La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

Prédominance et équité salariale Quand le sexe des catégories demploi changent… Quelles sont les répercussions? Dans le cadre de la Journée de léquité.

Présentations similaires


Présentation au sujet: "Prédominance et équité salariale Quand le sexe des catégories demploi changent… Quelles sont les répercussions? Dans le cadre de la Journée de léquité."— Transcription de la présentation:

1 Prédominance et équité salariale Quand le sexe des catégories demploi changent… Quelles sont les répercussions? Dans le cadre de la Journée de léquité salariale D ici, dailleurs, de demain 19 novembre 2003 par Paul Durber Opus Mundi Canada

2 Le contexte Rappelons le but socio-politique : atteindre une équité de rémunération pour les femmes Donc faciliter les comparaisons de la valeur et de la rémunération entre des hommes et des femmes La notion de prédominance n est qu un outil

3 Le concept de prédominance Notre but, alors, est didentifier les emplois où les deux sexes travaillent. La notion de prédominance est loutil pour faire le lien entre le sexe et le travail. Nous pouvons caractériser cet outil comme une clé, qui ouvre ou ferme la porte à lanalyse d équité. Vu sa fonction fondamentale, faut-il revoir comment considérer le concept?

4 Nos considérations aujourdhui Montrer un portrait simple de la prédominance et de ses critères (quantitatifs et qualitatifs) Discuter notre compréhension de ces critères Considérer les approches au concept : stricte ou souple? Regarder les facteurs dont il faut tenir compte : surtout nos buts, l incertitude, le changement

5 Nos questions : I Dans quelles circonstances faut-il aller plus loin que les faits immédiats pour établir la prédominance? Dans quelles circonstances le seuil de 60 pour cent est-il déterminant? Comment mettre en application les critères du stéréotype occupationnel et de l évolution historique?

6 Nos questions : II Quels sont les avenues d analyse qui nous permettent d aller derrière les critères de prédominance? –Ce qui est traditionnellement accompli dans le travail par les deux sexes? –Un examen qui décortique « l image » d une profession quelconque? –Des facettes de l histoire d une catégorie d emploi?

7 Pourquoi « aller plus loin »? Nos principes : la réalisation des buts d équité, la facilitation des pas pour reconnaître le travail des femmes et faciliter la comparaison avec le travail masculin Les difficultés inhérentes aux circonstances : les « zones grises » (pourcentage); des doutes sur les sexes; le manque de précédent Le changement : quand la composition d une catégorie d emploi évolue

8 Portrait : composition quantitative des professions : I Le seuil de prédominance est 60 pour cent. Remarquons que les deux tiers des professions incluses dans le Recensement canadien (2001) sont fortement sexuées * Un autre sixième est majoritairement prédominant** [80 pour c. : les deux] _________ * À savoir 70 pour cent ou plus; 429 parmi 660 professions ** Ou 119 professions

9 Portrait : composition quantitative des professions : II Les professions neutres = 18 pour cent ou 119 professions [3 ou 4 chiffres selon la classification du Recensement] Parmi celles près du seuil de 60 pour cent *: –la répartition est égale entre femmes et hommes : 30 professions de chaque côté –il y a un plus grand nombre d employé-es dans les professions plus masculines (1.57 millions) que féminines (1.23 millions) _____________ * À l intérieur de cinq pour cent

10 Portrait : composition quantitative des professions : III Exemples [neutres, près du seuil masculin]: –Agent-es […] en immobilier –Conducteurs-trices de machines à imprimer –Analystes financiers-ières et analystes en placements Exemples [neutres, près du seuil féminin] : –Professeur-es au niveau secondaire –concepteurs-trices artistiques et artisan-es –Pharmacien-nes –Directeurs-trices des ressources humaines –Professionnel-les de la rédaction et de la traduction

11 Tendances observées Le taux de participation des femmes dans le milieu du travail augmente: –en 1991 il était 45 pour cent –en 1996, 46 pour cent, et –en 2001, 47 pour cent Plusieurs professions se sont féminisées ….

