La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

1 Solvay Business School – Université Libre de Bruxelles 1 Microéconomie et Finance - Cours 8 - Coûts et concurrence –Fonction de production –Quels coûts.

Présentations similaires


Présentation au sujet: "1 Solvay Business School – Université Libre de Bruxelles 1 Microéconomie et Finance - Cours 8 - Coûts et concurrence –Fonction de production –Quels coûts."— Transcription de la présentation:

1 1 Solvay Business School – Université Libre de Bruxelles 1 Microéconomie et Finance - Cours 8 - Coûts et concurrence –Fonction de production –Quels coûts ont de l importance ? –Décision de court et de long terme

2 2 Solvay Business School – Université Libre de Bruxelles 2 Points à aborder Fonction de production Quels coûts ont de limportance? Coûts de court terme - optimisation du niveau de production Coûts de long terme - minimisation des coûts de production Courbe doffre de CT et de LT en marché concurrentiel Equilibre concurrentiel de long terme

3 3 Solvay Business School – Université Libre de Bruxelles 3 La Technologie de la Production Fonction de Production : –Indique loutput le plus élevé que peut produire une firme pour chaque combinaison spécifique de facteurs, étant donné létat de la technologie. La fonction de production pour 2 inputs (à technologie donnée): Q = F(K,L) Q = Output, K = Capital, L = Travail Il existe une relation entre production et productivité. A long terme, toute la production K& L est variable. Les isoquants permettent lanalyse et la comparaison des differentes combinaisons de K & L avec loutput.

4 4 Solvay Business School – Université Libre de Bruxelles 4 La forme des isoquants Travail par an Q 1 = 55 Q 2 = 75 Q 3 = 90 Capital par an A D B C E Isoquants convexes et de pente décroissante (comme les courbes d indifference), ce qui implique des marginaux décroissants des facteurs de production.

5 5 Solvay Business School – Université Libre de Bruxelles 5 Substitution entre facteurs de production –Les gestionnaires veulent déterminer la combinaison de facteurs à utiliser. –Ils doivent effectuer un trade-off entre ces facteurs. –La pente de chaque isoquant indique ce trade-off entre 2 facteurs, à production constante. –Le taux marginal de substitution technique sécrit: Production avec deux facteurs variables

6 6 Solvay Business School – Université Libre de Bruxelles 6 TMST et productivité marginale Changement de production suite à un changement du facteur travail : (MP l ).( L) Changement de production suite à un changement du facteur capital : (MP k ).( K) Si la production est constante et le travail est accru, alors : on a : (MP l ).( L) = (MP k ).( K) = 0 avec : (MP l )/(MP k ).= -( K/ L) = TMST ->Indique une subsitution du facteur capital par le facteur travail, au taux marginal de subsitution des facteurs. Production avec deux facteurs variables

7 7 Solvay Business School – Université Libre de Bruxelles 7 Isoquants quand les facteurs sont parfaitement substituables Travail Capital Q1Q1 Q2Q2 Q3Q3 A B C Le TMST est constant en tout point de lisoquant Pour une production donnée, toute combinaison de facteurs choisie (A, B, or C) générera le même niveau doutput.

8 8 Solvay Business School – Université Libre de Bruxelles 8 Fonction de production en proportions fixes Travail Capital L1L1 K1K1 Q1Q1 Q2Q2 Q3Q3 A B C Pas de substitution possible. Chaque production requiert un montant spécifique de chaque facteur (e.g. travailleurs et marteaux-piqueurs).

