La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

Envenimations Julie Francès-Moussi (Marseille) DESC Décembre 2004.

Présentations similaires


Présentation au sujet: "Envenimations Julie Francès-Moussi (Marseille) DESC Décembre 2004."— Transcription de la présentation:

1 Envenimations Julie Francès-Moussi (Marseille) DESC Décembre 2004

2 Définition Ensemble des manifestations locales et générales induites par la pénétration dans lorganisme dune substance toxique produite par un animal venimeux. Pharaon Ménès, 2641 av JC.

3 Animaux venimeux 1.Arthropodes: - hyménoptères - lépidoptères - arachnidés - scorpions - tiques 2.Vertébrés: - serpents - poissons

4 Les arthropodes

5 Les hyménoptères (1) Grande morbidité en Europe, 10 DC/an en France. Les hyménoptères: abeilles, guêpes, frelons, bourdons et abeilles africaines. Les venins: - 50 à 100µg/piqûre - protéines enzymatiques allergisantes. - différencier choc allergique ( 1 piqûre, symptomatologie immédiate, urticaire, angio-œdème voire collapsus) et choc toxique (> 50 piqûres, symptomatologie retardée, IRA, CIVD, choc voire DMV). Société de toxicologie clinique, nov 2000.

6 Les hyménoptères (2) Traitement: -ablation des dards, choc thermique, aspi-venin®, désinfection et VAT. -Allergies: antihistaminiques, corticoïdes voire adrénaline. -Envenimations massives: réa, remplissage, adrénaline et antihistaminiques, +/- plasmaphérèse ou hémodialyse. -Sérum antivenimeux (Fragment Fab) en cours de développement. -Désensibilisation des sujets à risque (abeille ou guêpe) Société de toxicologie clinique, nov 2000.

7 Les lépidoptères Poils urticants Surtout Amérique du sud et Afrique. Prurigo des parties découvertes. Guérison en 8 à 10 jours.

8 Les arachnidés Les mygalomophes (Australie et Inde >Amérique) Les aranéomorphes: -lactodectisme (veuve noire): neurotoxique (myalgies, contractures et troubles neuro-végétatifs). Traitement symptomatique (myorelaxants et gluconate de Ca) + sérum antivenin spécifique (fraction Fab). -loxoscelisme (recluse ou araignée violon):syndrome viscéro-cutanéo-nécrotique (extension centrifuge). Traitement symptomatique. P.Aubry, med tropicale, 07/2003.

9 Les scorpions (1) Épidémiologie: -2 familles; buthidés (40%) et chactoïdes. -Afrique du nord, Sahara, Australie, Mexique, Brésil, Égypte, USA, Europe. -Juin à Septembre, 71 % < à 15 ans en Tunisie à 2 % de létalité selon espèces et délai de prise en charge. -5 espèces en France non dangereuses (symptômes généraux rares). société de toxicologie clinique, juin 2002.

10 Les scorpions (2) Les venins: -4 familles de neurotoxines agissant sur les canaux ioniques (Na, K, Ca et Cl). -Syndrome muscarinique (sialorrhée, diarrhée, dyspnée, contracture voire paralysie spastique). -Tropisme pour le poumon (SDRA svt associé). -Tests ELISA permettant le dosage du venin total dans le sérum (bonne corrélation entre dosage et grades cliniques). société de toxicologie clinique, juin 2002.

11 Les scorpions (3) Manifestations cliniques: - TA précoce (x 2 à la 5éme mn) puis état de choc à la 2éme heure, associée à une chute du débit cardiaque. -Décharge de catécholamines, neuropeptide Y et FAN. société de toxicologie clinique, juin Grade I (80%)Signes locaux isolés Grade II (20%)Signes systémiques (HTA,fièvre, sueurs, neuro- musculaires, priapisme) Grade III (2%)Défaillance vitale (choc, SDRA, convulsions, coma)

12 Les scorpions (4) Traitement: - désinfection et anesthésie locale. - réanimation si grade III -immunothérapie antiscorpionique: un sujet à controverse. Animal: efficace si injecté simultanément avec le venin (Tarasiuk et col, Abroug et col). Homme: pas defficacité sur le plan préventif (grade I) et curatif (grade II) (Ismail et col). société de toxicologie clinique, juin 2002.

13 Les scorpions (5) Propriétés pharmacocinétiques et distributions compartimentales différentes entre venin et Ig (Fab2). Efficace si précoce, par voie IV et à dose suffisante. -héparine ( ALI) et aspirine (effet potentialisateur du SAV) en cours dexpérimentation. société de toxicologie clinique, juin 2002.

