La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

Environnement de SECURITE dans la Département PH Structure hiérarchique de la sécurité au CERN et dans le Département PH PopulationPatrimoine Expériences.

Présentations similaires


Présentation au sujet: "Environnement de SECURITE dans la Département PH Structure hiérarchique de la sécurité au CERN et dans le Département PH PopulationPatrimoine Expériences."— Transcription de la présentation:

1 Environnement de SECURITE dans la Département PH Structure hiérarchique de la sécurité au CERN et dans le Département PH PopulationPatrimoine Expériences LHC Autres expériences Éléments et systèmes de sécurité Plan départemental (web) Claude DETRAZ 21 avril 2006

2 La Sécurité au CERN définie dans le document SAPOCO 42 (SAFETY POLICY COMMITTEE) dernière révision en février 2003 Réglementation de la sécurité au CERN Réglementation de la sécurité au CERN Procédures et règles applicables Procédures et règles applicables Structure hiérarchique et sécurité Structure hiérarchique et sécurité La sécurité des expériences et installations La sécurité des expériences et installations La sécurité et les entreprises La sécurité et les entreprises Les accidents et mesures de prévention Les accidents et mesures de prévention WEB

3 Règles de sécurité SAPOCO Pour son fonctionnement, lorganisation base sa réglementation de sécurité sur : Les directives européennes Les règles en vigueur dans les états hôtes. Si la réglementation du CERN fait défaut ou est incomplète, cest la réglementation de létat-hôte en la matière qui sapplique, chacune sur son territoire. La loi territoriale Suisse ou Francaise sapplique en cas de problème de justice

4 Il y a plus de 100 documents spécifiques qui régissent la sécurité du travail au CERN -20 codes -29 instructions -19 notes -24 bulletins -39 Procédures ….. WEB Codes et instructions de sécurité

5 Les COORDONNATEURS de Sécurité sont des PROFESSIONNELS PH na pas de coordonnateurs et doit emprunter Occasionnellement ces agents au Département TS COMMISSION DE SECURITE DIRECTEURGENERAL CHEFS DE DEPARTEMENTS CHEFS DE GROUPE GLIMOS AUTRESSUPERVISEURS DIRECTEURS COORDONNATEURS POUR LA SECURITE TOUT LE PERSONNEL D S O C S O F G S O R S O T S O SLIMOS Contrôleurs a la sécurité D S O C C S O C F G S O C R S O C RPCCTECECSTE CSHS SAPOCOCEPCCommission Des accidents RESPONSABILITEDIRECTE COMITES POUR LA SECURITE ET LEURS LIGNES HIERARCHIQUES DELEGUES ET CONSEILLERS A LA SECURITE AVEC DELEGATION DE POUVOIRS ORGANISATION DE LA SECURITE AU CERN ET DANS LE DEPARTEMENT PH Jean-Jacques BLAISING Chef du Departement PH

6 GLIMOS* des Expériences LHC * Group Leader in Matter of Safety Olga BELTRAMELLO Alasdair SMITH Marc TAVLET Christoph SCHAEFER Marco ORIUNNO ATLAS

7 Les Experts PH Radiation Radiation Michael HAUSCHILD Cryogenics Cryogenics Marcello LOSASSO Flammable Gas Olav ULLALAND Flammable Gas Olav ULLALAND RSO CSO FGSO

8 DSO Chef de Département GLIMOSSLIMOS Gère la sécurité sur les expériences Remplit le formulaire ISIEC Informe des incidents/accidents Nomme les officiers de sécurité Prépare le plan départemental de sécurité Coordonne les officiers de sécurité Assiste pour le plan dép. de sécurité Informe Le Chef de Departement Chef de section A les mêmes responsabilités que le chef de groupe limitées à son personnel et ses activités Safety Commission Avec ses experts Les acteurs du réseau de sécurité PERSONNEL Chef de groupe Connaît le plan départemental de sécurité Etablit le programme de formation sécurité Diffuse linformation Donne les instructions Dept. TS avec ses coordinateurs de securite professionnels TSO Surveille le site Informe la hi é rarchie et les utilisateurs D é termine les proc é dures

9 Cours de Sécurité sécurité de base (1,2,3…) sécurité de base (1,2,3…) adaptés aux zones spécifiques adaptés aux zones spécifiques secourisme secourisme TSO (territorial Safety Officer) TSO (territorial Safety Officer) de spécialisations (cryogénie, Radioprotection, Laser, Gas inflammables….etc) de spécialisations (cryogénie, Radioprotection, Laser, Gas inflammables….etc) Ergonomie, conditions de travail Ergonomie, conditions de travail Formation extérieure Formation extérieure Les details et les inscriptions sont sur le WEB