9 9 Solvay Business School – Université Libre de Bruxelles 9 Une fonction de production de blé Travail (heures par an) Capital (temps machine par an) Output = 13,800 tonnes par an A B Point A plus capital-intensif, B est plus travail-intensif. Choix de production intensive en travail ou en capital

10 10 Solvay Business School – Université Libre de Bruxelles 10 Une fonction de production de blé Observations: 1) Production en A: L = 500 heures et K = 100 heures machine. 2) Production en B: L accru à 760 et K diminué à 90. Le TMST < 1: 3)TMST < 1, donc le coût du travail doit être inférieur à celui du capital pour que les agriculteurs accroissent le facteur travail et diminuent le capital. 4) Si le travail est cher, les agriculteurs utiliseront plus de capital (USA, EU), et vice versa (Inde)

11 11 Solvay Business School – Université Libre de Bruxelles 11 Quels coûts ont de limportance? Coûts comptables –Dépenses réelles, plus les charges damortissement du capital. Coûts économiques –Coût de lutilisation de ressources économique pour une production, en ce inclus les coûts dopportunité. Coûts dopportunité –Coûts associés aux opportunités manquées du fait de lutilisation des ressources dans un but donné.

12 12 Solvay Business School – Université Libre de Bruxelles 12 Exemple 1 - Coût dopportunité –Une firme possède un immeuble et ne paye donc pas de loyer. –Le coût des bureaux est-il nul pour autant? Exemple 2 –Localisation dune firme en plein centre ville, limmeuble est détenu. –Alternative à Zaventem, les bureaux sont à acheter ou à louer. –Choix du site : quels critères à prendre en compte? Quels coûts ont de limportance?

13 13 Solvay Business School – Université Libre de Bruxelles 13 Sunk Costs –Dépense qui a été faite et qui ne peut pas être récupérée. –Elle ne doit pas influencer les decisions de la firme. Exemple –Une entreprise paie $500,000 pour une option dachat dun immeuble. –Le coût de limmeuble est de $5 MM, soit un total de $5.5 MM. –Lentrerprise trouve un immeuble équivalent pout $5.25 MM. Doit-elle lacheter? Quels coûts ont de limportance?

14 14 Solvay Business School – Université Libre de Bruxelles 14 Coûts de court terme Coûts fixes et coûts variables –La production totale est une fonction des inputs variables et des inputs fixes. Dès lors, le coût total de production égale la somme des coûts fixes (des inputs fixes) et des coûts variables (des inputs variable). Coût marginal –Le coût marginal (MC) est le coût daugmentation de la production dune unité. Coût moyen total –Coût total par unité de production, somme du coût moyen fixe et du coût moyen variable.

15 15 Solvay Business School – Université Libre de Bruxelles 15 Coûts de court terme Soit un salaire fixe (w) par employés engagés. Alors: –Le coût variable total vaut : VC = w.L –Le coût marginal vaut : –La variation du coût variable sécrit: VC = w. L –La variation du produit marginal sécrit –donc: –cest à dire : Un produit marginal faible conduira à un coût marginal élevé, et vice versa.

16 16 Solvay Business School – Université Libre de Bruxelles 16 Coûts de long terme Coût dutilisation du Capital – Coût du capital = Dépréciation Economique + (Taux dintérêt) x (Valeur du Capital) Exemple –SN Brussels Airlines achète un Boeing 737 pour 150 MM avec une durée de vie attendue de 30 ans : Amortissement annuel = 150 MM/30 = 5 MM Taux dintérêt = 10% –Coût du capital = 5 MM ( 150 MM – Am.) Année 1 = 5 MM + 0.1( 150 MM) = 20 MM Année 10 = 5 MM + 0.1( 100 MM) = 15 MM

17 17 Solvay Business School – Université Libre de Bruxelles 17 Coûts de long terme Exemple –Taux par euro de capital r = Taux de dépréciation + Taux dintérêt r = 1/30 par an + 10% par an r : 3.33% + 10% = 13.33%

18 18 Solvay Business School – Université Libre de Bruxelles 18 Coûts de long terme Choix des facteurs minimisant les coûts de production Hypothèses –Deux facteurs de productions: Travail ( L ) & Capital ( K ) –Prix du travail: taux de salaire (w) –Prix du capital : r = dépréciation + taux dint. Question –Si le facteur capital est loué, cela changerait-il la valeur de r ?

