La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

Mathieu VIEIRA Doctorant Université libre de Bruxelles et Sciences Po Grenoble CEVIPOL

Présentations similaires


Présentation au sujet: "Mathieu VIEIRA Doctorant Université libre de Bruxelles et Sciences Po Grenoble CEVIPOL"— Transcription de la présentation:

1 Mathieu VIEIRA Doctorant Université libre de Bruxelles et Sciences Po Grenoble CEVIPOL

2 LES SYSTEMES PARTISANS 1. La classification des systèmes partisans 1.1 Définitions et interprétations 1.2 Quatre courants danalyse 1.3 Limpératif typologique 2. Continuité et changement des systèmes partisans 2.1 Lapproche génétique : un nouveau système de clivages ? 2.2 Lapproche institutionnelle : un nouveau type de systèmes partisans ?

3 1.LA CLASSIFICATION DES SYSTEMES PARTISANS 1.1 Définitions et interprétations La définition la plus citée : Giovanni SARTORI, Parties and Party Systems : a Framework for Analysis, 1976, p « Le concept de système perd toute signification – du moins dans le but dune étude scientifique – à moins que (i) le système présente des propriétés qui ne se retrouvent pas dans la prise en considération de manière dissociée de ses différents éléments constitutifs et que (ii) le système résulte de, et consiste en, les interactions structurées de ses éléments constitutifs, impliquant de la sorte que ces interactions fournissent les frontières ou du moins indiquent la fermeture du système. Les partis font ainsi « système » seulement quand ils représentent des parties ; et un système partisan est précisément le système des interactions résultant de la compétition inter-partisane ».

4 1.1 Définitions et interprétations Alan WARE, Political Parties and Party Systems, 1996, p.7 « il est courant lorsque lon pense aux systèmes partisans dans les démocraties libérales, de réfléchir en termes de compétition » (…) « (…) aussi importante que la compétition est la coopération – formelle, informelle, et implicite – qui fait partie de nimporte quel système partisan ».

5 1.1 Définitions et interprétations Les trois propriétés dun système partisan : (1) Un système partisan désigne lensemble des relations et des interactions quentretiennent les partis politiques entre eux (2) Ces relations peuvent être conflictuelles ou de coopération (3) Les partis politiques optent pour lune ou lautre de ces stratégies dans le but de conquérir le pouvoir

6 1.1 Définitions et interprétations Alexandre Dézé et Nicolas SAUGER, « Système partisan », in HAUDEGAND, N. et LEFEBURE, P. (eds.), Dictionnaire des questions politiques, Paris, Editions de lAtelier, 2000, p. 231 « Ensemble structuré des interactions résultant de la compétition et de la coopération pour la conquête du pouvoir entre partis dun système politique donné » NB : Une erreur à éviter Il est courant damalgamer système partisan et système politique. Il nest pas rare de voir les régimes caractérisés par le système de partis correspondant. Or, le système partisan nest quun élément du système politique au même titre que le système électoral ou le système législatif

7 1.2 Quatre courants danalyse 1- La formation des systèmes partisans : la théorie des clivages de Lipset et Rokkan ( ) 2- La politique comparée et la classification des systèmes partisans ( ) 3- Lévolution des systèmes partisans : la théorie des réalignements électoraux (1970) 4- Le changement des systèmes partisans ( )

8 1.2 Quatre courants danalyse La genèse des systèmes partisans : la théorie des clivages de Seymour. M LIPSET et Stein ROKKAN A partir de trois phases cruciales (Critical Junctures) : - la Réforme - la Révolution nationale - la Révolution industrielle Ils décrivent le développement de quatre clivages : - Centre/Périphérie - Etat/Eglise - Rural/Urbain - Possédants/Travailleurs

9 1.2 Quatre courants danalyse - Ces clivages sont de deux ordres : ceux qui ont une dimension territoriale, résultant de lunification du territoire dun Etat- nation, et ceux qui ont une dimension fonctionnelle, découlant de conflits idéologiques et matériels - Le clivage Centre/Périphérie = opposant lélite modernisatrice dirigeante aux populations périphériques (véritable clivage culturel entre la culture dominante et celle des provinces) - Le clivage Etat/Eglise = opposant lEtat standardisateur à lEglise, notamment sur la question de lenseignement