10 Population PH 545 Membres du Personnel 545 Membres du Personnel 224 autres Contrats CERN (associes, doctorants, etc..) 224 autres Contrats CERN (associes, doctorants, etc..) ~ 80 collaborateurs temporaires (y compris 4 FSU) ~ 80 collaborateurs temporaires (y compris 4 FSU) ~6500 Utilisateurs représentant 500 Instituts (40 a 50 % présents au CERN en permanence) ~6500 Utilisateurs représentant 500 Instituts (40 a 50 % présents au CERN en permanence) Entreprises contractantes Entreprises contractantes Octobre TSO (territorial Safety Officers) 50 TSO (territorial Safety Officers)

11 Personnel de formations diverses Métiers techniques Métiers techniques Vocations intelectuelles Vocations intelectuelles Chercheurs Chercheurs Physiciens / Expérimentateurs Physiciens / Expérimentateurs Personnel administratif Personnel administratif Culture de sécurité différente Culture de sécurité différente

12 Patrimoine PH 125 bâtiments (Meyrin + Prévessin+ LHC) 125 bâtiments (Meyrin + Prévessin+ LHC) ~100 baraques mobiles ~100 baraques mobiles salles de contrôle des expériences salles de contrôle des expériences Octobre 2005 Supervis é s par les 50 TSO Et inspectés chaque année

13 BARAQUES

14 GRANDS BATIMENTS Bat 191 Haut: ~20 metres Bat 191 intérieur Montage des End Caps dATLAS

15 BATIMENT M2 Montage des Chambres Muons ATLAS

16 375 - ANNEAU ISR ~ 300 mètres sous la responsabilité de PH TEST SOUS GAZ DES CHAMBRES MUONS CMS

17 ATHENA / ALPHA ASACUSA ATRAP TOTEM CAST NA 48 NA 49 DIRAC AMS PH est le Département daccueil de la plupart des EXPERIENCES

18 ISOLDE 57 expériences Supervisées par le GLIMOS Louis Mario FRAILE PRIETO

19 ~50 ateliers de mécanique ~50 ateliers de mécanique ~50 laboratoires de tests ~50 laboratoires de tests ~50 zones dassemblage ~50 zones dassemblage NOMBREUX LOCAUX TECHNIQUES De la mécanique ordinaire aux techniques de pointe Du micrométrique au gigantisme De laction individuelle à lorganisation complexe

20 MULTI - ACTIVITE Les activités de recherche, Les activités de recherche, Les tests de prototypes Les tests de prototypes Les Pluri-activités Les Pluri-activités La multiplicité des techniques La multiplicité des techniques Le gigantisme et la complexité Le gigantisme et la complexité La variété des Personnels La variété des Personnels Le non remplacement des départs en retraite Le non remplacement des départs en retraite Les importantes charges de travail, les délais …..etc Les importantes charges de travail, les délais …..etc …Provoquent des situations dangereuses …Provoquent des situations dangereuses nouvelles qui augmentent les risques d nouvelles qui augmentent les risques d accident accident

21 Déclaration daccident Code A2: Pour les accidents et les accidents évités de justesse Rapport obligatoire à fournir au Chef de SC Le formulaire HS 50 est destine aux assurances Même sil ny a pas de blessé Rapportdaccidentinterneobligatoire

22 Le rapport Interne daccident Suivre lévolution de létat de la victime Suivre lévolution de létat de la victime Faire lanalyse des causes de laccident Faire lanalyse des causes de laccident Apporter des mesures correctives Apporter des mesures correctives Etablir des statistiques Etablir des statistiques Il nest pas question de chercher un Coupable permet de

23 Répartition des accidents par Département Source EDMS : E.AVEDIAN-V.FASSNACHT

24

25 18.6 % 8.1 % 12.4 % Tronc 7.1 % 3.3 % 9 % Localisations multiples : 3.3 % 37.1% Pas de lesion: 1% PERSONNEL CERN 210 accidents professionnels relevés en 2004 (sur un total de 244 accidents, dont 34 accidents du trajet) Siège des lésions Source EDMS : E.AVEDIAN-V.FASSNACHT

26 PREVENTION

27 PROTECTIONS INDIVIDUELLES Elles sont nécessaires lorsquon na pas réussi à éliminer les risques par les procèdés de travail. Les protections individuelles névitent pas laccident, elles limitent seulement les conséquences

