La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

Laura Di Pollina Unité de gériatrie communautaire Service de médecine de premier recours Département de Médecine communautaire et de premier recours 10.

Présentations similaires


Présentation au sujet: "Laura Di Pollina Unité de gériatrie communautaire Service de médecine de premier recours Département de Médecine communautaire et de premier recours 10."— Transcription de la présentation:

1 Laura Di Pollina Unité de gériatrie communautaire Service de médecine de premier recours Département de Médecine communautaire et de premier recours 10 décembre 2008 La détection de la fragilité des personnes âgées Matinée scientifique à la mémoire du Professeur Charles-Henri Rapin

2 Plan de la présentation Brève description de lunité de gériatrie communautaire. La personne âgée fragile et les systèmes de soins intégrés. Présentation du protocole de recherche : «Evaluation de lefficacité de la mise en place dun réseau intégré pour la prise en charge des personnes âgées fragiles à domicile par la Fondation daide et de soins à domicile (FSASD), les médecins de ville de lAssociation des Médecins de Genève (AMG), et lUnité de Gériatrie Communautaire (UGC)». LDP déc 2008

3 LDP déc 08

4 Missions Prendre en soins, en multidisciplinarité, une population âgée, fragile, souffrant de multiples pathologies sinscrivant dans une complexité médico-psycho- sociale. Favoriser le maintien à domicile, en évitant les hospitalisations à répétition et les entrées prématurées en EMS. Développer un partenariat avec le réseau formel (médecins de ville et services de soins à domicile) et informel (soutien) au mieux des intérêts du patient. LDP déc2008

5 Alimentation, prévention des chutes Troubles cognitifs Douleurs et soins palliatifs Promotion des directives anticipées, prévention de la maltraitance Missions LDP déc 2008 Années à Savourer Ensemble contre la douleur Vieillir en liberté Contribuer à la formation de différents professionnels de la santé et à la recherche dans la gériatrie communautaire Promouvoir la santé notamment autour des thèmes suivants :

6 Equipe Mobile de consultations à domicile Hôpitaux de Jour 2 pôles dactivités LDP déc 2008

7 Equipe mobile à domicile Evaluation détaillée des problèmes médicaux-psycho- sociaux par le médecin dautres professionnels de la santé ou linfirmière référente du CASS, au domicile du patient. Suivi global (60% de cas) (1ère ligne) « case manager ». Suivi conjoint avec le médecin traitant (2ème ligne). Avis ponctuel (évaluation cognitif, douleur, mesure tutélaire, soins palliatifs, maltraitance…). Evaluation pour participation à lhôpital de jour. Des réunions de réseau sont tenues régulièrement avec les médecins traitants, et les réseaux formel et informel. LDP déc 2008

8 Hôpitaux de Jour Structure thérapeutique diurne, ouverte 5 jours sur 7, visant à améliorer le maintien à domicile des personnes âgées en développant leurs capacités et en soutenant le réseau informel et formel. Participation 1 à 2 fois par sem. aux groupes (8 à 12 patients) prises en charge individuelles. Groupes thérapeutiques proposés : Mobilité (Tai-Chi, balnéothérapie) Mémoire Alimentation Dépendance (OH) La durée est limitée avec des évaluations multi-disciplinaires périodiques. Remboursées par les assurances maladie (forfait dégressif CHF/j). LDP déc 2008

9 La Fragilité Canadian Initiative on Frailty and Aging, Montreal Condition de lâge avancé qui résulte dune combinaison de maladies et se caractérise par : une vulnérabilité aux facteurs de stress une diminution de la capacité à maintenir lhoméostasie et la résilience. Un syndrome complexe de vulnérabilité accrue Une étiologie complexe LDP déc 2008

10 Chutes Durée d hospitalisation Fragiles: 24.8 jours indépendants : 12.9 jours Taux d institutionnalisation (OR = 9) Mortalité (à 5 ans OR = 3) La Fragilité La conséquence principale est une augmentation de risque pour des problèmes de santé : Fragilité et incapacité : des concepts liés mais distincts LDP déc 2008 Fried LP et al. J Gerontol: Med Sci 2001

11 Prévenir/retarder la fragilité Promotion de la santé et prévention Retarder lapparition Retarder/prévenir les issues défavorables, soins Fragilité Effets néfastes Incapacité Morbidité Hospitalisation Admission en institution Décès Bergman et al : Gérontologie et Société 2005 Bergman et al : Précis de Gériatrie 2007 Modèle de la fragilité Âge Déterminants liés à la trajectoire de vie : Habitudes ( OH, tabac, activité physique ) Biologique, Psychologique Sociaux Environnementaux Maladies chroniques Réserves physiol. diminuées Caractéristiques Dénutrition force endurance inactivité physique Tr mobilité chutes Tr cognitifs dépression Facteurs modulateurs dordre biologique, psychologique, social, sociétal/forces et faiblesses

