La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

Lhistoire: les faits et linterprétation. « Les historiens qui, aujourdhui, prétendent se passer dune philosophie de lhistoire tentent simplement, et sans.

Présentations similaires


Présentation au sujet: "Lhistoire: les faits et linterprétation. « Les historiens qui, aujourdhui, prétendent se passer dune philosophie de lhistoire tentent simplement, et sans."— Transcription de la présentation:

1 Lhistoire: les faits et linterprétation

2 « Les historiens qui, aujourdhui, prétendent se passer dune philosophie de lhistoire tentent simplement, et sans plus de succès quune colonie de nudistes, de recréer lEden dans leur jardinet de banlieue. De nos jours, on ne peut plus éluder cette difficile question. » (Carr, p. 67)

3 Contenu du cours Y a-t-il des faits en histoire? Ces faits sont-ils objectifs? Est-il possible de faire une science positive de ces faits? Quelle est la place de linterprétation dans la production des faits?

4 Conception populaire Il y a des faits en histoire et il faut les savoir. Date! Squelette constitué de faits datés.

5 1. Positivisme: fétichisme des faits Ranke ( ): Contre moralisation de lhistoire (Comte) « Comment les choses se sont réellement passées », « Le terrain solide de lhistoire ». Passivité devant les faits, travail commence après la cueillette. Horreur sacrée de lhypothèse (Febvre) Séparation faits/théorie. Noyau de faits, pulpe de linterprétation.

6 Faits « Il ny a de faits historiques que par position » (Seignobos) Résulte dun procédé de connaissance: élaboration méthodique, reconstitution à partir de traces. Lhistoire ciseaux et pot de colle

7 Acton Ne voulait pas écrire lhistoire avant davoir tous les faits à sa disposition. « Les matériaux étaient toujours imparfaits ». Faire fausse route en croyant que lhistoire se fonde sur laccumulation inlassable de faits. Febvre: « Nencouragez pas ceux qui, modestes et défiants en apparence, passifs et moutonniers en réalité, amassent des faits pour rien et puis, bras croisés, attendent éternellement que vienne lhomme capable de les assembler. »

8 Métaphore de létal « Lhistoire consiste en une collection de faits constatés. Les faits sont fournis à lhistorien par des documents, des inscriptions, etc., de la même façon que les poissons garnissent létal du poissonnier. Lhistorien les rassemble, les emporte chez lui et les accommode à sa sauce favorite. De mœurs culinaires austères, Acton voulait quon les servît nature. » (54)

9 Métaphore du peintre Braudel: « Telle, en face de lhistorien, la réalité du passé une réalité vérifiée, époussetée, reconstruite. De ce paysage, rien en devait échapper au peintre, ni ces buissons, ni cette fumée … Ne rien omettre: si, pourtant, le peintre oubliera sa propre personne, car lidéal sera de supprimer lobservateur, … comme si lhistoire, hors de nos reconstructions, était à saisir à létat naissant, donc à létat de matériaux bruts, de faits purs. Lobservateur est source derreurs … » (p. 18)

10 Les faits Bataille de Hastings a eu lieu en 1066? Pas intérêt primordiale, matériau. Exactitude devoir, pas vertu. Fait pas intérêt intrinsèque, mais dépend de lintérêt de lhistorien. NB: Il ne faut pas exagérer, létablissement de certains faits est important (extermination des juifs par les nazis).

11 Exposition scientifique « Que chaque affirmation soit accompagnée de preuve, de renvois aux sources et de citations » (Monod, 1976) Marc Bloch résistance à la disparition des notes de bas de page.

12 Critique externe (charte du XII siècle écrite sur du papier=faux; copie pas nécessairement un faux). Critique interne (appel du parti communiste à la résistance daté du 10 juillet 1940 mentionne des ministres nommés le 13 juillet)

13 Les faits Quest-ce quun fait historique? Comment distinguer entre deux faits perceptuellement identiques, lequel est un fait historique?

14 Le Goff « Il ny a de fait historique quà lintérieur dune histoire problème ». (197) Pas nimporte quel: celui qui laisse supposer une réponse.

15 Réfutation « Lidée quil existe un noyau dur de faits existant objectivement et indépendamment de linterprétation de lhistorien est fausse et absurde, mais très difficile à extirper. » (57) Meurtre du vendeur de pain. Est-ce un fait historique? Dépend dune question dinterprétation.

