La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

Par : Abdelali Abdessadek Réseau déchange sur le traitement des plaintes Identification des principes et règles de base pour un système efficace de classification.

Présentations similaires


Présentation au sujet: "Par : Abdelali Abdessadek Réseau déchange sur le traitement des plaintes Identification des principes et règles de base pour un système efficace de classification."— Transcription de la présentation:

1 Par : Abdelali Abdessadek Réseau déchange sur le traitement des plaintes Identification des principes et règles de base pour un système efficace de classification des plaintes

2 Sommaire Contexte Démarche Pourquoi se plaint-on ? Pourquoi un système de classification des plaintes ? Qui sont les clients des organisations publiques ? Pourquoi est-il important de gérer les plaintes ? Quels sont les éléments essentiels dun mécanisme de gestion des plaintes ? Cest quoi la qualité des services publics ? Structure de classification

3 1- Contexte Mise de lavant des réformes de ladministration publique dans le but daméliorer la qualité des services aux citoyens. Exigences de la Loi 82 portant sur la modernisation de ladministration publique (gestion par résultats, transparence, imputabilité, virage clientèle, reddition de comptes, …). Regroupement des organismes gouvernementaux pour favoriser les échanges dinformations et la synergie des efforts.

4 1- Contexte (suite) Les membres du réseau déchange sur le traitement des plaintes : Gaétane Godbout (CNT), Hélène Demers (FAPAQ), Sonia Potvin (RRQ) Judith Gagnon (CARRA) Louise Barbeau (RAMQ) Nicole Rajotte (SAAQ) Hélène Lavallée (CSST)

5 1- Contexte (suite) Mandat : Élaborer une structure de classification des plaintes facilitant : la rétroaction aux plaintes des clients et le suivi des dossiers ; léchange entre les grands organismes et le Protecteur du citoyen; lamélioration de la qualité des services aux citoyens; les propositions de modification des lois, règlements, programmes et mesures. la reddition de comptes aux dirigeants avec précision et rapidité

6 1- Contexte (suite) Les biens livrables Rapport détaillé Présentation PowerPoint

7 2- La démarche Approche comparative : Reconnaître les meilleures pratiques utilisées dans la classifications des plaintes Pratiques adaptables au secteur public Rencontres individuelles et collectives avec les membres du réseau déchange sur le traitement des plaintes pour la collecte des données(entrevues semi-structurées) Rencontres périodiques avec les membres du réseau déchange sur le traitement des plaintes pour la validation des étapes de réalisation du mandat Consultation dautres organismes externes (Protecteur du citoyen, Société de transport de la ville de Québec, Ministère de lemploi et de la solidarités sociale, Protecteur des usagers en matière de santé et de services sociaux, Office de protection du consommateur - Région de la Capitale- Nationale et de la Chaudière-Appalaches) Sources dinformation : Internet Documentation fournie par les personnes rencontrées Brochures Livres

8 2- La démarche (suite) Personnes ressources Gaétane Godbout (CNT) Hélène Demers (FAPAQ) Sonia Potvin (RRQ) Judith Gagnon (CARRA) Louise Barbeau (RAMQ) Nicole Rajotte (SAAQ) Hélène Lavallée (CSST) Gaétane Vigneux (RRQ) Magella Coutu (RRQ) Micheline McNicole (Protecteur du citoyen) Guy Pagé (Protecteur du citoyen) Claudette Harvey (Société de transport de la Communauté urbaine de la ville de Québec STCUQ) Marie-Lise Corneau (Ministère de lemploi et de la solidarité sociale)