19 19 Solvay Business School – Université Libre de Bruxelles 19 Coûts de long terme La courbe Isocoût –C = wL + rK OU K = C/r - (w/r)L –Isocoût : Courbe montrant toutes les combinaisons de L & K qui peuvent être utilisées pour le même coût –Pente de lisocoût: est le ratio entre le salaire et le coût du capital. Indique à quel taux le capital peut être substitué au travail sans changement de prix. –La minimisation des coûts pour un niveau donné de production sobtient par la combinaison des isocoûts et des isoquants.

20 20 Solvay Business School – Université Libre de Bruxelles 20 Production donnée à un coût minimum Travail Capital Q1Q1 Q 1 est lisoquant de la production Q 1. Il est tangent à lisocoût C 1, représentant le coût minimum possible de loutput Q 1. C0C0 C1C1 C2C2 C O C 1 C 2 sont 3 courbes disocoûts A K1K1 L1L1 K3K3 L3L3 K2K2 L2L2

21 21 Solvay Business School – Université Libre de Bruxelles 21 Substitution dun facteur lors dun changement de prix C2C2 La combinaison B est utilisée à la place de A. Le coût du travail étant plus élevé, il y a substitution vers plus de capital K2K2 L2L2 B C1C1 K1K1 L1L1 A Q1Q1 Si le prix du travail change, lisocoût devient plus raide suite au changement de pente -(w/L). Travail Capital

22 22 Solvay Business School – Université Libre de Bruxelles 22 Coûts de long terme Isoquants et Isocosts algébriquement (MP l ).(MP k ).= - ( K/ L) = TMST –Pente de lisoquant = taux de substitution technique: TMST = (MP l )/(MP k ) = -( K/ L) –Pente de lisocoût = Rapport des prix des facteurs : -( K/ L) = -w/r –Au point de tangence, on a donc : (MP l )/(MP k ) = w/r –Ainsi, la combinaison des facteurs aboutissant au coût minimum sécrit : (MP l )/w = (MP k )/r –Egalisation des productivités marginales, rapportées aux coûts des facteurs Question : soit w = $10, r = $2, et MP L = MP K, quel facteur utiliser le plus et pourquoi?

23 23 Solvay Business School – Université Libre de Bruxelles 23 Coûts de long terme Minimisation des coûts avec une production variable : –Le chemin dexpansion dune firme montre la combinaison de capital let de travail minimale en coût pour chaque niveau de production à long terme. –Permet donc de déterminer la courbe de coût de long terme dune entreprise.

24 24 Solvay Business School – Université Libre de Bruxelles 24 Chemin dexpansion Travail par an Capital par an Chemin dexpansion A $2000 Isocoût Isoquant à 200 unités B $3000 Isocoût Isoquant à 300 unités C

25 25 Solvay Business School – Université Libre de Bruxelles 25 Changements dans les coûts : la courbe dapprentissage La courbe dapprentissage mesure limpact de lexperience des travailleurs sur les coûts de production. Elle décrit la relation entre la production cumulée dune firme et la quantités dinput nécessaire pour produire une unité doutput. Les nouvelles firmes connaissent une courbe dapprentissage, pas des économies déchelle. Les firmes matures gagnent peu de lapprentissage.

26 26 Solvay Business School – Université Libre de Bruxelles 26 La courbe dapprentissage Production cumulée Heures de travail par unité produite

27 27 Solvay Business School – Université Libre de Bruxelles 27 Courbe dapprentissage vs. Économies déchelle Output Coût (par unité produite) AC 1 B Economies déchelle A AC 2 Apprentissage C

28 28 Solvay Business School – Université Libre de Bruxelles 28 La courbe dapprentissage implique : –des besoins de main dœuvre décroissants par unité produite –des coûts élevés au début, qui diminuent avec lexpérience Questions de stratégie dimplantation (ex. produits chimiques, technologiques): –Produire peu et cher au lancement dun produit? –Ou produire beaucoup, et à un prix plus réduit? Grand impact sur les barrières à lentrée dun secteur. Changements dans les coûts : la courbe dapprentissage

29 29 Solvay Business School – Université Libre de Bruxelles 29 Marchés en concurrence parfaite Caractéristiques –Prix fixés : pas dinfluence individuelle dune firme sur les prix –Homogénétié des produits : subisituabilité totale des produits entre les différents producteurs –Entrées et sorties libres des firmes du marché.

