La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

1 Solvay Business School – Université Libre de Bruxelles 1 Microéconomie et Finance - Cours 7 - Interventions publiques en marchés concurentiels : –Surplus.

Présentations similaires


Présentation au sujet: "1 Solvay Business School – Université Libre de Bruxelles 1 Microéconomie et Finance - Cours 7 - Interventions publiques en marchés concurentiels : –Surplus."— Transcription de la présentation:

1 1 Solvay Business School – Université Libre de Bruxelles 1 Microéconomie et Finance - Cours 7 - Interventions publiques en marchés concurentiels : –Surplus du consommateur et du producteur –Gains et pertes de bien-être en cas d interventions –Quotas de production et soutiens de prix

2 2 Solvay Business School – Université Libre de Bruxelles 2 Points à aborder Evaluation des gains et des pertes de politiques gouvernementales Lefficience dun marché concurrentiel Prix minimum Soutiens de prix et quotas de production Quotas dimportation et tarifs Impact dune taxe ou dun subside

3 3 Solvay Business School – Université Libre de Bruxelles 3 Gains et pertes de politiques gouvernementales Définitions –Surplus du consommateur : bénéfice total ou valeur que reçoit le consommateur au-delà de ce quil est prêt à payer pour un bien. –Surplus du producteur : bénéfice total ou revenu que reçoit le producteur au-delà de ce quil lui coûte pour produire un bien.

4 Surplus Producteur Surplus Consommateur Surplus du consommateur et du producteur Quantité 0 Prix S D 5 Q0Q0 Consommateur C 10 7 Consommateur BConsommateur A

5 5 Solvay Business School – Université Libre de Bruxelles 5 Pour déterminer leffet sur le bien-être dune politique gouvernementale, on mesure les gains et les pertes en termes de surplus. Effets de bien-être –Gains et pertes causées par une intervention de létat dans le marché. Gains et pertes de politiques gouvernementales

6 6 Solvay Business School – Université Libre de Bruxelles 6 La perte pour le producteur est la somme du rectangle A et du triangle C. Les triangles B et C forment la perte nette. B A C Le gain pour le consommateur est la difference entre le rectangle A et le triangle B. Perte nette Changement de surplus suite à un contrôle des prix Quantité Prix S D P0P0 Q0Q0 P max Q1Q1 Q2Q2 Soit P max imposé par le gouvernement en-dessous du prix d'équilibre P 0.

7 7 Solvay Business School – Université Libre de Bruxelles 7 Observations: –Perte pour tous = zones B + C. –Changement total dans les surplus = (A - B) + (-A - C) = -B - C –La perte nette est le reflet de linefficience dun contrôle des prix, due au fait que la perte encourue par le producteur est supérieure au gain enregistré par le consommateur, en termes de surplus. –Remarque : les consommateurs peuvent encourir une perte nette de surplus si la demande si suffisamment inélastique. Changement de surplus suite à un contrôle des prix

8 8 Solvay Business School – Université Libre de Bruxelles 8 B A P max C Q1Q1 Dans ce cas, le triangle B peut dépasser le rectangle A et le consommateur encourt une perte suite au contrôle des prix. S D Effet dun contrôle des prix en demande inélastique Quantité Prix P0P0 Q2Q2

9 9 Solvay Business School – Université Libre de Bruxelles 9 Lefficience dun marché concurrentiel Quand les marchés concurrentiels génèrent-ils une allocation suboptimale de ressources, ou des imperfections de marché ? Exemples : –Externalités : coûts ou bénéfices qui ne sont pas dérivés du prix de marché (ex. pollution) –Manque dinformation : peut entraîne une prise de décision sous-optimale. Une intervention gouvernementale sur ce type de marchés peut accroître lefficience. Par contre, une intervention gouvernementale dans un marché concurrentiel crée une inefficience et donc une perte nette.

