La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

Soins de santé mentale primaires 1- Anxiété, Stress & Troubles du sommeil. Introduction Professeur Philippe Corten ULB - 2006.

Présentations similaires


Présentation au sujet: "Soins de santé mentale primaires 1- Anxiété, Stress & Troubles du sommeil. Introduction Professeur Philippe Corten ULB - 2006."— Transcription de la présentation:

1 Soins de santé mentale primaires 1- Anxiété, Stress & Troubles du sommeil. Introduction Professeur Philippe Corten ULB

2 Introduction Recherche détats modifiés de conscience Recherche détats modifiés de conscience Us, abus, dépendance, intoxication Us, abus, dépendance, intoxication Quand un trouble devient-il pathologique ? Quand un trouble devient-il pathologique ? Epidémiologie Epidémiologie

3 La recherche détats modifiés de conscience est un phénomène est un phénomène –Universel –Ubiquitaire –Typiquement humain

4 La recherche détats modifiés de conscience Substances modifiant létat de conscience Substances modifiant létat de conscience –Chocolat et sucreries –Café et thé –Tisanes –Tabac –Alcool –Cannabis –Anxiolytiques et somnifères –Anti-douleurs –Morphine –Codéine –Amphétamines et ecstasy –Cocaïne –Héroïne –… Comportements modifiant létat de conscience Comportements modifiant létat de conscience –La colère –Les joies –Faire lamour –Le sport –La transe initiatique –La méditation transcendantale –…

5 Origines de la recherche détats modifiés de conscience Approches scientifiques Approches scientifiques –Le principe de plaisir –Le circuit de la récompense Approches ethno-sociologiques Approches ethno-sociologiques –La métaphysique la place des morts et des esprits –La religion la sacralisation des rites de consommation La laïcisation des événements de vie –La socialisation des modes de consommation Promouvoir linteraction sociale Améliorer ses performances intellectuelles et physiques La place accordée aux artistes Lappartenance à un groupe –La consommation personnelle Modifier son humeur Soigner sa maladie Se rebeller

6 Les états modifiés de conscience Il est illusoire de penser que des humains ne rechercheraient plus détats modifiés de conscience Il est illusoire de penser que des humains ne rechercheraient plus détats modifiés de conscience –Quelles substances? Limitation des risques Limitation des risques –! Glissement dune substance vers une autre La diminution de la consommation de tabac aux USA a entraîné une x par 600 des amphétamines La diminution de la consommation de tabac aux USA a entraîné une x par 600 des amphétamines Diminution alcool => augmentation anxiolytiques? Diminution alcool => augmentation anxiolytiques? –Quel comportement peut remplacer une substance ? ! A priori ! A priori ! Puritanisme ! Puritanisme

7 La recherche détats modifiés de conscience Nos relations à la drogue Nos relations à la drogue –Quest-ce quune drogue? Pas de définition univoque Pas de définition univoque Différencier substance illégale et drogue Différencier substance illégale et drogue Drogue = généralement substance ou comportement => dépendance plus quune simple assuétude Drogue = généralement substance ou comportement => dépendance plus quune simple assuétude –Il ny a pas de drogues dures ou douces en soi, –Mais un usage doux ou dur de drogues Usage dur Usage dur –Pureté de la substance –Rapidité de son action (intraveineuse ou inhalation) –La durée de son action (plus elle est courte plus elle est addictive) => Le tabac est une drogue dure

8 De lusage à labus Différencier Différencier –Consommation Usage contrôlé et occasionnel Usage contrôlé et occasionnel –Assuétude Usage contrôlé et habituel Usage contrôlé et habituel –Toxicomanie Usage non contrôlé et habituel Usage non contrôlé et habituel

9 Critères généraux des troubles liés à une substance Intoxication Intoxication 1.Syndrome Réversible Réversible Spécifique à une substance Spécifique à une substance Dû à une prise récente Dû à une prise récente 2.Changements comportementaux inadaptés cliniquement significatifs Abus Abus 1.Utilisation Répétée Inadéquate ou exagérée dune substance Avec altération du fonctionnement Sans dépendance 2.Au moins 1 des manifestations dans les 12 derniers mois Incapacité de remplir ses obligations majeures Utilisation dans des situations où cela peut être dangereux Problèmes judiciaires répétés Utilisation malgré problèmes liés à la substance