28 Causes du comportement à risques Ne pas pouvoir Manque dassurance Manque de moyens Manque de moyens Ne pas savoir Manque dinformation Ne pas vouloir Refus Atteinte au prestige Ne pas savoir faire incompétence RISQUES INFORMERObjectifsStratégie CONVAINCRE FORMERCoursexplications MOTIVER Donner confiance Assister/aiderOutiller

29 MESURES PREVENTIVES Éviter les risques. Éviter les risques. Évaluer les risques inévitables. Évaluer les risques inévitables. Traiter le risque a sa source. Traiter le risque a sa source. Adapter les conditions de travail au travailleur (ergonomie, méthode) en minimisant les travaux répétitifs ou monotones. Adapter les conditions de travail au travailleur (ergonomie, méthode) en minimisant les travaux répétitifs ou monotones. Rester informé des développements techniques. Rester informé des développements techniques. Remplacer les composants dangereux par des composants surs ou moins dangereux. Remplacer les composants dangereux par des composants surs ou moins dangereux. Organisation du travail et des conditions de travail. Organisation du travail et des conditions de travail. Donner la priorité aux protections collectives plutôt quindividuelles. Donner la priorité aux protections collectives plutôt quindividuelles. Informer correctement le travailleur. Informer correctement le travailleur. (art. 6.2., Directive 89/391/CEE)

30 REFLEXION et COMMUNICATION Penser avant dagir Communiquer sur la sécurité et Il faut sinformer sur les procédures et les documents à remplir: AOC (avis douverture de chantier) Permis de feu (travail avec flammes, étincelles) IS 37 (pour désactiver les alarmes) IS 37 (pour désactiver les alarmes) Ces documents mettent en relation les acteurs concerns et permettent de recouper les risques Ces documents mettent en relation les acteurs concernés et permettent de recouper les risques

31 Plan départemental de sécurité Il sagit dun document général du CERN avec quelques spécificités PH On y trouve des renseignements pratiques et les procédures à suivre, notamment: Comment traiter les dangers potentiels et appliquer les règles de sécurité Comment traiter les dangers potentiels et appliquer les règles de sécurité La prévention des risques La prévention des risques Les mesures à prendre en cas d'accident ou d'événement dangereux Les mesures à prendre en cas d'accident ou d'événement dangereux La listes des Bâtiments et des TSO et des secouristes du dept. La listes des Bâtiments et des TSO et des secouristes du dept. Des liens vers les documents règlementaires, les cours proposés sur EDH… Des liens vers les documents règlementaires, les cours proposés sur EDH…

32 Travailler dans un bon environnement ! Inconfortable! Un bureau inaccessible dangereux Cest renversant ! Mauvais exemple

33 SAFETY COMMISSION à votre disposition Nhésitez pas à consulter les spécialistes de SAFETY COMMISSION pour vos projets mémorisez ce numéro de secours, et en cas de FEU ou dACCIDENT

34 La sécurité, laffaire de tous Lorganisation de la sécurité est impressionnante et très compliquée pour la personne qui nest pas quotidiennement concernée. Les spécialistes de la sécurité sont là pour aider le Personnel a travailler dans de bonnes conditions. Ils sont disponibles pour fournir les renseignements et aider à lélaboration des projets. Ils ne sont pas des flics mais des conseillers et ils est préférable de faire appel à eux en amont (prévention) plutôt quen aval (après un accident) Les Membres du Personnel sont responsables de leur propre sécurité et on ne peut pas établir des systèmes sécuritaires sans leur participation. La sécurité est donc lAFFAIRE DE TOUS La réglementation est faite pour évaluer et gérer les nombreux risques liés à nos activités. Elle est vaste et parait pesante parce quelle couvre un large domaine. Notre CULTURE en matière de sécurité doit évoluer pour que les règles soient intégrées de manière quasi naturelle, sans crainte ni appréhension pour le CONFORT DE TOUS.

35 Qui dit sécurité Parle de Risques ? Risques ? Règles ? Règles ? Complications.? Complications.? Oui Mais..

36 La sécurité cest: Un meilleur rendement Moins de stress Plus de confort La sérénité, la santé Et une bonne ambiance


Télécharger ppt "Environnement de SECURITE dans la Département PH Structure hiérarchique de la sécurité au CERN et dans le Département PH PopulationPatrimoine Expériences."

Présentations similaires


Annonces Google