9 Pourquoi se plaint-on ? Quest ce quune plainte ? «Expression du mécontentement que lon éprouve.» (Le Petit Robert) Caractère pénal dilué au profit de la dimension administrative (Borgeat et Mockle,1999) déjudiciarisation des modes de règlement de litiges entre ladministration et ladministré. «Une plainte est lexpression dune insatisfaction à légard des services reçus. Le citoyen, aux prises avec un problème quil se sent incapable de résoudre seul ou pour lequel il na pas obtenu les réponses attendues (manque de communication, dysfonctionnement, mauvaise coordination des services, application tatillonne des normes, iniquité, comportements inappropriés), se tourne alors vers lautorité administrative et lui en fait part. Une plainte, cest aussi une demande à lautorité administrative dagir conformément à la mission de service public quelle doit assurer» (Protecteur du citoyen, 2001). Pourquoi se plaint-on ? Insatisfaction du client envers un service ou un produit fourni par une organisation Mécontentement du comportement dun employé Iniquité de traitement Réparation derreur Problèmes de communication. * Borgeat, L. et Mockle, D. (1999). «Les plaintes des citoyens : une revendication de «qualité» des services publics.» Dans Administration publique du Canada, vol. 42, n˚ 2, p * Protecteur du Citoyen du Québec.(2001). Un bureau des plaintes légitime et crédible : le traitement des plaintes dans les organisations gouvernementales.

10 Pourquoi un système de classification des plaintes ? Définition Une classification est «laction de distribuer par classes, par catégories; résultat de cette action» (Le Petit Robert) Regroupement intellectuel ou physique Les éléments réunis ont des caractéristiques communes Pourquoi ? Organiser linformation ; Produire un consensus pour les différentes délimitations des secteurs et des concepts, permettant ainsi la comparabilité entre les différentes sources de données ; Développer un système intégré de statistiques ; Faciliter lusage des données en réduisant le détail à un niveau intelligible, et en permettant la synthèse de linformation.

11 Typologie juridique des plaintes de Borgeat et Mockle (1999) Légalité de laction administrative : lobligation qua lAdministration dagir en conformité avec le droit Matérialité des décisions rendues : vérifier sil y a eu erreur dans lappréciation des faits se rapportant à lapplication de la règle de droit Régularité des décisions rendues : lAdministration doit agir en conformité aux politiques ou pratiques administratives applicables (politiques, directives et circulaires.) LArticle 4 de la Loi sur la justice administrative[1][1] Opportunité des décisions de lAdministration : leffet de la décision rendue pour ceux quelle touche «Rendre des décisions non seulement conformes à la loi mais aussi raisonnables, justes et opportunes». (Protecteur du citoyen du Québec, 1996 : 44) Qualité de laction administrative : la décision a – t – elle été rendue dans le cadre dun processus accessible, compréhensible et rapide, par du personnel diligent, compétent et courtois ? *Borgeat, L. et Mockle, D. (1999). «Les plaintes des citoyens : une revendication de «qualité» des services publics.» Dans Administration publique du Canada, vol. 42, n˚ 2, p *[1] L.R.Q., c. J-3 sanctionnée en décembre 1996 et entrée en vigueur le 1er avril 1998.[1] * Protecteur du citoyen du Québec (1996). Rapport annuel

12 Classification de plaintes pour un centre de services sociaux* La première catégorie : Laccès, la qualité, la continuité, lorganisation, la personnalisation dun service. La compétence dun praticien. Lintégrité dun praticien ou le respect de léthique professionnelle. La deuxième catégorie concerne : Un acte administratif lié à la prestation dun service (exemple : paiement des familles daccueil, accès au dossier du citoyen). La troisième catégorie concerne : La qualité ou la compétence dune ressources privée utilisée par le Centre de services sociaux (famille daccueil, …). La quatrième catégorie concerne : Laccès ou la qualité des services sociaux dun organisme autre que le Centre de services sociaux, mais où ce dernier effectue des placements pour sa clientèle. *Tremblay, A. (1976). Élaboration dun système de traitement des plaintes au Centre de services sociaux Saguenay – Lac Saint-Jean – Chibougamau. Projet dintervention présenté à lÉcole nationale dadministration publique en vue de lobtention de la Maîtrise en Administration publique

13 Classification européenne* Information : services administratifs jargon administratif Accès : Accès physique : éloignement des services publics (temps et espace) Accès social : absence de serviabilité des employés Accès institutionnel : complexité des règles et des processus de prise de décision Choix : rigidité de choix/privé Réparation : manque dexcuse en cas derreurs Représentation : Le client de ne dispose pas de moyen pour influencer le processus de prise de décision *Epstein, J. (1990). Le service public : travailler pour le consommateur : une étude dinitiative en Europe pour améliorer la réponse du service public aux consommateurs. Dublin, Fondation européenne pour lamélioration des conditions de vie et de travail, 148 p.