16 Exemple 1: Shapin « [Il ny a pas dessence de la révolution scientifique], cela implique que tout compte-rendu historique doive nécessairement opérer une sélection, et quil ny a pas dhistoire définitive ou exhaustive, quel que soit le volume décrits consacrés par lhistorien à tel ou tel moment du passé. Ce nous sélectionnons reflète inévitablement nos intérêts, quand bien même nous aurions tout du long eu lintention de « relater ce qui sest réellement passé » (p. 22) Construction de lhistorien.

17 Exemple 2: Howard Zinn Une histoire populaire des Etats-Unis de 1492 à nos jours. Dénonciation par Las Casas des atrocités commises par Colomb et ses comparses (mort de vingt indiens pour tester épées, décapiter jeunes indiens pour prendre leurs perroquets). Déciment les indiens Awarak en Haïti en 1515 et 500 en 1550, plus aucun en 1650 (condition desclave, mères tuent leurs enfants, 7000 enfants en trois mois).

18

19 Colombus day Et pourtant on célèbre les exploits de Colomb. Mention parfois des massacres, mais en passant, pas lessentiel: prix à payer pour le progrès de lhumanité. Doit sélectionner les faits, mais la sélection nest pas innocente, elle révèle de choix idéologiques.

20

21 Intérêt « Ainsi, tout accent mis sur tel ou tel événement sert (que lhistorien en soit ou non conscient) des intérêts particuliers dordres économique, politique, racial, national ou sexuel. » (13) Mémoire des états est différente de celles des gens. Tente de dire lhistoire du point de vue des opprimés, montrer que leur culture nest pas inférieure et quils pouvaient sorganiser (solidarité).

22 Indiens Pequots Massacres et exterminations par les Anglais. Génocide progrès pour lhumanité, peut- être devrait-on prendre le temps dévaluer les pertes? Progrès qui ne comble quune partie de la population. Pourquoi a-t-on tué ces indiens? Espagne un peu plus riche, engager mercenaires, perdre éventuellement.

23 Ségrégation raciale Esclaves pour les propriétaires terriens de la Virginie. Insiste sur culture, révolte de la part des noirs. Ils nétaient pas simplement « fait » pour lesclavage. Solidarité entre serviteurs blancs et noirs: nouvelles pratiques de donnation de terre aux blancs. Dé-solidarisent.

24 2. Fétichisme des documents Le cas de Stresemann: politique orientale et le rôle quil sattribue. « … dès que les documents abondent, il abrège, simplifie, met laccent sur ceci, passe léponge sur cela. » (Febvre) Les documents nexistent pas avant lenquête (morçeaux de silex).

25 Faits du passé Nous arrive présélectionnés et prédéterminés: les gens avaient une vision particulière de ce qui est important. Religion au MA: « Tous les faits connus à ce sujet ont été présélectionnés par des gens qui le croyaient, et voulaient quon le croie. » (60)

26 Réponse à la question? Documents et les faits sont essentiels, mais ne répondent pas à la question: Quest-ce que lhistoire? Les positivistes pensaient que la réponse était trop évidente: des faits.

27 3. Philosophie de lhistoire Croce: « Toute histoire est de lhistoire contemporaine ». Collingwood: « La philosophie de lhistoire ne sintéresse ni au passée en lui-même, ni à ce que lhistorien pense du passé, mais à ces deux notions dans leurs relations mutuelles. » (68) « Le passé quétudie lhistorien nest pas mort, cest un passé qui, dune certaine façon, est toujours vivant dans le présent ».

28 Vision collingwoodienne du passé

29 A. Reconstruction mentale « Lhistoire est la reconstruction, dans lesprit de lhistorien, de la pensée dont il étudie lhistoire. » (69) Ce qui se passe dans la tête des protagonistes. Pas de faits purs, toujours réfractés dans lesprit de lhistorien. Connaître lauteur, plutôt que les faits (quel est son angle).