10 10 Solvay Business School – Université Libre de Bruxelles 10 P1P1 Q1Q1 A B C Changement de main dans le surplus : A Perte nette : B + C Perte de bien-être en cas de baisse artificielle du prix Quantité Prix S D P0P0 Q0Q0

11 11 Solvay Business School – Université Libre de Bruxelles 11 P2P2 Q3Q3 A B C Q2Q2 Que serait la perte de bien-être si Q S = Q 2 ? Changement de main dans le surplus : A Perte nette : B + C Perte de bien-être en cas de soutien artificiel du prix Quantité Prix S D P0P0 Q0Q0

12 12 Solvay Business School – Université Libre de Bruxelles 12 Le marché des reins humains En 1984 la loi américaine a prohibé la vente d'organes à des fins de transplantation. Analyse de limpact en termes defficience de marché : –Offre: Q S = 8, P Si P = $20,000, Q = 12,000 –Demande : Q D = 16, P

13 13 Solvay Business School – Université Libre de Bruxelles 13 D A C Le marché des reins humains Quantité Prix 8,0004,000 0 $10,000 $30,000 $40,000 S La loi de 1984 fixe le prix à zéro B S D 12,000 $20,000 Valeur total des reins en offre contrainte : A + D Pertes pour les donneurs : A + C Gains pour les receveurs : A - B

14 14 Solvay Business School – Université Libre de Bruxelles 14 Quantification : Offre réduite à 8,000 –Perte de surplus pour les donneurs A + C = (8,000)($20,000) + (1/2)(4,000)($20,000) = $200/m. –Gain de surplus pour les receveurs: A - B = (8,000)($20,000) - (1/2)(4,000)($20,000) = $120/m. –Perte nette: B + C = $200 MM - $120 MM = $80 MM Le marché des reins humains

15 15 Solvay Business School – Université Libre de Bruxelles 15 Autres coûts dinefficience : –Lallocation des organes ne bénéfice pas forcément à ceux qui les valorisent le plus (ou qui en ont le plus besoin?) –Le prix pourrait atteindre $40,000, le prix déquilibre, et être versé aux hôpitaux. Mais, en faveur de la prohibition : –Risque dexcès doffre, quel contrôle de santé sur les vendeurs? –Inéquité dallocation sur base de la capacité de paiement. Et ?... Le marché des reins humains

16 16 Solvay Business School – Université Libre de Bruxelles 16 B A La baisse de surplus du producteur sera : A - C - D. Il se peut donc que les producteurs soient négativement impactés. C D Prix Minimum Quantité Prix S D P0P0 Q0Q0 P min Q3Q3 Q2Q2 Si les producteurs produisent Q 2, le volume Q 2 - Q 3 restera invendu.

17 17 Solvay Business School – Université Libre de Bruxelles 17 B Perte nette = triangles B et C C A w min L1L1 L2L2 Chômage Les entreprises ne peuvent pas payer moins que w min. Du chômage en résulte (en théorie classique). S D w0w0 L0L0 Salaire Minimum L w

18 18 Solvay Business School – Université Libre de Bruxelles 18 Dérégulation du transport aérien Au cours de la période lindustrie de laviation civile sest profondément modifiée suite à la dérégulation du transport aérien. Plusieurs compagnies ont fusionné, ou ont quitté le marché. Dautres sont entrées.

19 19 Solvay Business School – Université Libre de Bruxelles 19 B A C Après la dérégulation: Chute des prix à P O. Le gain de surplus du consommateur est A + B. Q3Q3 D Zone D : coût de la production invendue. Dérégulation du transport aérien Quantité Prix S D P0P0 Q0Q0 Q1Q1 P min Q2Q2 Avant le dérégulation le prix était à P min et Q D = Q 1 et Q s = Q 2.

20 Industrie aéronautique US Nombre de transporteurs Taux de chargement (%) Prix dun mile / passager (dollars constants 1995) Index de coût réel (1995=100) Index de coût réel corrigé pour le prix du pétrole

21 21 Solvay Business School – Université Libre de Bruxelles 21 Industrie aéronautique US Les données US indiquent: –Un ajustement de long terme, avec laugmentation du nombre de transporteurs et la baisse des prix. –Meilleurs taux de chargements, indiquant une efficience accrue. –Chute des prix –Faible hausse des coûts réels ajustés –Gains importants en bien-être

22 22 Solvay Business School – Université Libre de Bruxelles 22 Soutiens de prix et quotas de production La politique agricole, en Europe comme aux Etats- Unis, est largement basée sur un système de soutien des prix. –Le principe en est qu'un prix supérieur au prix d'équilibre est imposé, et létat rachète le surplus de production. –Généralement, cette politique est combinée à des incitants de réduction de production.

