La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

1 Performances scolaires : mythes et réalités Yves Flückiger Département déconomie politique et Observatoire universitaire de lemploi Université de Genève.

Présentations similaires


Présentation au sujet: "1 Performances scolaires : mythes et réalités Yves Flückiger Département déconomie politique et Observatoire universitaire de lemploi Université de Genève."— Transcription de la présentation:

1

2 1 Performances scolaires : mythes et réalités Yves Flückiger Département déconomie politique et Observatoire universitaire de lemploi Université de Genève Institut National Genevois - Cycle de conférences Evaluation des systèmes denseignement : au-delà de PISA

3 2 Aujourdhui plus que jamais, lécole assume des fonctions cruciales pour lavenir de ses élèves Elle doit tout dabord assurer quils puissent obtenir, au terme de leur scolarité obligatoire, les performances les plus élevées possibles, compte tenu des ressources mises à la disposition de lécole … …tout en sassurant que tous les élèves puissent atteindre un socle minimum de compétences Elle doit aussi permettre aux jeunes de réussir leur transition vers des formations post-obligatoires ou vers le marché du travail Or, certains indicateurs semblent démontrer que ces objectifs ne sont pas (plus) pleinement atteints 1. Introduction

4 3 Ainsi, les résultats obtenus au test PISA, en 2000, par les élèves arrivés en fin de scolarité obligatoire classent la Suisse : au 17ème rang des pays de lOCDE pour la lecture (13ème en 2003) au 7ème pour les mathématiques (10ème en 2003) et au 18ème pour les sciences (12ème en 2003) De plus, le taux de chômage des jeunes âgés entre 15 et 24 ans dépasse celui du reste de la population, suggérant que le système scolaire ne parvient pas à assurer les transitions des élèves vers dautres formations Ce constat doit cependant être nuancé en scindant la population juvénile en deux sous-groupes 1. Introduction

5 4 Taux de chômage en Suisse, moyenne annuelle

6 5 Si le taux de chômage des jeunes âgés entre 20 et 24 ans atteignait 6,1% en 2005 contre 3,8% pour lensemble de la population… il ne sélevait quà 3,4% pour les jeunes de 15 à 19 ans Dans cette classe dâge, les jeunes sont, dans leur très grande majorité, engagés dans une formation ou actifs sur le marché du travail Néanmoins, certains jeunes connaissent des difficultés dinsertion à la fin de leur scolarité obligatoire Ils courent le risque de se trouver durablement exclus du marché du travail et de devenir tributaire de lAI ou de laide sociale Or, lévolution récente semble démontrer quune fraction plus importante de jeunes connaît des difficultés de transition 1. Introduction

7 6 Rapport entre le taux de chômage des jeunes et de la population dans son ensemble

8 7 Le système déducation se trouve au centre des débats politiques et médiatiques en Suisse Chacun saccorde à reconnaître que le système éducatif constitue un enjeu majeur pour lavenir de léconomie suisse Paradoxalement, la recherche universitaire dans le domaine de léconomie de la formation est restée jusquà ce jour relativement marginale et disséminée, par manque de moyens notamment Des questions importantes se posent auxquelles la recherche universitaire peut apporter une contribution significative Elles concernent notamment le thème des facteurs qui permettent dexpliquer les résultats individuels obtenus à PISA 1. Introduction

9 8 Elles concernent aussi la question de lefficacité des systèmes de formation mesurée en tenant compte du fait que lécole obligatoire a certes pour mission de permettre aux élèves qui arrivent au terme de leur scolarité dobtenir les performances les plus élevées possibles… … mais quelle doit aussi préparer les jeunes à réussir leurs transitions vers dautres formations ou vers le monde du travail Cette analyse doit être effectuée en tenant compte des ressources disponibles et du contexte socio-économique dans lequel les établissements scolaires opèrent Cest précisément lobjectif du centre de compétence en économie de léducation qui vient dêtre attribué à lObservatoire universitaire de lemploi 1. Introduction

10 9 Jusquà passé récent, on avait pas de données en Suisse susceptibles dêtre utilisées pour suivre les jeunes au-delà de leur scolarité obligatoire Lenquête TREE permet aujourdhui de suivre les élèves ayant participé à PISA en 2000 au cours de leurs transitions qui suivent la fin de leur scolarité Elle montre que deux ans après la fin de la scolarité obligatoire, 90% des jeunes suivent une formation post-obligatoire Ces chiffres masquent cependant des inégalités importantes liées notamment au genre, à lorigine sociale et au statut dimmigration Les résultats obtenus au test PISA exercent aussi une influence non négligeable sur le parcours post-obligatoire mais cet effet est fortement concurrencé par les autres facteurs 2. Analyse des transitions (TREE)

11 10 TREE, 2001 et 2002 Situation des élèves respectivement un et deux ans après leur participation à PISA

12 11 Lenquête TREE permet aussi de décrire le profil des populations à risque qui ont une plus forte probabilité de sengager dans un parcours de formation problématique (discontinu ou sans issue) Il sagit surtout des femmes résidant plutôt en Suisse alémanique, nayant reçu quune formation élémentaire, ayant des compétences médiocres en lecture et qui… appartiennent à des familles défavorisées sur le plan socio-économique et/ou à des familles dimmigrés 2. Analyse des transitions (TREE)

13 12 Situation des élèves deux ans après PISA en fonction des résultats obtenus lecture