12 Tendances : Exemples I Pharmaciens et pharmaciennes : –1991 :52 pour c. femmes –1996 :56 –2001 :57 Spécialistes en ressources humaines : –1991 :47 pour c. femmes –1996 :53 –2001 :63 Directeurs-trices financières : –1991 :35 pour c. femmes –1996 :46 –2001 :50 Expert-es en sinistres et rédacteurs-trices : –1991:40 pour c. femmes –1996:44 –2001:53

13 Tendances : Exemples II D autres exemples étaient évidents avant Prenons la famille des agent- es en ressources humaines : –Gérant-es en ressources humaines et relations industrielles 1971:11 pour c. femmes 1981:28 pour c. –Agent-es en ressources humaines et travail relié: 1971:22 pour c. femmes 1981:47 pour c.

14 Les « ghettos » [femmes] Parmi 17 professions populeuses et féminines suivies entre 1991 et 2001 : –2 ont changé significativement (+ 8 pour cent ou plus) : serveurs/serveuses (moins féminin); technicien-nes juridiques (plus) –2 ont changé un peu (4 à 5 pour cent) : caissiers- ères des services financiers (moins); commis à la comptabilité (plus) –Les autres (13) sont restées aussi féminines

15 Les « ghettos » [hommes] Parmi 19 professions populeuses et masculines suivies entre 1991 et 2001 : –Une est beaucoup moins masculine : gérant-es des services alimentaires –Cinq ont changé de 4 à 6 pour cent : ouvriers-ères agricoles (plus); exploitant-es agricoles et gestionnaires (moins); personnel des services de protection (moins); expéditeurs-trices et réceptionnaires(moins); spécialistes des ventes techniques, vente en gros (moins) –Les 13 autres sont restées aussi masculines

16 Les « ghettos » : constatation On peut alors constater qu en général, selon le Recensement, les employé-es sont restés presquaussi concentrés selon le sexe dans leurs « ghettos »? Cette constatation peut servir comme un point de référence, à savoir qu en dépit des autres changements, nous pouvons encore parler du travail des femmes et du travail des hommes.

17 Quelles sont les répercussions? L histoire n indique pas tout Le sexe d une catégorie d emploi peut changer significativement et rapidement Est-ce que la classification aux fins d équité doit aussi changer? –Argument : cette catégorie n est pas traditionnellement féminine ou n a jamais servi comme comparable –Question : est-il possible que la nature du travail soit quand même identifiable à un sexe ou à l autre?

18 Répercussions: exemples La profession « composée » des agent-es en ressources humaines dans la fonction publique fédérale: –approximativement également masculine et féminine en 1985 –plus féminine en 1991 (vers 60 pour cent) Les salaires étaient réduits durant les années 80 suite…

19 Répercussions: exemples [suite] Des représentant-es de la profession ont porté plainte à la Commission canadienne des droits de la personne, et: –il était claire que certaines spécialités (dotation, formation, classification) sont devenues de plus en plus féminines –les caractéristiques du travail étaient identifiables au travail des femmes –un accord entre les parties était négocié

20 Question sur les « zones grises » Même si notre seuil est de 60 pour cent, il est possible qu il faille inclure des catégories d emploi dont la proportion sen approche. Pourquoi? –La composition peut avoir changé –La nature du travail aussi –D autres changements peuvent avoir eu, par ex. la nature du travail, la rémunération

21 Exemple: expert-e en sinistres Lois Haignere rapporte que la catégorie d expert-e en sinistres a évolué aux É-U : –L auto est remplacée par l ordinateur et le téléphone –Plus de femmes font ce nouveau travail; par exemple, elles possèdent le doigté exigé –La productivité est élevée, mais en général la rémunération est plus basse