10 Critères généraux des troubles liés à une substance Dépendance Dépendance 1.Usage Répété Répété Avec altération du fonctionnement Avec altération du fonctionnement 2.Avec au moins 3 des manifestations suivantes dans les 12 derniers mois Tolérance Tolérance Quantité + Quantité + Effet – Effet – Sevrage ou comportements dévitement de sevrage Sevrage ou comportements dévitement de sevrage Quantité exagérée plus longtemps que prévu Quantité exagérée plus longtemps que prévu Craving ou efforts infructueux pour diminuer ou contrôler Craving ou efforts infructueux pour diminuer ou contrôler Temps passé à obtenir la substance ou à récupérer Temps passé à obtenir la substance ou à récupérer Abandon dactivités sociales, professionnelles ou relationnelles à cause de la substance Abandon dactivités sociales, professionnelles ou relationnelles à cause de la substance Poursuite de lutilisation malgré problèmes Poursuite de lutilisation malgré problèmes

11 Critères généraux des troubles liés à une substance Sevrage Sevrage 1.Syndrome spécifique dû à larrêt dune substance 2.Souffrance cliniquement significative

12 De lusage à labus Il ny a pas de corrélation entre le nombre dusagers et le nombre de toxicomanes Il ny a pas de corrélation entre le nombre dusagers et le nombre de toxicomanes –Exemple alcool Belgique: Belgique: –Consommateurs: 95% –Alcooliques: 4% USA USA –Consommateurs: 60% –Alcooliques: 10%

13 De lusage à labus Une toxicomanie découle de la conjonction de Une toxicomanie découle de la conjonction de –La présence dune substance –La vulnérabilité du sujet –Une situation donnée Situation: Présence du produit Accessibilité du produit Contexte: Banalisation Co-alcooliques Stress Evénements de vie Tentation Offre Vulnérabilité: Anxiété Dépression Stress

14 Quand un trouble devient-il pathologique? DSM IV Souffrance clinique significative Souffrance clinique significative Durant trop longtemps Durant trop longtemps Ayant impact exagéré sur le fonctionnement bio-psycho-social Ayant impact exagéré sur le fonctionnement bio-psycho-social

15 INTRODUCTION AUX TROUBLES ANXIEUX

16 Epidémiologie – impact social et économique Troubles anxieux Impact élevé sur les activités quotidiennes Impact élevé sur les activités quotidiennes Source de beaucoup de souffrances pour les sujets (Anthony 1998) Source de beaucoup de souffrances pour les sujets (Anthony 1998) Incidences économiques substantielles Incidences économiques substantielles –Dépenses de 42,3 milliards de $ par année – coûts directs/indirects des troubles anxieux (Greenberg 1999) –Coûts probablement similaires en Europe (Costa 1998, Martin 1998)

17 Incapacité au travail accrue chez les patients souffrant de Dépression Majeure et de trouble panique Nombre moyen de jours dincapacité au travail, pendant les 30 derniers jours N=63 N=525 N=66 4,5 1,1 0,9 Dépression majeure + trouble panique Dépression majeure seule Trouble panique seul Roy-Byrne et al (2000)

18 Risque de tentatives de suicide chez les patients souffrant de troubles anxieux Kessler et al (1999) PTSDAnxiété généralisée Trouble Panique Phobie Sociale Nimporte quel trouble anxieux Odd ratio

