La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

LES AES EN REANIMATION épidémiologie, prévention, CAT DECOUCHON Corinne DESC Réanimation médicale Juin 2007.

Présentations similaires


Présentation au sujet: "LES AES EN REANIMATION épidémiologie, prévention, CAT DECOUCHON Corinne DESC Réanimation médicale Juin 2007."— Transcription de la présentation:

1 LES AES EN REANIMATION épidémiologie, prévention, CAT DECOUCHON Corinne DESC Réanimation médicale Juin 2007

2 LES AES : DEFINITION ET EPIDEMIOLOGIE DU RISQUE

3 DEFINITION AES TOUT CONTACT percutané (piqûre, coupure) ou muqueux (œil, bouche) ou sur peau lésée avec du sang ou un liquide biologique contenant du sang

4 PRINCIPAUX AGENTS PATHOGENES Les 3 principaux : - VIH - VHB - VHC Prévalence et gravité

5 PRINCIPAUX AGENTS PATHOGENES De nombreux autres : virus : fièvres hémorragiques virales, HSV, VZV, HTLV, EBV, CMV, toute maladie virale virémique… bactéries : mycobactéries, gonocoque, tréponème, staphylocoque, streptocoque, méningocoque, rickettsies… parasites : plasmodium falciparum, trypanosome… agents fungiques : cas anecdotiques

6 RISQUE DE CONTAMINATION SELON LE TYPE DE LIQUIDE BIOLOGIQUE VirusProuvéPossible*Nul VIHSang ou Sec. génitales., LCR Salive,larmes liquides liq des séreuses, urines, sueurs, en contenant ou amniotique, lait selles, maternel VHBSang ouasciteUrines, liquides séc. génitales, selles en contenant LBA VHCSang ou sec.génitales Urines, liquides LBA selles en contenant salive, * Sources potentielles, mais jamais impliquées dans contaminations professionnelles.

7 RISQUE DE TRANSMISSION VIH,VHB,VHC VirusExpositionmuqueuse percutanéeou peau lésée VIH0,32 %0,04 % (IC 95 % = )(IC 95 % =0,006-0,18) VHB2 à 10 %Non quantifié si Ag Hbe-(risque élevé ?) 10 à 40 % si Ag Hbe + VHC2,1 %Non quantifié mais plausible

8 RISQUE DE TRANSMISSION VIH,VHB,VHC Variation en fonction de la gravité de lAES et de limportance de l inoculum viral Accidents les + graves si : blessure profonde aiguilles pour IV ou intra-artérielle (creuse ou pleine) gros calibre aiguille visiblement souillée virémie du patient source élevée

9 SEROCONVERSIONS PROFESSIONNELLES Le système de surveillance coordonné par lINVS repose essentiellement sur les médecins du travail des établissements de soins Définition : 1 exposition professionnelle 1 statut viral négatif entre 8 j et 4 semaines avant 1 séroconversion VIH, VHB, ou VHC entre 4 semaines et 6 mois après lexposition Sinon : infection présumée

10

11 CONTAMINATION PROFESSIONNELLE VIH Majorité de femmes Infirmières AES = accidents percutanés principalement 4 cas suite à des projections dont 1 documenté Au moins 8 séroconversion et 12 infections présumées étaient évitables par lapplication des précautions standards Prophylaxie prescrite chez 6 professionnels de santé avec 1 échec réel chez 4

12 SERVICES OU LA CONTAMINATION VIH A EU LIEU Maladies infectieuses : 7 cas Service de médecine autre : 7 cas Réanimation : 7 cas Bloc opératoire : 7 cas Urgences : 5 cas Laboratoire : 4 cas … = 56% des cas

13

14 SEROCONVERSION VHC Au 31/12/2005 : 55 séroconversion professionnelles VHC dont 41 au contact d1 patient source connu comme infecté Cela concerne surtout les femmes infirmières AES le plus souvent par piqûre Au moins 25% étaient évitables par lapplication des précautions standards

