruits « non-parole » (corde pincée, guitare vs frottée, violon)

32 Conclusions sur la PC (Kuhl, 2000) la PC est une propriété inhérente du système auditif des mammifères pour le traitement de sons complexes (Studdert-Kennedy, 1993) et non caractéristique de perception « phonétique » propre au domaine de la parole La différenciation des unités de parole nimplique pas a priori la connaissance des unités phonétiques, mais la capacité de détecter les différences entre elles Dans lévolution du langage, les différences acoustiques détectées par le traitement perceptif ont pu influencer la sélection des unités phonétiques utilisées À lencontre de lidée (i) que les unités phonétiques sont préspécifiées chez le bébé; (ii) que le langage a évolué chez les humains sans continuité avec les autres espèces

33 Des mécanismes spécifiques à lespèce peuvent être impliqués dans la perception de la parole par lhumain, car : Cailles nécessitent des milliers dessais, alors que les bbs manifestent le phénomène en quelques minutes Macaques discriminent différences lieux darticulation mais ont besoin de différences plus larges que les bbs humains « apprentissage guidé par linné » : se caractérise par la vitesse à laquelle des comportements relativement complexes se développent en présence de linput approprié durant une période sensible dans le développement (Jusczyk, 1997)

34 Les changements dans la perception des contrastes non-natifs Quand linput langagier commence-t-il à affecter les capacités à percevoir les contrastes ? Idée de période critique dans lacquisition du langage qui se termine au début de ladolescence (Lenneberg, 1967) : premières études focalisées sur la perte de sensibilité entre la première enfance et lâge adulte Werker et Tees (1983) : groupes de sujets anglophones de 4 ans et adultes sur deux contrastes natifs du Hindi : voisement /t h / /d h / et lieu darticulation / Ta/ /ta/; les enfants anglophones ont perdu la sensibilité aux contrastes non-natifs, alors que les adultes Hindi et les bébés de 7 mois témoignent de cette sensibilité

35 Werker & Tees, 1984 Testing de bbs de différents âges sur des contrastes non- natifs De 6 à 8 mois, les bbs distinguent tous les contrastes De 8 à 10 mois, seuls certains bbs discriminent tous les contrastes Entre 10 et 12 mois, quasi aucun ne témoigne de la discrimination de contrastes non-natifs; au même âge, les bbs nont aucune difficulté à discriminer les contrastes de leur langue Même patron dans étude longitudinale : déclin systématique de sensibilité aux contrastes non-natifs entre 6 et 12 mois Cest le contexte dapprentissage de la langue qui semble déterminer si les bbs discriminent ces contrastes (et non un déclin général de la sensibilité de tous les enfants à ces contrastes particuliers)

36 Quelle explication pour ce déclin ? « English-learning infants were moving from a phonetic classification of speech sounds to a phonemic classification that reflected the organization of the native language they were acquiring » (Werker & Lalonde, 1988) Mais : pas de perte permanente de la capacité de discrimination. Avec un entraînement approprié, les adultes récupèrent lhabileté à distinguer des contrastes non-natifs: processus davantage attentionnel que atrophie de la base neuronale Ce déclin ne se produit pas pour certains contrastes non natifs, tel que le click latéral vs médial en Zoulou : les bbs de 6-8 mois, 8-10 mois, mois et mois (et même les adultes anglophones) sont tous capables de faire la distinction Tsushima et al. (1994) à 6-8 mois les bbs japonais distinguent le contraste natif /wa/-/ya/ et le contraste /ra/-/la/; à mois, ils sont incapable de distinguer la paire /ra/-/la/

37 Changements dans la sensibilité aux contrastes phonétiques Diminution de la sensibilité aux contrastes non natifs durant la 2ème moitié de la première année : les enfants sadaptent rapidement aux caractéristiques de linput auquel ils sont exposés Cette diminution ne se produit pas de façon uniforme pour tous les contrastes; donc lexplication du passage de la perception phonétique à phonémique ne suffit pas Best (1993, 1995): Perceptual Assimilation Model les contrastes non natifs qui soit ressemblent à des contrastes natifs différents (1), soit ne ressemblent à aucune catégorie native (4) vont être bien discriminés Les distinctions associées à une seule catégorie phonémique native sont difficiles à discriminer

38 Lexpérience dune langue change la perception : le cas des voyelles Kuhl (1991, 1993) suggère que les catégories de voyelles sont organisées autour dexemplaires prototypiques du langage natif à lâge de 6 mois Les voyelles prototypiques sont des attracteurs perceptifs (« perceptual magnets ») qui diminuent la distance perceptive entre le centre et les frontières de la catégorie de voyelle (cf Fig. 2)