19 Epidémiologie – grandes études Grandes études épidémiologiques des troubles anxieux Etude ECA (Epidemiological Catchment Area) du National Institute of Mental Health, E.-U. Etude ECA (Epidemiological Catchment Area) du National Institute of Mental Health, E.-U. Enquête nationale sur la comorbidité (NCS) aux E.-U. Enquête nationale sur la comorbidité (NCS) aux E.-U. Etude de suivi de Munich en Europe Etude de suivi de Munich en Europe Ainsi que Etude de lOMS sur les problèmes psychologiques dans les soins de santé généraux (Sartorius 1996) Etude de lOMS sur les problèmes psychologiques dans les soins de santé généraux (Sartorius 1996)

20 Epidémiologie – différences dans les taux de prévalence Lutilisation de différents Lutilisation de différents –outils de diagnostic –procédures déchantillonnage –périodes de référence (p. ex. prévalence sur 6 mois vs. prévalence à vie) Des différences entre les échantillons cliniques et de la population Des différences entre les échantillons cliniques et de la population Linclusion ou lexclusion de troubles infraliminaires Linclusion ou lexclusion de troubles infraliminaires Souvent, ces études obtiennent des taux de prévalence différents, en raison de

21 Données épidémiologiques sur les troubles anxieux Les troubles anxieux sont le groupe le plus courant de troubles psychiatriques Létude NCS a établi une prévalence à vie de 25% (hommes 19%, femmes 31%) Le deuxième groupe le plus courant était celui des troubles dépressifs (17%) Létude ECA a établi une prévalence à vie des troubles anxieux de 14,6% Et une prévalence sur un an de 12,6%

22 Prévalence à vie des troubles anxieux aux Etats-Unis Adaptée à partir de Kessler et al (1994) ; Wittchen et Hoyer (2001) 5,1%4,1-6,6%Trouble anxieux généralisé 13,3%2,4%Phobie sociale 3,5%1,5%Trouble panique NCSECA Etude de prévalence Trouble anxieux

23 Prévalence des TOC dans différentes sociétés Karno (1988) E.-U. 2,5% Lindal (1993) Icelande 2,0% E.-U. 2,3% Canada 2,3% Bland (1988) Canada 3,0% Chen (1993) Hong Kong 2,1% Valleni-Basile (1994) E.-U. 3,0% Robins (1984) E.-U. 2,5% La prévalence du TOC a été étudiée dans de nombreuses sociétés. Toutes les études, sauf au Taïwan, ont constaté une prévalence située entre 1,9 et 3,0%.

24 Epidémiologie des troubles paniques Prévalence à vie du trouble panique : 1 à 4% Enquête de lOMS, prévalence moyenne actuelle 1,1% Etude ECA, prévalence de la maladie chez 1,4% - 8% des patients en soins primaires Panique subsyndrome plus fréquente Prévalence plus élevée dans le groupe dâge des 24 à 44 ans Au moins deux fois plus courant chez la femme que chez lhomme

25 Epidémiologie des troubles anxieux – soins primaires Lanxiété dans les soins primaires Troubles mentaux présents chez 20% des patients en soins primaires, mais 50 à 75% ne sont pas détectés Troubles mentaux présents chez 20% des patients en soins primaires, mais 50 à 75% ne sont pas détectés Les troubles anxieux sont courants dans les soins primaires (dépassés seulement par les troubles de lhumeur) (Ansseau et al 2004) Les troubles anxieux sont courants dans les soins primaires (dépassés seulement par les troubles de lhumeur) (Ansseau et al 2004) De nombreux patients se présentent avec des symptômes non-spécifiques plutôt que de lanxiété De nombreux patients se présentent avec des symptômes non-spécifiques plutôt que de lanxiété

26 Reconnaissance des troubles du CIM- 10 par les médecins généralistes TroubleTaux total de reconnaissance (%)Fourchette (%) Dépression 54,274,0 -19,3 Anxiété généralisée46,174,0-13,4 Somatisation64,1100,0-0,0 Üstün et Sartorius (1995)

27 Epidémiologie: Enquête Santé de la Population 1997

28 Epidémiologie

29 Epidémiologie:

30


Télécharger ppt "Soins de santé mentale primaires 1- Anxiété, Stress & Troubles du sommeil. Introduction Professeur Philippe Corten ULB - 2006."

Présentations similaires


Annonces Google