La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

Opérations unitairesGCH 210 – Chapitre 6Jean-Michel Lavoie (Ph.D) Chapitre 6 Transfert de chaleur sans changement de phase.

Présentations similaires


Présentation au sujet: "Opérations unitairesGCH 210 – Chapitre 6Jean-Michel Lavoie (Ph.D) Chapitre 6 Transfert de chaleur sans changement de phase."— Transcription de la présentation:

1 Opérations unitairesGCH 210 – Chapitre 6Jean-Michel Lavoie (Ph.D) Chapitre 6 Transfert de chaleur sans changement de phase

2 Opérations unitairesGCH 210 – Chapitre 6Jean-Michel Lavoie (Ph.D) Transfert de chaleur Quand on implique un échange de chaleur: – Entre un liquide et un gaz On observe: – Transfert de chaleur par convection – Transfert de chaleur par conduction Dans la plupart des situations industrielles: – Chaleur passe dun fluide vers la parois vers un autre fluide

3 Opérations unitairesGCH 210 – Chapitre 6Jean-Michel Lavoie (Ph.D) Schématisation Transfert de chaleur: – Du fluide chaud vers le fluide froid Profile de température: – Présenté ci-contre

4 Opérations unitairesGCH 210 – Chapitre 6Jean-Michel Lavoie (Ph.D) Explications Quand le fluide est turbulent: – Le gradient de vélocité près de la parois est très abrupte – Dans cette mince sous-couche visqueuse là où les turbulences sont absentes Dans ce cas: – Transfert de chaleur par conduction – Avec une large différence T 2 -T 3

5 Opérations unitairesGCH 210 – Chapitre 6Jean-Michel Lavoie (Ph.D) Explications En séloignant du mur: – Nous approchons une zone turbulente – Les tourbillons rapides stabilisent la température Nécessairement: – La différence de température T 1 -T 2 est faible On considère que la température moyenne du fluide A: – Un peu plus petite que T 1

6 Opérations unitairesGCH 210 – Chapitre 6Jean-Michel Lavoie (Ph.D) Explications Pour ce qui est de lautre côté: – On peut donner une explication similaire Le coefficient de transfert de chaleur dans un fluide est donné par la relation suivante: Taux de transfert de chaleur Coefficient de transfert de chaleur par convection Aire Température moyenne du fluide Température à la parois

7 Opérations unitairesGCH 210 – Chapitre 6Jean-Michel Lavoie (Ph.D) Écoulements À ce point, la nature de lécoulement: – Laminaire ou turbulent A un impact sur la valeur de h – Aussi appelé coefficient de film Plus lécoulement sera turbulent Et plus la valeur de h sera grande Deux types de circulations: – Naturelle (aidée de la poussée naturelle) – Forcée (aidée dune différence de pression)

8 Opérations unitairesGCH 210 – Chapitre 6Jean-Michel Lavoie (Ph.D) Coefficient du film Les correlations permettant daller chercher h – Empiriques – Dépendant des propriétés physiques de lécoulement: Type et vélocité de lécoulement Différence de température Géométrie du système physique

9 Opérations unitairesGCH 210 – Chapitre 6Jean-Michel Lavoie (Ph.D) Nombre de Prandtl Cest le ratio: – μ/ρ par k/ρc p – Témoigne de lépaisseur relative de la couche hydrodynamique et de la couche limite thermique Chaleur spécifique (pression constante) Conductivité thermique Pour les gaz: Pr=0.5 à 1.0 Pour les liquides: Pr=2 à 10 4

10 Opérations unitairesGCH 210 – Chapitre 6Jean-Michel Lavoie (Ph.D) Nombre de Prandtl Pour un liquide (habituellement) – Pr > 1 La limite thermique est + mince que lhydrodynamique Pourquoi: – Faible ration de conduction de la chaleur

11 Opérations unitairesGCH 210 – Chapitre 6Jean-Michel Lavoie (Ph.D) Aussi Pour les gaz le nombre de Prandtl: – Habituellement près de 1 – Le deux couches limites ont a peu près la même épaisseur Métaux liquides: – Le nombre de Pr habituellement faible – En raison de leur grande conductivité thermique

