La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

AVC et anticoagulants Phase aigu Jibba Sanhaji Département danesthesie- réanimation CHU Nimes DESC-Nice 2004.

Présentations similaires


Présentation au sujet: "AVC et anticoagulants Phase aigu Jibba Sanhaji Département danesthesie- réanimation CHU Nimes DESC-Nice 2004."— Transcription de la présentation:

1 AVC et anticoagulants Phase aigu Jibba Sanhaji Département danesthesie- réanimation CHU Nimes DESC-Nice 2004

2 Introduction victimes/an 3° cause de mortalité 1° cause de handicap lourd Survie après un AVC : 40-60% Actualités urgence-réanimation 2001

3 Introduction- 2 Problème de santé publique majeure ++ Durée prolongée des soins +++ Coût approximatif élevé : 4-7% du coût global de la santé SFAR, medecine-urgence 2000

4 Introduction- 3 Stop au fatalisme lié à AVC Nouveau concept : « gagner du temps cest préserver du cerveau » Intérêt des nouvelles infrastructures : –« stroke- center »

5 Pourquoi USIN ? « time is brain » Infrastructure lourde: –Compétences pluridisciplinaires –Diagnostic précis –Traitement précoce Hill MD, Lancet 1998

6 Meta- analyse CritèresUSINUnité standard OR Décès à un an 340/ / ( ) Décès ou institution à un an 640/ / ( ) Décès ou dépendance à un an 843/ / ( )

7 Meta-analyse Pour 100 patients traités en stroke- center comparé à 100 autres en unité standard : –5 retours à domicile en plus –4 décès en moins –1 séjour en moins en institution

8 Bénéfice établie des USIN Durée dhospitalisation réduite Incidence des complications précoces réduite Réduction de mortalité, du taux dinvalidité,et de linstitutionalisation –Hommel M, cerebrovasc Dis 1991 –Hommel M, Rev Neurol, 1999 –Adams HP, Am Heart Assoc Stroke 1994 –Societé française de neurovasc, recommandation, lettre du neurologue 2000

9 Grands axes thérapeutiques Maintient des constantes physiologiques Traitement spécifique : –Recanalisation –Neuroprotection Prophylaxie, et traitement des complications Réeducation précoce

10 Traitement général Base du traitement de lAVC aigu : prise en charge des fonctions vitales et des complications +++ –The european Ad Hoc consensus group 1996 –Adams H, group of stroke council, Stroke 1994 –Brott T et al, Stroke 1989

11 Étude NINDS: rt-PA for acute ischemic stroke Etude contrôlée randomisée contre placebo Effet activateur du plasminogene dans les 3 premières heures dun AVC Étude en 2 parties: –Part 1 : 291 patients, évalue le déficit neurologique à 24H –Part 2 : 333 patients, évalue létat fonctionnel à 3 mois N Engl J Med 1995

12 Etude NINDS: rt-PA for acute ischemic stroke Part 1 : Aucune différence defficacité à 24 h Bénéfice à 3 mois dans le groupe rt-PA Part 2 : confirme leffet bénéfique prédit en parti 1 Hémorragie intra cérébrale 10 fois plus élevée dans le groupe thrombolysé (6,4% vs 0,6% p < 0,001) Mortalité à 3 mois : pas de différence significative (17% vs 21% p = 0,3) Efficacité à long terme du rt-PA malgré le taux élevé des hémorragies N Engl J Med 1995

13 Ecass II Etude randomisé double aveugle Placebo versus alteplase (391/409 patients) Précoce(0-3h), Tardif(3-6h) Absence de benefice du rt-PA donné jusquà 6h Atlantis study JAMA 1999 Augmentation du risque hémorragique pour des doses > 0.9mg/kg Hacke lancet 1998

14 MAST-I Etude randomisée : aspirine vs streptokinase (4 groupes); N = 622 patients Streptokinase : 1,5MU IV /1h; Aspirine : 300 mg/j pendant 10j Resultats : –Augmentation du taux de mortalité à J10 dans le groupe streptokinase-aspirine (hémorragie+++) => Ladministration de streptokinase nest pas recommandée Lancet 1995

