La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

Présentation Dr. Djibril DIOP Acfas - Québec 2008 CENTRE DETUDES ET DE RECHERCHES INTERNATIONALES DE LUNIVERSITE DE MONTREAL Migrations et développement.

Présentations similaires


Présentation au sujet: "Présentation Dr. Djibril DIOP Acfas - Québec 2008 CENTRE DETUDES ET DE RECHERCHES INTERNATIONALES DE LUNIVERSITE DE MONTREAL Migrations et développement."— Transcription de la présentation:

1 Présentation Dr. Djibril DIOP Acfas - Québec 2008 CENTRE DETUDES ET DE RECHERCHES INTERNATIONALES DE LUNIVERSITE DE MONTREAL Migrations et développement local Devant léquation du financement du développement les associations dimmigrés : la troisième voie?

2 MIGRATIONS ET TRANSFERT FINANCIERS Une dynamique qui génère dimportantes sommes dargent Une manne financière qui ne profite pas vraiment au pays Des charges prohibitives qui encouragent les circuits informels Plan de la présentation Congrès Acfas-Québec 2008

3 LES MIGRANTS AU CENTRE DU NOUVEAU DISPOSITIF Laide publique au Développement (APD) en baisse constante Optimiser les transferts des migrants Ladoption dun compte épargne Co-développement Les initiatives de Co-développement Les programmes MIDA de lOIM Linitiative de la BM en faveur de la diaspora africaine en Europe 76 e Congrès Acfas-Québec 2008

4 MIGRATIONS ET TRANSFERTS FINANCIERS 76 e Congrès Acfas-Québec 2008

5

6 Les immigrés acteurs du développement local Initier de petites activités génératrices de revenus pour les individus ou les familles. Locomotive dans des secteurs comme limmobilier, le commerce, les transports terrestres. Un réseau associatif, contribuant à la mise en place dinfrastructures et déquipements collectifs en suppléant à la carence des pouvoirs publics. Une réponse du corps social face à la dégradation de son environnement et des ses conditions dexistence. 76 e Congrès Acfas-Québec 2008

7 Une dynamique qui génère dimportantes sommes dargent Les transferts de la diaspora africaine atteignent 14 à 17 milliards de dollars US par an, selon la Banque Africaine de Développement (BAD) 750 %, 218 % et 346 % de laide publique au développement reçue par le Maroc, le Sénégal et les Iles Comores. Les transferts de la seule diaspora malienne en France effectués par le circuit officiel atteignent 120 milliards de FCFA, comparables au niveau de laide publique au développement reçu par le pays. 76 e Congrès Acfas-Québec 2008

8 Une dynamique qui génère dimportantes sommes dargent Congrès Acfas-Québec 2008

9 Les transferts dargent des migrants représentent une manne financière importante, mais en dehors de la satisfaction des besoins de leurs familles restées au pays, les économies nationales nen tire presque pas. Selon la Banque mondiale et du FMI, sils étaient bien conduits, ils pourraient non seulement aider à réduire la pauvreté, mais aussi faciliter lintégration dune bonne partie de ce flux dans léconomie formelle. On note une orientation quasi exclusive des investissements des migrants vers le secteur de limmobilier et de la consommation des ménages. Des créneaux qui ne créent pas demplois, et ne génèrent pas non plus une plus-value pour léconomie nationale, si non que dune manière marginale. Une manne qui ne profit pas toujours aux pays 76 e Congrès Acfas-Québec 2008

10 Des charges prohibitives qui encouragent les circuits informels Sur environ milliards de FCFA (environ 17 milliards de dollars US) qui entrent annuellement en Afrique subsaharienne, les opérateurs des circuits officiels ne recueillent tout au plus que la moitié. Les transferts passant par les circuits informels, environ 45 à 65 % des flux officiels, sont nettement plus élevés. Lenvoie de 100 dollars à partir des États-Unis vers le Sénégal coûte environ 20 dollars à lexpéditeur qui sadresse à Western Union, alors que les circuits informels lui taxent moins de 10 dollars pour le même montant. Or en termes de rapidité et de fiabilité, les circuits informels nont rien à envier aux circuits formels et exigent un minimum de formalités. Congrès Acfas-Québec 2008