12 Opérations unitairesGCH 210 – Chapitre 6Jean-Michel Lavoie (Ph.D) Nombre de Nusselt Donne la relation entre: – Coefficient de transfert de chaleur (h) – Conductivité thermique (k) – Dimension caractéristique

13 Opérations unitairesGCH 210 – Chapitre 6Jean-Michel Lavoie (Ph.D) Écoulement laminaire Un des procédés industriels les plus important: – Refroidir ou chauffer une fluide dans une conduite Ceci implique des corrélations différentes: – Écoulement laminaire (Re < 2100) – Écoulement turbulent (Re > 6000) – Écoulement transitoire (Re : )

14 Opérations unitairesGCH 210 – Chapitre 6Jean-Michel Lavoie (Ph.D) Écoulement laminaire Équation de Sieder et Tate Coefficient de transfert de chaleur moyen Nombre de NusseltNombre de Reynolds Nombre de Prandtl Viscosité du fluide à température moyenne Viscosité du fluide à température de la parois

15 Opérations unitairesGCH 210 – Chapitre 6Jean-Michel Lavoie (Ph.D) Taux de transfert de chaleur Pour un écoulement laminaire Le taux de transfert de chaleur (q) Est défini par la relation: Coefficient de transfert de chaleur moyen (arithmétique) Température à la parois Température généralisée du fluide entrant Température généralisée du fluide sortant

16 Opérations unitairesGCH 210 – Chapitre 6Jean-Michel Lavoie (Ph.D) Écoulement turbulent Quand le nombre de Re est > 6000: – Écoulement pleinement turbulent Taux de transfert de chaleur + grand dans les régions turbulente Expliquant que plusieurs procédés industriels se basent sur cette fonctionnalité Fonctionne pour: – Re > 6000 – Pr > 0.7<16000 – L/D > 60

17 Opérations unitairesGCH 210 – Chapitre 6Jean-Michel Lavoie (Ph.D) Nu – écoulement turbulent Coefficient de transfert de chaleur moyen (logarithmique) h L est basé sur la température moyenne logarithmique (nous y arriverons) Pour une situation ou L/D < 60, léquation doit être ajustée avec un facteur de correction

18 Opérations unitairesGCH 210 – Chapitre 6Jean-Michel Lavoie (Ph.D) Équation itérative Léquation précédente: – Peut avoir un aspect itératif – h L doit être connu pour évaluer la température à la parois (T w ) et en conséquence la viscosité à la parois ( μ w ) – Ainsi nous avons déterminé des approximations: Fonctionne pour lair à 1 atm

19 Opérations unitairesGCH 210 – Chapitre 6Jean-Michel Lavoie (Ph.D) Pour H 2 O Leau est souvent utilisée pour les transferts de chaleur Une équation simplifiée est disponible: Exprimé en o C

20 Opérations unitairesGCH 210 – Chapitre 6Jean-Michel Lavoie (Ph.D) Liquides organiques Pour les liquides organiques une très simple approximation est employée: Elle va comme suit:

21 Opérations unitairesGCH 210 – Chapitre 6Jean-Michel Lavoie (Ph.D) Problème typique Chauffage dair dans un écoulement turbulent De lair à kPa et à une température moyenne de 477.6K est chauffée en passant dans un tube ayant un diamètre interne de 25.4 mm et une vélocité de 7.62 m/s. La chaleur du médium de chauffage est de K avec de la vapeur deau condensant sur lextérieur du tube. En raison du fait que le coefficient de transfert de chaleur de la vapeur deau condensant est de plusieurs milliers de W/M2K et que la parois de métal est très petite, nous assumerons que la température du métal en contact avec lair est de K. Calculez le coefficient de transfert de chaleur pour une conduite ayant un rapport L/D > 60 ainsi que le flux de transfert de chaleur (q/A).

