La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

Octobre 2008 Période 11 Les images Daniel Peraya C. Jenni TECFA Universit é de Gen è ve 74111 Octobre 2009.

Présentations similaires


Présentation au sujet: "Octobre 2008 Période 11 Les images Daniel Peraya C. Jenni TECFA Universit é de Gen è ve 74111 Octobre 2009."— Transcription de la présentation:

1 Octobre 2008 Période 11 Les images Daniel Peraya C. Jenni TECFA Universit é de Gen è ve Octobre 2009

2 Quelques exemples photographie publicité schémas cartes inscriptions scientifiques Images Diversité formats fonctions/usages interprétations Intentions/effets

3 Une photographie Un constat dexistence Un langage sans code

4 Une publicité Publicité pour les pâtes Panzani étudiée en 1964 par R. Barthes Dénotation vs connotation

5 Le schéma Un schéma est un instrument dintelligibilité, une abstraction de la réalité (Stern Veyrin et Hinterseber).

6 La carte La carte nest pas le territoire. Plusieurs projections possibles: Mercator (projection cylindrique)Mercato Peters (tient compte de la taille réelle)Peters

7 Les inscriptions scientifiques Langle dintersection des deux droites est déterminant puisquil existerait « une valeur limite de cet angle en dessous de laquelle lintersection comporterait plusieurs points ». Plus cet angle est faible et plus les droites paraissent « couchées », plus lintersection sétend sur plusieurs points. La représentation graphique est ici déterminante (Lerouge, 1993 : ).

8 Les usages

9 Quelques définitions Représentation (ou réplique) perceptible dun être ou dune chose. Diverses définitions scientifiques (image réfléchie, réelle, virtuelle,magnétique, télévisuelle, etc.. Du point de vue pédagogique : Illustration Paratexte

10 Lillustration Action de mettre en relation de manière non causale quelque chose (un thème une opinion, un fait) avec quelque chose que lon présente à la fois comme de nature différente et comme liée de manière pertinente (en tant que mise en valeur, exemplification) à ce thème, à cette opinion, à ce fait. ( TLF, 1138) Représentation graphique (dessin, figure, image, photographie) généralement exécutée pour être intercalée dans le texte imprimé afin de le rendre plus compréhensible, de compléter linforamtion quil apporte.( TLF, 1139)

11 Du point de vue pédagogique : le paratexte « Les mots et les phrases du texte laissent tout autour un espace libre : le cotexte. Dans cet espace disponible seront introduits des titres, des phrases en marge, des informations périphériques (notes, références, etc.) et des illustrations, cet ensemble constituant le paratexte. »(Jacobi) Paratexte Texte

12 Les usages génériques

13 Moyen denseignement Attentionnel Attirer lattention Diriger lattention Motiver Cognitif –Représenter: désigner, montrer, concrétiser => fonction vicariale ou référentielle –Informer : compléter, rapport texte/image –Faciliter la compréhension : expliquer, structurer, inférer, transformerinférertransformer –Faciliter la mémorisation –Médiation intersémiotique (apprentissage des langues)intersémiotique Compenser –Pallier des déficiences (langage dicones pour léducation des sourds et malentendants par exemple)langage dicones

14 Les formes du traitement dune représentation (Duval, 2006)

15 Leçon 1, Gafi le fantôme, Bentolila, 1992 Si la représentation évoque bien le référent correct le denotatum, extérieur à la sémiose, elle possède deux designatum, voiture et automobile, vélo et bicyclette étant deux par deux synonymes. La représentation visuelle est bien porteuse de signifiés différents même sils sont proches et sils appartiennent au même champ sémantique. De limage à la langue

