La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

Prophylaxie de lulcère de stress : quand ? comment ? DESC Réanimation médicale 07/12/2005-Montpellier Laurent Gergelé - Lyon.

Présentations similaires


Présentation au sujet: "Prophylaxie de lulcère de stress : quand ? comment ? DESC Réanimation médicale 07/12/2005-Montpellier Laurent Gergelé - Lyon."— Transcription de la présentation:

1 Prophylaxie de lulcère de stress : quand ? comment ? DESC Réanimation médicale 07/12/2005-Montpellier Laurent Gergelé - Lyon

2 Il y a 30 ans, hémorragies sur ulcère de stress: –Complications fréquentes –Complications graves Aujourdhui avec lamélioration de la réanimation: –Complication devenue rare voire exceptionnelle –Fréquence ? (0,1% et 3,7% avec prophylaxie non systématique) (Schilling D and all,Intensive Care Med ) (Cook and all, NEJM, 2000) En Europe: Pas de prévention systématique (équipe dépendant) Aux USA: Prophylaxie plus fréquente Introduction

3 Lésion superficielle peu inflammatoire Fundus et corps de lestomac le plus souvent Apparition très rapide, souvent présents à ladmission Peu de saignement cataclysmiqueSaignement distillant Peu symptomatique sur le plan hémodynamique TABLEAU PLUS BRUYANT EGALEMENT POSSIBLE Caractéristique des ulcères de stress (1)

4 La majorité reste asymptomatique Guérissent avec la pathologie initiale Endoscopie nécessaire pour le diagnostic Fréquence difficile à évaluer Analyse des études difficiles Ne prendre en compte que ceux qui ont une répercussion clinico-biologique (transfusion+++) Peu ou pas de mortalité directement imputable à lHD –Surmortalité des HD = reflet de la gravité (Ben Menachen, Ann Int Med 1994) Caractéristique des ulcères de stress (2)

5 Physiopathologie Multifactorielle DEFENSES AGRESSION Etat muqueuse Lestomac souffre +++ de lischémie Si défaillance hémodynamique = premier organe à souffrir « The gastrointestinal tract. The canary of the body? » Dantzker DR.1993

6 Facteurs de risques Cook, D. J. et al. 1994;330: Risk Factors for Clinically Important Bleeding among 2252 Patients Admitted to an Intensive Care Unit. Base de donnée patients dans un trauma-center: -2 facteurs de risques: ISS>15 (OR=12,6) Trauma médullaire (OR=2) Simons RK and all, 1995

7 Tableau II. Indications d'une protection gastrique en réanimation. Voie intraveineuse, seule possible Voie entérale possible PolytraumatiséAnti-H2Sucralfate Traumatisé crânien, coma Anti-H2- État de chocAnti-H2- Insuffisance respiratoire aiguë Anti-H2Sucralfate Insuffisance rénale aiguë Anti-H2Sucralfate Insuffisance hépatique Anti-H2Sucralfate Défaillance multiviscérale Anti-H2- Brûlures > 35 %Anti-H2Sucralfate CoagulopathieAnti-H2Sucralfate InfectionAnti-H2Sucralfate Ulcère gastrique hémorragique et/ou avec Helicobacter pylori Oméprazole, amoxicilline, métronidazole Oméprazole, amoxicilline, clarithromycine Facteurs de risques ? Conférences d'actualisation 1998, p © 1998 Elsevier, Paris, et SFAR Protection gastrique en réanimation A Léon 1, C Lepousé 1, G Thiefin 2

8 Facteurs de risques Ryan J, 2004 Brian L, 1997 Keneth p, 2002 Cook et Simons sont reconnus même si… 2 FDR en Réa: VM et Coagulopathie Rq: Létat de choc reste discuté En traumato, ISS>15 et Trauma médullaire

9 HP et ulcère de stress Helicobacter Pylori => Gastrite => Ulcère Place HP en Réanimation: –Chirurgie cardiaque: HP plus fréquent dans le groupe contrôle HD- ( Halm U and all Crit Care Med. 2000) –Traumatologie: HP aussi fréquent dans groupe HD- (Svoboda and allHepatogastroenterology. 2004) –Eradication de HP possible en réa ? OUI 100% éradication Conséquence sur HD? (1% de prévalence dans le groupe traité) (van der Voort and all, J Crit Care. 2001) PAS DE PLACE POUR RECHERCHE HP EN REA Si HP présent lors ttt ulcère: TTT éradication (SFAR 1998)?