22 Opérations unitairesGCH 210 – Chapitre 6Jean-Michel Lavoie (Ph.D) Écoulement transitoire Dans la zone transitoire Pour un nombre de Reynolds entre Les équations empiriques ne sont pas bien définies

23 Opérations unitairesGCH 210 – Chapitre 6Jean-Michel Lavoie (Ph.D) Conduites non-circulaires On ne refera pas les équations pour les conduites non-circulaires Nous allons traduire les valeurs correspondant pour pouvoir les adapter aux équations de conduites circulaires Nous avions discuté de ceci au chapitre 1

24 Opérations unitairesGCH 210 – Chapitre 6Jean-Michel Lavoie (Ph.D) Problème typique Leau chauffée par de la vapeur, solution essais et erreurs De leau sécoule dans une conduite horizontale de 1 pouce Schedule 40 en acier à une température moyenne de 65.6 o C et à une vélocité de 2.44 m/s. Cette eau est chauffée par condensation de la vapeur à o C à lextérieur de la parois de la conduite. Le coefficient de la vapeur a été estimé à h o =10500 W/m 2 *K. a)Calculez le coefficient de convection (h i ) pour leau à lintérieur du tuyau b)Calculez le coefficient généralisé (U i ) en se basant sur la surface interne c)Calculez le taux de transfert de chaleur (q) pour 0.305m de tuyau avec de leau à une température de 65.6 o C

25 Opérations unitairesGCH 210 – Chapitre 6Jean-Michel Lavoie (Ph.D) Effet de la zone dentrée Près de lentrée de la conduite chauffée Le profil de température nest pas complètement développé: – h plus grand que h L À lentrée, quand aucun gradient de température na été défini: – h est infini Toutefois la valeur de h décroît rapidement Elle atteint h L à L/D=60 (environ)

26 Opérations unitairesGCH 210 – Chapitre 6Jean-Michel Lavoie (Ph.D) En équations h est la valeur pour un tube de longueur L et hL est une valeur représentant un très long tube

27 Opérations unitairesGCH 210 – Chapitre 6Jean-Michel Lavoie (Ph.D) Coefficients pour métaux liquides Souvent utilisés quand nécessité dune fluide sur une grande fourchette de température Souvent utilisés dans des réacteurs nucléaires Raison de leur utilité: – Haute conductivité thermique – Nombre de Prandtl relativement peu élevés Dans ces cas: – Conduction souvent + importante que convection

28 Opérations unitairesGCH 210 – Chapitre 6Jean-Michel Lavoie (Ph.D) Nombre de Peclet Défini comme la multiplication de Re et Pr: Pour un écoulement turbulent dans une conduite: Ceci fonctionne pour des valeurs de L/D>60 et un Pe entre 100 et 10 4.

29 Opérations unitairesGCH 210 – Chapitre 6Jean-Michel Lavoie (Ph.D) Pour T w constante Coefficient de transfert de chaleur Nombre de NusseltNombre de Peclet Ceci fonctionne pour des valeurs de L/D>60 et un Pe>100, mais attention, T w doit être constant!

30 Opérations unitairesGCH 210 – Chapitre 6Jean-Michel Lavoie (Ph.D) Problème typique Transfert de chaleur dun métal liquide dans un tube Un métal liquide sécoule dans un tube de diamètre 0.05m à un débit massique de 4.00kg/s. Le liquide entre à 500K et est chauffé à 505K dans le tube. La parois du tube est maintenue à une température de 30K supérieure à la température généralisée du fluide et un flux de chaleur constant est maintenu. Calculez la longueur de tube nécessaire. Les propriétés physique moyennes se définissent comme suit: μ=7.1x10 -4 Pa*s ρ=7400 kg/m 3 cp=120J/kg*K k=13 W/m*K

31 Opérations unitairesGCH 210 – Chapitre 6Jean-Michel Lavoie (Ph.D) Transfert externes Convection forcée Dans plusieurs cas: – Écoulement par-dessus des corps immergés: Sphères, tubes, plaques minces Quand le transfert de chaleur se produit: – Avec objets immergés dans le fluide – Lécoulement dépend de: Position du corps Proximité dautres corps Débit Propriétés du fluide

32 Opérations unitairesGCH 210 – Chapitre 6Jean-Michel Lavoie (Ph.D) Corps immergés Coefficient de transfert de chaleur dépend de C et de m (deux constantes) Propriétés évaluées à la température du film:

33 Opérations unitairesGCH 210 – Chapitre 6Jean-Michel Lavoie (Ph.D) Plaque mince Posons des paramètres: – Vélocité du fluide approchant la plaque: u 0 – Température du fluide approchant: T Température du plan: – De x=0 vers x=x 0 ; T= T – Pour x>x 0 ; T= T w – T w > T