10 1.2 Quatre courants danalyse - Le clivage Rural/Urbain = résultant du conflit dintérêts entre les propriétaires terriens et les industriels - Le clivage Possédants/Travailleurs = produit du conflit entre les ouvriers et les patrons - Dans un ouvrage postérieur, Rokkan identifie un cinquième clivage Socialistes/Communistes issue de la « Révolution internationale », liée à la Révolution bolchevique de 1917

11 1.2 Quatre courants danalyse La théorie des réalignements électoraux BURNHAM (1970) ; SUNDQUIST (1973) ; MARTIN (2000) Réalignement électoral= Changement brutal et durable des rapports de forces électoraux et de la structure des électorats. Cette théorie décrit la vie politique comme la succession de phases de réalignements et de périodes de politique ordinaire. La déstabilisation du système électoral affecte également quatre autres dimensions de la vie politique : - le système partisan, - le fonctionnement du système politique, - les politiques publiques - et les rapports entre les élites politiques et les citoyens.

12 1.3 Limpératif typologique Les pionniers (fin XIXe) - James BRYCE : paternité du terme « système partisan » - Lawrence LOWELL : distinction bipartisme/multipartisme Bipartisme : Système fondé sur la compétition entre deux partis à vocation majoritaire Multipartisme : Système organisé autour du pluralisme partisan et caractérisé par la rareté de gouvernement majoritaire

13 1.3 Limpératif typologique Les typologies classiques 1- Maurice DUVERGER : linfluence du système électoral Variable clé : nombre des partis - Première loi: Scrutin majoritaire à un tour tend à favoriser un système bipartisan composé de partis indépendants à structure « rigide » (cest-à-dire reposant sur une forte discipline) - Deuxième loi: Scrutin majoritaire à deux tours tend à engendrer un système multipartisan composé de partis dépendants (favorise également lapparition de partis dominants dans chacun des deux grandes coalitions en présence) - Troisième loi: Scrutin proportionnel tend à favoriser un système multipartisan formé de partis à structure « rigide » et indépendants les uns des autres (favorise un système de partis fragmenté et fortement polarisé)

14 1.3 Limpératif typologique Pourquoi le bipartisme – reflet naturel de la logique dualiste du conflit – peut basculer en multipartisme? Duverger apporte deux explications : 1- La superposition des dualismes au sein de lopinion publique qui aboutit au phénomène de scission. =Chaque camp apparaît divisé et plusieurs tendances coexistent. 2- Le fractionnement intérieur des opinions provoqué par la tentation centriste des partis gouvernementaux (« mouvement centrisme- sinistrisme ». =Afin de toucher lélectorat le plus large possible, les grands partis gouvernementaux optent pour une stratégie centriste qui encourage dès lors la scission de leur aile gauche.

15 1.3 Limpératif typologique 2- Gabriel A. ALMOND et James S.COLEMAN : la distinction entre systèmes compétitifs et systèmes non-compétitifs - Variables clé : nombre des partis et degré douverture de la compétition pour le gouvernement -Donne une dimension plus universelle à leur typologie en incluant les pays en voie de développement - Contribution majeure à lapproche comparative des systèmes partisans en introduisant la distinction systèmes compétitifs/systèmes non- compétitifs

16 1.3 Limpératif typologique 3- Jean BLONDEL: Limportance relative des partis en termes de suffrages - Variable clé : importance des partis en termes de suffrages Selon Blondel, une étude approfondie des systèmes partisans passe nécessairement par lobservation de cinq critères : - le nombre des partis - leur importance relative - leurs fondements idéologiques - la sociologie de leur électorat, - les caractéristiques de leur organisation et de leur direction. Néanmoins, Blondel nous indique quil est difficile de différencier les systèmes partisans occidentaux sur la base des deux dernières variables, et cest pourquoi sa typologie ne retient que les trois premières variables.