14 Qui sont les clients des organisations publiques ? Dans une approche client, ce sont les bénéficiaires directs des services gouvernementaux (SCT du Canada, 2003) Individus ou collectivités Équilibre entre les intérêts légitimes et divergents des clients Secrétariat du Conseil du Trésor du Canada. (2003b). Service de qualité – Qui est le client ? (guide X II).

15 Pourquoi est-il important de gérer les plaintes ? «Les plaintes sont une source de renseignements pour les entreprises et leur analyse permet de repérer la cause de lerreur et pouvoir ainsi la corriger». (Paquin et Turgeon,1998) la gestion systématique des plaintes sinscrit dans une démarche globale damélioration de La qualité (Le Mouvement québécois de la qualité (2003) «… la proportion des clients insatisfaits qui ne se plaignent pas sélèverait à 86.8%» (Marcel Alain, 1998) Satisfaction de la clientèle Réduction des coûts directs et indirects de la non-qualité Élimination, lors de la conception dun service, les sources de problèmes potentiels pour les clients Bonne communication et une meilleure transparence Habilitation du personnel Évitement du recours judiciaire Loi 82 (déclaration de service aux citoyens et prise en considération des attentes du citoyen) Paquin, B. et Turgeon, N. (1998). Les entreprises de services, une approche client gagnante. Montréal, Éd. Transcontinental Le Mouvement québécois de la qualité. (2003). «La gestion des plaintes». Marcel Alain (1998). Réussir la qualité de service. Éd. Nouvelles.

16 Quels sont les éléments essentiels dun mécanisme de gestion des plaintes ? Politique de gestion des plaintes : principes directeurs Notion de plaintes Champ dapplication Cadre légal de la gestion des plaintes Clientèle visée Responsabilités Autres recours Procédure de gestion des plaintes : Plus explicite que la politique de gestion des plaintes Étapes à suivre pour la mise en application de la politique de gestion des plaintes Processus de présentation des plaintes par les clients, leur réception, leur examen, jusquà la communication du résultat de son examen et le suivi des mesures de sa régularisation Éviter la complexité : valeur ajoutée à lorganisation par des recommandations nécessaires aux niveaux stratégique et opérationnel Amélioration continue de la qualité de services Révision des processus

17 Cest quoi la qualité de services publics ? Réorientation de la culture organisationnelle vers le client : «il faut centrer ladministration publique sur lusager en améliorant laccueil, en formant plus adéquatement les agents en contact direct avec le public et en réduisant les délais de réponse» (Ethier, 1992). Réformes administratives survenues dans de nombreux pays industrialisés : Royaume-Uni «The Citizens Charter» Belgique «Charte de lutilisateur des services publics» France «Charte des services publics» Québec : Loi sur la fonction publique de 1983 Politique gouvernementale concernant lamélioration de la qualité des services au citoyen de1991 Pacte social proposé par le Protecteur du citoyen à lAdministration en Loi sur ladministration publique adoptée en mai 2000 Intégration de la qualité dans le fonctionnement quotidien de lAdministration et dans ses politiques Instauration de mécanismes de traitement des plaintes Proactivité de ladministration publique Mesure de la satisfaction des citoyens selon des critères de qualité tels que : rapidité, amabilité, adaptabilité, précision, réceptivité, efficacité Ethier, G. (1992). «La qualité des services publics» Dans Parenteau, R. et Ethier G, (sous la direction de), Mangement public : comprendre et gérer les institutions de lÉtat. Québec, Presses universitaires de Québec