34 Opérations unitairesGCH 210 – Chapitre 6Jean-Michel Lavoie (Ph.D) Équation empirique Gradient de température à la parois Identifions le coefficient de transfert de chaleur:

35 Opérations unitairesGCH 210 – Chapitre 6Jean-Michel Lavoie (Ph.D) En substituant On multiplie par x/k pour en faire un nombre sans dimensions

36 Opérations unitairesGCH 210 – Chapitre 6Jean-Michel Lavoie (Ph.D) En simplifiant Léquation précédent comporte des équivalences: v Nombre de Nusselt vv Nombre de Prandtl Nombre de Reynolds

37 Opérations unitairesGCH 210 – Chapitre 6Jean-Michel Lavoie (Ph.D) Plaque mince Quand un fluide sécoule: – De façon parallèle par rapport à une plaque mince et quun transfert de chaleur se produit entre le fluide et la plaque Écoulement laminaire Pr>0.7 (pour les gaz), 1 (pour les liquides)

38 Opérations unitairesGCH 210 – Chapitre 6Jean-Michel Lavoie (Ph.D) Plaque mince - Turbulence Même concept mais pour un écoulement turbulent: On parle dun Re supérieur à 3x10 5 et un Pr supérieur 0.7. Les turbulences peuvent commencer à un nombre de Re plus bas si la plaque est rugueuse

39 Opérations unitairesGCH 210 – Chapitre 6Jean-Michel Lavoie (Ph.D) Problème typique Refroidir une feuille de cuivre Une petite feuille de cuivre non rugueuse dépassant dun tube a des dimensions de lordre de 51 mm par 51 mm. Sa température est approximativement uniforme à 82.2 o C. De lair est employée pour le refroidissement, la température de lair est de 15.6 o C et la pression est de 1 atm. Le fluide sécoule parallèlement avec la feuille de cuivre à une vélocité de 12.2 m/s. a) En situation découlement laminaire, calculez le coefficient de transfert de chaleur h b)Si la surface de la feuille de cuivre est rugueuse ce qui cause les couches adjacentes à la feuille à être complètement turbulentes; calculez h.

40 Opérations unitairesGCH 210 – Chapitre 6Jean-Michel Lavoie (Ph.D) Autres nombres Il existe dautres nombres auquel il serait nécessaire de se familiariser: – Nombre de Fourier (Fo) – Nombre de Graetz

41 Opérations unitairesGCH 210 – Chapitre 6Jean-Michel Lavoie (Ph.D) Constantes pour les cylindres Très souvent un fluide sera employé dans un écoulement perpendiculaire à une forme cylindrique (par exemple une conduite): – Pour la chauffer – Pour la refroidir Dans une telle situation il est possible dappliquer léquation suivante:

42 Opérations unitairesGCH 210 – Chapitre 6Jean-Michel Lavoie (Ph.D) Constantes

43 Opérations unitairesGCH 210 – Chapitre 6Jean-Michel Lavoie (Ph.D) Équation au long Dans une situation ou les constantes sont hors de portée ou ne sappliquent plus: Fonctionne pour Gz > 20

44 Opérations unitairesGCH 210 – Chapitre 6Jean-Michel Lavoie (Ph.D) Chauffage / refroidissement Pour liquides visqueux perdant rapidement leur chaleur Facteur de correction:

45 Opérations unitairesGCH 210 – Chapitre 6Jean-Michel Lavoie (Ph.D) Écoulement sur une sphère On parle ici dune seule sphère Léquation suivante permet daller chercher le coefficient déchange de chaleur Cette équation est applicable pour un nombre de Re variant de 1 à Le Pr doit être de lordre de 0.6 à 400

46 Opérations unitairesGCH 210 – Chapitre 6Jean-Michel Lavoie (Ph.D) Problème typique Refroidir une sphère Nous avons de lair à une pression de 1 atm abs et à 15.6 o C qui sécoule à une vélocité de 12.2 m/s. Prédisez le coefficient de transfert de chaleur moyen lorsque lair dans ces conditions passe sur une sphère possédant un diamètre de 51mm et une température moyenne à la surface de lordre de 82.2 o C. Comparez cette valeur avec la valeur obtenue pour la feuille de cuivre plate dans un écoulement turbulent dair.