30 30 Solvay Business School – Université Libre de Bruxelles 30 Objectif de maximisation du profit Les firmes maximisent-elles les profits? –Possibilité dautres objectifs Maximisation du chiffre daffaires, du dividende, du résultat à court terme. –Conséquences des objectifs non-profit A long terme, les investisseurs ne soutiendraient plus lentreprise Sans profit, peu de chance de survie –La maximisation du profit de long terme est un objective valable et nexclut pas la possiblité de comportement éthiques, sociétaux ou altruistes.

31 31 Solvay Business School – Université Libre de Bruxelles 31 Production maximisant le profit : –Profit (Q) = Revenu Total - Coût Total –Revenu Total (RT) = PQ –Coût Total(CT) = CQ –En dérivant par rapport à q et en annulant la dérivée (maximisation), on trouve : MR - MC = 0, –Donc : max à MC = MR R(q) 0 Coût, Revenu, Profit $ (par an) Output (unités par an) C(q) A B q0q0 q*q* Objectif de maximisation du profit

32 32 Solvay Business School – Université Libre de Bruxelles 32 q0q0 Profit perdu pour q q < q * Profit perdu pour q 2 > q * q1q1 q2q2 Choix de loutput à court terme Prix MC AVC ATC AR=MR=P Output q*q* A q * : MR = MC et P > ATC D A B C q 1 : MR > MC et q 2 : MC > MR et q 0 : MC = MR mais MC baisse

33 33 Solvay Business School – Université Libre de Bruxelles 33 Le producteur continuera-t-il à produire à pertes? Firme en concurrence, et en pertes Prix Output AVC ATC MC q*q* P = MR B F C A E D A q * : MR = MC et P < ATC Pertes = P- AC) x q * or ABCD

34 34 Solvay Business School – Université Libre de Bruxelles 34 Choix de loutput à court terme Synthèse des décisions de production –Le profit est max. quand MC = MR (coût marginal = revenu marginal) –Si P > ATC (prix > coût moyen total) lentreprise fait des profits. –Si AVC < P < ATC (prix < coût variable moyen) lentreprise devrait produire à perte (à court terme). –Si P < AVC < ATC lentreprise doit fermer. –Règle de fermeture : une entreprise doit fermer si son prix est inférieur au coût moyen économique de production.

35 35 Solvay Business School – Université Libre de Bruxelles 35 Quelques considerations de coûts pour les gestionnaires Trois règles destimation du coût marginal : –Le coût variable moyen nest pas un substitut au coût marginal. –Un élément de coût comptable peut avoir une partie seulement impliquant un coût marginal (ex : salaires des employés licenciés). –Tous les coûts dopportunités devraient être inclus dans le calcul du coût marginal.

36 36 Solvay Business School – Université Libre de Bruxelles 36 Courbe doffre de court terme en concurrence Prix Output MC AVC ATC P = AVC Que se passe-t-il si P < AVC? P2P2 q2q2 P1P1 q1q1 La firme fixe sa production à MR = MC, tant quelle peut couvrir ses coûts variables.