12 Survival According to Frailty Status Cardiovascular Health Study Months After Study Entry Fried et al, J. Gerontology Med Sci, 2001 Percent Alive LDP déc 2008

13 Importance de la détection de la fragilité Potentiel de modification dans les états initiaux La fragilité et lincapacité sont des états dynamiques. Opportunité pour les stratégies de prévention de promotion de la santé. LDP déc 2008 Gill TM et al : N Engl J Med 2002

14 Constats Les soins aux personnes âgées fragiles polymorbides sont souvent caractérisés par une fragmentation qui amène à des hospitalisations inappropriées et une institutionnalisation prématurée. Les soins sont souvent dominés pour le modèle traditionnel de maladie sans lien avec les aspects sociaux de la prise en charge. Les barrières institutionnelles et financières entre lintra et lextra hospitalier, entre les soins médicaux et sociaux, et entre le réseau formel et informel sont des facteurs qui doivent être reformés. LDP déc 2008 Kodner D et Kyriacon CK, Inter J of Integrated Care-Vol1 2000

15 Améliorer la coordination, la continuité, la qualité et lefficacité de soins sanitaires et sociaux des personnes âgées ayant une incapacité modérée/grave et ayant besoin dune combinaison complexe de soins de santé et de services sociaux Réduire lutilisation inappropriée des hôpitaux et des EMS et diriger les configurations dutilisation des services institutionnels vers les services de proximité (domicile) sans augmenter les coûts La gestion des cas avec un travail en réseau avec la première ligne (médecins généralistes), le réseau intra et extra hospitalier ainsi que les proches Évaluation/intervention sur la base de protocoles cliniques Services des soins intégrés, objectifs : LDP déc 2008

16 Lapproche populationnelle Pyramide des risques Source : Dpt of Health. Improving Chronic Disease Management. London : 2004, 6p. 4/07/52/13/ pdf Plus que la gestion de cas Case management Care management Prise en charge de 70 à 80 % de la population atteinte de maladies chroniques Promotion de la santé LDP déc 2008 Patient très complexes Patient exposé à un risque élevé

17 Projets de services intégrés États-Unis S/HMO (Seniors plus, Medicare Plus II (Kaiser), Elderplan, SCAN Health Plan) On Lok, Pace (program of all inclusive care for the elderly) Italie Bernabei France Le modèle COPA-Ancrage (coordination, personnes âgées) Prisma (Projet de recherche sur lintégration des services pour le maintien de lautonomie en France). 3 sites Canada SIPA (système intégré pour personnes âgées fragiles) Bois-Francs/PRISMA en Estrie Britannique Darlington Pays Bas Suisse Unité de gériatrie communautaire LDP déc 2008

18 Etude réseau de soins, Genève « Evaluation de lefficacité de la mise en place dun réseau intégré pour la prise en charge des personnes âgées fragiles à domicile par la FSASD, lAMG et lUGC ». Objectif : donner une meilleure réponse au besoin des personnes âgées ainsi quune anticipation des situations de crise pour favoriser le maintien à domicile. Issues attendues : Détection de la fragilité et des problèmes de santé qui bénéficieraient dune prise en charge plus précoce (syndromes gériatriques) Réduire ou éviter des hospitalisations à répétition, et visites aux urgences Retarder une entrée prématurée en institution, Ralentir le déclin fonctionnel et améliorer la qualité de vie. LDP déc 2008

19 Critères dinclusion Patients de 65 ans suivis par le CASS dOnex avec critères de vulnérabilité évalués par le RAI-HC (Resident Assessement Instrument-Home Care) avec le déclenchement des alarmes suivantes : LDP déc 2008 Alarme cognition Alarme chutes Alarme rôle et fonction social Alarme fragilité du système daide informelle

20 300 patients fragiles identifiés par RAI Groupe intervention (zone 1) 150 patients Onex Groupe contrôle (zone 2) 150 patients Onex SUIVI : FSASD/médecin traitant SUIVI : Evaluation gériatrique (EG) et suivi coordonné/réunions FSASD/médecin traitant/ UGC Réévaluation à 1 année : EG et RAI Réévaluation à 1 année : RAI Etude prospective contrôlée qui compare en parallèle 2 cohortes de personnes âgées fragiles*, suivis dans 2 secteurs géographiques LDP déc 2008 * Fragilité personne âgée avec au moins un syndrome gériatrique (troubles de la marche ou chutes, incontinence, troubles cognitifs, dénutrition), plus de trois co-morbidités et latteinte dau moins une des activités de la vie quotidienne. Méthodologie