17 1.3 Limpératif typologique Il distingue quatre types de systèmes partisans : - les systèmes bipartisans (deux partis se partageant 90 % des voix) - les systèmes à deux partis et demi (tiers partis mais les deux partis dominants se partagent 75 à 80% des voix) - les systèmes multipartisans purs - les systèmes multipartisans à parti dominant (lun des partis remporte plus de 40 % des voix) Il affine donc les deux catégories des systèmes bipartisans et des systèmes multipartisans : - en proposant une distinction entre bipartisme « parfait » et bipartisme « imparfait » - et une distinction entre multipartisme « pur » et multipartisme à « parti dominant »

18 1.3 Limpératif typologique Lapproche systémique de Sartori 4- La typologie de Giovanni SARTORI : la relation entre les partis et le degré de polarisation idéologique - Variables clé : fragmentation partisane et polarisation idéologique Premier critère : Fragmentation partisane Premier indicateur : nombre des partis Deuxième indicateur: Importance relative des partis en terme de capacité dinfluence sur le jeu parlementaire =Il utilise le concept de « relevant party » = petits partis sont considérés comme « pertinents » lorsquils disposent dun « potentiel de coalition » (coalition potential) et/ou dun « potentiel de chantage » (blackmail potential)

19 1.3 Limpératif typologique Deuxième critère : le degré de polarisation idéologique (distance idéologique entre deux pôles) - Dans les systèmes compétitifs, la compétition inter-partisane peut prendre la forme dune opposition entre deux pôles (systèmes bipolaires), ou de plusieurs (systèmes multipolaires) - La mesure de la distance qui sépare les pôles lui permet de caractériser plus finement la catégorie du multipartisme

20 1.3 Limpératif typologique Il identifie quatre types principaux de systèmes partisans (modèle simplifié) : - Bipartisme (two-partism) = faible fragmentation partisane, faible polarisation idéologique, compétition politique centripète - Multipartisme « modéré » (moderate multipartism) = fragmentation partisane moyenne, polarisation idéologique moyenne, compétition politique centripète - Multipartisme « polarisé » (polarized multipartism) = Forte fragmentation partisane, forte polarisation idéologique, compétition politique centrifuge et partis extrémistes - Multipartisme « segmenté » (segmented multipartism) = forte fragmentation partisane, deux sous-cultures au sein de la société

21 1.3 Limpératif typologique Principaux critèresTypologie Duverger (1951)Nombre des partisBipartisme Multipartisme Almond et Coleman (1960)Caractère compétitif ou monopoliste - Blondel (1968)Nombre des partis Importance relative des partis en termes de suffrages Système bipartisan Système à deux partis et demi Système multipartisan pur Système multipartisan à parti dominant Sartori (1976)Fragmentation partisane Polarisation idéologique Bipartisme Multipartisme modéré Multipartisme polarisé Multipartisme segmenté

22 2. CONTINUITE ET CHANGEMENT DES SYSTEMES PARTISANS Introduction : Les limites de lapproche classique pour comprendre le changement des systèmes partisans - Si létude des systèmes partisans a connu son heure de gloire avec la politique comparée entre les années , celle-ci connaît un véritable déclin les années suivantes - Apparition dun nouvel agenda de recherche au début des années La réappropriation de lobjet « système partisan » par les politistes, sexplique comme souvent, par lincapacité des outils théoriques et méthodologiques antérieurs à expliquer lapparition de phénomènes nouveaux. Une critique se construit dès lors autour de lidée que le concept de système partisan tel quil a été forgé par lapproche comparative ne permet pas dintérioriser le changement = dimension statique et descriptive du concept

23 Introduction : Les limites de lapproche classique pour comprendre le changement des systèmes partisans Lintroduction de cette problématique à lagenda de recherche sur les systèmes partisans est à replacer dans le contexte dun débat plus général qui voit sopposer les tenants de lhypothèse du « gel des principales alternatives partisanes » à ceux qui soutiennent lidée du « dégel », cest-à- dire la transformation des systèmes partisans Cette nouvelle approche se démarque des indicateurs empiriques classiques (état de fractionnement et polarisation) Une autre dimension danalyse est privilégiée : la structuration de la compétition pour la conquête du pouvoir

24 Introduction : Les limites de lapproche classique pour comprendre le changement des systèmes partisans Les nouveaux phénomènes qui interrogent lapproche classique : - la montée des comportements contestataires - de la volatilité électorale - lapparition de nouveaux partis écologistes et dextrême droite Trois processus marquent la rupture et le passage à une nouvelle configuration de systèmes partisan : 1- Processus dalignement à lœuvre en Europe de lest et en Amérique Latine (processus que les démocraties occidentales ont connu au XIXe et au XXe) 2- Processus de désalignement à lœuvre dans les démocraties occidentales (perte de limpact de la pratique religieuse et double désalignement électoral des sexes et des ouvriers) 3- Processus de réalignement à lœuvre dans les démocraties occidentales (apparition de nouvelles coalitions gouvernementales)