30 « When you read a work of history, always listen out for the buzzing. IF you can detect none, either you are tone deaf or your historian is a dull dog. » (Carr, 26)

31 Pêche « La pêche de lhistorien dépend partiellement de sa chance mais principalement de la zone de pêche quil sest fixée et de lattirail quil a choisi demployer … Les faits quextrait lhistorien, ce sont ceux quil avait décidé de rechercher. » (71)

32 « Lhistorien, qui ne va pas rôdant au hasard à travers le passé, comme un chiffonnier en quête de trouvailles, mais part avec, en tête, un dessein précis, un problème à résoudre, une hypothèse de travail à vérifier ». (Febvre) Pas différent du scientifique.

33 Exemple Guerre en Irak. Politique interventionniste des EU depuis le XIXième siècle. Est-ce quelle sinscrit dans ce courant? Événements qui auparavant étaient sans signification, reçoivent un nouvel éclairage.

34 B. Compréhension imaginative Obstacle à la compréhension: éloignement moral. Le XIXe siècle et le MA. Histoire viciée par cette incapacité à se mettre dans la peau des autres. « Lhistoire ne peut sécrire si lhistorien ne parvient pas à établir un certain contact avec la mentalité de ceux sur qui il écrit. » (72)

35 C. Concepts On ne peut considérer et comprendre le passé que par les yeux du présent. Concept implique déjà une théorie: le langage lui interdit dêtre neutre. Révolution russe change la façon de voir la révolution française.

36 Dangers Relativisme: « il nexiste pas de vérité historique objective ». Toutes les interprétations ne se valent pas (exemple de la montagne et des points de vue). Pragmatisme: lhistoire au service des buts (histoire anti-soviétique)

37 Devoir de lhistorien « Le devoir de lhistorien est de respecter les faits, mais il ne doit pas sen estimer quitte simplement parce quil les présente avec exactitude. Il doit encore sattacher à faire entrer dans le tableau tous les faits, connus ou connaissables, qui sont, à un titre quelconque, relatifs au thème quil traite et à linterprétation quil en propose. » (76) Idéal de vérité (Paul Veyne)

38 Centre de gravité Positiviste (dans le passé) Collingnwood (dans le présent) Imprégnation des faits dans linterprétation et de linterprétation dans les faits. Lhistoire est « un processus continu dinteractions entre lhistorien et les faits. » (78)

39 5. Mais … On peut aller plus loin: non seulement faut-il considérer dabord lhistorien, mais également le milieu, lépoque doù il est issu. « Jusquoù lhistorien est-il un individu particulier et jusquoù est-il le produit de son temps et de sa société? Jusquoù les faits de lhistoire relèvent-ils dindividus particuliers et jusquoù sont-ils des faits sociaux » (84) Lhistorien fait partie intégrante de lhistoire.

40 Exemples Grote écrit Histoire de la Grèce et Mommsen Histoire de Rome. Le premier est banquier libéral, idéal de la classe moyenne (discrétion au sujet de lesclavage). Le second attend la venue dun homme fort allemand après léchec de la révolution, idéalisation de César.

41 Grandeur de lhistoire « Lhistoire prend précisément sa grandeur lorsque la vision que son auteur entretient avec le passé est éclairée par son appréhension des problèmes du présent. » (87) Point de vue de lhistorien dépend de larrière-plan social et historique. Historiens du XIXième siècle voyaient le cours de lhistoire comme une démonstration du principe de progrès.

42 Faits Personnalité: attribuer au génie individuel le rôle créateur. Carlyle: « Lhistoire, cest la biographie des grands hommes » (96) La bonne biographie fait la mauvaise histoire. Cause des deux guerres à Guillaume II et Hitler.

43 Braudel « Le problème ne consiste pas à nier lindividuel sous prétexte quil est frappé de contingence, mais bien à le dépasser, à le distinguer des forces différentes de lui, à réagir contre une histoire arbitrairement réduite au rôle des héros quintessenciés: nous ne croyons pas au culte de tous ces demi-dieux, ou, plus simplement, nous sommes contre lorgueilleuse parole unilatérale de Treitshke: « Les hommes font lhistoire ». (21)

44 Dépasser lhistoire événementielle « Jentends par là toutes les formes larges de la vie collective, les économies, les institutions, les architectures sociales, les civilisations enfin, elles surtout toutes réalités que les historiens dhier … ont trop souvent vues comme un toile de fond, déposée seulement pour expliquer … les actions des individus exceptionnels… » (23)

45 Les motifs de côté « Si les faits de lhistoire sont effectivement des faits concernant des individus, ils nont rien à voir avec les actions dindividus accomplies isolément, ni avec les motifs, réels ou imaginaires, dont les individus croient quils ont déterminé leur action. » (104) Erreur de Collingwood.