14 13 Les résultats de lenquête PISA ont suscité beaucoup de commentaires au moment de leur publication, un bimensuel romand nhésitant pas à titrer « Ecoles: les plus dépensiers sont les moins bons » Il est pourtant évident que ces différences cantonales ne sont pas toutes imputables au système éducatif Elles sexpliquent aussi par les caractéristiques des élèves et de leur famille ainsi que par le contexte socio-économique propre à chaque canton Malheureusement, les moyennes publiées ne permettent pas de connaître limpact de chacune de ces variables prise isolément sur les scores obtenus 3. Analyse des données de lenquête PISA

15 14 Cest précisément sur ce point que la recherche universitaire peut apporter léclairage nécessaire au politique pour interpréter ces résultats et en faire bon usage en utilisant des méthodes aussi complexes que les problèmes étudiés Pour y parvenir, il faut avoir recours à une analyse multivariée qui permet dexaminer limpact dune variable sur les résultats obtenus en contrôlant pour tous les autres paramètres personnels et familiaux Lidée sous-jacente à cette analyse est de pouvoir expliquer les scores obtenus par chaque élève dans les trois domaines testés à partir des variables qui le caractérisent ainsi que celles qui se réfèrent à son environnement, familial notamment, et à son école 3. Analyse des données de lenquête PISA

16 15 Les données Echantillon national en 2000 : population étudiée définie en fonction de lannée scolaire 9 ème année (dernière année de la scolarité obligatoire) 7997 élèves :5236 suisses alémaniques 1815 suisses romands 946 suisses italiens Les compétences des élèves ont été testées en : lecture, mathématiques et sciences

17 16 Les variables Les caractéristiques de lélève le genre la nationalité lâge Les caractéristiques de la famille la langue parlée à la maison la structure familiale le nombre de frères et sœurs léducation des parents lactivité actuelle des parents laide aux devoirs des parents Les caractéristiques de lécole la localisation de létablissement la collectivité de létablissement le ratio entre la taille de lécole et le nombre de profs. la proportion des profs. : formation continue la proportion de profs. : un niveau ISCED 5 la proportion de profs. : complètement certifiés

18 17 Les résultats (en lecture) Les caractéristiques de lélève une fille obtient, toutes choses égales par ailleurs, un score supérieur en lecture denviron 3,8%. En mathématiques et en sciences, cet effet est en revanche négatif par rapport aux élèves nés en Suisse, ceux nés en Italie, Espagne, Portugal ou autres obtiennent un score inférieur (- 2,7%), et ceux nés en Ex-Yougoslavie, Albanie, Kosovo ou Turquie encore plus faible (-8,3%) Les caractéristiques de la famille si la langue parlée à la maison correspond à celle du test, lélève obtiendra un score plus élevé (+6%) les enfants vivant dans des familles célibataires, mixtes ou autres ont des scores en lecture inférieurs à ceux vivant dans une famille nucléaire les élèves dont les parents ont un niveau déducation supérieur à la scolarité obligatoire (catégorie de référence) obtiennent des scores en lecture supérieurs de 3,7% pour la catégorie apprentissage et de +6,7% (pour la mère) et +4,9% (pour le père) en ce qui concerne la catégorie maturité Les caractéristiques de lécole les élèves qui habitent les régions du Nord-ouest (+6,5%), centrale (+5,7%) et orientale (+4,5%) réussissent mieux que les Suisses romands. le niveau de qualification des professeurs (isced 5 en pédagogie) a un impact significatif positif très important (+11,4%)

19 18 Les résultats (suite et fin) Par genre les tests statistiques effectués dans les trois domaines nous permettent de conclure que les coefficients associés aux différentes variables sont différents selon le genre. Il est donc pertinent de réaliser des estimations par genre les filles semblent plus sensibles à lenvironnement familial et les garçons semblent plus sensibles à lenvironnement scolaire les filles issues dune famille célibataire ont de moins bons résultats que filles vivant dans une famille nucléaire (les garçons ne semblent pas y être sensibles) Par région les estimations par régions mettent en évidence le fait que le pouvoir explicatif des variables varie fortement dune région à lautre Les estimations par régions suggèrent que les caractéristiques de lécole ont moins dimpact dans les régions romandes en comparaison des régions situées au centre et à lEst du pays

20 19 Le système scolaire ne constitue quun des facteurs explicatifs des performances scolaires réalisées par les élèves au terme de leur scolarité Pour les améliorer, et réduire de surcroît les disparités qui se manifestent au travers des tests PISA, il faut agir non seulement sur la politique éducative mais aussi sur la politique familiale, sociale et ainsi que sur la politique dintégration Lintérêt de cette analyse est en particulier de mettre en évidence le poids respectif que ces différentes politiques exercent sur les résultats des élèves Lécole na pas que pour seul objectif de préparer les élèves à ces tests mais elle doit aussi assurer leur transition vers dautres formations vers le marché du travail 4. Conclusions

21 20 Lefficacité du système scolaire doit être analysée sous langle de ces deux objectifs en tenant compte des ressources disponibles et de lenvironnement économique et social propre à chaque établissement Cest précisément le but de nos recherches actuelles …qui portent de surcroît sur le rôle des biographies personnelles et professionnelles sur la littératie et les compétences des adultes mesurées dans le cadre de lenquête ELCA Il sagira dans ce cadre de déterminer le rôle joué par la formation de base et le parcours professionnel sur létat de ces compétences… et linfluence quelles exercent sur la situation des personnes interrogées 4. Conclusions

22 21 Observatoire universitaire de lemploi Adresse internet :


Télécharger ppt "1 Performances scolaires : mythes et réalités Yves Flückiger Département déconomie politique et Observatoire universitaire de lemploi Université de Genève."

Présentations similaires


Annonces Google