16 Quelques langages palliatifs Pellegrin, E. (2006)

17 Contenus denseignement Réseau Education Médias Educaumedia (http://educaumedia.comu.ucl.ac.be/cem/Q1.html)http://educaumedia.comu.ucl.ac.be/cem/Q1.html Éduquer aux médias, c'est rendre chaque jeune capable de comprendre la situation dans laquelle il se trouve lorsqu'il est le destinataire de messages médiatiques. C'est le rendre apte à être un lecteur, un auditeur, un spectateur actif vis-à-vis des médias, capable de s'approprier un maximum d'informations originales à partir de n'importe quel type de document médiatique et particulièrement de document audiovisuel. Éducation aux médias au CO (DGCO) (Genève) (http://www.geneve.ch/co/former/educ_medias.html)(http://www.geneve.ch/co/former/educ_medias.html Le cours déducation aux médias a pour objectif dapporter aux élèves le recul critique et les compétences rendant possible une attitude consciente et libre face aux messages quils reçoivent. Le cours leur offre les outils danalyse, de tri, de comparaison, de jugement qui doivent permettre de maîtriser le flot des informations, de résister aux manipulations et de construire un savoir approprié En outre, les pratiques de classe développent une communication véritable privilégiant une attitude de respect et de tolérance, en particulier face à des opinions parfois différentes sur les documents analysés. Éducation aux médias au Québec (http://www.media-awareness.ca/francais/enseignants/education_aux_medias_canada/quebec.cfm)http://www.media-awareness.ca/francais/enseignants/education_aux_medias_canada/quebec.cfm L'éducation aux médias vise à : Développer chez l'élève un sens critique et éthique à l'égard des médias et à lui donner des occasions de produire des documents médiatiques en respectant les droits individuels et collectifs. Un exemple : "Nouvelle évolution, il semble que, dans l'enseignement des langues, les pratiques audiovisuelles soient en train de passer d'une démarche d'utilisation pédagogique, de la télévision notamment, à une démarche d'usage. centrée sur l'analyse des discours des médias et de leur dispositif de communication." (Jacquinot, G. et Leblanc, G. (sous la direction de) (1996). Les genres télévisuels dans l'enseignement. Paris : Hachettte Éducation, p. 14). Donc : –dans cette approche, les médias sont considérés comme un objet d'apprentissage et non comme un support d'apprentissage (« à » apprendre et non « pour » apprendre) –développer la personne et particulièrement l'aptitude critique à la compréhension du média - quel qu'il soit- et de ses messages en contexte –développer des compétences de production et de communication médiatique –construire des connaissances en s'appropriant les informations et les savoirs médiés par les médias –éducation à une citoyenneté repsonsable Mais : Selon les auteurs, les deux approches les médias "à" et "pour" apprendre sont complémentaires, comme d'ailleurs la pratique de lecteur (comprendre) d'auteur (produire).

18 Concepts de référence Code Signe Langue vs langage Langue vs langage Linguistique SémiotiqueSémiotique Dénotation vs Connotation Représentation visuelle Représentation visuelle Analogie Polysémie, monosémie

19 Langue et langage « Il faut dabord séparer de la faculté de langage, la langue, produit social, institution sémiologique: là est lobjet de la linguistique » (de Saussure, 1969:77). « Système de signes vocaux et/ou graphiques, conventionnels, utilisé par un groupe dindividus pour lexpression du mental et la communication. » (TLF, 10: 974) « La langue est un code, un système de signes et relations stables entre signifiés et signifiants » (idem). Sa Sé

20 De lanalyse des représentations Un point de départ … F. de Saussure, Cours de linguistique générale La sémiologie étudie « la vie des signes dans la vie sociale: elle formerait une partie de la psychologie sociale, et par conséquent de la psychologie générale. Elle nous apprendrait en quoi consistent les signes, quelles lois les régissent » (1972:33).

21 Mais lanalyse de limage suscite des problèmes Limage nest pas segmentable comme lest une langue naturelle Limage est un langage « sans code » Une syntaxe et un vocabulaire ne sont possibles que dans les systèmes très codifiés (code de la route) Limage même scientifique donne lieu à des réseaux métaphoriques et métonymiques Limage est polysémique et seule la langue permet den fixer (« ancrer ») le sens (Barthes, Coste) rapport image et langue

22 Des registres sémiocognitifs différents Daprès M. Denis (1989) Image et cognition. Paris: PUF, p.29 Langage formulaire mathématique: La soucoupe : (x-a) 2 + (y-b) 2 = R 2 (équation du cercle) La tasse : X 2 /a + y 2 /b - 2z = 0 (équation du paraboloïde elliptique) Langage verbal (description linguistique) : « (Dessin d) une tasse sans anse sur une soucoupe plate »

23 Typologie percéenne des représentations La« fumée » dans la réalitéLindice est lié au réel dans un rapport de contiguïté (Cfr « il ny a pas de fumée sans feu ») La représentation ressemble au « représenté » Le mot « fumée »Rapport arbitraire, conventionnel et appris

24 Dénotation et connotation SaSé Sa Sé Connotation Dénotation Le signifiant du signe de second niveau est constitué par un ensemble Sa/Sé de premier niveau. Un signe devient signifiant pour un nouveau signifié et entre dans une nouvelle relation de signification (Meunier, Peraya, 2004:27).