22 Possibilités Que devons-nous comprendre de cette discussion sur le pourcentage comme critère de prédominance? Possiblement que : –pour les catégories d emploi près du seuil de 60 pour cent, il est souhaitable de ne pas les exclure automatiquement de l exercice d équité –un examen historique peut dévoiler si le travail est en réalité associé avec le sexe Environ 10 pour c. des catégories peuvent être affectées (exemple du Recensement)

23 Situations où il y a des doutes Le pourcentage comme critère s applique très difficilement dans certaines situations où : –la population est très petite –elle est variable selon le sexe –la catégorie sous examen est nouvelle –il n y plus de titulaire –le travail est nouveau Quels éléments devons-nous considérer ? La nature du travail?

24 Une approche en cas d incertitude Dans certaines circonstances, il est difficile détablir la prédominance. L incertitude peut être le résultat des facteurs mentionnés ou de l instabilité de la population. Que faire? –S inspirer des concepts de base? Exemple : les caractéristiques du travail? Association avec un sexe [voir les listes des caractéristiques du travail] le lien entre la catégorie et sa rémunération -- encore l association avec le sexe?

25 Le stéréotype occupationnel Le deuxième critère pour la prédominance est le stéréotype occupationnel L association avec le travail des femmes et des hommes est bien établie Que signifie ce critère? L image de la catégorie et son lien avec le sexe? –Nous avons vu des exemples : les professions fortement sexuées –Alors « connues » comme féminines ou masculines

26 Le stéréotype et le nouveau travail Ce critère est utile dans la mesure où l image de la catégorie évoque un sexe Quand une catégorie est nouvelle ou évolue en termes du travail ou de prédominance, l image peut être moins claire Retournons aux racines du concept de l image pour continuer de l utiliser : –elle est basée sur le travail et son lien avec le sexe –une analyse des caractéristiques peut démontrer ce lien

27 L image et l analyse du travail Prenons l exemple de l expert-e en sinistres Auparavant, l employé-e se servait d une auto et de l entrevue sur le lieu Ensuite, les outils sont devenus l ordinateur et le téléphone Quelles caractéristiques du travail sont évidentes? –Le doigté, pareil possiblement à l entrée de données (+90 pour c. femmes) –La coordination des détails, nécessité de faire plusieurs tâches à la fois –Services à la clientèle par le biais du téléphone (la réception = > 90 pour c. femmes)

28 L évolution historique Le troisième critère pour la prédominance est l évolution historique À part linformation sur le sexe des titulaires, que signifie ce critère? –Peut comprendre les tendances déjà discutées, par ex. dans la composition de la population –ou tendances dans la nature du travail –ou associations avec le sexe, ex. sa rémunération –ou divisions d une catégorie émanant de la spécialisation (par exemple)

29 Exemple : ressources humaines La reclassification des professions liées à la gestion des ressources humaines sert comme exemple: –Avant le recensement de 1991, il y avait deux catégories : (1136) ressources humaines et gestion des relations industrielles; (1174) ressources humaines et agent-es reliés –En 1993, les classifications du CNP* était plus précises : (0112) Directeurs en ressources humaines; (1121) Spécialistes en ress. hum.; et (1223) Agent-es en ress. hum. et du recrutement * Classification nationale des professions

30 Questions à discuter En regard de nos trois critères pour la prédominance : –Est-il souhaitable que nous conservions une approche souple, ou faut-il être stricte, par ex. en relation avec le seuil de 60 pour cent? –Existe-t-il des outils ou principes de base pour se sortir des situations d incertitude? –Est-il possible de décortiquer l idée de « travail des femmes et des hommes » et dutiliser les caractéristiques du travail dans l analyse? Annexe : Caractéristiques du travail des femmes et des hommes


Télécharger ppt "Prédominance et équité salariale Quand le sexe des catégories demploi changent… Quelles sont les répercussions? Dans le cadre de la Journée de léquité."

Présentations similaires


Annonces Google