15 SERVICES OU LA CONTAMINATION VHC A EU LIEU Hémodialyse : 8 Hépato : 8 Urgences / SAMU : 5 Néphrologie : 5 Chirurgie : 5 Psychiatrie : 4 Gériatrie : 4 Réanimation : 2 … = 13% des cas

16 SEROCONVERSION VHB Le nombre attendu de séroconversions professionnelles VHB seraient denviron 4 par an Aucune séroconversion na été signalée depuis 2005

17 EPIDEMIOLOGIE DES AES

18 ASPECT LEGISLATIF Surveillance des AES 1 des priorité des CTIN depuis 98, indispensable pour organiser la prévention Consensus national en terme de méthode de recueil et danalyses des données Réseau dAlerte DInvestigation et de Surveillance des Infections Nosocomiales = RAISIN Partenaires INVS, CCLIN, CTIN, ANAES et GERES Création du groupe de travail en 2001 et 1° enquête nationale en 2002

19 RAISIN 2002

20 DONNEES RAISIN POUR LANNEE AES recensés Couverture de 29% des lits

21 Distribution des services ayant déclarés des AES selon la spécialité = 32,3% Rea + bloc + urgences Raisin 2004

22 Distribution des services ayant déclarés des AES selon la spécialité CCLIN SE 2005 = 29.5 % Rea + Bloc + urgences

23 Risques particuliers des AES en réanimation Fréquence des AES en réanimation est supérieure à celle des services de médecine et de chirurgie Risque accru du fait : multiplications des gestes invasifs à visée diagnostique et thérapeutique contexte durgence caractère souvent non programmé des soins

24 Risques élevés dAES : densité des gestes invasifs infirmiers en réanimation personnel médical également exposé absence de matériel de sécurité spécifique (ex: VVC) Risque élevé de transmission : calibre important du matériel employé Situations spécifiques à risque dAES: intubations, aspirations respiratoires gestes de chirurgie (drains, trachéotomie, …) Système de CEC Risques particuliers des AES en réanimation

25 Circonstances des AES : enquête sur 1050 AES réalisés par les médecins du travail de lAPHP (2000) 383 cas : PEC de patients en urgence 512 cas : contexte de surcharge de travail 253 cas : effectifs incomplets 140 cas: problème des interruptions itératives des tâches 306 cas : difficultés dabord veineux 255 cas : agitation du malade

26 Détails des catégories professionnelles concernées Raisin 2004

27 AES : personnels à risque Infirmières – GERES (Bouvet. France) : 0.3 à 0.4 % / IDE / an – EPINET (Jagger. USA) : 52 % IDE, 9 % médecins, 9 % internes Chirurgiens – piqûre : 0.5 à 2.7 / 100 personnes-actes Etudiants – Médecins ( 2 fac. Médecine Paris. 1995) 34 % étudiants de 4e, 5e et 6e années victimes AES – Infirmiers (APHP) 10 % des AES

28 Distribution des AES selon lancienneté professionnelle Raisin 2004

29 Distribution des AES selon lancienneté dans le service Raisin 2004

30 Majorité superficielles Nature de lexposition 44.5% des AES surviennent au lit du patient Raisin 2004

31 Distribution des tâches en cours lors AES 2/3 piqûres surviennent à la phase délimination Raisin 2004

32 Epidémiologie des gestes à risque (GERES)

33 Mécanismes en cause 52.5 %des AES auraient pu être évités par le respect des précautions standards Raisin 2004

34 Matériel en cause Stylos à insuline : 8.6% des AES Héparine : 3.9 des AES dont 20% avec le matériel sécurisé Aiguille sous cutanées : 11.3% des AES