39 Sensibilité des bbs aux voyelles prototypiques de leurs langue (Kuhl et al., 1993) But : démontrer que la perception des prototypes phonétiques des voyelles est spécifique au langage dès le 6ème mois On demande à des adultes de juger des exemplaires individuels dune voyelle /i/, et le meilleur exemplaire est qualifié de « prototype » (P): un lieu particulier dans lespace correspondant à la voyelle /i/ On choisit aussi un non prototype (NP) aussi prononcé /i/ On créé 32 variants de chacune des 2 voyelles en altérant F1 et F2, qui forment 4 anneaux autour de chaque voyelle, à une distance contrôlée par rapport au stimulus central Test de discrimination entre chaque exemplaire et son référent (P ou NP) : le prototype est-il perçu comme plus similaire aux variants que le non-prototype ?

40 Magnet effect Résultats : le prototype produit un effet « magnet » chez les adultes et les bébés de 6 mois mais pas chez les macaques : effet spécifiquement humain, lié à une catégorie phonétique (non acoustique; différent de la PC) NB : chez ladulte américain : « magnet effect » pour la distinction /ra/ -/la/; les japonais perçoivent une catégorie de sons, pas deux (Fig. 6)

41 Etude inter-langue sur les bébés de 6 mois Des bbs américains et suédois sont testés sur des exemplaires P de la voyelle /i/ américaine et /y/ suédoise. Prédictions ?? Résultats les bébés américains perçoivent le prototype /i/ américain plus similaire à ses variants que le prototype /y/ suédois les bébés suédois perçoivent le prototype /y/ suédois plus similaire à ses variants que le prototype /i/ américain Donc, dès 6 mois, les bbs semblent catégoriser les voyelles selon leur langue maternelle Les bbs se créent des « cartes mentales » pour la parole, dans lesquelles des ressources neurales sont impliquées; ils développent un « neural commitment » aux propriétés acoustiques de leur langue maternelle

42 Inverser la vapeur ? Lapprentissage de contrastes non-natifs à 9 mois (Kuhl et al., 2003) But : tester si (i) la sensibilité aux contrastes non-natifs peut être restaurée, à 9 mois, par lexpérience; (ii) lapprentissage phonétique est amélioré par linteraction sociale (cf songbirds) Exp 1 : GR EXP : exposition denviron 5 heures en chinois mandarin, 12 sessions, 25 minutes, 4 semaines (entre et syllabes) 15 minutes : jeu avec un locuteur chinois (4 locuteurs différents, hommes et femmes) 10 minutes : lecture par un adulte dhistoires en mandarin GR CONT : mêmes interactions, mais en anglais Les locuteurs utilisent le prénom de lenfant, font des contact visuels fréquents, « motherese » (fondamentale élevée, contours intonatoires exagérés, indices phonétiques exagérés) …

43 Contraste : affriquée alvéo-palatale et fricative alvéo-palatale, diffèrent seulement dans le moment daugmentation maximale de lamplitude au cours des 130 premières msec Procédure : Head Turn conditioning Résultats : (i) les enfants américains exposés au chinois détectent le contraste; les enfants américains exposés à langlais de le détectent pas (ii) Exp. 2 : La parole « live » est nécessaire; enregistrement audio ou audio-visuel ne suffisent pas

44 Conclusions Lintervention en langue étrangère affecte la perception phonétique; une intervention à court terme suffit à 9 mois, à condition dutiliser Infant-directed speech Locuteurs multiples Exagérations des contours intonatoires, des indices phonétiques Les indices sociaux sont critiques : participation active, attention, gaze following, attention conjointe, …

45 Conclusions sur les capacités précoces des bébés (1) Les bbés possèdent les habiletés perceptives sous-jacentes à la discrimination des contrastes phonétiques de tout langage naturel, comme le voisement, le lieu, et la manière dans le cas des consonnes, ainsi que des contrastes vocaliques Les bbs démontrent une constance perceptive (cf développement cognitif) pour les sons de la parole. Ils tolèrent le type de variabilité acoustique qui accompagne les changements de vitesse délocution ou les différences de voix des locuteurs