15 Étude CAST Étude randomisée placebo vs aspirine (160mg) Dans les 48H AVC et poursuivit 4semaines patients CAST / patients IST ( suivi en parallèle) Résultats: –réduction significative de la mortalité dans le groupe aspirine (3,3% vs 3,9 %) –Récidive ischémique significativement moindre dans le groupe aspirine (1,6 vs 2,1%) –Plus épisodes hémorragique (1,1% vs 0,9%) CAST, Lancet 1997

16 Meta analyse CAST-IST N = 40,000 patients Aspirine pour catégorie patients ciblée : ( ex absence de TDM, âgé, fibrillation ) Résultats : –Réduction significative de la récidive ischémique (1,6% vs 3%) –Augmentation non significative de la transformation hémorragique Chen ZM et al, Stroke 2000

17 Agents défibrinogémiants Étude double aveugle randomisée placebo-Ancrod (68 patients vs 64) pendant 7 jours Augmentation du saignement dans le groupe traité Ancrod (enzyme) améliore significativement le statut neurologique de lAVC ischémique (donnée dans les 3H de lAVC et poursuivie pendant 5J) –Sherman for the STAT Writer group 1999 –Ancrod stroke study, Stroke 1994 –Sherman DG, et al, JAMA 2000

18 Anticoagulant-1 Aucun bénéfice de lhéparine sur la mortalité, ni sur la dépendance.à 6 mois Saxena R et al, Stroke 2001 Intérêt de lhéparine lors dun fibrillation auriculaire Chamorro A et al, Arch Neurol 1999 HBPM ne sont pas supérieur à laspirine dans le traitement des AVC avec fibrillation Berge E et HAEST study group, Lancet 2000

19 Anticoagulant-2 Aucun essai nà confirmé lefficacité de lhéparine sur le devenir après AVC, ni même sur la récidive Aucun essai randomisé na évalué lefficacité de lanticoagulation par héparine standard Indiquée lorsquil existe une cause emboligéne

20 Indications de lhéparine AVC dorigine emboligene (valves mécaniques, fibrillations auriculaires, IDM avec thrombus mural, thrombus oreillette gauche) Coagulopathies : déficit proteine S, C, résistance à proteine C activée Dissection des artères extra craniennes AIT crescendo, AVC évolutif Stenose vasculaire carotidienne (intra-extra craniennes) Thrombose veineuse cérébrale Conférence de consensus, la lettre du Neurologue, 2001

21 Recommandations Traitement par héparine non fractionné ou HBPM nest pas recommadé systématiquement après un AVC (niveau I) Sélectionner les indications pour lhéparinothérapie (niveau IV) Ancrod, donné dans les 3H, améliore significativement le devenir des AVC ischémiques(niveau I) Aspirine : mg/j : préscrit après un AVC quel quen soit le type (niveau I) Actuellement un traitement par neuroprotécteur nest pas retenu (niveau I) –Conférence de consensus, la lettre du Neurologue 2001

22 Neuroprotécteurs : modèle animal Intérêt de la protéine C : effet anti-inflammatoire, neuroprotécteur, améliore la barrire hématoencéphalique, et diminue les dépots fibrineux dans la microcirculation Shibata M, et al, Circulation 2001 Supériorité de la protéine C dorigine animale sur la protéine C humaine Fernandez JA et al, Blood Cells Dis 2003

23 Neuroprotècteurs : modèle humain Activated protein C blocks p53-mediated apoptosis in ischem human brain endothelium and is neuroprotéctive (in vitro study) Cheng T et al, Nat Med 2003 Meta-analyse des observations expérimentales animales et humaines : proteine C est une evidence thérapeutique dans AVC Griffin JH, et al crit care Med 2004

24 Conclusion Héparine: indications limités Thrombolyse par rt-PA +++ Place certaine pour les antiplaquettaires, et les défibrinogenémiants +++ Avenir : proteine C « stroke-center » +++


Télécharger ppt "AVC et anticoagulants Phase aigu Jibba Sanhaji Département danesthesie- réanimation CHU Nimes DESC-Nice 2004."

Présentations similaires


Annonces Google