37 37 Solvay Business School – Université Libre de Bruxelles 37 Prix MC Output AVC ATC P = AVC P1P1 P2P2 q1q1 q2q2 S = MC au-dessus de AVC Fermeture La pente est croissante à cause des rendements décroissants. Des prix plus élevés compensent la hausse des coûts moyens et accroissent le profit car s appliquent à toute la production. Courbe doffre de court terme en concurrence

38 38 Solvay Business School – Université Libre de Bruxelles 38 MC 3 Offre de marché de court terme Prix MC 1S La courbe doffre de marché à court terme est la somme horizontale des offres des firmes individuelles. Quantité MC 2 P1P1 P3P3 P2P2 Question: si une hausse de la production augmente le prix de linput, quel impact cela aura-t- il sur loffre de marché?

39 39 Solvay Business School – Université Libre de Bruxelles 39 Offre de marché de court terme Elasticité de loffre de marché Offre de CT parfaitement inélastique : quand les équipements dune industrie sont utilisés à pleine capacité, et que de nouvelles installations sont nécessaires pour augmenter loutput. Exemple? Offre de CT parfaitement élastique : quand les coûts marginaux sont constants.

40 40 Solvay Business School – Université Libre de Bruxelles 40 Surplus du producteur à court terme –Une firme gagne un surplus sur toutes ses unités doutput, sauf la dernière. –Le surplus producteur est la somme, pour toutes les unités produites, de la difference entre le prix de marché dun bien et le coût marginal de production = PS = R - VC –Le profit est la différence entre le revenu et les coûts totaux (fixes et variables) : = R - VC - FC –A court terme, sil y a des coûts fixes : PS > Surplus du producteur

41 41 Solvay Business School – Université Libre de Bruxelles 41 A D B C Surplus du Producteur VC est la somme des MC ou ODCq *. R vaut P x q * ou OABq *. Surplus du Producteur = R - VC ou ABCD. Surplus du producteur individuel P OutputAVCMC0 P q*q*q*q* A q * MC = MR. Entre 0 et q, MR > MC pour toutes les unités.

42 42 Solvay Business School – Université Libre de Bruxelles 42 D P*P*P*P* Q*Q*Q*Q* SurplusProducteur Le surplus de marché est la difference entre P* et S de 0 to Q *. Surplus du producteur pour un marché P OutputS

43 43 Solvay Business School – Université Libre de Bruxelles 43 q1q1 A B C D A court terme, la firme a des inputs fixes. P = $40 > ATC. Profit = ABCD. Choix de production à long terme p Output P = MR $40 SAC SMC A long terme, les équipements et loutput seront accrus à q 3. Le profit de long terme, EFGD > profit de court terme ABCD. q3q3 q2q2 G F $30 LAC E LMC Question: Y a-t-il toujours profit pour le producteur si la hausse de louput diminue le prix à $30?

44 44 Solvay Business School – Université Libre de Bruxelles 44 Choix de production à long terme Profit comptable et profit économique –Comptable = R - wL –Economique = R - wL - rK wl = coûts de la main doeuvre rk = coûts dopportunité du capital Equilibre de long terme : –Si R > wL + rk, les profits économiques sont positifs –Si R = wL + rk, pas de profits économiques, mais la firme connaît un rendement convenable, le marché est concurretiel. –Si R < wl + rk, sortie du marché

45 45 Solvay Business School – Université Libre de Bruxelles 45 Equilibre concurrentiel de long terme Entrées et sorties –La réponse de court terme aux profits est laccroissement de loutput et des profits. –Ces profits attireront dautres producteurs. –Ceux-ci accroîtront loffre du marché, ce qui fera baisser les prix. –A léquilibre : profit nul, mais rendements corrects, pas dincitant à lentrée ni à la sortie.