47 Opérations unitairesGCH 210 – Chapitre 6Jean-Michel Lavoie (Ph.D) Regroupements de cylindres Plusieurs types déchangeurs industriels reposent sur ce concept Exemple: – Chauffage de gaz – Fluide chaud dans des conduites tandis que le gaz sécoule et se réchauffe autour

48 Opérations unitairesGCH 210 – Chapitre 6Jean-Michel Lavoie (Ph.D) Schématisation

49 Opérations unitairesGCH 210 – Chapitre 6Jean-Michel Lavoie (Ph.D) Problème typique Chauffage dair par regroupement de tubes De lAir à 15.6 o C et 1 atm abs sécoule à travers dun regroupement de tubes comportant 4 rangées transversales dans la direction de lécoulement et 10 colonnes de lautre côté à une vélocité approchant les tubes de lordre de 7.62 m/s. La surface des tubes est maintenue à 57.2 o C. La diamètre externe des tubes est de 25.4 mm et les tubes sont enlignés en direction de lécoulement. Lespacement S n pour les tubes qui sont dans le sens contraire de lécoulement est de 38.1 mm et S p est aussi de 38.1 mm parallèlement à lécoulement. Calculez le taux de transfert de chaleur pour ce regroupement de tubes de m de longueur.

50 Opérations unitairesGCH 210 – Chapitre 6Jean-Michel Lavoie (Ph.D) Écoulement dans un lit fixe Utile pour concevoir: – Lits de catalyseurs – Système de séchage de solides Pour déterminer le taux de transfert de chaleur: Aire de la surface des particules par unité de volume du lit Coefficient de transfert de chaleur La surface vide dun segment du lit Hauteur de lit

51 Opérations unitairesGCH 210 – Chapitre 6Jean-Michel Lavoie (Ph.D) Transfert de chaleur spécifique Transfert de chaleur des gaz dans un lit de sphères et pour 10 < Re < 10000: f signifie que les données employées ici sont déterminées à température du film Le terme J H se nomme facteur de Colburn

52 Opérations unitairesGCH 210 – Chapitre 6Jean-Michel Lavoie (Ph.D) Convection naturelle Transfert de chaleur par convection naturelle: – Se produit quand une surface est en contact avec un liquide ou un gaz qui est à température différente – La différence de densité provoquée par la différence de température crée une poussée qui permet le mouvement du fluide Exemple: – Calorifère utilisé pour chauffer une salle

53 Opérations unitairesGCH 210 – Chapitre 6Jean-Michel Lavoie (Ph.D) Exemple de transfert Transfert de chaleur: – Plaque verticale chaude Vers: – Liquide ou un gaz Le fluide bougera – Convection naturelle Le profile de vélocité – Différent de celui de la convection forcée

54 Opérations unitairesGCH 210 – Chapitre 6Jean-Michel Lavoie (Ph.D) Aussi La vélocité est nulle à la parois Aussi nulle à linterface entre le film et le reste du liquide Lécoulement est laminaires près de la parois Devient turbulent à une certaine distance de la parois ou de linterface La force conductrice est la différence de densité

55 Opérations unitairesGCH 210 – Chapitre 6Jean-Michel Lavoie (Ph.D) Convection naturelle Dans différentes géométries Pour des plans verticaux et cylindres On parle dune surface ou dune conduite avec une hauteur L de moins de 1 m Répond à léquation: Nombre de Grashof Coefficient dexpansion volumétrique Notez: On exprime les valeurs dans léquation ci-dessous en fonction de la température du film qui est ni plus ni moins une moyenne arithmétique de la température à la parois et de la température généralisée du fluide.

56 Opérations unitairesGCH 210 – Chapitre 6Jean-Michel Lavoie (Ph.D) Tableau des constantes

57 Opérations unitairesGCH 210 – Chapitre 6Jean-Michel Lavoie (Ph.D) Le nombre de Grashof Ratio de forces de poussée par rapport au forces de viscosité dans une convection libre Joue un rôle similaire dans le cas de la convection naturelle au rôle que peut jouer le nombre de Reynolds dans la convection forcée.

58 Opérations unitairesGCH 210 – Chapitre 6Jean-Michel Lavoie (Ph.D) Problème typique Convection naturelle du mur vertical dun four Un mur vertical de 0.305m est chauffé dans un four dans le but de faire cuire de la nourriture. La surface est à 505.4K et est en contact avec de lair à 311K. Calculez le coefficient de transfert de chaleur par pied de mur. Ici on fera abstraction du transfert de chaleur par radiation.