46 Les temporalités Braudel: Temps géographique, temps sociale et temps individuel. Histoire quasi-immobile, celle de lhomme dans ses rapports avec son milieu. Histoire lentement rythmée: celle des groupes et des groupements (économies, États, sociétés, civilisations). Histoire événementielle: agitation de surface.

47 Mentalités Le Goff: Explication démographique, économique, politique des croisades. Quest-ce que la croisade sans une certaine mentalité religieuse (attraction de la Jérusalem terrestre, double de la céleste)? Étude du « pli mental » collectif, basse continue: archéopsychologie. « Histoire de mentalités, histoire de la lenteur dans lhistoire » (114). Le niveau le plus stable, le plus immobile des sociétés (108).

48 Niveau « Le niveau de lhistoire des mentalités est celui du quotidien et de lautomatique, cest ce qui échappe aux sujets individuels de lhistoire parce que révélateur du contenu impersonnel de leur pensée, cest ce que César et le dernier soldat de ses légions … ont en commun » (111) Réaction des homme du MA contre la peste: maladie = péché (la lèpre naît de la sexualité coupable).

49 Différente de lhistoire des idées Néglige toutes les articulations logiques, toutes les subtilités pour ne garder que le moule grossier de lidée. Grégoire et le moine: mentalité barbare vainc la doctrine. « Ce qui semble dénué de racines, né de limprovisation et du réflexe, gestes machinaux, paroles irréfléchies, vient de loin et témoigne du long retentissement des systèmes de pensée. » (113)

50 Matériau Faire une certaine lecture de certains documents. Tout est source. Document de nature administrative, mobilier, architecture, monuments, rhétorique, livres populaires.

51 Courtoisie Fine amour. Homme jeune (techniquement et au sens concret): « Lhomme assiège, dans lintention de la prendre, une dame, cest-à- dire une femme mariée, par conséquent inaccessible, imprenable, une femme entourée, protégée par les interdits les plus stricts … Donc au cœur du schéma, le danger. » (75)

52 Formation continue Un jeu éducation, pendant du tournoi, joute amoureuse. Met sa vie en jeu dans lintention daccroître sa valeur, mais aussi de prendre son plaisir, capturer ladversaire après avoir rompu ses défenses. Apprendre à discipliner son désir (progrès vers la civilité), la dame ne doit se donner que parcimonieusement.

53 Courtoisie Modeler le comportement de la moins docile des catégories sociales, la chevalerie. Réaffirmait la valeur de la chevalerie devant la montée de la bourgeoisie (privilège du courtois). Domestiquait la jeunesse (apprendre à servir, servir était le devoir du bon vassal).

54 Le refus du plaisir Christianisme transforme un comportement minoritaire (stoïcisme) en comportement normal (refus du plaisir) en lui donnant un nouveau modèle sexuel: le monachisme. Respect du corps humain, « tabernacle du Saint-Esprit » MA chair est mauvaise, lère du grand refoulement.

55 Glissement « Pour la chair, lessentiel est le durcissement de lopposition chair/esprit, le glissement du sens de caro, humanité assumée par le Christ dans lIncarnation, à celui de charnel et à celui de sexuel. » (140) Extension de la notion de péché contre nature: sodomie (homosexualité, sodomisation de la femme, coït par derrière ou a femme se tenant au-dessus de lhomme). Assimilation du péché originel au péché de la chair.

56 Mariage La plus grande victime de la nouvelle éthique sexuelle. « Adultère est aussi lamoureux trop ardent de sa femme ». Pénitentiels: listes des péchés et des pénitences. Péchés de la chair y tiennent un place exorbitante. Les couples dévots ne peuvent sunir que quatre-vingt onze à quatre-vingt treize jours par an (VIIIe siècle), sans compter les jours dimpurté de la femme.

57 Problèmes Présence de plusieurs mentalités à la même époque. Novation: Quand se défait une nouvelle mentalité, quand en apparaît une autre?


Télécharger ppt "Lhistoire: les faits et linterprétation. « Les historiens qui, aujourdhui, prétendent se passer dune philosophie de lhistoire tentent simplement, et sans."

Présentations similaires


Annonces Google