23 23 Solvay Business School – Université Libre de Bruxelles 23 B D A Pour maintenir P s létat achète la quantité Q g. Changement du surplus du consommateur = -A - B, le changement de surplus du producteur = A+B+D D + Q g QgQg Soutiens de prix Quantité Prix S D P0P0 Q0Q0 PsPs Q2Q2 Q1Q1

24 24 Solvay Business School – Université Libre de Bruxelles 24 D + Q g QgQg B A Soutiens de prix Quantité Prix S D P0P0 Q0Q0 PsPs Q2Q2 Q1Q1 Le coût pour létat est le rectangle pointillé P s (Q 2 -Q 1 ) D Perte totale Perte totale de bien-être D-(Q 2 -Q 1 )p s

25 25 Solvay Business School – Université Libre de Bruxelles 25 Soutiens de prix Question: –Y a-t-il un moyen plus efficace daugmenter les revenus des producteurs de A + B + D?

26 26 Solvay Business School – Université Libre de Bruxelles 26 Quotas de production –Le gouvernement provoque ici une hausse des prix par la réduction de loffre. Questions - Quel impact : –du contrôle à lentrée sur le marchés des taxis? –du contrôle du nombre de licenses de débit de boissons? Soutiens de prix et quotas de production

27 27 Solvay Business School – Université Libre de Bruxelles 27 B A Surplus du C réduit de A + B Surplus du C modifié de A - C Perte nette = BC C D Restrictions doffre - Quotas Quantité Prix D P0P0 Q0Q0 S PSPS S Q1Q1 Loffre est restreinte à Q 1 la courbe change de S à Q 1 P s est maintenu par incitants Coût pour le gouvernement = B + C + D

28 28 Solvay Business School – Université Libre de Bruxelles 28 Restrictions doffre - Quotas B A Quantité Prix D P0P0 Q0Q0 PSPS S S D C PS = A - C + B + C + D = A + B + D. Le changement dans les surplus est le même que dans un soutien de prix. bien-être= -A - B + A + B + D - B - C - D = -B - C.

29 29 Solvay Business School – Université Libre de Bruxelles 29 Restrictions doffre - Quotas Questions: –Le gouvernement pourrait-il réduire le coût et quand même susbidier les agriculteurs ? –Quest-ce qui est plus couteux: les soutiens de prix ou la limitation des cultures? Coût US du soutien du prix du blé entre 1981 et 1985 : 3.5 milliards de dollars. B A Quantité Prix D P0P0 Q0Q0 PSPS S S D C

30 30 Solvay Business School – Université Libre de Bruxelles 30 Quotas dimportation et tarifs De nombreux pays utilisent des quotas dimportations et des tarifs pour maintenir le prix domestique dun produit au-dessus du prix de marché mondial.

31 31 Solvay Business School – Université Libre de Bruxelles 31 QSQS QDQD PWPW Imports A BC En éliminant les importations, le prix augmente à P O. Le gain est la zone A. La perte pour le consommateur est A + B + C, la perte nette est donc B + C. Quotas ou tarifs éliminant limportation Quantité Prix Quel devrait être le niveau du tarif pour obtenir le même résultat? D P0P0 Q0Q0 S Dans un marché libre, le prix domestique égale le prix mondial P W.

32 32 Solvay Business School – Université Libre de Bruxelles 32 D CB QSQS QDQD QSQS QDQD A P* PwPw Quotas et tarifs (cas général) Quantité Prix D S L'accroissement de prix sobtient par un quota ou par un tarif. La zone A est le gain en surplus des producteurs nationaux. La perte des consommateurs vaut : A+B+C + D. En cas de tarif, létat gagne D, donc la perte nette nationale vaut B + C. En cas de quota, le rectangle D est au profit des producteurs étrangers, la perte nette nationale devient B+C+D. Question : le pays importateur bénéficie- t-il davantage d un quota ou d un tarif?


Télécharger ppt "1 Solvay Business School – Université Libre de Bruxelles 1 Microéconomie et Finance - Cours 7 - Interventions publiques en marchés concurentiels : –Surplus."

Présentations similaires


Annonces Google