59 Opérations unitairesGCH 210 – Chapitre 6Jean-Michel Lavoie (Ph.D) Simplification des équations Il existe des équations permettant de simplifier les équations en fonction de situations un peu plus communes. Ces équations sont mentionnées dans le tableau suivant Pour adapter la valeur de h à dautres pressions, multiplier par: *Pour Gr*Pr entre 10 4 et 10 9 *Pour Gr*Pr >10 9

60 Opérations unitairesGCH 210 – Chapitre 6Jean-Michel Lavoie (Ph.D) Équations simplifiées

61 Opérations unitairesGCH 210 – Chapitre 6Jean-Michel Lavoie (Ph.D) Problème typique Convection naturelle du mur vertical dun four Un mur vertical de m est chauffé dans un four dans le but de faire cuire de la nourriture. La surface est à K et est en contact avec de lair à 311 K. Calculez le coefficient de transfert de chaleur par pied de mur. Ici on fera abstraction du transfert de chaleur par radiation. Reprendre ce problème et appliquer les équations simplifiées… vérifier avec la valeur obtenue lors du problème précédent (127.1W)

62 Opérations unitairesGCH 210 – Chapitre 6Jean-Michel Lavoie (Ph.D) Convection naturelle Dans différentes géométries Cylindres et plaques horizontales Ressemble beaucoup au cylindres verticaux On applique léquation: On peut aussi employer les équations simplifiées Dans cette situation, habituellement Gr*Pr entre 10 4 et 10 9

63 Opérations unitairesGCH 210 – Chapitre 6Jean-Michel Lavoie (Ph.D) Convection naturelle Dans différentes géométries Espaces confinés Sapplique à plusieurs situations industrielles Exemple: – Deux parois de verre séparées par de lair Écoulements dans cette situation: – Souvent très complexes – Plusieurs motifs peuvent être observés

64 Opérations unitairesGCH 210 – Chapitre 6Jean-Michel Lavoie (Ph.D) En équations Le nombre de Grashof est défini: Le nombre de Nusselt est défini: Le flux de chaleur (q/A) est défini:

65 Opérations unitairesGCH 210 – Chapitre 6Jean-Michel Lavoie (Ph.D) Gaz – Endroits confinés Requiert que le ratio L/δ > 3 Nu =ÉquivalenceGr*Pr 1.0< 2 x Entre 6x10 3 et 2x10 5 -Entre 2x10 5 et 2x10 7

66 Opérations unitairesGCH 210 – Chapitre 6Jean-Michel Lavoie (Ph.D) Liquides – Endroits confinés Verticaux Requiert que le ratio L/δ > 3 Nu =ÉquivalenceGr*Pr 1.0< 1 x Entre 1x10 3 et 1x10 7

67 Opérations unitairesGCH 210 – Chapitre 6Jean-Michel Lavoie (Ph.D) Gaz – Endroits confinés Plan horizontal: température du bas + grande que celle du haut Requiert que le ratio L/δ > 3 Nu =ÉquivalenceGr*Pr -Entre 7 x 10 3 et 3x10 5 -Plus grand que 3x10 5

68 Opérations unitairesGCH 210 – Chapitre 6Jean-Michel Lavoie (Ph.D) Liquides – Endroits confinés Plan horizontal: température du haut + grande que celle du bas Requiert que le ratio L/δ > 3 Nu =ÉquivalenceGr*Pr -Entre 1.5 x10 5 et 1x10 9

69 Opérations unitairesGCH 210 – Chapitre 6Jean-Michel Lavoie (Ph.D) Problème typique Convection naturelle dans un espace restreint vertical De lair à 1 atm abs est restreint entre deux parois verticales ou L=0.6 m et δ=30 mm. Les deux parois possèdent un épaisseur de 0.4 m. Les températures des plaques sont T 1 =394.3 K et T 2 =366.5 K. Calculez le transfert de chaleur au travers de la couche dair.


Télécharger ppt "Opérations unitairesGCH 210 – Chapitre 6Jean-Michel Lavoie (Ph.D) Chapitre 6 Transfert de chaleur sans changement de phase."

Présentations similaires


Annonces Google