35 Mécanismes en cause lors dAES par projection Raisin 2004

36 Port de gants Raisin 2004

37 Non port de gants : motifs 97.4% : choix comportemental individuel Raisin 2004

38 Conteneur : utilisation Raisin 2004

39 Cause non présence du conteneur Raisin 2004

40 Prévalence des pathologies virales chez les patients source La connaissance du statut sérologique du patient source demeure inconnue dans 20% des cas 1% des AES surviennent chez des personnes non vaccinées pour le VHB dont 60.5 % car elles sont immunisées Raisin 2004

41 Evolution des AES chez les infirmières Raisin 2004

42 Evolution des AES chez les aides soignantes Raisin 2004

43 Evolution des AES chez les médecins Raisin 2004

44 Evolution du respect des précautions standards Port des gants 51% CCLIN SO 54.9% CCLIN SO 58.7% CCLIN SO 58.6 % RAISIN 62.3 % RAISIN Collecteurs à proximité 64% CCLIN SO 65% CCLIN SO 68% CCLIN SO 67.1 % RAISIN 68.9 % RAISIN

45 Et la transmission soignant – soigné ??

46 AES ET PREVENTION

47 Programme de prévention Extrait de la circulaire DGS/DH n°98 de 20 Avril 1998 Le chef détablissement en concertation avec le CLIN, le médecin du travail doit définir une stratégie de prévention. Elle repose sur : 1- vaccination du personnel soignant 2- respect des précautions standards dhygiène 3- Utilisation rationnelle d1 matériel adapté 4- Prévention de lexposition dans les blocs opératoires 5- Mise en place d1 dispositif de PEC des AES 6- Interprétation des données de surveillance 7- Information et formation du personnel 8- Evaluation des actions entreprises

48 Précautions standards ou précautions générales dhygiène Elles doivent être appliquées pour tous les patients dans tous les services dès quil existe 1 risque de contact ou de projection de sang, de liquides biologiques et pour tous contact avec une peau lésée ou une muqueuse - Se laver les mains systématiquement avant et après tout contact avec 1 patient -Porter des gants pour tout contact avec du sang ou des produits biologiques, des plaies ou muqueuses, du matériel souillé - Protéger toute plaie

49 -Porter un masque, des lunettes, une surblouse lorsquil y a des risques de projections (aspirations, endoscopie, chirurgie …) -Faire attention lors de toute manipulation dinstruments piquants potentiellement contaminés - Utiliser chaque fois que possible du matériel à usage unique Ne jamais recapuchonner les aiguilles, les dégager des seringues - Jeter immédiatement les aiguilles et autres instruments piquants dans 1 conteneur adapté imperforable -Décontaminer immédiatement les instruments utilisés et surfaces souillées avec de leau de javel diluée à 10% ou un autre désinfectant - Placer les matériels à éliminer dans des emballages étanches, transportés et éliminés selon les filières définies

50 Vaccination contre lhépatite B Nécessité de vacciner les soignants Recommandations dès 1981 Obligation à partir de injections M1, M2, M6 Efficacité 97% cas Seuil protecteur de 10 UI/l dAC HBs Problème des faibles et non répondeurs

51 Le matériel de sécurité Développer en complément des autres mesures préventives dans le but de contribuer à la diminution des AES Apparition il y a 10 ans Evaluation difficile de leur bénéfices directs Nécessité de mise en place dun réglementation avec des critères précis Problème de surcoût Généralisation progressive Les taux dAES sont 3 fois + faibles grâce à leur utilisation (CCLIN SE 2005)

52 Les différentes générations de matériel de sécurité : évolution du concept

53

54

55

56 1 des éléments maître de la prévention des AES Près des 2/3 des piqûres accidentelles surviennent à la phase délimination du matériel souillé Problème de sur risque paradoxal 25% des AES sont liées à lutilisation du conteneur difficultés dintroduction matériel saillant d1 conteneur trop plein aiguilles transperçant le conteneur maintient conteneur avec main controlatérale Les collecteurs à objets coupants, piquants