46 46 Solvay Business School – Université Libre de Bruxelles 46 Rente économique –Une rente économique est la différence entre ce quune entreprise est prête à payer pour un facteur, moins le montant minimum necessaire pour lobtenir. Exemple –Deux firmes A & B, chacune détenant un terrain –A est près dune fleuve, ce qui diminue son coût de transport maritime de $10,000 comparé à B. (rente = 10,000) –La demande pour le terrain de A va accroître le prix de celui-ci de $10,000. (rente ramenée à zéro) Equilibre concurrentiel de long terme

47 47 Solvay Business School – Université Libre de Bruxelles $10 Rente Economique P $7 LAC Output LMC Equilibre concurrentiel de long terme

48 48 Solvay Business School – Université Libre de Bruxelles 48 Quand un input est fixe, la difference entre le coût de production et le prix est la valeur ou le coût dopportunité de linput et représente une rente economique. Si le coût dopportunité de linput (la rente) nest pas prise en consideration, il peut y avoir des profits économiques à long terme. La forme de la courbe doffre de long terme dépend de limpact des changements doutput de marché sur le prix des facteurs à payer pour les entreprises. Equilibre concurrentiel de long terme

49 49 Solvay Business School – Université Libre de Bruxelles 49 Offre de marché de long terme Pour déterminer loffre à long terme, on suppose que : –Toutes les firmes ont accès aux mêmes technologies de production. –Loutput augmente par lajout de facteurs, pas par de nouveaux procédés (inventions). –Le marché des facteurs ne change pas suite aux expansions ou aux contractions de lindustrie considérée. Dans un marché à coûts constants, loffre de LT est horizontale, au prix qui égalise le coût moyen minimum de production. Dans un marché à coûts croissants (décroissants), loffre de LT a une pente positive (négative).

50 A P1P1 AC P1P1 MC q1q1 D1D1 S1S1 Q1Q1 C D2D2 P2P2 P2P2 q2q2 B S2S2 Q2Q2 Les profits économiques attirent de nouvelles firmes. Loffre augmente à S 2 et le marché retrouve son équilibe de long terme. Offre de marché de long terme - coûts constants Output Prix unitaire Prix unitaire SLSL Q 1 augmente à Q 2. Offre de LT = S L = LRAC. Le changement de production na pas dimpact sur le coût des facteurs.

51 Offre de marché de long terme - coûts croissants Output PP S1S1 D1D1 P1P1 LAC 1 P1P1 SMC 1 q1q1 Q1Q1 A SLSLSLSL P3P3 SMC 2 A cause de la hausse du prix des facteurs, léquilibre de LT sétablit à un prix plus élevé. LAC 2 B S2S2 P3P3 Q3Q3 q2q2 P2P2 P2P2 D1D1 Q2Q2

52 52 Solvay Business School – Université Libre de Bruxelles 52 Elasticité à long terme de loffre Industrie à coûts constants Loffre de LT est horizontale. De petites augmentations du prix du bien vont entraîner de larges hausses de production. Lélasticité de loffre de LT est infinie. Les facteurs sont disponibles immédiatement. Offre de marché de long terme

53 53 Solvay Business School – Université Libre de Bruxelles 53 Industrie à coûts croissants –Loffre de LT est de pente positive et son élasticité est positive. –La pente et lélesticité dépendront du taux de croissance du coût des facteurs. –Lélasticité de loffre long terme sera généralement plus grande que lélasticité de court terme. Question: –Quelle sera lélasticité de loffre long terme pour une industrie à coûts décroissants? Offre de marché de long terme

54 54 Solvay Business School – Université Libre de Bruxelles 54 Loffre dhabitations Scenario 1 : Logement occupés par leurs propriétaires –Zones rurales et banlieues –Marché national des facteurs Questions –Est-ce un secteur à coûts croissants ou constants? –Quattendre de lélasticité de loffre?

55 55 Solvay Business School – Université Libre de Bruxelles 55 Scenario 2 : Marché de la location –Restrictions sur les zones dhabitation –Zones urbaines –Coûts de construction en hausse Questions –Est-ce un secteur à coûts croissants ou constants? –Quattendre de lélasticité de loffre? Loffre dhabitations


Télécharger ppt "1 Solvay Business School – Université Libre de Bruxelles 1 Microéconomie et Finance - Cours 8 - Coûts et concurrence –Fonction de production –Quels coûts."

Présentations similaires


Annonces Google