18 5. Constatations Variation dans la définition et linterprétation des concepts relatifs aux plaintes Plainte, requête et demande dinformation Plainte fondée ; plainte recevable ; plainte justifiée ; plainte avec mesure ; plainte avec lésion. Plainte non fondée ; plainte non recevable ; plainte non justifiée ; plainte sans mesure; plainte sans lésion. Homogénéisation de la terminologie et des types de catégories La classification des plaintes doit refléter la réalité de chaque organisation : Activités Services Engagements pris dans la déclaration de services aux citoyens Lois et règlements qui régissent lorganisme Le niveau de détail de la catégorisation : générer des statistiques significatives améliorer la reddition de comptes augmenter limputabilité des organismes par rapport à leur engagement envers les clients Flexibilité du schéma de la classification Analyse des plaintes : adéquation entre les besoins de lorganisation du traitement des plaintes et lanalyse de contenu que subissent les plaintes de la clientèle Confidentialité des plaintes Guide facilitant la description du contenu des plaintes Manuel de procédures RH qualifiées Gestion du changement : adhésion de tous les intervenants à ce processus

19 Une grille danalyse permettant de «parvenir à identifier les causes, les origines du dysfonctionnement qui ont entraîné le mécontentement et donc la réclamation du client.» (Moiroud, 1993 : 61) Structure hiérarchique et logique : Sujets généraux Sujets primaires Sujets secondaires Sujets tertiaires Divisions supplémentaires *Moiroud, R. (1993). Le cri du client ou comment faire mieux la prochaine fois. Paris, les Éd. dorganisation, 126 p. Structure de classification des plaintes

20 Attribution des codes alphanumériques aux différentes catégories du schéma de classification des plaintes la codification du traitement des plaintes permet dassurer la confidentialité et la protection des renseignements relatifs aussi bien aux clients quaux employés la codification permet de mieux documenter les échanges avec les organismes publiques et de transmettre des renseignements utiles à lamélioration de la qualité des services (Protecteur du citoyen du Québec, 2002a) la codification uniformise la terminologie et facilite le traitement statistique la codification permet déconomiser du temps au personnel du bureau de plaintes lors de la saisie de données *Protecteur du citoyen du Québec. (2002b). Rapport annuel Codification des catégories de plaintes

21 Structure générale de classification des plaintes A-Type de plaintes B- Identification du plaignant C- Sexe du plaignant D- Provenance de la plainte E- Destinataire F- Langue de communication G- Mode de communication H- Mode de réponse I- Aspects de services/services à la clientèle/Motifs des plaintes

22 Structure générale de classification des plaintes (suite) J- Lois, politiques, règlements, directives, normes K- Secteurs dactivités L- Unités administratives M- Régions N- Niveau de traitement O- Mesures correctives P- Évaluation de la correction Q- Niveau de limpact

23 A- Type de plainte A.100 Demandes dintervention hors compétences A.200 Demandes dintervention de compétence A.210 Plaintes fondées A.220 Plaintes non fondées A.230 Demande de renseignements/dinformation A.300 Autres B- Identification du plaignant B.100 Nom B.200 Prénom B.300 Adresse B.400 Ville B.500 Code postale B.600 Téléphone à domicile B.700 Cellulaire B.800 Téléphone au bureau B.900 Télécopieur B.1000 Courriel Structure détaillée de classification des plaintes (suite)

24 C- Sexe C.100 Masculin C.200 Féminin C.300 Non spécifié D- Provenance de la plainte D.100 Client D.200 Représentant du client D.210 Conjoint D.220 Avocat D.230 Autres D.300 Protecteur du citoyen D.400 Cabinet du ministre D.500 Bureau de député D.600 Presse (médias) D.700 Préposés de renseignement D.800 Autres Structure détaillée de classification (suite)