25 Polysémie Monosémie

26 Quelques usages pédagoqiques classiques Utilisation des images vs éducation aux images Image et langue seconde

27 Compréhension Nature de la représentation, du « format », du registre sémiotique Traitement graphique de linformation Variables intrafigurales Reconnaissance Richaudeau, XXXX

28 Reconnaissance Caractéristiques de la perception Lisibilité

29 Compréhension Attention ! Regardez ! Quavez-vous vu et/ou remarqué ? Composition « intrafigurale » : - terre/mer en blanc - représentation conventionnelle non respectée

30 Compréhension Vous êtes face cette photo. Pour aller à Saint Louis de quel côté allez-vous ? Collection UNESCO : le Sénégal aérien « Vue méridionale du fleuve Sénégal à hauteur de Richard Toll. A lavant plan on voit la rive mauritanienne, puis le fleuve et la route St Louis/Matam et à larrière- plan, les champs de canne à sucre » Encyclopédie dinterprétation Connaissances et expérience du milieu

31 Compréhension Adaptation du matériel à la tâche et au public cible (connaissance et expérience vécue) ENA, Mitterand et Mitterand Consigne A quoi sait-on /voit-on que les voitures sont à larrêt ?

32 Compréhension Que voit le public cible ? Repésenter cest présenter une nouvelle fois !

33 Compréhension Expérience vécue Identité du groupe Facteurs culturels Pourquoi deux versions ?

34 Compréhension Encyclopédies dinterprétation (Klinkenberg, 1996)

35 En synthèse … Discrimination visuelle/Perception Facteurs culturels RhétoriqueEncyclopédies dinterprétation Expériences vécues Connaissance du sujetConnaissance du langage de limage

36 Limites et avantages LimitesAvantages Problèmes dinterprétation Limage fonctionnelle, monosémique, est un objectif Limage réaliste est souvent sur-informante Pas de rapport automatique ente image et effet Motivation Changement du rôle du professeur et étudiants On peut minimiser la monosémie Utile selon les conditions : public, objectifs, disciplines, type dimages

37 Bibliographie Barthes R. (1964-a). Éléments de sémiologie. Communications, 4, Barthes R. (1964-b). Rhétorique de l'image, Communications, 4, Lerouge A. (1993), Contagion du signifiant et contagion de référence sur la conceptualisation mathématique de lintersection de deux droites. In Baillé J., Maury S. (éd.), Les sciences de léducation pour lère nouvelle. Les représentations graphiques dans lenseignement et la formation, 1,(3), Pellegrin, E. (2006). Le langage par limage. Les pictogrammes pour la communication des personnes handicapées. Mémoire de Licence. Département de Communication. UCL (BE). Meunier J.-P. & Peraya D. (2004), Introduction aux théories de la communication. Analyse sémio- pragmatique de la communication médiatique (2 nde édition). Bruxelles: De Boeck. PEIRCE C.S. ( ). Collected papers. Cambridge: Harvard University Press. Peraya, D. & Nyssen, M.C. (1995). Pour une théorie des paratextes: une étude comparée des manuels de biologie et déconomie (Cahiers de la Section des Sciences de lÉducation, N° 78). Genève : Université de Genève. Peraya, D., Rickenmann, R. & Lombard, F. (2002). Changement dans les rapports aux univers technique, relationnel et sémiotique. In R. Guir (Ed.), Pratiquer les TICE. Former les enseignants et les formateurs à de nouveaux usages (pp ). Bruxelles : De Boeck.

38 Webographie Références (site belge MédiaActeurs en ligne réalisé par Média Animation et Médialogue)Média AnimationMédialogue (site du cycle d'orientation de Genève) (site officiel du Ministère français de l'éducation) (quelques publications du Conseil de l'éducation aux médias, Communauté française de Belgique) awareness.ca/francais/enseignants/education_aux_medias_canada/qu ebec.cfmhttp://www.media- awareness.ca/francais/enseignants/education_aux_medias_canada/qu ebec.cfm (Réseau Education.Médias, Québec)

39 Crédits images Bourron, Y. (1980). Audiovisuel, pédagogie et communication. Paris : Éditions dorganisation. CICR (sans date). Genève Denis M. (1979). Les images mentales. Paris: Presses Universitaires de France. Hinterseber, C. (1979). Navigation côtière. Permis B et C. Reil Malmaison: Éditons du Pen Duick. Porcher, L. (1974). Lécole parallèle. Paris: Larousse.Richeaudau, La lisibilité. Paris :. Stern-Veyrin, O. (1976). Navigation en haute mer. Paris : Arthaud.


Télécharger ppt "Octobre 2008 Période 11 Les images Daniel Peraya C. Jenni TECFA Universit é de Gen è ve 74111 Octobre 2009."

Présentations similaires


Annonces Google