25 Introduction : Les limites de lapproche classique pour comprendre le changement des systèmes partisans Ces différents phénomènes trouvent leur origine dans les trois processus qui ont affecté les structures sociales et culturelles des sociétés contemporaines : - le processus de globalisation - le processus deuropéanisation - le passage à une société post-industrielle Ces tendances structurelles marquent lentrée dans une phase de rupture des systèmes partisans par rapport à la phase de stabilité qui prévalait jusquau début des années 1980

26 2.1 Lapproche génétique : un nouveau système de clivages ? - Hypothèse du « gel des principales alternatives partisanes » (freezing of the major party alternatives) = consacre la stabilité des systèmes de partis à partir de laccession des masses au suffrage universel dans les années La globalisation et leuropéanisation contribuent à un processus de « dénationalisation » (Kriesi et al., 2008) ébranlant les structures soci- économiques, culturelles et politiques des sociétés contemporaines. - Ce double bouleversement nest pas sans conséquence sur les systèmes de clivages et de partis nationaux. - « cest dans la structure de la société globale quil faut rechercher les causes qui engendrèrent et qui engendrent encore le développement des partis politiques » (Seiler, 2003 : 45).

27 2.1 Lapproche génétique: un nouveau système de clivages ? - La question est donc de savoir si le relâchement des démarcations (« boundaries ») culturelles, économiques et politiques - forgées dans le cadre de lEtat-nation – provoque une restructuration des structures partisanes et de clivages. - Nous préférons le terme de démarcation (boundary) à celui de frontière. - Nous empruntons ainsi la distinction établie par Stefano Bartolini (Bartolini, 2005), qui reprend à son compte la notion de « boundary » utilisée par Stein Rokkan. - Alors que les « frontières » (« borders ») renvoient aux limites physiques des Etats, « les lignes de démarcations identifient les relations sociales significatives qui définissent des groupes dappartenance » (Bartolini, 2005 : 15).

28 2.1 Lapproche génétique: un nouveau système de clivages ? - La « Révolution post-industrielle » ou pour reprendre le terme dInglehart, la « Révolution silencieuse », ne peut être considérée comme une nouvelle révolution rokkanienne - Il ne faut pour autant pas mettre entre parenthèse les travaux dInglehart sur la mutation culturelle, et lopposition « post- matérialistes/matérialistes » - Véritable révolution= « Révolution globale » (Martin SHAW) ou « Révolution mondialiste » (André-Paul FROGNIER) - Cette Révolution globale se superpose aux deux autres Révolutions « classiques » et favorise lapparition de deux nouveaux clivages : Clivage « Marché/Nature » (Daniel-Louis SEILER, 2003) Clivage « Ethnocentrisme/Cosmopolitisme » (André-Paul FROGNIER, 2007) Clivage « Integration/Demarcation » (Hanspeter KRIESI et al., 2008)

29 2.1 Lapproche génétique: un nouveau système de clivages ? - Le clivage Marché/Nature =Se manifeste par une prise de conscience écologique globale (pollution de lenvironnement, épuisement des ressources naturelles…) = Apparition de partis écologistes à partir des années Le clivage Ethnocentrisme/ Cosmopolitisme = Ce clivage est alors fortement lié à lattitude vis-à-vis de limmigration -Le clivage Integration/ Demarcation = Lobjectif du travail de Kriesi et al. Est danalyser limpact de la globalisation sur les systèmes partisans dEurope Occidentale

30 2.1 Lapproche génétique: un nouveau système de clivages ? - La globalisation à travers un processus de « dénationalisation » a provoqué lapparition dune division entre « gagnants » et « perdants » de la mondialisation. - Trois mécanismes contribuent à la formation de cette division: 1- la compétition économique poussant qui conduit à la dérégulation et au recul de la protection sociale = creuse lécart entre « secteur exposé » et « secteur protégé » 2- la compétition culturelle (qui accompagne la compétition économique) = dans les pays dimmigration, la diversité culturelle peut être perçue comme une menace pour lidentité culturelle 3- la compétition politique entre les Etats et les acteurs supranationaux = réduit les répertoires daction des Etats