10 Armes thérapeutiques Objectif N°1 = Prévenir lhémorragie digestive et non lulcère de stress TTT étiologique =Clef de voûte de TTT défaillance la prophylaxie Augmenter le pH gastrique: pH 5 => 99% acidité neutralisée, nécessité pH>4 pour la prophylaxie Différentes thérapeutiques: -Anti- Acides: Maalox -Anti-H2: Cimétidine, Ranitidine, Azantac -Sucralfate: Ulcar. -IPP: Mopral, Inexium, Pariet…

11 Littérature très dense: >1400 références Pub med avec « ulcer, stress, prevention » Littérature difficile à interpréter Différentes études: Anti-H2: 1-Métanalyse Cook 1996 JAMA: AntiH2>Sucralfate mais + de VAP et + de mortalité ds gpe antiH2!!! 2- Prospectif Cook 1998 NEJM 1200 patients 3- ! Tachyphylaxie aux AHII >72h:Merki, 1994 Gastroenterology Quelle thérapeutique?(1)

12 IPP Mopral 20 mg ds SNG = 0, Nécessité 40mg per os (Balaban DH,. Am J Gastroenterol 1997) Mopral à réserver aux patients que lon veut bien protéger? Combattre la tachyphylaxie des antiH2? Mopral, 40 mgp/24h= insuffisant pour maintenir pH en réa.. Malgré sa pharmacocinétique IPP semble aussi efficace que sucralfate et antiH2 (Kantorova,Hepatogastroenterology. 2004) Laterre, 2000 Quelle thérapeutique(2)

13 1.Réa neuro, 3fois 50 patients, pas dintérêt,(Misra, JFNS 2005) 2.Etude en double aveugle, 3 fois 75 patients, aucun intérêt à traiter.(Kantorova I Hepatogastroenterology. 2004) 3.Etude prophylaxie vs rien, étude de cohorte, 2 fois 750 patients, autant dépisodes hémorragiques, un surcoût (6700euros), pas de gain sur la mortalité Fagon, ICM, 2003 Faut il vraiment traiter?

14 Prophylaxie =>Elévation du pH gastrique => Altération de la barrière naturelle anti-bactérienne Favorise la pullulation bactérienne au niveau de lestomac AUGMENTATION DES PAV par micro inhalations? Littérature contradictoire –Plusieurs métanalyse années 90 <0 –Plus récemment Etude de Fagon ICM 2003 <0 Etude EPIC-JAMA >0 –Problème constant, diagnostic de certitude de la PAVM DIFFICILE DE TRANCHER MAIS IMPLICATION PROBABLE Effets IIaires de la prophylaxie: PAV

15 Considérée par beaucoup comme protectrice. Dans enquête CCM, NE totale = facteur décisif pour stopper la prophylaxie (28%) mais sujet débattu. Un facteur protecteur indépendant OR=0,3(0,13-0,67) (CooK, CCM 1999) Rien dans la littérature pour dire que cela peut remplacer la prophylaxie (2 études Burns et CCM non concluantes) ON PEUT LA CONSIDERER COMME UNE THERAPEUTIQUE ADJUVENTE Alimentation entérale

16 Pathologie fréquente mais peu symptomatique PAS DE MORTALITE DIRECTEMENT IMPUTABLE AUX ULCERES DE STRESS Traitement non dépourvu dEffets Secondaires SELECTIONNER LES PATIENTS –VM>48h –Coagulopathie –ISS>16, traumatisme médullaire –+/- MOF à la phase aigiue Privilégier lalimentation entérale précoce Quel produit: Plutôt les anti-H2, mais difficile de trancher (60% aux USA), (Ryan J CCM 2004) Conclusion

17


Télécharger ppt "Prophylaxie de lulcère de stress : quand ? comment ? DESC Réanimation médicale 07/12/2005-Montpellier Laurent Gergelé - Lyon."

Présentations similaires


Annonces Google