46 Conclusions sur les capacités précoces des bébés (2) A ce stade, on ne peut pas affirmer quil sagisse dhabiletés spécifiques au traitement du langage; lalternative étant la mise en œuvre de capacités auditives générales dans un domaine particulier On ne peut pas conclure que les bébés aient une perception innée du « phonème »; leur sensibilité aux différences phonémiques peut reposer sur une perception globale des différences : « bug » diffère de « dug » globalement

47 Apprentissage par sélection À partir dune capacité générale à distinguer tous les contrastes phonétiques, processus de sélection des contrastes pertinents pour une langue donnée Cf modèle Changeux (LHomme neuronal): le système nerveux contient dabord une surabondance de connexions qui sont ensuite élaguées dans le développement Cf densité synaptique : pic maximal autour de 1 an dans le cortex auditif (5 ans dans le cortex visuel et plus tard dans cortex pré-frontal) Les changements ont lieu très rapidement (deuxième moitié de la première année), parce que les sons de la parole attirent plus lintérêt de lenfant que dautres types de signaux acoustiques

48 Origine du biais attentionnel des bbs vers la parole Rôle de lexpérience pré-natale Le système auditif commence à fonctionner durant le dernier tiers de la gestation Le signal qui passe le mieux in utero est la voix de la mère, et principalement ses caractéristiques prosodiques : hauteur (fréquence fondamentale) et rythme (la barrière utérine tend à atténuer à à filtrer le signal acoustique) Les nouveaux-nés sont capables de reconnaître la voix de leur mère quelle ait ou non été filtrée (DeCasper & Fifer, 1980). Ils la préfèrent à celle dune autre femme à la naissance; ils préfèrent les histoires lues par leur mère pendant les 10 dernières semaines de la gestation

49 le bb: un être en recherche de stimulation en interaction avec des « faces qui parlent » (John Locke, The childs path to spoken language, 1993) Le visage : un stimulus naturellement très attractif pour les bbs, compétents pour traiter des stimuli à signification biologique malgré immaturité développementale Préfèrent les stimuli qui ressemblent à un visage Reconnaissent rapidement le visage de leur mère, lodeur, la voix « Conscients » des mouvements du visage, en particulier des mouvements de la bouche (Meltzoff & Moore, 1978), qui fournit des informations sur le lieu darticulation des phonèmes Attirés par les yeux plus que par toute autre partie du visage (Haith et al., 1977; importance dans la communication sociale : émotions, intentions)

50 Sensibilité des bbs de 3-4 mois à la synchronisation entre activité de la bouche et activité vocale Dodd (1979) : 10/12 bbs (10 à 16 semaines) passent plus de temps à ne pas regarder le visage dune femme qui raconte des comptines, lorsque le son et limage sont désynchronisés de 400 msec que lorsquils sont synchrones

51 Kuhl & Meltzoff (1982) Deux groupes de bbs de 18 à 20 semaines voient un film dune locutrice qui prononce /i, i, i/ ou /a, a, a/ Un groupe entend la même voyelle que celle articulée ou une voyelle différente : ils regardent plus longtemps le visage cohérent avec la voyelle entendue Lautre groupe entend des stimuli contrôle qui ne contiennent pas de formants, mais même durée et amplitude : pas de préférence

52 Les bébés (24/32; pourcentage moyen : 73.6%) préfèrent regarder le visage dont le geste articulatoire est apparié au phonème entendu (pas de préférence si les sons ne sont pas linguistiques: 54.6%) Imitation : 10 bbs qui ont entendu les voyelles ont émis des sons ressemblant aux voyelles, contre 1 bb qui a entendu les sons purs Spécialisation hémisphérique : les bbs imitent davantage lorsque le visage est ds HVD (HG)

53 apprentissage guidé de manière innée Les bbs de 20 semaines témoignent dune habileté à lier les mouvements de la bouche quils voient aux signaux auditifs quils entendent Représentations multimodales de la parole, qui contiennent informations visuelles et auditives Intérêt pour le « visage qui parle », qui apparaissent dans le contexte dune interaction sociale; puissant mécanisme dapprentissage du langage (sinon, les bbs imiteraient tous les bruits)

54 La discrimination des langues : effets du rythme et de la familiarité Les indices prosodiques

55 La semaine prochaine Le développement des habiletés de production le babillage : théorie motorique vs linguistique le babillage en langue des signes les enfants sourds, les aveugles.. La découverte des mots … Lecture : De Boysson-Bardies : Lémergence de la parole. In : Comment la parole vient aux enfants.


Télécharger ppt "Leçon 1 : Introduction Recherches sur la perception précoce de la parole"

Présentations similaires


Annonces Google