31 2.1 Lapproche génétique: un nouveau système de clivages ? - Perdants= ceux dont les conditions dexistence sont traditionnellement protégées par les démarcations nationales et ceux qui sont attachés à la culture et à lindépendance nationale = classes populaires et « sociocultural professionals » = développement dune nouvelle classe moyenne en même temps que les « nouveaux mouvements sociaux » dans les années Gagnants = « managers » = chefs dentreprise, travailleurs qualifiés des secteurs ouverts à la compétition internationale et les citoyens « cosmopolites »

32 2.1 Lapproche génétique: un nouveau système de clivages ? - Cette division se traduit par le développement des enjeux culturels comme lhostilité à limmigration de masse et à lintégration européenne. - Autrement dit, le débat politique est moins focalisé sur lenjeu traditionnel de léconomie. - Deux conséquences sur les systèmes partisans ouest européens: - apparition de nouveaux partis - repositionnement danciens

33 2.2 Lapproche institutionnelle: un nouveau type de systèmes partisans ? - Cette nouvelle approche se démarque des indicateurs empiriques classiques (état de fractionnement et polarisation) - Une autre dimension danalyse est privilégiée : la structuration de la compétition pour la conquête du pouvoir - Une telle posture revient à appréhender les systèmes partisans à travers le contrôle du gouvernement, contrôle des positions de pouvoir

34 2.2 Lapproche institutionnelle: un nouveau type de systèmes partisans ? - Selon Mair, « le changement dun système partisan survient quand un système partisan se transforme dune classe ou dun type de parti système en un autre type » (Peter MAIR, Party System Change : Approaches and Interpretations, 1997, p. 49) - Distinction fondamentale entre changement de parti et changement de système partisan = Le changement se limite strictement à un changement de système = Lapparition ou la disparition dun parti, quil soit significatif ou non, au sens de Sartori, ne constitue pas un changement de système

35 2.2 Lapproche institutionnelle : un nouveau type de systèmes partisans ? Mair nous indique que le changement peut être apprécié à laide de trois variables : - le modèle dalternance = identifie les changements structurels de la compétition = passage dun modèle dalternance générale à une alternance partielle par ex - le degré dinnovation = sappuie sur le degré suivant lequel les alternatives de gouvernement dans le systèmes sont stables ou inédites - laccès de nouveaux partis au gouvernement = se réfère à lidentité du gouvernant et au degré douverture du gouvernement = soit un accès ouvert à un grand nombre de partis différents soit un accès limité à un nombre plus restreint de partis établis

36 2.2 Lapproche institutionnelle : un nouveau type de systèmes partisans ? - En combinant ces trois variables, il établit une distinction entre les structures de compétition « fermées » et « ouvertes » - Cette distinction repose donc sur le degré de systémisme du système partisan, sur le degré douverture ou de fermeture du système - Deux facteurs semblent orienter la direction du changement des systèmes partisans à lavenir : - la disparition des partis anti-système - la transformation des organisations partisanes

37 2.2 Lapproche institutionnelle : un nouveau type de systèmes partisans ? 1- La disparition des partis anti-système = la « victoire de la démocratie » consacrée par leffondrement du bloc soviétique, a pour conséquence la disparition de lalternative communiste = Aucun parti – et ceci se vérifie également pour les partis dextrême droite – nenvisage aujourdhui de remettre en cause les principes démocratiques 2- La transformation des organisations partisanes = Mair fait directement allusion ici à la transformation du modèle dorganisation des partis = émergence du « parti-cartel » (KATZ, R.S. et MAIR, P. 1995)

38 2.2 Lapproche institutionnelle : un nouveau type de systèmes partisans ? Parti-cartel =Ce nouveau modèle de parti se caractérise par un phénomène de collusion entre les principaux partis qui deviennent des courtiers (« brokers ») entre lEtat et la société civile. De plus en plus dépendantes des ressources publiques et dans un contexte de crise des partis politiques, les formations dominantes sont ainsi tentées de sentendre pour se partager les ressources et en bloquer laccès aux plus petites. Devenues des agences semi-publiques de plus en plus professionnalisées et centralisées, les partis séloignent de leur base partisane et électorale.