21 Site web : LDP déc 2008

22

23 Violences chez les aînés Maltraitances à leur égard et violences de leur part Laura Di Pollina UGC avec la collaboration de Christiane Margairaz CIMPV LDP déc 2008

24 Introduction La maltraitance de la personne âgée sinscrit dans un contexte plus large de la société avec une « mal- considération » de la vieillesse et de la glorification du jeunisme. Le vieillissement est plus souvent perçu à travers les problèmes quil pose (physique et psychologique) «âgisme». Les plus fragiles sont les plus vulnérables à touts types de violence (physique, psychique et social). «Lit de la violence » dans le milieu familial, institutionnel et dans la société. LDP déc 2008

25 Principes fondamentaux Tout être humain doit être considéré : comme une personne à part entière, un être bio-psycho-social, un sujet de droit, appréhendé dans son contexte de vie présent, son environnement et son histoire personnelle et intergénérationnelle, quels que soient son comportement et sa demande. LDP déc 2008 Cela implique : le respect de son autonomie et de ses choix de vie, tout en le confrontant à ses responsabilités. la prise en compte de la phase du développement de la personne. ladaptation à ses capacités et à ses besoins divers en termes physiques, psychologiques et émotionnels et sociaux.

26 Définition «On entend par maltraitance des personnes âgées un acte isolé ou répété, ou labsence dintervention appropriée, qui se produit dans toute relation de confiance et cause un préjudice ou une détresse chez la personne âgée» Réseau International pour la prévention des maltraitances aux personnes âgées (INPEA), Déclaration de Toronto, 17 novembre 2002 LDP déc 2008

27 Prévalence Très peu de travaux sont disponibles. 4 à 15 % des aîné(e)s sont concernés et la fréquence des victimisations augmente significativement avec lâge ¾ des victimisations ont lieu en famille LDP déc 2008 Cette lacune statistique, à lheure où tout se mesure frénétiquement, ne sapparenterait-elle pas à une certaine forme de maltraitance, plus insidieuse, conduisant à finalement ne pas sintéresser à ceux que la société elle- même maltraite ?

28 Ne pas oublier que LDP déc 2008 Ces résultats indiquent aussi que la vieillesse nest pas synonyme de drame personnel inéluctable : il y a des aînés heureux qui coulent leur vie, à leur rythme, dans lamour et la sérénité, à domicile, en famille ou en institution.

29 Violence psychologique mépris, infantilisation, manque de respect, insultes, menaces de rejet/placement,... 27% * Violence financière/matérielle vol, extorsion de fonds, signature forcée, héritage anticipé… 23,45% * Violence physique coups, gifles, brûlures, contusions, contentions abusives, violence sexuelles … 14,3% * Violence civique privation des droits élémentaires du citoyen, privatio * n de papiers didentité, bulletin de vote …. 13,7%* Violence médicamenteuse abus de neuroleptiques ou privation des médicaments nécessaires (douleur, dépression). 4,6% * Négligence - active (avec intention de nuire) ou passive (sans intention de nuire): Privation des aides indispensables à la vie quotidienne, oublis, abandon, manque de stimulation sensoriel... placement arbitraire… - auto-négligence : refus de soins, abandon de soi-même..... Prévalence: Types *ALMA France

30 Ce qui rend possible les actes violents Toutes les formes dinégalité et de disparité Certaines caractéristiques liées à la personne âgée (démence, tr du comportement, agressivité, dépendance physique, incontinence, isolement) à lauteur (privé ou institutionnel) dépression, abus dalcool, précarité, perte demploi, isolement... Relation dinterdépendance: stress du soignant, aidant principal, conjoint…) au contexte, et à lenvironnement (conditions dhabitation inappropriés, en institution: personnel surchargé…… à la situation (manque de ressources économiques..) LDP déc 2008

31 Impacts de la maltraitance Sur les victimes : accélère la perte dautonomie, aggrave les troubles physiques et psychiques, augmente le risque de suicide. Sur lentourage : culpabilité, silence, embarras, anxiété, colère, sentiment dimpuissance. « Lauteur » désigné a parfois besoin daide aussi ! LDP déc 2008

32

33 « Quiconque sera reconnu coupable de violences sur ses parents sera dabord banni à perpétuité de la ville vers une autre contrée, et se verra interdire tous les temples ». Platon, les Lois ( av JC) LDP déc 2008

34 « La vieillesse en tant que destin biologique est une réalité; nen reste pas moins que ce destin est vécu de manière variable selon le contexte social : le sens ou le non sens que revêt la vieillesse au sein de la société, met celle-ci toute entière en question ». Simone de Beauvoir 1970 LDP déc 2008


Télécharger ppt "Laura Di Pollina Unité de gériatrie communautaire Service de médecine de premier recours Département de Médecine communautaire et de premier recours 10."

Présentations similaires


Annonces Google