25 E- Destinataire (à développer davantage selon lorganigramme de chaque organisme) E.100 Bureau du Président directeur général E.200 Service de plaintes E.300 Direction de la clientèle E.400 Direction de renseignements E.500 Autres F- Langue de communication F.100 Français F.200 Anglais F.300 Espagnol F.400 Autres G- Mode de communication G.100 Téléphone au bureau G.200 Télécopieur G.300 Courriel G.400 Visite Structure détaillée de classification (suite)

26 H- Mode de réponse H.100 Téléphone H.200 Télécopieur H.300 Courrier postal H.400 Courriel H.500 Autres I- Aspects de services/services à la clientèle I.100 Délai de traitement I.200 Aspects relationnels I.210 Manque découte I.220 Manque de courtoisie I.230 Discrimination I.240 Comportement inadéquat Structure détaillée de classification (suite)

27 I- Aspects de services/services à la clientèle I.300 Aspects professionnels I.310 Rapidité : attitude laxiste lors de lexécution des tâches I.320 Facilité I.321 Manque dassistance I.322 Langage de communication I.330 Attention I.331 Manque de disponibilité I.332 Négligence I.333 Inaction I.340 Compétence I.341 Non respect ou manque de respect des procédures I.342 Violation du secret professionnel Structure détaillée de classification (suite)

28 I- Aspects de services/services à la clientèle I.400 Fiabilité I.410 Communication orale I.411 Manque dinformation I.412 Renseignements erronés/fautifs I.413 Fausse déclaration I.1420 Communication écrite I.421Faux en écriture I.430 Erreurs administratives I.500 Accessibilité I.510 Délai dattente pour obtenir un service I.520 Refus de services I.530 Accessibilité linguistique I.540 Manque de coordination des services I.550 Manque de suivi I.560 Lignes téléphoniques I.561 Circuits occupés I.562 Message daccueil et dattente I.563 Service de nuit non fonctionnel I.600 Autres Structure détaillée de classification (suite)

29 J- Lois/règlements/directives/politiques/normes J.100 Lois J.200 Règlements J.300 Directives J.400 Politiques J.500 Normes J.600 Autres K- Secteurs dactivités (à développer davantage selon lorganigramme de chaque organisme) K.100 Administration K.200 Ressources humaines K.300 Ressources financières K.400 Ressources matérielles K.500 Services à la clientèle L- Unités administratives (à développer selon lorganigramme de chaque organisme) Structure détaillée de classification (suite)

30 M- RÉGIONS (Répartition administrative des régions du Québec) M.01 Bas Saint-Laurent M.02 Saguenay-Lac-St-Jean M.03 Capitale Nationale M.04 Mauricie M.05 Estrie M.06 Montréal M.07 Outaouais M.08 Abitibi-Témiscamingue M.09 Côte-Nord M.10 Nord-du-Québec M.11 Gaspésie îles de la Madeleine M.12 Chaudière-Appalaches M.13 Laval M.14 Lanaudière M.15 Laurentides M.16 Montérégie M.17 Centre-du-Québec Structure détaillée de classification (suite)

31 N- Niveau de traitement N.100 Plainte rejetée sur examen sommaire N.200 Plainte abandonnée par les plaignants N.300 Traitement refusé ou interrompu N.400 Traitement complété sans mesures correctives N.500 Traitement complété avec mesures correctives O- Mesures correctives O.100 Modification de décision O.200 Amélioration des communications O.300 Adaptation de services O.400 Révision de certaines pratiques. Structure détaillée de classification (suite)

32 P- Évaluation de la correction P.100 Conclusion dune entente P.200 Règlement partiel P.300 Pas dentente P.400 Autres Q- Niveau de limpact Q.100 Situation personnelle du client Q.200 Communication Q.300 Apport à la collectivité Q.400 Pratique administrative, directive, politique. Q.500 Règlement/loi Q.600 Aucun impact Q.700 Autres Structure détaillée de classification (suite)

33 Réseau déchange sur le traitement des plaintes Merci!


Télécharger ppt "Par : Abdelali Abdessadek Réseau déchange sur le traitement des plaintes Identification des principes et règles de base pour un système efficace de classification."

Présentations similaires


Annonces Google