14 Les tiques Vectrices de maladies infectieuses (maladie de Lyme). Salive neurotoxique des femelles « paralysie ascendante à tiques ». Fréquente en Australie et Canada: neuropathie périphérique motrice ascendante avec parfois atteinte respiratoire. Traitement par ablation du tique après lavoir tué (alcool ou éther)

15 Les vertébrés

16 Les serpents (1) 1)Épidémiologie: morsures/an dont 80% en Asie, 15% en Afrique et 5% en Amérique centrale et du sud /an envenimations, DC/an cas/an de morsures vipérines en France. -Problèmes posés par les morsures de serpents exotiques en France… P.Aubry, med tropicale, 07/2003.

17 Les serpents (2) 2)Classification des serpents: Aglyphes: colubridés (boa), non venimeux (pas de crochets). Opistoglyphes: non venimeux (crochets en arrière). Protéroglyphes: élapidés (crochets en avant) - cobras, naja - mambas, cracheur syndrome cobraïque Solénoglyphes: dents inoculatrices mobiles - vipères - crotales (sonnette) syndrome vipérin

18 Les serpents (3) 3)Syndrome cobraïque: -Afrique et Asie++ -Venin neurotoxique (blocage synaptique) avec peu de signes locaux. -Invasion rapide: paresthésies loco-régionales, fasciculations,signes muscariniques (30 mn), ptose palpébrale (pathognomonique) puis paralysie respiratoire. -Décès en 2 à 10 h. -Mesures symptomatiques en réa + sérothérapie spécifique en IV. P.Aubry, med tropicale, 07/2003.

19 Les serpents (4) 4)Syndrome vipérin: -4 espèces de vipères en France. -effet toxique selon: poids, âge, tares, quantité de venin injecté, espèce, localisation de la morsure. Clinique: -syndrome local important ( œdème, phlyctènes, nécrose) -Syndrome hémorragique (CIVD) en moins de 48h, pouvant durer 8 à 10 j. -Corrélation entre gravité des symptômes et venémie (Audebert, toxicon,1992) Société de toxicologie clinique, Nov 2000.

20 Les serpents (5) Société de toxicologie clinique, Nov 2000.

21 Les serpents (6) Diagnostic biologique et pronostique: test ELISA (1984) Venémie détectable dès la 30ème mn avec une ½ vie de 8 à 12 h. (Hum, experim toxicol, 1994) Traitement:

22 Les serpents (7) Société de toxicologie clinique, Nov 2000.

23 Les serpents (8) Immunothérapie: -Calmette (1892): 1er sérum antivenin. -Peu efficace selon les études des années Sérothérapie immunothérapie. -Recommandée dans les envenimations graves (grade 2 et 3) (Audebert,exp toxicol,1994) -Voie IV plus efficace (Rivière, J Pharmaco Exp Ther,1997) -Fragments F(ab)2 ovins sont délimination plus lente et moins immunogènes. (réactions secondaires graves dans 6% des cas). (Karlson-Stiber, J Int Med,1997)

24 Les serpents (9) -Viperfav® (AMM en 1999) réduit le séjour en réa, lhospitalisation, les complications et les séquelles à 3 mois. (De haro, presse médicale, 1999) -1 dose (2 ampoules de 2 ml), renouvelable selon venémie et clinique. -Coûteux, pas toujours disponible dans les hôpitaux et svt posologie insuffisante…. -Laccessibilité au test ELISA permettrait dévaluer lefficacité et la posologie nécessaire de lantivenin. Société de toxicologie clinique, Nov 2000.

25 Les serpents (10) 5)Cas de morsures de serpents exotiques en France: -Nouveaux animaux de « compagnie ». -Certaines couleuvres (« de Montpellier »),fers de lance, vipères africaines, crotales américains…… -Antivenin spécifique obligatoire chez les éleveurs professionnels ( amateurs ?…). -Corps médical non formé, banque dantivenin insuffisante,difficulté dobtention et des espèces hybrides. -1 à 2cas /an en 90, 5 cas/an en 2000 colligés au CAP de Marseille. Société de toxicologie clinique, Nov 2000.

26 Couleuvre /vipère

27 Les poissons Méduses (urticaire par contact). Oursins tropicaux (neurotoxique) Vives Raies Pieuvres, cônes, poulpes Rascasses.

28 Un beau jour au fond dun vallon, un serpent piqua Jean Fréron. Que croyez-vous quil arriva? Ce fut le serpent qui creva. Voltaire


Télécharger ppt "Envenimations Julie Francès-Moussi (Marseille) DESC Décembre 2004."

Présentations similaires


Annonces Google