57 La conception du collecteur doit progresser : Maniement avec 1 main Orifice adapté Montage simplifié Limite de remplissage indiquée sur tout le collecteur Transport aisé Stabilité du collecteur Fixations standardisées Il est indispensable dintégrer les recommandations sur lutilisation de ces collecteurs dans nos pratiques professionnelles Les collecteurs à objets coupants, piquants

58

59 Apparition de la recommandation sur le port de gants en tant que protection individuelle dès 1987 pour tout geste exposant à des liquides biologiques Double gantage préconisé au bloc opératoire Effet barrière avec une réduction de linoculum Existence de norme : épaisseur, résistance, étanchéité Les gants et les AES

60 Hygiène 2003

61 Les masques chirurgicaux Le masque chirurgical avec une couche imperméable protège contre le risque de projection de liquides biologiques et les infections transmissibles de type gouttelette Indispensable : si intubation, aspirations … et aussi au bloc Parfois équipé dune visière de sécurité; Sinon nécessité de mettre des lunettes de protection

62 QUE FAIRE EN CAS DAES

63 CAT en cas dAES La CAT doit être connue de tous Nettoyer et désinfecter immédiatement (0-5) Prendre rapidement 1 avis médical (0-4H) Obtenir rapidement le statut du patient source Déclarer laccident (0-48H) Consultation en médecine du travail (J0-J7) Mettre en route 1 suivi si nécessaire

64 CAT en cas dAES : nettoyage immédiat Eau courante et savon rinçage antisepsie : contact > 5 mn dakin ou javel 1/10 sinon : alcool 70° ou bétadine rinçage++ sérum physiologique ou eau pdt 5 mn PLAIES MUQUE USES

65 Evaluation rapide du risque infectieux par le médecin référent ou l'urgentiste: -type d'exposition -profondeur de la blessure -type d'aiguille ou de matériel en cause (aiguille creuse > aiguille pleine > exposition muqueuse) -nature du liquide biologique -statut sérologique et clinique du malade source n Proposition éventuelle d'une prophylaxie antivirale CAT en cas dAES

66 Chimioprophylaxie post AES Piqure avec aiguille abandonné Ttt non recommandé

67 Chimioprophylaxie post AES (circulaire du 3 Avril 2003; rapport Yeni) Traitement visant à prévenir la contamination/ VIH Elle permet de diminuer les risques de contamination Elle est dautant efficace quelle est instaurée précocement : dans les 4 H suivant lAES et au plus tard avant 48H Indication et type de traitement déterminés au cas par cas Balance entre bénéfice escompté et risque iatrogène Association 2 inhibiteurs nucléosidiques de la réverse transcriptase et 1 antiprotéase Exemple : Combivir et Kaletra Durée de traitement 4 semaines

68 Suivi sérologique des AES 1° sérologies dès que possible pour connaître le statut sérologique de la personne : VIH, VHB (taux AC HBs), VHC Sérologies de contrôle à M1, M3 et M6 Avec des transaminases Si patient source VIH + ou inconnu : Ag P24 3 à 6 semaines après arrêt ttt anti-rétroviral

69 VHB n si agent non vacciné pour VHB : gamma globuline anti HBs dans les 72 h si patient source avec Ag HBs +, et vaccination rapide VHC patient source VHC + ou VHC inconnu TGP à J0, 15, 30, M2, M3, M6 Sérologie VHC : J0, M3, M6 PCR VHC : J0, M1, M2, M3 Si hépatite aiguë : Interféron + Ribavirine Prophylaxie : Interféron + Ribavirine à discuter CAT devant risque infection à VHB, VHC

70

71 Bibliographie GERES Données CCLIN Données RAISIN INVS : contamination professionnelles par le VIH, le VHC, le VHB; données au 31/12/05 Revue Hygiène Circulaire Avril 98 sur prévention des AES et Avril 2003 sur la prise en charge des AES BEH n° 51/2002 : AES


Télécharger ppt "LES AES EN REANIMATION épidémiologie, prévention, CAT DECOUCHON Corinne DESC Réanimation médicale Juin 2007."

Présentations similaires


Annonces Google