11 LES MIGRANTS AU CENTRE DES NOUVEAUX DISPOSITIFS DE FINANCEMENT DU DÉVELOPPEMENT 76 e Congrès Acfas-Québec 2008

12 Entre 2005 et 2006, lAPD a chuté de 5,1% (106,8 milliards de dollars en 2005 à 103,9 milliards de dollars en 2006). LADP délivrée en 2006 par les pays riches ne représentait que 0,30 % de leur revenu national brut. Seuls la Suède, la Norvège, les Pays-Bas, le Danemark et le Luxembourg, ont atteint ou dépassé le seuil de 0,7 % fixé en Si, la part consacrée à lAfrique subsaharienne est restée stable, mais surtout, ce sont les méthodes dévaluation de lADP qui sont critiquées. Laide publique au Développement (APD) en baisse constante 76 e Congrès Acfas-Québec 2008

13 Source : OCDE, 2007 Part de lAPD dans le budget des 11 premiers donateurs de lOCDE 76 e Congrès Acfas-Québec 2008

14 Optimiser les transferts des migrants Les entreprises de transfert dargent opèrent dans des conditions de quasi monopole avec des coûts prohibitifs. La France propose de stimuler la concurrence pour réduire le coût des transferts. 76 e Congrès Acfas-Québec 2008

15 Adoption dun compte épargne Co-développement Un étranger actif en France peut placer sur ce compte des sommes déductibles de son revenu imposable, pouvant aller jusqu'à 25 %, euros max. Le but est de mobiliser l'épargne des immigrés en faveur du développement de leur pays d'origine. Cette incitation fiscale vise à permettre laccroissement des transferts orientés vers le développement économique des régions de départ des immigrés. 76 e Congrès Acfas-Québec 2008

16 Les initiatives de Co-développement Quatre composantes, dont les plus en vues sont : la composante 1 « Accompagnement des initiatives économiques de migrants au Sénégal » la composante 3 « Développement local dans les régions dorigine ». Cette dernière entend mobiliser les associations dimmigrés pour la mise en œuvre des projets de développement à caractère collectif initiés par les migrants en direction de leur localité dorigine et convenus avec les populations des zones concernées. 76 e Congrès Acfas-Québec 2008

17 Les programmes MIDA de lOIM En 2001 lOIM lance linitiative « Migrations Internationales pour le Développement en Afrique (MIDA) » Le MIDA est un programme de renforcement des capacités nationales en développant les synergies entre les profils des migrants africains et les besoins des pays. Il entend mobiliser la diaspora africaine par le transfert de compétences et autres ressources pour participer au développement socio-économique de leurs pays dorigine. 76 e Congrès Acfas-Québec 2008

18 Linitiative de la BM en faveur de la diaspora africaine en Europe Le « Development Marketplace for African Diaspora in Europe » (D-Made) ou Foire du Développement pour la Diaspora Africaine en Europe. Programme de subvention basé sur la concurrence qui consiste à identifier et à soutenir des idées novatrices en matière de développement à travers des prix, des distinctions, le renforcement des capacités et la mise en réseau des acteurs. Le but est dappuyer des investisseurs qui visent à réaliser des prestations sociales pour les groupes vulnérables en Afrique subsaharienne tout en générant des retours financiers. 10 à 15 prix dune valeur comprise entre et euros sont mis en concurrence. Ce concours vise autant les personnes physiques que les organisations, à but lucratif ou non. 76 e Congrès Acfas-Québec 2008

19 Après le constat de léchec des politiques de développement des États les Résultats décevants de intervention des ONG Les associations démigrés, malgré les multiples contraintes notées ça et là dans leurs interventions et la faiblesse de leur expertise sont de vrais acteurs du développement local. Conclusion 76 e Congrès Acfas-Québec 2008

20 Je vous remercie de votre attention ! 76 e Congrès Acfas-Québec 2008


Télécharger ppt "Présentation Dr. Djibril DIOP Acfas - Québec 2008 CENTRE DETUDES ET DE RECHERCHES INTERNATIONALES DE LUNIVERSITE DE MONTREAL Migrations et développement."

Présentations similaires


Annonces Google