39 Conclusion : Quelques pistes de recherche 1- Leuropéanisation des partis et des systèmes partisans (LADRECH, MAIR, POGUNTKE) 2- Impact de lintégration européenne sur les structures partisanes et de clivages (BARTOLINI, HARMSEN) 3- Les systèmes partisans dans une perspective multi-niveaux (DESCHOUWER, VAN BIEZEN)

40 BIBLIOGRAPHIE Synthèses DEZE, A. et SAUGER, N., « Système partisan », in HAUDEGAND, N. et LEFEBURE, P. (eds.), Dictionnaire des questions politiques, Paris, Editions de lAtelier, ECKSTEIN, H., « Political parties: party systems », in International Encyclopaedia of the Social Sciences, Tome 11, pp MAIR, P., Party systems and structures of competition, in LEDUC, L., NIEMI, R. et NORRIS, P. (eds.), Comparing democracies, London, Sage, 1996, pp SEILER, D.L., Les partis politiques, Paris, Armand Colin, WARE, A., Political Parties and Party Systems, Oxford, Oxford University Press, WOLINETZ, S., « Party Systems and Party System Types », in KATZ, R.S. et CROTTY, W. (eds.), Handbook on Political Parties, London, Sage, 2006, pp

41 BIBLIOGRAPHIE La structuration des systèmes partisans LIPSET, S. et ROKKAN, S. (eds.), Party Systems and Voter Alignments, New York, The Free Press, ROKKAN, S., Citizens, Elections, Parties: Approaches to the Comparative Study of Political Development, Oslo, Universitetsforlaget, SEILER, D.L., Les partis politiques en Occident, sociologie politique du phénomène partisan, Paris, Ellipse, 2003.

42 BIBLIOGRAPHIE La classification des systèmes partisans ALMOND, G. et COLEMAN, J.S, The Politics of the Developing Areas, Princeton, Princeton University Press, BLONDEL, J., « Party Systems and Patterns of Government in Western Democracies », Canadian Journal of Political Science, 1, 1968,pp DUVERGER, M., Les partis politiques, Paris, Armand Colin, SARTORI, G., Parties and Party Systems: a Framework for Analysis, Cambridge, Cambridge University Press, 1976.

43 BIBLIOGRAPHIE Le changement des systèmes partis Un nouveau système de clivages BARTOLINI, S., Restructuring Europe. Center Formation, System Building and Political Structuring between the Nation State and the EU, Oxford, OUP, FROGNIER, A.P., « Partis et clivages en Belgique : lhéritage de S.M. Lipset et S. Rokkan », in DELWIT, P. et DE WAELE, J.M (eds.), Les partis politiques en Belgique, Bruxelles, Editions de lUniversité de Bruxelles, Deuxième édition, 1997, pp FROGNIER, A.P., « Application du modèle de Lipset et Rokkan à la Belgique », Revue Internationale de Politique Comparée, 14 (2), pp , INGLEHART, R., The Silent Revolution: Changing Values and Political Styles among Western Publics, Princeton, Princeton University Press, KRIESI, H., GRANDE, E., LACHAT, R., DOLEZAL, M., BORNSCHIER, S. et FREY, T., West European Politics in the Age of Globalization, New York, Cambridge University Press, SEILER, D.L., Les partis politiques en Occident, sociologie politique du phénomène partisan, Paris, Ellipse, 2003.

44 BIBLIOGRAPHIE Un nouveau type de systèmes partisans ? MAIR, P., Party System Change: Approaches and Interpretations, Oxford, Clarendon Press, MAIR, P., Party System Change, in KATZ, R.S. et CROTTY, W. (eds.), Handbook on Political Parties, London, Sage, 2006, pp MAIR, P. et SMITH, G. (eds.), Understanding party system change in Western Europe, London, Frank Cass, Le modèle du parti-cartel AUCANTE, Y. et DEZE, A. (eds.), Les systèmes de partis dans les démocraties occidentales : le modèle du parti-cartel en question, Paris, Presses de Sciences Po, KATZ, R.S. et MAIR, P. (1995), « Changing Models of Party Organization and Party Democracy: The Emergence of the Cartel Party », Party Politics, 1 (1), pp


Télécharger ppt "Mathieu VIEIRA Doctorant Université libre de Bruxelles et Sciences Po Grenoble CEVIPOL"

Présentations similaires


Annonces Google